Une résistance coûte que coûte ? Le rapport militant à la « continuité pédagogique » d’un professeur des écoles durant le confinement

PAR ÉTIENNE GUILLAUD

Information aux familles, école Sully, Nantes, 13 mars 2020 (photographie de Tristan Poullaouec).

Le Projet isolé de recherche-action sur le télétravail des enseignant-e-s (PIRATE), coordonné avec Gabrielle Lecompte-Ménahès, tente de renseigner les conditions de travail des enseignant-e-s syndiqués de la maternelle à l’université des départements du Finistère, de la Loire-Atlantique et de l’Ille-et-Vilaine durant la période de la crise sanitaire liée au Covid-19. Face à la situation sanitaire, le gouvernement a décidé de la fermeture des établissements et du confinement d’une grande partie de la population, obligeant les enseignant-e-s comme les élèves et étudiant-e-s à travailler à domicile. Le public enquêté est constitué principalement de syndiqué-e-s, « simple adhérent-e-s » ou militant-e-s fortement impliqué-e-s, afin d’interroger l’engagement militant dans la période et d’élaborer des outils de formation et d’information autour du télétravail dans l’éducation nationale qui seront à leur disposition. Dans un premier temps, les enseignant-e-s enquêté-e-s ont eu pour consignes de tenir un journal de leur travail en confinement en décrivant leurs pratiques, leurs conditions de vie et de travail, les relations professionnelles entretenues ou bien encore les émotions ressenties durant la période. Dans un second temps, actuellement en préparation, les participant-e-s pourront devenir à leur tour des enquêteurs par la lecture croisée de leurs journaux, la réalisation d’entretiens collectifs et individuels et des temps d’analyse collective de l’ensemble des matériaux.

Ce billet traitera du cas de Valentin1 à travers son journal de confinement entre le 19 mars (une semaine après l’annonce de fermeture des établissements scolaires) et le 13 avril (début des vacances scolaires) et la lecture de courriers produits par le rectorat et les inspections académiques. Valentin, 30 ans, est professeur des écoles dans l’agglomération nantaise, dans une zone urbanisée où le public est majoritairement issu des franges les plus stables des classes populaires. Valentin, dont les origines sont rurales et populaires2, a débuté en tant qu’enseignant à l’âge de 23 ans après une scolarité sans problème. Il est militant à SUD éducation 44 depuis 2016. Il est particulièrement investi dans le syndicat depuis le mouvement de grève contre la loi Blanquer – relativement fort sur Nantes – au printemps 2019. Il vit dans un appartement à Nantes et bénéficie de conditions de confinement qu’il juge plutôt bonnes. Sans enfant, l’articulation du travail avec les autres temporalités de la vie ne lui pose pas problème. L’étude de son cas renseigne sur la possibilité d’une posture de « résistance » à la « continuité pédagogique » et les contradictions ou difficultés spécifiques que cela peut engendrer.

Une « continuité pédagogique » en urgence

Dès le début de son journal, Valentin fait part de l’impréparation qui a présidé à l’entrée dans cette période de télétravail. Les difficultés ressenties renvoient notamment aux injonctions de la hiérarchie, analysées par Valentin (et son syndicat) comme irréalistes et parfois contradictoires. Les enseignant-e-s sont sommés d’assurer « la continuité pédagogique », définie comme l’activité qui « vise, en cas d’éloignement temporaire d’élèves ou de fermeture des écoles, des collèges et des lycées, à maintenir un lien pédagogique entre les professeurs et les élèves, à entretenir les connaissances déjà acquises par les élèves tout en permettant l’acquisition de nouveaux savoirs » (courrier du recteur de l’académie de Nantes, 11 mars). Il faut pour cela élaborer de nouvelles organisations pédagogiques, en utilisant différents outils (en particulier ceux numériques), en maintenant un lien régulier avec les élèves et la famille et en s’adaptant à la diversité des situations. Les notes successives du recteur, du 13 mars, 15 mars et 18 mars, vont préciser progressivement des modalités du travail des enseignant-e-s. On pourrait en résumer les propos, au-delà des détails pratiques, comme des injonctions à maintenir l’ensemble des missions de l’école et de ses exigences : assurer le lien avec l’ensemble des familles et des élèves, tenir les réunions et les conseils, travailler en équipe, faire progresser l’ensemble des élèves… « L’engagement » et la lutte contre les inégalités scolaires sont invoqués pour que les enseignant-e-s assurent leur travail :

« Je sais l’importance du rôle que vous allez avoir pour permettre aux enfants de ces familles de poursuivre leurs apprentissages et pour faire en sorte que cette période inédite ne soit pas l’occasion d’accentuer encore les écarts entre élèves »

Courrier de l’inspecteur académique Loire-Atlantique, 13 mars 2020.

« Nous devons toutes et tous, quelle que soit la fonction occupée, assurer notre mission de service public pour accompagner les familles, les rassurer. Pragmatisme, consensus, bienveillance, inventivité doivent guider notre mission dans les prochaines semaines. Je sais pouvoir compter sur l’engagement de chacune et de chacun d’entre vous »

Courrier du recteur de l’académie de Nantes, 15 mars 2020.

Une précision dans le courrier du 18 mars fera réagir les syndicats : le recteur suggère d’utiliser les commerces de proximité comme « point relais » pour « retirer et rendre documents, devoirs et livres », en contradiction avec le respect des règles sanitaires (ne serait-ce que par l’usage détourné des justificatifs de déplacement que cela induit). Suite aux réactions outrées suscitées par cette démarche, le recteur se ravisera.

Communiqué des syndicats SUD éducation de Loire-Atlantique et du Maine-et-Loire, 19 mars 2020.

La posture de résistance de Valentin

Valentin considère la « continuité pédagogique » de façon critique tant pour le fond de ce qu’elle induit sur le rapport au travail et à la pédagogie que pour les modalités pratiques de sa mise en œuvre. Les injonctions de sa hiérarchie jugées comme contradictoires tendent plutôt à le démobiliser.

« Le flou règne. Tout d’abord, parce que la situation est inédite. On sent nos chefs en panique, on reçoit beaucoup d’injonctions contradictoires : être à l’école, ne plus y être, déposer des documents papiers dans les commerces (illégal et dangereux !) pour les familles, ne plus le faire, accueillir obligatoirement les enfants des personnels soignants puis être volontaire pour cela (en sachant que les enseignant.es n’ont pas de masque…), téléphoner aux familles deux fois par semaine (avec notre portable perso bien sûr…). »

Journal de Valentin, 19 mars 2020.
Enveloppes scotchées au nom d’élèves de maternelle à l’entrée de l’école Sully, Nantes, 14 avril 2020 (photographie de Tristan Poullaouec)

Il se trouve rapidement confronté au manque de moyens alloués aux établissements scolaires, qui lui font apparaître la distance entre les discours « du haut » et les réalités pratiques :

« J’ai décidé de donner aux enfants un programme de travail jusqu’à mercredi (terminer le plan de travail, finir les tracés géométriques, écrire à son correspondant, lire…). Chaque enfant est reparti avec un manuel de français et de mathématiques. Enfin, chaque enfant… l’école ne dispose pas d’un livre pour chacun et chacune alors, on a dû se débrouiller : ressortir de vieux ouvrages, demander à des enfants de s’organiser avec les voisin.es, prendre en photo les exercices… »

Journal de Valentin, 19 mars 2020.

L’exemple le plus frappant du manque de moyens s’incarne dans la saturation des serveurs de l’Éducation nationale, qui rend difficile, voire impossible, l’accès aux outils numériques que l’institution vante ardemment. De nombreux-ses enseignant-e-s sont obligé-e-s de se tourner vers d’autres outils, parfois privés et sans garantie de protection des données. Au-delà de la critique des injonctions et du vécu du manque de moyens, Valentin est animé par une grille de lecture politique plus large : renforcement des inégalités sociales et scolaires, dévaluation du métier par le dévoiement de la pédagogie (dont « l’essence » ne peut pas passer par du travail à distance), risque de dégradation des conditions de travail et de privatisation des outils de l’Éducation nationale… Il craint le fait que la période puisse pérenniser certains modes de fonctionnement qui sont pour lui contraires à sa mission de service public de l’enseignement. Enfin, pour décrire le rapport de Valentin au télétravail, celui-ci utilise habituellement les locaux de l’école pour travailler et n’a jamais constitué de véritable espace de travail au sein de son appartement (un deux pièces). Il ne possède pas de bureau et travaille le plus souvent sur son lit ou son canapé. Aussi, il semble avoir des difficultés à s’auto-contraindre dans une période où les temps sociaux ne paraissent plus rigoureusement définis :

« Ce qui est difficile à gérer c’est que le rapport au temps est totalement différent. On est au travail sans être au travail. On gère sa classe sans la gérer. On n’a plus de cadre, de référence. »

Journal de Valentin, 19 mars 2020.

Les convictions de Valentin, renforcées par le sentiment de ne pas être préparé ou bien encore l’absence des cadres spatiaux et temporels habituels qui rendent plus difficile l’organisation du travail vont ainsi déterminer une posture de résistance. Celle-ci s’incarne dans un travail « très raisonnable », presque minimal, qui peut s’apparenter à une stratégie de freinage. Cela prend la forme d’un travail de préparation le week-end (3 à 4 heures) qui aboutit à un programme envoyé aux parents. La semaine, il prend du temps le matin et en fin d’après-midi (environ 3 heures par jour) pour faire le suivi du programme par courriel (réponses aux parents ou aux élèves, exercices corrigés…). S’il a pris le temps de contacter l’ensemble des parents, il ne persiste pas dans le suivi de chaque élève. Il s’interroge au début du confinement sur le fait de devoir relancer les parents qui n’ont pas répondu : est-ce bien son rôle ? Il redoute la surcharge de travail que certains de ses collègues « encaissent » pour assurer ce suivi, sans que cela n’assure, du point de vue de Valentin, un véritable travail pédagogique ou n’empêche la persistance des inégalités :

« [sur le contact avec les familles] c’est une question complexe, pendant les vacances d’été, on n’a pas de contact avec elles [et] on n’est pas des assistants sociaux non plus. »

Journal de Valentin, 2 avril 2020.

Valentin adopte la position de son syndicat, qu’il a d’ailleurs contribué à définir en participant aux débats internes de celui-ci, à travers « la grève du programme » : « pas de nouvelle notion, que des activités ludiques et des révisions sur des notions déjà travaillées en classe » (journal, 2 avril).

Un engagement militant en tension

Lors des deux premières semaines, il parvient à maintenir sa position malgré son caractère minoritaire, au regard des collègues de son école qui « en font bien plus » en utilisant de nouveaux outils et un suivi très rapproché de chaque élève. Valentin confie « accepter cette situation sans trop culpabiliser, sans trop [se] comparer avec les collègues, grâce à une justification politique et syndicale » (journal, 2 avril). Cependant, à partir de la troisième semaine de télétravail, Valentin va céder progressivement sous l’effet de la lassitude d’une routine au travail, par culpabilité vis-à-vis des collègues qui travaillent plus mais aussi de ses propres élèves, qui peuvent vivre des situations sociales difficiles :

« Petit à petit, je propose un petit peu plus d’activités à mes élèves : j’essaie d’aller vers des choses ludiques, qui ne concernent pas que le français et les mathématiques (des défis d’arts visuels, des activités sportives, des jeux éducatifs en ligne…). J’ai aussi un petit peu plus différencié3, sûrement par acquit de conscience. [Une élève] ne peut pas s’en sortir avec des exercices de manuel de CM1… J’ai donc trouvé des fiches de CE1 et CE2 pour elle. Le temps de les trouver, les rogner (enlever le terme « CE1 »), les exporter en PDF… c’est du travail en plus. […] Je me rends quand même compte que je fais de plus en plus le jeu du télétravail… j’envoie plus d’activités, je différencie plus… Peut-être que le fait de voir tous ces collègues s’y investir pleinement me fait réfléchir. Pourtant j’ai toujours autant de réserves… ce n’est pas l’école. Mais le fait de penser aux enfants en galère chez eux me fait culpabiliser, je me dis que je me dois d’être à la hauteur pour elles et eux. »

Journal de Valentin, 6 avril 2020.

