Solidarités locales

Par Jean-Noël Retière

Un spécialiste de sociologie du droit et des classes populaires donne à voir par la photographie des marques de gratitude et de reconnaissance exprimées par des habitants d’une commune de Loire-Atlantique suite au confinement de sa population.

affichette : Un super grand merci à notre boulangère et notre boulanger (emoji coeur)
Photographie n°1
Affichette : un super grand merci à nos pharmaciennes et notre pharmacien ! Merci (emji coeur)
Photographie n°2

La photographie 1 représente l’affichette collée sur la devanture de l’unique boulangerie de la commune (Indre, bourg de Basse-Indre), ouverte chaque matin de 8h à 13h30. Le même graphisme, indice d’une origine commune, se retrouve dans celle collée sur la vitrine de l’une des deux pharmacies du bourg (photographie 2). Ces deux affiches, collées dans les premiers jours du confinement, sont encore présentes sur les vitrines des commerces concernés. Je vais tenter de connaître l’identité de la personne à l’initiative, au nom des habitants (notre, nos), de ces gestes de gratitude.

Question : retrouve-t-on de semblables manifestations ailleurs, en fonction de la configuration de l’habitat, de la population, de l’histoire socio-résidentielle ? Faut-il se contenter de n’y voir que l’expression d’une initiative individuelle ou l’imputer, plus largement, à un contexte propice à la mise en scène d’une convivialité pré-existante ou virtuelle, à tout le moins plausible ? Indre connaît, depuis plusieurs années, un processus de gentrification à l’origine de sociabilités qui se déploient dans les espaces de voisinage et se re-génèrent dans divers réseaux.

Affichette : Bonjour 
suite à la pandémie du Covid 19, je me propose bénévolement pour aider les personnes âgées ou en difficulté pour effectuer leurs courses ou atres achats de première nécessité (pharmacie...). Je fais cette dmarche pour aider nos aînés et ne demande rien en retour. Si vous avez besoin d'aide et aucune solution, je suis dans le secteur. 06.50.08.38.23
Photographie n°3

Cette photographie 3 représente une offre de service collée sur la porte de la boulangerie. Le numéro de téléphone devrait permettre d’en identifier l’auteur. Le support et la formulation demeurent des indices faibles. Je vous en dirai plus prochainement…

photographie d'un coin de rue, une affichette est accrochée sur un panneau d'angle
Photographie n°4
détail de l'image précédente : une affichette présentant des coeurs et des notes de musique et remerciant les voisins appluadissant les soignants le soir à 20h
Photographie n°5

Sur un panneau accroché sur un mur de la rue Aristide Briand (photographie 4), cette affichette (photographie 5) scotchée portant la note manuscrite illustrée de notes de musique et de cœurs coloriés, signée de son auteure, renvoie aux hommages rendus, chaque soir à 20 h, par de très nombreux voisins de la rue, applaudissant à tout rompre en compagnie des enfants sur le pas de leur porte (photographies 6 et 7). Des photographies, par rue, devraient permettre de comparer la vigueur (versus l’atonie) de ces élans civils de reconnaissance.

photographie d'une rue  étroite avec de nombresues voitures garées
Photographie n°6
Photographie d'un trottoir, un petit endant marche, deux adultes sont devant une porte
Photographie n°7

2 réflexions sur « Solidarités locales »

Répondre à Stéphane Beaud Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.