Valentin fait état dans son journal des rappels à l’ordre « culpabilisants » sous des formes indirectes, par des publications de collègues sur les réseaux sociaux par exemple, ou directement dans des remarques, comme avec cette amie enseignante à qui on a dit qu’elle laissait « croupir » les plus pauvres si elle ne s’investissait pas pleinement dans le télétravail. Si dans l’école de Valentin, « chacun fait comme il veut », les relations au sein de l’équipe pédagogique peuvent ainsi infléchir les pratiques. Ces relations s’avèrent toutefois complexes durant la période de confinement qui obligent à l’usage d’outils numériques, parfois perfectibles, et à un nouveau mode de fonctionnement pour tenir des réunions. Pour Valentin, cela rend tous les moments d’équipe « compliqués », « longs », « fatigants ». Des problèmes de compréhension apparaissent plus fréquemment et suscitent plus rapidement des tensions, en particulier dans ce contexte où une part de l’équipe se sent fatiguée et « est à fleur de peau ». Moins que dans son collectif de travail, où sa position lui semble difficilement audible, Valentin trouve plutôt dans le syndicat « une force » pour faire face à la situation. Sans être uniforme – Valentin suggère l’existence de débats houleux dans sa section syndicale4 – il constitue toutefois un espace où Valentin peut interagir avec des « camarades » globalement en accord avec sa conception politique de la situation. Le syndicat est alors autant un espace d’expression que de confirmation de ses convictions. Le travail de rédaction de communiqués pour lequel il s’est investi, tant à l’échelle locale que nationale, lui a permis de faire face à « cette frénésie du télétravail ».

« Le syndicat, c’est une force dans ces moments-là, ça m’aide à prendre du recul face à la frénésie de la continuité pédagogique. Mais c’est un moment inédit donc plein de fragilité : on n’est pas toutes et tous d’accord sur ce que doit être le télétravail, sur comment réagir face aux injonctions de la hiérarchie »

Journal de Valentin, 28 mars 2020.

Conclusion : les contradictions d’un engagement militant

Le récit de Valentin soulève des aspects qui mériteraient d’être creusés dans le prolongement de l’enquête, par la confrontation à d’autres cas : des difficultés dans la mise en place du télétravail dans l’enseignement (manque de moyens, relations professionnelles plus compliquées, difficultés à temporaliser et s’organiser…) et la possibilité, qu’il évoque en creux dans la comparaison avec ses collègues, de rapports au télétravail différenciés au sein d’un même groupe professionnel. Le cas de Valentin illustre plus particulièrement les difficultés propres au fait d’assumer une posture critique et militante dans le contexte du confinement. Les discours institutionnels semblent mobiliser le rapport dévoué des enseignant-e-s à leur propre métier pour assurer la « continuité pédagogique » et rencontrent de fait un certain écho auprès d’une partie d’entre eux5, au nom du service public, de la lutte contre les inégalités scolaires ou bien encore de la bonne conscience professionnelle. Valentin, quant à lui, adopte une posture critique et distanciée face à ces discours institutionnels au nom, là encore, du service public et de la lutte contre les inégalités, mais aussi des conditions de travail. Cette forme de résistance est possible du fait de dispositions militantes et d’une inscription dans des collectifs qui peuvent le soutenir. Elle s’avère toutefois « coûteuse » symboliquement vis-à-vis de collègues, voire de parents d’élèves, pour lesquels une telle démarche peut être discréditée mais aussi « de soi à soi », en interrogeant sa propre position au risque d’une auto-dévaluation. Appartenir à une institution et entretenir dans le même temps un rapport critique à son égard génèrent des dilemmes ou contradictions qui se trouvent exacerbés dans cette période exceptionnelle de confinement et d’urgence sanitaire, comme peut le souligner cette question de Valentin sur son rapport au télétravail :

« L’école se charge déjà très bien – en temps normal – de trier les pauvres et les riches. Mais est ce que ça veut dire que je dois abandonner ? »

Journal de Valentin, 24 mars 2020.

  1. Le prénom a été modifié. []
  2. Sa mère a été successivement ouvrière dans l’industrie, assistante maternelle et femme de ménage et son père était employé aux PTT / La Poste. []
  3. « Différencier » fait référence aux dispositifs pédagogiques recommandés par les instructions officielles visant à enseigner des contenus différents aux élèves en fonction de leurs difficultés. []
  4. Le fait de devoir avancer ou non dans les programmes, les manières de prendre contact et d’interagir avec les parents d’élèves, les exigences quant à la sécurité sanitaire ou bien encore l’usage des outils du télétravail (certain-e-s redoutant leur pérennisation) peuvent être l’objet de débats. Pour le moment, trop peu de matériaux ont été récoltés pour faire une sociologie fine de ces prises de positions. []
  5. Au-delà de ce que l’enquête PIRATE a pu récolter, on peut trouver un exemple éloquent d’un investissement intense et dévoué dans le travail (80 heures de travail en une semaine), vécu comme une expérience « riche », dans ce billet publié sur le blog d’une enseignante qui fait « un premier bilan » de la « classe à distance » : https://www.cartabledunemaitresse.fr/classe-a-distance-un-premier-bilan/ (consulté le 18/05/2020). []

Salles de fitness : la parade d’Instagram ?

PAR JOSEPH GODEFROY

Le confinement lié au Covid-19 semble pousser les influenceurs fitness, davantage habitués à la mise en scène de leur corps qu’à la transmission de contenu éducatif, à faire évoluer les images qu’ils diffusent quotidiennement sur les réseaux sociaux numériques vers des entraînements à réaliser à domicile. Dans le même sens, pour faire face à leur fermeture forcée, les salles de fitness investissent les réseaux sociaux pour diffuser des séances de sport dites « en live ». Loin de s’apparenter à une forme habituelle d’enseignement sportif, la production de ces deux types d’acteurs participe à construire un espace numérique où les incitations à la pratique physique vont bon train.

Nous souhaitons ici rendre compte d’un travail s’appuyant sur l’analyse qualitative des contenus partagés par des influenceurs fitness rencontrés dans le cadre d’une thèse de doctorat portant sur les usages économiques et professionnels des réseaux sociaux numériques. La réflexion présentée ici s’appuie sur un corpus d’éléments (images, vidéos, textes, commentaires) récoltés durant les six premières semaines du confinement.

Produire un contenu nouveau sur Instagram

Face à la fermeture des salles de sport, décor privilégié par les influenceurs fitness pour construire le contenu qu’ils partagent habituellement en ligne, les individus observés semblent donner une dimension supplémentaire aux prescriptions corporelles et sanitaires diffusées auparavant, qui se réduisaient à la diffusion (souvent inconsciente) d’un canon corporel particulier sur internet. L’observation de cet espace numérique permet alors de saisir une pratique nouvelle chez des individus qui limitaient jusqu’alors la nature de leurs publications à la mise en scène de leur corps. Aujourd’hui confinés, les influenceurs fitness observés se livrent à l’enseignement d’exercices physiques réalisables à domicile. Pourtant non-professionnels de l’entraînement sportif, ces femmes et ces hommes investissent la période actuelle de confinement pour proposer une « routine sportive spéciale confinement » contenant bien souvent des exercices ne nécessitant « pas de matériel ».

« Ce n’est pas parce que nous sommes bloqués à la maison que nous devons mettre le fitness de côté ! Faisons les entraînements à la maison, pour la santé physique et mentale, pour le progrès et le summer body. »

Extrait de la publication Instagram d’Estelle, le 2 avril 2020

Les prescriptions sportives prennent alors plusieurs formes. Tout d’abord, les contenus auparavant « figés » et minutieusement mis en scène laissent désormais place à des contenus vidéos plus dynamiques et montrant l’Instagrameur vedette en train de réaliser des exercices à son domicile. Les consignes d’entraînement jointes à la vidéo ne sont que très rarement énoncées de vive voix par la ou le protagoniste. En revanche, ces courtes vidéos (Instagram limite la longueur des vidéos publiées à une minute) sont bien souvent agrémentées de consignes écrites et facilement identifiables. En accompagnement de ces supports iconographiques (vidéos et photos), la fonctionnalité « légende » fournit un espace d’expression libre et propice à l’explicitation des consignes relatives à la bonne réalisation des exercices prescrits. Nom des exercices, nombre de répétition à effectuer, temps de récupération à intégrer, les consignes sont claires.

Image 1 : Publication Instagram de Julie, le 5 février 2020
Image 2: Publication Instagram de Julie, le 26 avril 2020

La période de confinement est également l’occasion pour les influenceurs fitness d’investir des fonctionnalités proposées par la plateforme Instagram et peu utilisées auparavant. La majeure partie des individus observés diffusent désormais un contenu en direct. Ces « lives » (quotidiens pour certains) permettent alors un nouveau mode d’interaction avec leur audience et participent à inscrire l’exercice physique dans une certaine routine. À ce titre, ces rendez-vous ne prennent jamais la forme d’un échange réciproque entre le créateur de contenu et son audience. Il s’agit davantage d’un temps où l’influenceur investit le rôle de l’entraîneur et dispense en direct une séance de sport, sans tenir compte des réactions dont peuvent faire preuve les spectateurs1. Très rarement utilisée avant la période de confinement2, cette fonctionnalité tend à se généraliser au sein de la population observée.

« Comme vous le savez, afin de vous garder en forme et de bonne humeur, je vous propose chaque soir à 18:00 une séance live de 30min à 1h pour transpirer, se muscler et brûler des calories ensemble. »

Extrait de la publication Instagram de Sophie, le 20 mars 2020

« J’espère que vous ça peut aller. Je reviens moi aussi dans cette dure réalité qui va devenir notre quotidien ces prochaine semaines ! Alors j’ai le plaisir de vous annoncer officiellement l’arrivée exceptionnelle d’une ‘semaine fit’ avec 4 séances. Une vidéo complète ainsi que le planning des horaires sortiront demain avec les infos des séances ! Au programme : une séance en live sur Youtube tous les 2 jours durant 15 jours. Le reste des jours : des vidéos en temps réel seront en ligne sur Instagram. Des séances sans et avec matériel. Des séances intensives, musculaires, cardio, étirements et low impact ! Soit 1  jours de training non-stop. Un programme adapté et avec une construction logique pour ne pas faire n’importe quoi et éviter les blessures inutiles. Ces séances seront, je vous le rappelle, des séances à part entière. Chaque info sera donnée sur chaque séance. C’est un énorme challenge pour moi et une belle manière aussi de continuer de m’éclater sur mes réseaux tout en vous remerciant. J’ai hâte de m’entraîner avec vous la team. »

Extrait de la publication Instagram de Julie, le 18 mars 2020

« Je vous rappelle que ce soir, presque comme tous les jours, gros live à 18 h 30 où je vais encore prendre un immense plaisir à vous faire transpirer et souffrir ! L’avantage de ce confinement c’est qu’on va tous en sortir encore plus fit non ? »

Extrait de la publication Instagram d’Emma, le 1er avril 2020

En inscrivant peu à peu ce message dans le quotidien des abonnés à leur compte Instagram, ces individus adoptent un rôle de plus en plus prescripteur. En incitant leur audience à pratiquer de l’activité physique par le biais de directives précises et inscrites dans un cadre ludique, les individus observés adoptent le rôle de coach sportif et diffusent des consignes hygiénistes sans pour autant en maîtriser la réception ni la manière dont elles sont exécutées. S’il est plutôt aisé de rendre compte de la façon dont est diffusé ce message, il est difficile à ce stade, pour ces individus comme pour le chercheur, de saisir la réelle portée de ces prescriptions.

« Être enfermé peut être une occasion de faire du sport et de penser à sa santé ! Alors voici ma routine sportive à faire chaque jour pour se faire du bien, et garder un cycle régulier. »

Extrait de la publication Instagram de Victoire, le 19 mars 2020

« Tu regarderas Netflix seulement après tes 100 pompes (en une fois ou plus selon ton niveau) et pour ceux qui sont en santé et qui le peuvent, si vous voulez en sortir plus forts après ce virus, devenez capable de faire 100 pompes non-stop. Ça vous fera faire de l’exercice minimum au quotidien avec un défi à la clé. Prenez soin de vous et n’attendez pas de devenir plus forts par l’action du Saint-Esprit, devenez-le tout de suite. »

Extrait de la publication Instagram de Steven, le 3 avril 2020

« Confinement ou pas, c’est justement l’occasion d’avoir le temps de changer vos habitudes sans les invitations, sans les tentations au restaurant et peu importe vos pathologies, vos troubles, votre régime alimentaire, votre âge. Je trouverais [sic] ce qui vous convient. Pas d’excuse et bien au contraire vous devez penser à vos défenses immunitaires plus que jamais. »

Extrait de la publication Instagram de Leslie, le 19 mars 2020

Les entretiens réalisés avant la crise sanitaire liée au Covid-19 font état de la nécessité pour ces enquêtés de « rester actif » sur Instagram autant que faire se peut. Dans ce sens, les individus rencontrés s’accordent presque tous à publier au moins une fois tous les deux jours3. Alors qu’ils sont privés d’accès aux salles de sport, nous faisons l’hypothèse que l’investissement décrit plus haut ne relève pas seulement de fins éducatives mais participe aussi d’une démarche stratégique permettant de rester visible. En outre, si ces individus veulent être sollicités par des marques, ils doivent se faire remarquer. Pour cela, les influenceurs veillent à produire un contenu régulier. Contraints de rester chez eux, la mise en scène de leur pratique physique à domicile permet de maintenir ce rythme.

En s’appuyant sur une large visibilité4, les individus observés ici véhiculent un ensemble de critères esthétiques liés à l’image d’un corps musclé et mis en scène de sorte à être présenté comme un « idéal ». Cette position dominante sur les réseaux sociaux numériques est habituellement saisie par des entreprises qui voient en ces individus le moyen de mettre en place un message publicitaire discret. Aujourd’hui mobilisé afin de promouvoir la réalisation d’exercices physiques à la maison, leur corps apparaît comme garant des conseils donnés, loin d’une maîtrise sanitaire complète des exercices prescrits. À l’écart d’une formation professionnelle issue du domaine médical ou sportif, il semble alors que la légitimité sur laquelle ces individus construisent leur discours trouve son origine dans l’apparence physique préalablement construite et mise en scène.

Face à leur fermeture, les salles de fitness investissent le numérique

Alors que le Gouvernement français interdit leur ouverture le 14 mars 2020, les salles de musculation et de fitness sont contraintes de suspendre leurs activités. Confrontées au mécontentement de leurs adhérents exigeant le remboursement de leur abonnement, certaines enseignes trouvent dans les réseaux sociaux numériques un moyen d’inscrire leur offre dans une certaine continuité. Face aux enjeux économiques liés à la fermeture de leurs établissement (manque à gagner, perte de clients, etc), certaines entreprises proposent gratuitement un nouveau service : la diffusion d’entraînements sportifs en direct sur Instagram. Parmi celles-ci, l’entreprise Neoness apparaît comme un cas significatif illustrant la manière dont Instagram est devenu le terrain de diffusions et de revendications hygiénistes durant cette crise sanitaire.

Devant l’intensification du nombre de cas et la fermeture progressive de certaines entreprises, Neoness se positionne publiquement en annonçant le vendredi 13 mars le maintien de l’ouverture de ses salles de sports et adopte des mesures pour faire face au virus. Les mesures communiquées sont les suivantes : accès limité à 100 personnes par salle de sport, mise à disposition de gel hydroalcoolique, renforcement du ménage sur l’ensemble des poignées de portes, lavage des serviettes distribuées à 100°C et mise à disposition de produits désinfectants pour toutes les machines et les salles de cours collectifs. S’ajoute à ces mesures un rappel à la clientèle : « Toutes les salles Neoness sont équipées d’une centrale de traitement de l’air et de filtres à particules. » Cependant, ces mesures rassurantes ne suffisent pas. Le lendemain, comme toutes ses concurrentes, l’entreprise est contrainte d’annoncer la fermeture de tous ses Sports Clubs suite à l’intervention du Premier Ministre Édouard Philippe ordonnant la clôture de tous les « lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays ». Pour accompagner la fermeture de son enseigne, Neoness redirige ses clients vers l’application déjà existante My NeoCoach présentée alors comme « votre meilleure alliée pour ne pas lâcher et continuer de vous motiver ». À ces entraînements et conseils en ligne s’ajoute un message invitant les clients à suivre de près leurs réseaux sociaux. En effet, trois jours plus tard, l’entreprise partage une publication sur Instagram arborant le texte suivant : « réinventons notre façon de bouger… chez nous ! ».

« Quand les portes de la salle de sport, du « Temple », de notre bienheureuse « deuxième maison », ferment… c’est tout un monde qu’il faut réinventer. Et nous allons le faire ensemble ! Car l’être humain est doté d’un formidable pouvoir d’adaptation. Le sport, c’est la Vie ? Alors vivons ! Pas question d’abandonner vos bonnes habitudes/résolutions. »

Extrait de la publication Instagram du compte @neonessofficiel, le 17 mars 2020

À la suite de cette annonce et à l’image de ceux des Instagrameurs observés, le compte Instagram de l’entreprise Neoness devient alors le théâtre numérique d’injonctions à la pratique physique. En outre, dès le lendemain (18 mars), l’entreprise annonce son nouveau programme d’entraînement à suivre en direct sur Instagram : le « ConFITment by Neoness ». Ce programme est annoncé de façon hebdomadaire et propose dans un premier temps des rendez-vous biquotidiens permettant le suivi en direct d’entraînements « cardio », de « yoga » et des séances de « renforcement musculaire » (haut du corps, bas du corps ou bien « full body » en fonction des séances) à distance.

« Métro, boulot, dodo, c’est du passé ! On passe au niveau suivant : on intègre dès qu’on peut une petite séance, que ce soit en live avec nos supers coachs ou avec l’application la plus utile du moment : My NeoCoach. Le ConFITment ça a du bon ! »

Extrait de la publication Instagram du compte @neonessofficiel, le 19 mars 2020

La démarche ne passe pas inaperçue et s’inscrit dans un mouvement plus large auquel le Journal de 20 heures de France 2 consacre quelques minutes le samedi 21 mars. Dans un sujet présentant « les Français qui se bougent pendant le confinement », apparaissent deux coachs de Neoness dispensant une séance d’entraînement depuis leur domicile. Ce bref instant d’exposition sera également l’occasion de donner la parole à Sheraz Bahsoun, coach sportive chez Neoness, qui explique alors la manière dont l’entreprise a « essayé de construire un contenu avec les moyens du bord » afin de permettre aux personnes de s’entraîner avec « des choses que chacun peut avoir chez soi ».

Après cinq jours de programme et six jours de confinement, Neoness annonce avoir mesuré un fort engouement chez son audience et intègre ainsi de nouveaux créneaux d’entraînements quotidiens5. La deuxième semaine du programme prend alors la forme de six séances par jour au lieu de deux. Ainsi, au moment où Édouard Philippe, sous l’impulsion du Conseil d’État, limite les dérogations permettant le maintien de l’activité physique (23 mars), l’entreprise, elle, intensifie de 200 % ses rendez-vous numériques quotidiens encourageant la pratique physique à domicile.

Image 3: Publication Instagram du compte @neonessofficiel, le 20 mars 2020
Image 4: Publication du compte @neonessofficiel, le 23 mars 2020

À la différence des influenceurs étudiés plus haut, les cours sont ici dispensés par des coachs présentés comme diplômés. Ces pratiques d’enseignements sportifs que l’on pourrait qualifier de « coaching numérique » semblent s’apparenter pour ceux qui les dispensent à du télétravail, modèle d’exercice professionnel préconisé par le Président de la République Emmanuel Macron lors de son allocution du 16 mars. Cependant, il n’en demeure pas moins que ce type de contenus, produit et diffusé par les entreprises comme Neoness à l’intention de leur audience sur Instagram (celle-ci ne se limitant pas à leurs clients), contribue à la construction d’un espace numérique où les incitations à la pratique physique à domicile vont bon train. Ainsi, à un moment où les instances de santé encouragent le repos et où le personnel soignant fait face à une crise sanitaire sans précédent, le réseau social Instagram accueille une dynamique nouvelle en matière de prescription sportive sur internet qu’il convient de questionner6.

En rendant compte de stratégies rendues visibles sur Instagram et vraisemblablement initiées pour limiter des pertes, cette réflexion souhaite alimenter les débats relatifs à la « numérisation » de notre quotidien et interroger la recomposition d’activités économiques impactées par les mesures gouvernementales liées au Covid-19.

  1. Durant ces contenus diffusés en direct, les spectateurs peuvent « commenter » ce qu’ils regardent et adresser un message à la personne qui diffuse la vidéo. Les messages envoyés apparaissent en temps réel sur une bannière déroulante en bas de la vidéo. Il paraît difficile, pour un influenceur en pleine démonstration d’exercices, de tenir compte des messages qui défilent. []
  2. La majeure partie des enquêtés ne sont pas ou sont peu à l’aise face à une mise en scène vidéo. Ils lui préfèrent la photo ; l’image diffusée leur paraissant davantage « maîtrisée ». Si rares sont les enquêtés à se prêter à l’exercice vidéo, soulignons néanmoins qu’il s’agit quasi-exclusivement d’hommes, alors même que la population d’enquête demeure majoritairement féminine. []
  3. Certains enquêtés publient jusqu’à une image par jour et investissent également la fonctionnalité « story » qui permet de diffuser du contenu de manière éphémère. []
  4. Le nombre d’abonnés aux comptes Instagram est un indicateur de visibilité. Il est cependant très difficile de saisir la réelle portée de cette audience. En outre, parmi ces chiffres, certains comptes peuvent être créés de toutes pièces et n’avoir pour objectif que de gonfler ce chiffre, d’autres peuvent avoir été créés et ne plus être consultés à ce jour. Enfin, même si l’on s’autorisait à ignorer cela, les publications partagées sur Instagram sont contraintes par un algorithme qui limite leur diffusion. En d’autres mots, aussi large soit-elle, il paraît difficile d’envisager une réception exhaustive du message diffusé par les individus observés. []
  5. Le 10 mars 2020 (6 jours avant l’annonce du confinement), le compte Instagram de Neoness comptait 10 449 abonnés. Après cinq semaines de confinement (20 avril 2020), il en compte 33 836, soit une augmentation de 223,8%. []
  6. Pour exemple, le compte Instagram de Julie comptait 493 447 abonnés le 22 mars 2020 (cinq jours après le début du confinement). Six semaines plus tard, il compte près de cent mille abonnements supplémentaires (4 mai 2020). L’augmentation la plus conséquente observée est de 265 475 abonnés entre le 23 mars et le 27 avril. []

Une enquête de la DARES sur la situation des salariés du secteur privé au 31 mars

un signalemENT PROPOSé par Tristan Poullaouec

Activité et conditions d’emploi de la main-d’œuvre pendant la crise sanitaire Covid-19

Synthèse des résultats de l’enquête flash –

Mise en place au lendemain de la seconde guerre mondiale pour mesurer l’évolution des salaires et notamment indexer le SMIC, l’enquête Activité et Conditions d’Emploi de la Main d’Œuvre (ACEMO) est réalisée en ligne tous les trois mois auprès des employeurs de 10 salariés ou plus du secteur privé non agricole, ce qui exclut à la fois les particuliers employeurs – d’une assistante maternelle, par exemple – et les très petites entreprises, particulièrement nombreuses dans les secteurs du commerce, des transports, de l’hébergement ou de la restauration. Par ailleurs, les stagiaires et les intérimaires ne sont pas pris en compte. Au total, 60% des 25 millions de salariés du privé de la France métropolitaine sont cependant couverts, en dehors de l’agriculture et des administrations publiques.

Bien sûr, ces enquêtes ne reflètent que le point de vue des entreprises. On peut le deviner, et cela est confirmé par d’autres enquêtes appariant des questionnaires auprès des employeurs et de leurs salariés, il n’est pas rare qu’il y ait de grands écarts de perceptions entre eux, par exemple sur l’exposition aux risques du travail. Ces écarts sont sans doute moins importants s’agissant de décrire les salaires, les qualifications et les temps de travail, sur lesquels les employeurs ont un point de vue probablement mieux informé. Voici la synthèse des résultats de l’enquête proposée par la DARES, un graphique instructif sur la situation des salariés selon les secteurs d’activité et des fichiers complémentaires à télécharger :

« L’enquête ACEMO spéciale Covid a interrogé les entreprises entre le 1er et le 10 avril 2020, sur leur situation et les conditions d’emploi de la main- d’œuvre à fin mars. Elle fournit ainsi une première photographie de la situation de l’emploi à cette date, et des différences selon les tailles d’entreprises et les secteurs d’activité:

  • La moitié des salariés fin mars sont dans une entreprise dont l’activité s’est arrêtée ou a diminué de plus de moitié, plus du fait d’une perte de débouchés ou de problèmes d’approvisionnement que d’un manque de personnel pouvant travailler ;
  • Les entreprises ont toutefois peu réduit leurs effectifs, et très peu licencié ;
  • Fin mars, un quart des salariés travaillaient sur site, un quart était en chômage partiel, un quart en télétravail, les autres étant en congés, maladie ou garde d’enfants ;
  • Le recours au chômage partiel est généralisé (près de 100% des entreprises y ont recours pour une partie de leurs salariés) dans l’hébergement-restauration, la construction et la fabrication de matériel de transport, mais pour des raisons différentes ;
  • La mesure de protection la plus fréquente pour les salariés sur site est la mise en place de distances de sécurité. »
Source : Alban Guichard et Christine Pinel, « Résultats détaillés de l’enquête ACEMO-COVID », DARES, 17 avril 2020.

Synthèse – Activité et conditions d’emploi de la main-d’œuvre pendant la crise (…)

Téléchargement
(2.8 Mo)
Résultats détaillés – Activité et conditions d’emploi de la main-d’œuvre (…)

Téléchargement
(790.2 ko)
Données à télécharger – Activité et conditions d’emploi de la main-d’œuvre (…)

Téléchargement
(372.9 ko)

Infection ou contagion ? La controverse sur la diffusion du choléra dans la France du premier XIXe siècle

Une note de lecture de Marie Charvet

En 1988, l’historien-démographe René Le Mée consacre un article aux débats sur la diffusion du choléra morbus, paru dans un numéro de la revue Population faisant dialoguer démographie et histoire. Entre 1832 et 1849, soit entre les deux premières des épidémies de choléra qui jalonnent le XIXe siècle, une controverse médicale oppose les infectionnistes, qui attribuent la maladie à des conditions climatiques spécifiques ou à des miasmes se développant dans les lieux insalubres, et les contagionnistes, qui privilégient l’hypothèse d’une contamination inter-individuelle par un germe encore inconnu. Le débat dépasse le champ médical, puisque ce sont les hygiénistes et les statisticiens qui le tranchent, provisoirement et alors même qu’on soupçonne le rôle des micro-organismes dans le développement du choléra dès le début du siècle. Montrant que, lors de l’épidémie de 1832 la mortalité a été plus forte dans les quartiers ouvriers du centre historique de Paris et en attribuant cette différence à l’insalubrité des logements, responsable de l’apparition et de la prolifération des miasmes, ils valident la thèse infectionniste. L’épidémie de 1849 confirme d’ailleurs cette interprétation : à Paris, si la surmortalité des quartiers populaires est toujours supérieure à la moyenne, elle a baissé dans le centre historique où des immeubles insalubres ont été détruits.

Carte publiée par René Le Mée dans l’article cité, p. 384.
Carte publiée par René Le Mée dans l’article cité, p. 385.

L’un des intérêts majeurs du texte de René Le Mée – et qui fait son actualité à l’heure où les modalités du déconfinement font l’objet de discussions – est de montrer comment une controverse scientifique peut être saturée par des enjeux économiques et politiques, voire moraux. Cette saturation tient largement aux solutions préconisées par les représentants des deux camps : assainissement des foyers d’infection pour les infectionnistes, regroupement et isolement des malades pour les tenants de la contagion. Ainsi « les contagionnistes furent assimilés à des conservateurs qui, en isolant les malades (petites gens pour la plupart), se voyaient accusés de ségrégation. Plus encore, il leur était reproché, du fait de l’établissement d’un cordon sanitaire – sur les côtes notamment –, d’apporter des entraves au commerce » (p. 380). Au contraire, les infectionnistes font figure de « libéraux propagateurs d’une médecine qui se voulait moderne » (p. 380). C’est ainsi que, dès l’approche de la première épidémie, avant même que la controverse ne soit tranchée, les mesures mises en œuvre, focalisées sur le contrôle de la salubrité des habitations, s’inspirent des recommandations des tenants de l’infectionnisme. En 1849, l’absence de contagiosité – érigée en thèse officielle – est invoquée pour rassurer la population. Quant au rôle joué par l’insalubrité dans le développement de l’épidémie, passé dans le sens commun, il est au principe de l’adoption d’une loi relative à l’assainissement des logements insalubres – la loi Melun du 13 avril 1850, qui n’est pas non plus exempte de dimensions moralisatrices, puisqu’en rendant plus salubre l’habitation du pauvre, on lui permet de se recentrer sur la vie familiale.

La réorganisation commerciale en images dans des quartiers nantais gentrifiés

par marie cartier

Le quartier Chantenay-Sainte Anne situé à l’Ouest de Nantes entre la ligne 1 du tramway et les bords de Loire est un ancien quartier ouvrier qui a connu depuis les années 1980 un processus de gentrification. Il est devenu un des quartiers de Nantes où les prix de l’immobilier sont les plus élevés. Le vaste quartier Zola situé de l’autre côté de la ligne de tramway fut lui aussi anciennement industriel et ouvrier tout en jouxtant les lieux historiques d’implantation de la bourgeoisie nantaise : le parc de Procé, la place Mellinet.

Les photographies ci-après prises durant le mois d’avril 2020 dans le respect des règles de confinement (case 2 de l’attestation de déplacement dérogatoire) ne donnent pas à voir de messages de solidarité et remerciement envers les commerçants comme à Basse Indre, dans la proche banlieue nantaise. On y entrevoit en revanche les formes variées que prend la réorganisation des transactions commerciales en contexte d’épidémie sanitaire en fonction du type de commerce et des caractéristiques sociales de sa clientèle.

Image 1a : Une épicerie fine au travail (Marie Cartier, 9 avril 2020).
Image 1b : Une épicerie fine au travail (Marie Cartier, 9 avril 2020).

Butte Sainte Anne, cette épicerie « fine » ainsi qu’elle se décrit sur Facebook,  qui vend fruits et légumes bio ou non, fromages, olives, vins et divers produits français et  italiens  a affiché son respect des consignes sanitaires à la main sur une palette à l’intention de ses « chers clients ». Un choix à l’image de la simplicité et de la décontraction sociale que les classes supérieures et moyennes progressistes installées dans les quartiers gentrifiés des grandes métropoles occidentales valorisent. La palette se marie bien avec la devanture couleur prune et vert pomme, à la décoration sobre (les produits frais visibles de l’extérieur suffisent à décorer la devanture). Il est possible que ces commerces « fins », à la clientèle par principe sélectionnée par le type d’offre et les prix, s’adaptent plus facilement que d’autres à la crise sanitaire. Depuis le confinement, la file d’attente est longue et permanente devant cette épicerie qui n’a pas modifié ses horaires hormis qu’elle est fermée le lundi. Sur Facebook des clients la remercient de poursuivre son travail malgré le risque de contamination par le virus Covid 19.

Image 2 : Deux messages sur les portes d’une boulangerie (Marie Cartier, 12 avril 2020).

Cette boulangerie de la place Jean Macé a choisi d’afficher son respect des consignes sanitaires à travers un texte imprimé qui cultive une tonalité officielle et insiste sur le danger. Le flux de sa clientèle dont la mixité  du point de vue du sexe est mise en valeur (« Chers clients, chères clientes ») est sans doute bien plus dense que celui de l’épicerie fine et son profil social plus divers. L’interdiction faite aux enfants soupçonnés d’être particulièrement contaminants n’est pas trop brutale (« Venez un par famille ») mais elle est explicite. Ici les horaires d’ouverture ont été avancés à un horaire très matinal. Les boulangers signent de leurs prénoms : par-delà l’officialité du message sanitaire, des relations personnalisées existent aussi dans cette boulangerie de quartier. Un second message, politique plus que commercial, rappelle que fréquenter cette boulangerie, c’est la « soutenir ». S’agit-il d’un message anticipant les pertes de chiffre d’affaires des commerces et de la filière « pain » dans le cadre de Covid 19 ? Ou d’un message ancien faisant allusion à la concurrence multiforme (des AMAP aux hypermarchés) que subissent les boulangeries de quartier y compris dans les quartier gentrifiés ?  A quelques centaines de mètres, sur le boulevard de l’Égalité en l’espace de cinq ans, deux boulangeries ont fermé.

Image 3a : Gentrification sociale, gentrification commerciale (Marie Cartier, 12 avril 2020)
Image 3b : Gentrification sociale, gentrification commerciale (Marie Cartier, 12 avril 2020)

Comme l’ont montré de nombreux travaux sociologiques, la gentrification, processus multiforme, se joue aussi dans l’offre commerciale. Place Jean Macé, ces dernières années, un  pizza-traiteur italien et une épicerie vrac et bio se sont installés dans les locaux d’une ancienne boucherie et d’une ancienne pharmacie. Sur cette image, on voit que ces commerces ont continué à travailler pendant la crise du Covid 19 dans le respect des consignes sanitaires (les clients commandent exclusivement par internet et viennent réceptionner la marchandise au seuil de la boutique). Le client de l’épicerie, avec enfants et coûteux équipements pour les transporter à vélo, est à l’image des nouveaux propriétaires du quartier Chantenay. Au premier plan, un autocollant affiché sur un poteau indique que la gentrification urbaine suscite des critiques politiques. Ces autocollants ont été placardés dans la ville depuis l’automne 2019, dans le contexte de préparation des élections municipales, par des membres du groupement Nantes Révoltée, entièrement anonyme, mais très médiatique au plan local comme national du fait de sa présence active sur les réseaux sociaux.

Image 4 : Don de plants de légumes (Marie Cartier, 17 avril 2020)

L’image 4 représente une petite annonce collée sur un poteau sous un vieil autocollant Sud Solidaires à l’angle des rue Fonteny et des Girondins.  Elle permet de rappeler qu’à côté de la consommation marchande, la plus visible, l’autoconsommation, très marginale à l’échelle nationale d’après les enquêtes Budget de l’INSEE, reste  pourtant présente, y compris dans ces quartiers nantais gentrifiés, qui comptent outre des jardins individuels plusieurs zones de jardins familiaux. Cet habitant des Courtils (un petit quartier du bas Chantenay composé de quelques immeubles HLM et d’un lotissement pavillonnaire) d’origine rurale, en attente depuis cinq ans d’un jardin familial auprès de la mairie de Nantes, complète ses revenus de retraité du commerce en entretenant des jardins pour des particuliers sous le statut d’auto-entrepreuneur. L’un de ses employeurs, dans la proche banlieue nantaise, l’autorise à cultiver pour son propre compte des légumes sur la parcelle qu’il entretient (c’est du « troc » explique-t-il au téléphone). Interdit d’accès à ce jardin en plein mois d’avril, époque des plantations, il a décidé de faire don de ses plants de pomme de terre et d’oignons sur la voie publique. Il est, me dit-il, un fervent adepte du Bon coin et des petites annonces.

Image 5 : La communication attentionnée d’un garage automobile (Marie Cartier, 9 avril 2020)

Ce message affiché sur le rideau de fer descendu du garage Renault de la place Zola est imprégné d’une « attention aux autres »  qui connaît un regain depuis mars 2020 et la crise sanitaire.  Dans les messages professionnels depuis deux mois,  supérieurs hiérarchiques et collègues se sentent obligés de mentionner la « santé » de ceux auxquels ils s’adressent.  La formule américaine « take care » ne va-t-elle pas s’imposer en français comme le suggère ce « Prenez soin de vous » affiché par ce garage à l’intention de ses clients (voir la variante « Portez-vous bien » chez le caviste de l’image n°6) ?  Attentionnée, la communication de ce garage n’est pas dépourvue de familialisme : elle célèbre le « foyer familial » comme remède à la crise sanitaire.  Nantes, tout  aussi révoltée soit-elle,  se situe dans  l’Ouest de la France, à la croisée de territoires où la religion catholique, les familles nombreuses et les mères au foyer ou à temps partiel sont restées plus présentes qu’ailleurs. Mais la communication de ce garage automobile tempère son familialisme spontané et cherche à éviter l’ethnocentrisme, à penser la situation en adoptant divers points de vue : à côté du « foyer familial », elle invoque aussi « les proches ». Dans le quartier Zola comme dans la ville de Nantes, les ménages composés d’une seule personne n’ont cessé de se développer dans les dernières décennies : le taux de personnes seules atteignait 52 % dans la ville centre de Nantes selon l’INSEE en 2016. Parmi ses clients automobilistes, il est probable que ce garage Renault compte de telles personnes isolées dont le refuge sera moins le « foyer familial » que des « proches » pouvant être des voisins, des amis, à compter qu’ils en aient.

Image 6a : Rigueur sanitaire chez un caviste (Nicolas Thibault, 21 avril 2020)
Image 6b : Rigueur sanitaire chez un caviste (Nicolas Thibault, 21 avril 2020)

Place Zola, à la fin du mois d’avril, le caviste Rouge Bouteille  a repris son activité exclusivement en « commande livraison ».  L’achat de vins n’est donc accessible qu’aux adeptes des nouvelles technologies (connexion internet, mail, paiement CB sans contact). Le seuil de la boutique a été équipé d’une protection en plexiglass et des caissettes en bois empilées servent de présentoir. Vendeur et cliente sont engagés dans l’échange, concentrés mais éloignés de plus d’un mètre et séparés par une protection transparente.  Le ton de l’affichette imprimée est impératif, l’encadrement des gestes méticuleux et extensif :  il faut réduire « les échanges entre clients », apporter son « propre sac ». Le ton sécuritaire vient sans doute contrebalancer l’incitation à consommer de l’alcool (il faut acheter au moins trois bouteilles pour pouvoir commander), délicate dans un contexte de dénonciation de la surconsommation liée au confinement. Dans le département voisin, l’interdiction préfectorale de vente d’alcool à emporter au nom de la lutte contre les violences intrafamiliales vient tout juste d’être levée.

Dans les quartiers Zola, Chantenay, Sainte-Anne, il existait encore jusqu’aux années 1990 sur les boulevards comme sur les avenues intérieures des dizaines de petits cafés. Beaucoup ont fermé et des cavistes ont fait leur apparition. Les goûts alimentaires se diffusent dans l’espace social, souvent de haut en bas ; celui du vin a suivi un chemin inverse. Longtemps marqueur des classes populaires, le vin est aujourd’hui davantage consommé par les classes supérieures. Depuis 2012, le caviste  et bar à vin, Rouge Bouteille, propose, selon ses propres termes sur Facebook, des « vins de vignerons authentiques à forte tendance bio et nature » et des « grignottes le midi et le soir ». La consommation de vin ainsi se gentrifie : elle se privatise, devient plus sélective, s’entoure de distinction et de « conseils avisés ». Depuis avril 2020 et l’épidémie de Covid 19, elle doit aussi, quel paradoxe, faire corps avec la sécurité sanitaire.

Image 7 : Distanciation sociale au marché, file d’attente (Nicolas Thibault, 23 avril 2020)

A 8 h 30, le 23 avril 2020, jour de réouverture sous consignes sanitaires du marché Zola, les clients forment une file d’attente impressionnante de plus d’une centaine de mètres. L’affluence en ce jour de réouverture est-elle supérieure à celle du mois de février ? Plus masculine ? Moins retraitée ? Elle nous rappelle en tout cas que l’achat de produits alimentaires sur les marchés comme la consommation de fruits, de légumes, de poisson, caractérisent traditionnellement le mode de consommation des professions du haut de l’échelle sociale, surreprésentés dans ces quartiers gentrifiés. Ces clients du marché Zola apparaissent aussi très disciplinés : la distance d’un mètre est respectée et les échanges ont l’air très réduits (aucune conversation par exemple n’est perceptible). Pour accéder à l’enclos de quinze commerçants (Image n°8) il faut se laver les mains et franchir une barrière sous la surveillance d’un groupe de policiers municipaux.

Image 8 : Un accès contrôlé au marché (Nicolas Thibault, 23 avril 2020)

Que donne finalement à voir cette brève enquête sous contraintes ? Tout d’abord  que le processus de gentrification de l’ouest nantais se poursuit à travers la recomposition de l’offre commerciale de proximité. On y entrevoit aussi la centralité de la préoccupation et des consignes sanitaires dans la réorganisation des petits commerces. Les images collectées donnent à voir des commerçants et clients qui obéissent aux consignes sanitaires. Il faut dire que les classes supérieures et moyennes résidant dans ces quartiers gentrifiés comptent nombre de soignants (médecins, hommes et femmes, infirmières…). Le CHU, situé à quelques kilomètres, est le plus gros employeur de la ville. Tout comme dans les quartiers bourgeois traditionnels, la raison sanitaire trouve ici de fervents alliés et les commerçants s’adaptent à leurs clientèles. En va-t-il autrement dans les quartiers populaires ? Il faudrait mener des enquêtes comparatives. Il apparaît aussi que l’adaptation forcée (pour des raisons à la fois réglementaires et économiques) des commerces aux consignes sanitaires renforce et banalise la consommation à distance (sur commande, sans contacts, par internet…) qui laisse de côté les déconnectés. Videra-t-elle définitivement les boutiques du contact direct qui en fait la spécificité ? Pas sûr. Discrètement —la santé prime— les messages affichés sur les devantures ne font-ils pas aussi entendre l’impatience des commerçants à retrouver « une vie normale » et leurs clients « en vrai » ?

Bibliographie

P. Cardon, T. Depecker, M. Plessz, Sociologie de l’alimentation, Paris, Armand Colin, 2019.

P. Masson, M. Cartier, R. Le Saout, J.-N. Retière, M. Suteau, Sociologie de Nantes, Paris,  La Découverte, 2013.

T. Amossé, M. Cartier, « “Si je travaille, c’est pas pour acheter du premier prix !” Modes de consommation des classes populaires depuis leurs ménages stabilisés », Sociétés contemporaines, n° 114, 2019.

A. Collet, Rester bourgeois. Les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction, Paris, La Découverte, 2015.

F. Madoré, « Des ménages de plus en plus petits et une hausse spectaculaire des personnes seules », in Atlas Social de la métropole nantaise, 2019.

S. Tissot, De bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste, Paris, Raisons d’agir, 2011.

Rideaux de fer

Par Shani Galand

Comme l’indiquent le site officiel du gouvernement ainsi que le décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire tout commerce ou service de proximité qui ne présenterait pas un caractère « indispensable » à la vie du pays est contraint de fermer sauf à mettre en œuvre de nouveaux moyens lui permettant de poursuivre son activité « sans contacts ».

Les vitrines des commerces et services concernés présentent des messages adressés par les propriétaires à leur clientèle qui témoignent de cette situation particulière et laissent parfois entrevoir des registres d’interprétations multiples face à ce phénomène. Les mots usités, la ponctuation utilisée, la familiarité du message ou à l’inverse la fermeté qu’il renvoie ainsi que le support sur lequel il est adressé sont autant d’éléments significatifs qui retranscrivent cette diversité.

Une première série de photos laisse entrevoir, par les points d’interrogation qui figurent sur les messages, l’incertitude, l’incompréhension et parfois même les suspicions (photo 1) qui traversent les commerçants face à cette consigne de fermeture précipitée.

Photo 1 : «  FERMÉ Coronavirus ? »

Bar PMU situé Boulevard Paul Bellamy (S. GALAND)

S’il est difficile d’interpréter sa signification à sa simple lecture, il semblerait que soit ici remis en cause le motif même de la fermeture de ce BAR PMU par son propriétaire comme le laisse suggérer le point d’interrogation qui précède la formule« coronavirus ».

Pour d’autres la ponctuation fait plutôt état d’une incertitude quant à la possible date de réouverture de leur commerce (photo 2 ; photo 3).

Photo 2 : « Réouverture ? »


Institut de beauté rue François Bruneau – Quartier Saint-Félix (S. GALAND)

Malgré l’incertitude exprimée, ce premier commerce fait mention d’une date possible de réouverture, celle du 12 Mai, soit le jour suivant la date du déconfinement prévue par le gouvernement, ce qui n’est pas le cas de ce coiffeur qui ne se risque pas à des déclarations erronées et préfère laisser un blanc à l’emplacement prévu à cet effet (photo 3).

Photo 3 : « A bientôt ? »


Salon de coiffure Boulevard Lelasseur (S. GALAND)

Une deuxième série de photos permet plutôt d’observer les formes différenciées qu’ont les commerçants d’annoncer leur fermeture à leur clientèle. Certains mobilisent un registre assez familier faisant preuve d’une proximité avec leur clientèle en accessoirisant leur message, en exprimant leur regrets et en adressant leur soutien (photo 4, photo 5), quand d’autres sont plus brefs, fermes ou encore protocolaires dans leurs annonces (photo 6, photo 7, photo 8, photo 9). Néanmoins, les uns comme les autres reprennent parfois l’argumentaire qui est celui du gouvernement pour justifier de leur fermeture, laissant apparaître différentes manières de nommer le phénomène : Coronavirus, le Virus (photo 7), Covid-19 (photo 5) etc. Rideaux déployés, grilles abaissées accompagnent, comme de manière symbolique, ces messages de fermeture.

Photo 4 : « Prenez soin de vous »


Salon de coiffure Boulevard Robert Schuman (S. GALAND )

Photo 5 : « Je le regrette »

Salon de coiffure boulevard Robert Schuman (S. GALAND)

Le salon de coiffure en photo 5 utilise comme en photo 4 un registre plutôt familier en adressant ses encouragements à sa clientèle et en mentionnant les prénoms de ses employés. Cependant à l’image des photos qui suivent, des mots forts sont mentionnés en gros caractères et en majuscules pour faire part de la gravité de la situation : « Covid-19 », « Nouvel ordre ». Par ailleurs, l’argumentaire qui est celui du gouvernement sera plusieurs fois repris pour justifier de cette fermeture à caractère exceptionnel et à l’impossibilité pour le salon d’honorer ses rendez-vous : « Les salons de coiffure ne sont pas indispensables à la vie du pays ».

Exemple d’une annonce plus protocolaire :

Photo 6 : « En application des directives gouvernementales »

Pressing Rond-Point-de-Vannes (S. Galand)

Exemple d’annonces plus brèves et directives :

Photo 7 : « Jusqu’à nouvel ordre »

Cordonnerie rue du Poitou – quartier Hauts Pavés (S. GALAND )

Photo 8 : « Le Virus »

Théâtre Boulevard Lelasseur (S. GALAND )

Photo 9 : « … »

Institut de beauté rue du Poitou (S. GALAND)

Sur cette dernière photographie, on peut même noter l’absence totale d’annonce qui est ici remplacée par un carré noir, là où figurent habituellement les horaires d’ouverture de l’institut.

Enfin, l’observation de ces messages qui viennent donner un tout autre visage à ces devantures de magasins annonce aussi parfois des formes de réorganisation entreprises par les commerçants dont l’activité le permet. C’est par exemple le cas de ce cabinet de sophrologie qui propose désormais des séances virtuelles à l’aide d’outils numériques tels que Skype (photo 10) ou encore de ces restaurateurs qui s’essaient à la livraison à l’aide de plateformes de coursiers comme Ubert Eat ou Deliveroo (photo 11). D’autres services cette fois-ci plus inattendus, tel que les garages automobiles, qui semblent adopter un mode de fonctionnement similaire. Cependant, il ne se déploie ici qu’au motif d’une urgence justifiée (photo 12).

Photo 10 : « Sophrologie à distance »

Cabinet de sophrologie Boulevard Robert Schuman (S. GALAND )

Photo 11 : « Livraison uniquement »

Restaurant Boulevard Schuman (S. GALAND)

Photo 12 : « Service d’urgences »

Garage automobile Boulevard Robert Schuman (S. GALAND )

Si certains commerces et services faisaient déjà l’usage de ces outils avant la crise sanitaire déclenchée par l’épidémie de coronavirus, ces alternatives se présentent aujourd’hui comme les seules options possibles à la poursuite de leur activité de travail. D’autres, quant à eux, n’en étaient pas adeptes et en font l’usage pour la première fois, étant ici aussi forcés de trouver un moyen de faire perdurer leur activité. Pour ce faire, ce cabinet de sophrologie ou encore ce garage automobile ont dû se « réinventer ». Aussi une question émerge : continueront-ils d’utiliser ces outils dans l’exercice de leur profession ? Les délaisseront-ils ? Les ajusteront-ils ?

La crise sanitaire aura certes supposé des adaptations mais aura-t-elle opéré une transformation durable de certaines professions ? Seul l’avenir, encore incertain, nous le dira.

*Toutes les photos ont été prises le même jours (20 Avril) dans les rues de Nantes (quartiers Hauts-pavés, Rond-Point-de-Rennes, Rond-Point-de-Vannes, Saint Félix)

Écritures publiques

Par tristan poullaouec

Toutes ces photographies ont été prises à Nantes dans le quartier Saint-Clément, qui est assez contrasté. L’Église du même nom est fréquentée par les catholiques traditionalistes du quartier, mais aussi des fidèles venant le dimanche des départements voisins. Une statue de Louis XVI trône au milieu de la place Foch, entre la cathédrale et la préfecture. Mais sous l’effet du déplacement de la richesse vers d’autres quartiers et de l’arrivée de nouvelles populations (notamment des enseignants, des médecins, des cadres du public, des professions culturelles), la morphologie du quartier s’est modifiée. Habituellement très vivante, notamment le jeudi soir, la rue du Maréchal Joffre compte plusieurs cavistes, des bars et des épiceries de nuit, des restaurants. Une rue perpendiculaire abrite le centre NOSIG, association d’accueil et de soutien des personnes LGBTQI+. Dans les bureaux de vote de l’école Sully, Emmanuel Macron et François Fillon ont obtenu des scores très proches des pourcentages moyens de suffrages exprimés en leur faveur à Nantes lors du premier tour de la dernière élection présidentielle (respectivement 30,8% et 20,2%). De son côté, Jean-Luc Mélenchon y a recueilli 27,6% des bulletins, soit 2 points de plus qu’en moyenne à Nantes.

Photographie n°1 : « Coro, boulot, dodo ! » (Rue Cochard, Nantes, 17 mars 2020).

Cette première photographie a été prise le lendemain de la seconde allocution d’Emmanuel Macron décidant de « réduire nos déplacements et nos contacts au strict nécessaire ». Les graffitis et les inscriptions sur le mur et le composteur ont probablement été réalisés dans la nuit. Ils font face à un café restaurant très fréquenté dans le quartier, aussi bien par les parents d’élèves de l’école primaire publique de la rue que par des étudiants (à deux pas se trouvent une école d’arts appliqués, une résidence étudiante, et un peu plus loin, un IUT et un lycée de classes préparatoires). Sans être signés, ils ressemblent à ceux qui apparaissent le long des trajets de beaucoup de manifestations nantaises. Ces messages s’adressent manifestement à des pairs, partageant un certain sens de la dérision, une hostilité marquée envers la police, les patrons et plus largement l’ordre social : le détournement de la devise républicaine évoque ainsi un anesthésique (la kétamine) utilisé comme hallucinogène.

Photographie n°2 : « Préparons les luttes de demain » (Rue du Maréchal Joffre, 4 avril 2020).
Photographie n°3 : « #Flatten the curve » (Rue du Maréchal Joffre, Nantes, 27 mars 2020).

Les photographies suivantes montrent deux balcons qui se font face, suggérant une réponse de l’un à l’autre. Ces draps sont apparus aux fenêtres avec les applaudissements à 20h des travailleurs du secteur de la santé. Contrairement aux précédentes, les deux inscriptions nous invitent à « rester chez nous » et donc au respect du confinement. Mais elles le justifient de manière différente : la première (photographie n°2) en considérant cette période comme une parenthèse propice à « préparer les luttes de demain », la seconde (photographie n°3) en se référant aux leçons de l’épidémiologie qui justifient le confinement par « l’aplatissement » de la courbe des nouveaux cas de Covid-19 (to flatten, aplatir). Le recours à l’anglais et au signe typographique # affichent également une familiarité avec les réseaux sociaux.

Photographie n°4 : « Éboueurs en colère » (Rue Cochard, Nantes, 10 avril 2020).

Cette quatrième photographie représente une expression politique beaucoup plus classique, inscrite dans le répertoire d’action des organisations trotskystes. Collé sur plusieurs poubelles, ce tract de Lutte Ouvrière daté du 1er avril évoque la mobilisation en mars des éboueurs de Nantes Métropole « pour obtenir du gel [hydroalcoolique] et des gants en latex ». Sans doute par crainte d’une nouvelle grève, leur employeur a en outre autorisé le retour du « fini-parti ». Cette pratique consiste à débaucher dès que la tournée est terminée. Son interdiction avait fait l’objet d’un long conflit social en 2017.

Photographie n°5 : « Élevages industriels, incubateurs à virus » (Rue Cochard, Nantes, 10 avril 2020).

La photographie n°5 a été prise non loin d’un magasin bio. Éphémère, ce message à la craie vise les habitants du quartier qui font leurs courses alimentaires dans la rue adjacente. Alors que les premiers articles de presse sur l’émergence du Covid-19 en Chine ont mis en cause les marchés de produits frais dans la transmission du virus, l’inscription sur ce trottoir dénonce l’industrie agroalimentaire, comme l’ont fait déjà à l’automne dernier les « marches pour le climat » rassemblant beaucoup de jeunes scolarisés, tout particulièrement à Nantes.

Photographie n°6 : « Sauvons les vies, pas l’économie » (Rue Monfoulon, Nantes, 10 avril 2020), photographie prise par Karine Guillet.
Photographie n°7 : « Des milliards pour l’hôpital » (rue du Préfet Bonnefoy, 13 avril, Nantes), photographie prise par Marie Vourc’h.

Dans le même registre, la photographie n°6 montre une banderole qui s’en prend aux pouvoirs publics au nom de la justice sociale et climatique. Pour ses auteurs, l’action du gouvernement pendant la crise sanitaire se résume à un sauvetage de l’économie. De fait, les projets de loi de finances rectificatives des 18 mars et 15 avril portent le déficit public à un niveau supérieur à celui de 2009 et visent principalement à renflouer les revenus perdus par les entreprises à cause du confinement. Plus précisément, l’inscription du drap de la photographie n°7, qui rime comme un slogan de manifestation, rappelle sans doute la revendication d’un effort financier pour augmenter les effectifs, rouvrir des lits et améliorer les salaires qui s’exprime à l’hôpital public depuis le printemps 2019 dans le secteur des urgences.

Photographie n°8 : « Ensemble, nous sommes plus résilient.e.s » (rue Monfoulon, Nantes, 10 avril 2020).

La dernière photographie relève d’une toute autre forme d’expression politique. Il s’agit d’une lettre affichée par un habitant du quartier proposant son aide à ses voisins (pour faire des courses, discuter au téléphone…). On peut imaginer son auteur plutôt jeune et progressiste, à en juger par son prénom (c’est en 2001 que Théo a été le plus souvent attribué), sa proposition d’un groupe WhatsApp, d’un site internet (www.covidentraide.gogocarto.fr) et l’usage de l’écriture inclusive dans son texte. Il ne désigne pas d’adversaire et n’exprime pas de revendication, mais espère « renforcer notre sens de la communauté ».

Bien sûr, cet album de photographies reflète aussi la vie de leur auteur pendant le confinement, profitant de ses rares sorties pour glaner les expressions politiques auxquelles il est habitué dans ce quartier. Mais ce qui frappe surtout dans ce début de collecte, c’est l’effacement du conflit contre la réforme des retraites à points, la disparition des tags dénonçant les féminicides ou encore des graffitis alertant sur les violences policières. Non pas que ces préoccupations soient aujourd’hui complètement absentes, mais tout se passe ici comme si elles étaient reléguées à l’arrière-plan, l’épidémie prenant désormais toute la place. Les panneaux électoraux des municipales sont toujours là, mais aucune inscription nouvelle ne vient défigurer les candidats pour leur rappeler leurs responsabilités face à la crise sanitaire. C’est probablement la conscience partagée de son ampleur, de sa gravité et de toutes ses implications qui suscite ces différentes prises de position : empêchés de se mobiliser autrement, de descendre dans la rue et même de se parler, certains auteurs de ces écritures publiques interpellent leurs contemporains en témoignant de la variété de leurs rapports à l’État.

Il faudrait enquêter pour vérifier cette hypothèse, qui vaut vraisemblablement pour les habitués des manifestations, mais pas forcément pour d’autres habitants du quartier exprimant leurs idées pendant cette période singulière. Certaines écritures publiques revêtent des formes assez classiques (comme le tract ou le graffiti), tandis que d’autres sont plus inédites. Des draps affichant leur soutien à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes étaient déjà apparus avant l’abandon du projet d’aéroport en 2018, mais de façon plus isolée. Que signifient ces affichages d’opinion politique aux fenêtres ? Il n’est pas impossible qu’ils se propagent aussi par l’effet d’entraînement des réseaux sociaux sur internet. Là aussi, à la frontière de l’espace public et de l’espace privé, beaucoup mettent en scène leurs prises de position. Un auteur nantais de bandes dessinées a ainsi appelé récemment à une « manif des fenêtres » sur son compte Twitter. En mars, un autre compte Twitter a été créé pour diffuser des photographies de ces « Fenêtres en Lutte« .

Indications bibliographiques :

Philippe Masson, Marie Cartier, Rémy Le Saout, Jean-Noël Retière et Marc Suteau, Sociologie de Nantes, La Découverte, 2013.

Une socio-histoire des épidémies

Par Marie Cartier

Johan Goudsblom a développé à l’université d’Amsterdam de 1968 à 1997 une sociologie attentive aux processus de longue durée et ouverte aux autres disciplines dans le sillage de Norbert Elias. Il s’est notamment intéressé avec Abram de Swaan à la socio-histoire de l’État-Providence. Son article « Les grandes épidémies et la civilisation des mœurs », traduit par Francine Muel-Dreyfus, est utile à lire aujourd’hui.

Il scrute, en s’appuyant sur les travaux des historiens, les réponses sociales à quatre maladies qui frappèrent l’Europe au fil des siècles : la lèpre (Moyen Age), la peste (du 14ème au 18ème siècle), la syphilis (du 15ème au 19ème), le choléra (au 19ème).

Un air de familiarité avec Covid 19 nous saisit : inégalités sociales face à la contamination et à l’application des consignes sanitaires, rôle du commerce à longue distance et de la mondialisation économique, effets délétères de la maladie mais aussi de la peur de la contagion, regain de la haine de l’étranger, quarantaine et confinement. Mais attention… Le socio-historien s’aidant de La Civilisation des mœurs d’Elias s’attache à débusquer l’anachronisme dans l’étude des épidémies du passé : on tend à y projeter notre préoccupation hygiéniste et sanitaire alors même que celle-ci n’a commencé à acquérir une véritable force sociale qu’à partir du 19ème siècle. Tout comme lui, évitons donc l’anachronisme et ne regardons pas le présent avec les yeux du passé. Covid 19 prend place en Europe dans des sociétés hyper médicalisées dans lesquelles le souci de la santé physique mais aussi mentale s’est répandu partout, des institutions de santé jusqu’aux individus, des classes supérieures jusqu’aux classes populaires. La mort y compris à un âge très avancé y est perçue comme inacceptable. L’autorité et les moyens de la médecine y sont devenus considérables. La définition de la maladie infectieuse en termes strictement médicaux aide à contenir l’ostracisation des contaminés. La diffusion d’informations médicales sur la nature de la maladie et son mode de contamination aide à lutter efficacement contre sa propagation mais aussi à maîtriser notre peur et ses effets délétères.

Le texte de Goudsblom a été publié en 1987, quelques années après le début de l’épidémie du sida. À la fin de son article, il s’aventure à tirer de sa revisite de l’histoire de quelques grandes épidémies, quelques hypothèses concernant les réponses sociales à cette nouvelle épidémie du sida. Celles-ci semblent étrangement optimistes dans la bouche d’un sociologue critique : « Le pouvoir croissant de la médecine a fait que le matérialisme médical est bien près de devenir une réalité ». L’histoire ultérieure de la lutte contre le sida ne lui a-t-elle pas donné raison ?

Indications bibliographiques :

Arborio Anne-Marie, Lechien Marie-Hélène, « La bonne volonté sanitaire des classes populaires. Les ménages employés et ouvriers stables face aux médecins et aux normes de santé », Sociologie, 2019/1 (Vol. 10), p. 91-110.

Delaporte François, Le savoir de la maladie. Essai sur le choléra de 1832 à Paris, PUF, 1990.

De Swaan Abram, Sous l’aile protectrice de l’État, PUF, 1995.

« En suivant le virus de la grippe aviaire »

par baptiste viaud

En 2011, Frédérick Keck (historien de la philosophie et anthropologue – Directeur de Recherche au CNRS) et Vanessa Manceron (anthropologue de la nature – Chargée de recherche au CNRS) cherchaient à retracer l’histoire sociale et politique du virus de la grippe aviaire1. Des premiers foyers infectieux repérés à Hong Kong en 1997, à la reconnaissance par la France d’un premier cas en 2006, les auteurs reviennent sur les conditions de circulation du virus, en tant que « monstre biologique » hautement pathogène, mais aussi sur les conditions de circulation des idées (souvent des controverses) et des pratiques (ordinaires ou politiques), qui composent les réponses apportées dans divers contextes nationaux à une crise sanitaire.

Il ne s’agit pas de chercher à comparer ce qui n’est pas comparable, ni à tirer des leçons d’un passé proche. La proximité la plus immédiate entre la grippe aviaire et le coronavirus, ce sont leurs noms tout droit sortis de l’imaginaire de George Lucas. H5 N1 pour l’un, Covid 19 pour l’autre. Mais à bien y regarder, mêmes si tous deux ont été comparés à des formes de « grippes », ils sont très différents. Le virus H5N1 est hautement pathogène et possède une forte létalité (les auteurs rappellent ainsi qu’il « tue 70% des humains qu’il infecte »). Il circule chez les animaux avant d’émerger chez les humains (cela reste une hypothèse non confirmée pour le Covid-19) et surtout ne passe pas d’homme à homme. Très loin donc de la contagiosité du Covid-19 dont la transmission interhumaine est intense, mais qui, à l’inverse, reste peu mortel. Le H5 N1 a fait craindre une pandémie, qui n’est pas advenue ; le Covid-19 en est une, officiellement reconnue comme telle par l’OMS en mars 2020.

La lecture de ce texte ne vise donc pas à mener une comparaison terme à terme dans le temps court et l’histoire récente. Elle n’en reste pas moins utile pour penser la manière dont un virus produit des formes spécifiques de (dé)régulations dont il convient de prendre la mesure et de comprendre les effets. Contre l’idée de sens commun selon laquelle un virus aurait pour effet unique de détruire la vie biologique et sociale, les auteurs montrent que le virus fait aussi naître, par réaction, des réponses tout à la fois sociales, scientifiques, politiques. Le H5N1 a généré une intense activité scientifique dont l’enjeu était de comprendre, évaluer, éradiquer ; ainsi qu’une intense activité politique dont l’enjeu était d’empêcher, limiter, protéger.

La lutte contre la diffusion du virus s’est traduite par des mesures spectaculaires, en particulier d’abattage ou de confinement des volailles (« En 1997, lors de la première apparition du H5N1, le gouvernement de Hong Kong a abattu 1,5 million de volailles et a demandé aux trois cents éleveurs du territoire d’abandonner leurs activités par un Voluntary Surrender Act »). Pour autant, ces réponses politiques ont été prises dans le double jeu des cultures nationales et d’une diplomatie sanitaire dans laquelle les gouvernements sont tout autant partenaires que concurrents (s’agissant de leurs équipements scientifiques, des stocks de produits sanitaires, de la façon dont ils administrent la santé publique ; etc.). Ainsi les réponses furent-elles variées (« En France, les porcs ont continué d’évoluer dans leurs enclos, alors qu’en Indonésie, où la majorité musulmane se méfie de ces animaux impurs, les autorités sanitaires ont choisi de les abattre plutôt que de confiner les volailles »). Et cette diversité de réponses politiques s’est accompagnée de « controverses sur les causes scientifiques et la gestion politique de l’infortune ». La circulation du virus, par les conduites variées qu’il contribue à construire sur des territoires distincts, et la volonté qu’il fait naître chez tous de trouver le chemin qu’il a emprunté, participe donc d’une véritable « géographie » à partir de laquelle il devient possible de proposer une histoire du virus (et plus exactement des histoires du virus, dépendantes des intérêts nationaux, susceptibles de se concurrencer voire de se contredire).

L’autre apport de cette lecture est de montrer combien les réactions face au virus interrogent la justice sociale. Dans le cas du H5N1, les mesures d’abattement des animaux, principaux vecteurs de la maladie, faisaient suite aux expertises scientifiques qui avaient isolé le trajet le plus probable du virus (« du canard à l’homme, en passant par le poulet et le porc »). Pourtant, les gouvernements se sont diversement lancés dans ces abattages selon le rapport entretenu aux animaux par leurs populations. En France, ce sont sur les volailles que les mesures se sont concentrées et les abattages ont été massifs. Si la mesure paraît scientifiquement armée, elle soulève des enjeux politiques et sociaux très sensibles. Les auteurs évoquent ici des « violences sacrificielles » qui, parce qu’elles reposent sur des arguments scientifiques deviennent des réponses politiques légitimes. Ces mesures justifient alors diverses formes de « dommages collatéraux », dont les effets sociaux potentiellement inégalitaires sont assumés au nom de l’intérêt commun. Si les virus ne touchent pas au hasard d’un strict point de vue biologique (s’attaquant plutôt aux personnes âgées et fragiles), les effets des réponses politiques apportées ne touchent pas au hasard d’un point de vue social. S’agissant du H5N1, dans une administration publique et un régime assurantiel qui protègent mieux les éleveurs industriels que les éleveurs de basse-cour, la violence des mesures d’abattage aura été d’autant plus fortement ressentie que les positions occupées étaient fragiles. Un tel résultat rappelle combien un virus au-delà de ses effets pathogènes immédiats, porte le risque d’effets proprement sociaux dont l’expression, peu audible le temps de la crise, prend sa pleine dimension lorsque vient le temps de « faire les comptes ».

1 Keck, Frédéric, et Vanessa Manceron. « 6. En suivant le virus de la grippe aviaire, de Hong Kong à la Dombes », Sophie Houdard éd., Humains, non-humains. Comment repeupler les sciences sociales, La Découverte, 2011, pp. 65-74.

Chaque pays, en fonction de son système de soins, choisit ses morts !

Par sylvie Morel

Le 27 mars, dans l’émission de Jean-Jacques Bourdin, Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France (FHF), l’affirme : « Oui, il y des témoignages qui effectivement nous racontent que oui, parfois, il y a des patients qui sont prioritairement pris et d’autres à qui on ne peut pas offrir une prise en charge identique. Donc aujourd’hui, il y a des choix douloureux parfois qui sont faits. » Depuis quelques jours, on pouvait en effet lire sur les réseaux sociaux le témoignage de soignant.e.s qui nous alertaient de la décision qui avait été prise dans certains hôpitaux de ne pas réanimer (« sauver ») certain.e.s patient.e.s. On y apprend plus précisément que, face à la pénurie de lits de réanimation (7 000 en France contre 25 000 en Allemagne par exemple), de gel hydroalcoolique, de masques, de tests de dépistage, de surblouses, mais aussi de personnel soignant dont les effectifs, faut-il le rappeler, ont été drastiquement réduits ces dernières décennies, des médecins sont contraints de faire un choix difficile, intolérable, entre les patient.e.s pouvant accéder aux soins de réanimation et ceux qui n’y auront pas accès. Christophe Prudhomme, médecin urgentiste et porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France, s’en indigne en direct sur BFM TV le 29 mars à 19h40 : « Nous choisissons les patients aujourd’hui qu’on va mettre en réanimation », concluant,après avoir souligné l’existence d’un manque chronique de lits de réanimation, sur le caractère prévisible de la catastrophe.

L’état d’urgence sanitaire dans lequel nous sommes plongé.e.s depuis plusieurs jours invite ainsi à lire ou relire les analyses menées par le médecin et anthropologue Didier Fassin1 qui dans La Vie, mode d’emploi critique (Seuil, 2018) revient sur un paradoxe : « Jamais la vie n’a été aussi sacralisée dans nos sociétés occidentales. Mais rarement les vies n’ont paru si inégales. » Il montre que les inégalités sociales révèlent des « hiérarchies morales » qui accordent plus de valeur à certaines vies qu’à d’autres, soulignant ainsi les écarts entre « la démocratie emphatiquement proclamée et la démocratie réellement observée ». Une dimension de ces inégalités est aujourd’hui rendue visible par la crise alors qu’elle demeure généralement impensée car sans nul doute difficilement pensable pour chacun.e d’entre nous : il s’agit des inégalités sociales dans l’accès aux soins d’urgence sanitaire en France. Dans un contexte de pénurie de lits de réanimation et, depuis quelques jours, de médicaments de réanimation comme le curare qui a pour fonction de détendre les muscles pour permettre l’intubation, ces inégalités constituent l’un des problèmes centraux posés par la crise.

Les inégalités sociales d’accès aux soins d’urgence sanitaire

La visibilité nouvelle de ce problème de santé publique ne doit pas pour autant nous faire croire qu’il est nouveau voire inédit, c’est-à-dire essentiellement lié à la « guerre sanitaire ». En effet, dans les années 1990, des recherches sociologiques mettent en exergue la situation de « porte-à-faux » (Bessin, 1995) dans laquelle se trouvent les services d’urgence, communément qualifiés « d’engorgés », confrontés à une double contrainte. D’un côté, ils doivent répondre à l’obligation d’accueillir le « tout-venant » des patients dont une part croissante est constituée d’urgences dites « sociales » (Peneff, 1992 ; Camus et Dodier, 1997) ; de l’autre, ils doivent composer avec le travail de sélection des patients opéré, en aval, par les services de spécialités médicales qui, depuis le début des années 1980, segmentent et rationalisent leur activité pour répondre aux contraintes gestionnaires engendrées par le « nouveau management public » (Belorgey, 2010). Les services de réanimation médicale comptent parmi ces services de spécialité qui opèrent une sélection des patients à leur entrée comme l’a montré le travail de Christophe Andréo (Andréo, 2004). Dans la lignée de ces travaux, les analyses que j’ai menées dans le cadre d’un doctorat2 montrent qu’il existe, en matière d’urgence sanitaire en France, des pratiques de sélection sociale. Plus précisément, cette étude montre que les intérêts médicaux et ceux des établissements de soins qu’ils soient public ou privé, conduisent à produire des filières d’accès aux soins d’urgence socialement différenciées. L’enquête ethnographique (Morel 2018a, 2018b) combinée à une enquête par questionnaire menée auprès de patients de deux services d’urgence, l’un privé et l’autre public, a permis de repérer quatre filières : la première est composée de services d’urgence hébergés dans des cliniques privées à but lucratif ; une seconde est constituée de services d’urgences publics hospitaliers ; la troisième est une filière de « contournement » des services d’urgences ; la dernière enfin, réunit les structures d’assistance socio-sanitaires (Morel, 2016).

Dans un article publié récemment dans Social Science & Medicine (Morel, 2019), je reviens sur les mécanismes concrets de sélection des patients et je montre plus précisément, comment l’organisation des soins d’urgence sanitaire en France participe à reproduire voire aggraver les inégalités sociales de santé dont on sait d’une part, qu’elles sont parmi les plus élevées en France et d’autre part, qu’elles prennent racine essentiellement en amont du système de soins, dans les conditions d’existence des individus (Leclerc et al., 2000). L’analyse se déploie en trois parties et permet de dévoiler les ressorts du processus de production de filières d’accès aux soins d’urgence différenciées socialement ou dit autrement, d’une médecine à plusieurs vitesses sociales. L’analyse comparée de l’organisation de deux services d’urgence, l’un privé, l’autre public, révèle dans un premier temps l’existence de politiques d’accueil différentes, le service d’urgence privé sélectionnant ses patients. La clinique privée a en effet une politique de recrutement ciblée voire sélective, qui contraste avec l’ouverture et l’accessibilité du Centre hospitalier universitaire où est hébergé le service d’urgence public. Pensée comme une véritable entreprise de production de soins qui se doit d’être rentable pour ses médecins propriétaires-actionnaires (Tanti-Hardouin, 1996 : 38.), la clinique se veut attractive pour capter et fidéliser une clientèle solvable et rentable (Grévin, 2011 : 268). De fait, les spécialités considérées comme non rentables sont absentes de l’organigramme et plus particulièrement, ce qui relève du médico-social (alcoolisme, sans domicile fixe, etc.) et du médico-psychologique. Ainsi, au service d’urgence privé, les personnes atteintes de troubles psychiques, d’addiction mais aussi, les personnes âgées grabataires et/ou polypathologiques sont évitées car d’une part, elles augmentent la charge de travail des soignants des services de spécialité et d’autre part, elles restent plus longtemps dans le service surtout si leur état de santé nécessite des « soins de suite ». Ces patients sont considérés comme non-rentables au regard des contraintes financières instaurées par le système de la « durée moyenne de séjour » (DMS) issu de la tarification à l’activité (T2A) instaurée en 2003, qui codifie les délais d’hospitalisation en faisant fi de la situation socio-sanitaire des patients. Dans ce cadre, la clinique évite donc ces « mauvais » malades au profit de patients non seulement solvables mais aussi, plus « rentables » car souffrant d’un problème organique ciblé. Dans un second temps, l’analyse statistique des profils des patients permet non seulement de confirmer l’existence de pratiques de discrimination à l’entrée des urgences privées mais aussi, de suggérer l’existence de telles pratiques aux urgences hospitalières au regard de la nette sous-représentation voire de l’absence de certains profils de population dans ce service (personnes sans couverture sanitaire ou personnes bénéficiant de l’AME). L’analyse révèle que dans un contexte de restriction budgétaire, les professionnels hospitaliers sont contraints de réorienter les populations les plus précaires et notamment sans couverture sanitaire, vers une filière de soin spécifique « d’assistante socio-médicale » (Parizot, 2005). Composée de structures hospitalières (PASS) et d’associations humanitaires (Médecins du Monde, etc.), cette filière spécialisée dans la prise en charge des patients les plus précaires permet d’expliquer la quasi-absence de personnes sans assurance maladie (1,4%) et de bénéficiaires de l’AME (1,4%) parmi les patients interrogés au service d’urgences public, comparée à leur forte proportion d’une part, à l’association Médecins du monde (16,8%), située à proximité de ce service. Et d’autre part, à la PASS où, l’année de l’enquête (2007), les patients sans assurance maladie et bénéficiant de l’AME représentaient respectivement 60% et 13% des patients pris en charge. Enfin, c’est à la faveur de circonstances exceptionnelles que j’ai pu repérer l’existence d’une autre filière d’accès aux soins d’urgence sanitaire destinée à une population minoritaire.

Nous sommes à la veille du 1er novembre, le personnel du service d’urgence de la clinique privée doit refuser toute admission car les services de spécialité (d’hospitalisation) sont complets. J’ai pu alors assister, non sans surprise, à l’arrivée de patients qui, en temps normal, n’empruntent pas le circuit des urgences mais celui de l’hospitalisation programmée. Certains de ces patients n’hésitaient pas à manifester leur mécontentement, leur présence aux urgences constituant pour eux un accident dans leur parcours de soin habituel. Pour cette poignée de patients appartenant aux franges supérieures de la catégorie de cadres, le passage par ce service est difficilement envisageable : lorsqu’un problème de soin urgent survient, ils mobilisent leur réseau médical et accèdent rapidement aux services spécialisés correspondant à leur état de santé sans passer par les urgences. C’est la filière de contournement des services d’urgences qui se caractérise par un accès direct aux soins d’urgence.

Toutefois, entre la mise au jour de l’existence de disparités sociales d’accès aux soins et l’énonciation d’une inégalité sociale dans l’accès aux soins d’urgence sanitaire, le pas doit être franchi avec prudence. Encore faut-il démontrer que la « qualité » des soins dispensés diffère d’une filière de soins d’urgence sanitaire à une autre (Lombrail, et al., 2004 : 62). Sur ce point, l’enquête ethnographique montre que l’accès aux soins de spécialité appropriés à l’état de santé du patient, ce que Pierre Lombrail nomme l’accès secondaire aux soins (Lombrail et al., 2004 ; Lombrail, 2007), sera plus rapide s’il est adressé au service d’urgence de la clinique privée. Les urgentistes exerçant au sein de ce service d’urgence sont en effet contraints de sélectionner les patient.e.s à l’entrée sur la base de critères médicaux et sociaux afin de recruter des malades ajustés aux attentes des services de spécialité. De fait, les patient.e.s qui arrivent dans ce service d’urgence accèdent rapidement aux services de spécialité contrairement à la situation qui prévaut aux urgences publiques où les professionnel.le.s ne parviennent pas à les « vendre » rapidement aux services d’hospitalisation (Camus, Dodier, 1997). Concernant la filière composée d’une minorité de patient.e.s qui savent mobiliser leur réseau médical pour contourner les services d’urgences, l’accès au service de spécialité approprié à leur état de santé (cardiologie, pneumologie, médecine interne, etc) est direct et donc rapide. Enfin, s’agissant de la filière prenant en charge les patient.e.s sans couverture sanitaire (sans domiciles fixes, migrant.e.s, etc.), l’accès aux soins de spécialité se fait au terme d’un long parcours : adressés en priorité aux structures d’assistance socio-médicale (PASS, Médecins du Monde), les patient.e.s arrivent au service d’urgence public dans un état de santé généralement dégradé avant de gagner, enfin, le service de spécialité où les médecins relèvent une proportion élevée de besoin de soins urgents (Boisguérin, Haury, 2008). Comme le souligne, un médecin infectiologue, « le problème c’est d’arriver au médecin spécialiste ». Or ces étapes qui jalonnent le parcours de soins constituent autant de « pertes de chance » pour le patient. Le temps, selon qu’il est long ou réduit, est en effet reconnu par les médecins comme un facteur aggravant ou favorisant l’état de santé d’un patient. Sur la base de ces données, il apparaît donc que les disparités sociales d’accès aux soins d’urgences repérées sont bien synonymes d’inégalités sociales. Ces résultats invitent ainsi à aller au-delà des cadres d’analyse binaires et simplistes (« médecine de riche, médecine de pauvre », « médecine à deux vitesses »), mobilisés dans les discours médiatiques pour appréhender les inégalités afin d’adopter une grille d’analyse plus fine, reflétant la complexité du monde social : il existe en France des filières d’accès aux soins (d’urgence) graduées socialement, ou, dit autrement, une médecine à plusieurs (4) vitesses sociales. En portant dans l’espace public, la question des « choix douloureux » concernant l’accès aux soins de réanimation s que doivent opérer les soignant.e.s au détriment de personnes âgées et ce, en raison d’une pénurie de lits et de médicaments dans ces services, la crise sanitaire opère aujourd’hui comme un véritable révélateur de ce problème de santé publique.

« Pourquoi de telles inégalités de traitement ? En tout cas, pas pour raisons médicales ».

Le Parisien titrait dès le 17 mars : « Coronavirus : “ Il va falloir choisir” entre les malades, admettent des soignants » et une infirmière épuisée confiait au journaliste : « Oui, on commence à trier les patients ». Il est certes précisé que ce sont des patients de 70 ans, déjà malades, qui ont été privés de soins de réanimation, mais aussi que ces choix ont été contraints par une pénurie de places. Autrement dit, ils n’ont pas été guidés par l’état de santé du patient et le principe hippocratique du primum non nocere [en premier lieu, ne pas nuire], qui peut conduire les médecins, dans certains cas, à décider collégialement et en accord avec les directives anticipées du patients et les familles, de ne pas réanimer. Parallèlement, les nombreux décès survenus ces derniers jours dans les Ehpad, mais aussi à domicile, n’ont pas été comptabilisés dans les chiffres annoncés chaque jour par Jérôme Salomon, directeur générale de la santé. De toute façon, l’absence de tests ne permet pas d’associer certains de ces décès au COVID-19. Tout ceci conduit à une invisibilisation de ces victimes et contribue à masquer le traitement sanitaire réservé à ces patient.e.s durant la pandémie. Il convient également de préciser que la stratégie du confinement total est, de l’avis des soignant.e.s, dangereuse pour ces personnes. Par exemple, le fait que les repas soient désormais pris seul.e.s dans les chambres, non seulement engendre un isolement social qui entraine une forme de « mort sociale » précipitant la « mort biologique » , mais est également source de dangers immédiats : le sous-effectif structurel et la dégradation des conditions de travail du personnel des Ephad, engendrés là aussi par des années de politiques de restriction budgétaire (Dussuet, Nirello, Puissant, 2017), ne permettent pas d’être présent.e.s auprès des personnes âgées pour intervenir en cas de « fausses-route » fréquentes et bien connues des professionnel.le.s. de santé.

Dans un article publié en 2009 sur un site d’information médicale, le Professeur Sadek Béloucif, anesthésiste-réanimateur et ancien membre du Comité d’éthique, expliquait que la stagnation voire la régression du nombre de lits de réanimation, associées à un vieillissement de la population, contraint les réanimateurs à faire de l’âge un critère de sélection à l’accès aux soins d’urgence sanitaire :

« Plus prosaïquement, s’il ne reste qu’un lit pour deux patients, le jeune a une longueur d’avance. Pourquoi de telles inégalités de traitement ? En tout cas, pas pour des raisons médicales. Tous les réanimateurs sont d’accord sur ce point : “L’âge en tant que tel ne constitue pas, à lui seul, un facteur de mauvais pronostic”, insiste le Pr Béloucif. […] Si l’admission des personnes âgées en réanimation fait débat, c’est donc bien parce que la pression économique s’accentue. »

Il semblerait donc, pour reprendre une phrase qu’on attribue généralement à Arnold Allan Lazarus, psychologue clinicien et chercheur américain, que « chaque pays, en fonction de son système de soins, choisit ses morts ». Car oui, les morts dont il est question ici procèdent moins de choix fondés sur des critères ou principes médicaux, que de choix reposant sur des principes économiques ayant conduit à « la casse du siècle » (Juven, Pierru, Vincent, 2019) dénoncée par les soignant.e.s depuis des années et, plus particulièrement durant les mois qui ont précédé le début de cette pandémie. En visibilisant les inégalités sociales d’accès aux soins d’urgence sanitaire, la crise met ainsi en lumière l’existence d’une hiérarchisation sociale des vies ou dit autrement, pour paraphraser Didier Fassin, l’existence de vies inégales. Et les personnes âgées ne sont pas les seules à occuper une mauvaise place dans cet ordre social hiérarchique, en témoigne le traitement sanitaire réservé aux personnes migrantes confinées par centaines dans des gymnases, aux personnes incarcérées ou encore aux malades psychiatriques. Le psychiatre Mathieu Bellahsen faisait d’ailleurs part de ses craintes concernant ces derniers le 21 mars : « Mes pires craintes, c’est le tri des patients. Qu’on nous dise ‘non, on ne les prend plus’. Nous n’avons aucun lit de réanimation. Les malades mentaux, comme on dit, passeront en dernier ». Il ne s’agit certes là encore que de craintes mais l’inquiétude des professionnel.le.s exerçant en psychiatrie est à prendre très au sérieux au regard de la vulnérabilité particulière des personnes souffrant de troubles psychiatriques et de la stigmatisation sociale dont elle sont souvent l’objet.

« Sauver le capitalisme sanitaire »

Au regard de l’ampleur de la crise sanitaire, le Président de la République a semblé un instant remettre en question la politique d’austérité budgétaire en réaffirmant, dans son discours le 12 mars, l’importance de l’hôpital public, précisant même que la santé ne devait pas être un bien soumis aux lois du marché. Cependant, le 26 mars, les propos tenus par le Président devant l’hôpital militaire récemment installé à Mulhouse, laissent à penser que cette politique n’est nullement remise en question : les termes « plan massif d’investissement et de revalorisation de l’ensemble des carrières » ainsi que « prime exceptionnelle » destinée aux soignant.e.s, puisent indéniablement dans la « novlangue managériale » (Vandevelde-Rougale, 2018). Il convient de noter par ailleurs que le chef de l’État ne répond aucunement aux revendications fortes des soignant.e.s, à savoir plus de moyens matériels (la réouverture de lits notamment) et humains (recrutements pérennes de personnels médical et médico-social), ces derniers ayant été réduits au moyen d’outils gestionnaires comme la MAP, (« Mise à Plat des Effectifs »). Dans cette configuration sémantique, la promesse d’une « rupture » paraît ainsi plus que trompeuse : il s’agirait moins de sauver l’hôpital que de « sauver le capitalisme sanitaire » comme l’explique le sociologue Pierre-André Juven.

Face à cette situation que pouvons-nous faire ? Prendre de la distance avec la rhétorique guerrière et son corollaire, l’héroïsation des soignant.e.s qui, d’une part, tend implicitement à faire croire que les milliers de morts sont principalement dus à un ennemi commun invisible et, d’autre part, à rendre légitime, presque naturel, le « sacrifice » (nouvelle morale ?) des soignant.e.s et de tous les autres travailleur.euse.s. qui s’exposent au virus malgré le manque de matériel de protection. Ce faisant, cette métaphore de la « guerre sanitaire » occulte les raisons structurelles à l’origine de l’ampleur du nombre de morts, à savoir les choix économiques ayant conduit au démantèlement progressif d’un système de santé qui doit aujourd’hui « choisir ses morts ».

Remerciements :

Je remercie Delphine Moreau, Sociologue, Professeur à l’EHESP (laboratoire ARENES UMR 6051, Université Rennes 1), Anne-Cécile Hoyez, Géographe, Chargée de recherche au CNRS (laboratoire ESO UMR 6590, Université Rennes 2) et les membres du comité éditorial du carnet pour leur relecture et leurs précieux conseils.

Références

Andréo, C., « La gestion des flux de malades dans les services de réanimation », Sociétés contemporaines, 2004/2, n°54, 103-104.

Belorgey, N., 2010. L’hôpital sous pression. Enquête sur le nouveau management public, Paris. La Découverte.

Bessin, M., « Le social aux urgences hospitalières, les enjeux d’une restructuration ». Les cahiers de la sécurité intérieure, 1995, 22, 57-65.

Boisguérin, B., Haury, B., « Les bénéficiaires de l’AME en contact avec le système de soins », DREES, Etudes et résultats, 2008, n° 645

Camus, A., Dodier, N., « L’admission des malades. Histoire et pragmatique de l’accueil à l’hôpital », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 1997, 52, 4, 733-763.

Grévin, A., « Les transformations du management des établissements de santé et leur impact sur la santé au travail », Thèse Sciences de gestion, 2011, Université de Nantes.

Herzlich, C., « Types de clientèle et fonctionnement de l’institution hospitalière », Revue française de sociologie,1973  vol. 14, n°1, 1973,  p. 41-59.

Juven, P-A, Pierru, F., Vincent, F., La casse du siècle. À propos des réformes de l’hôpital public, Broché, 2019.

Leclerc, A., et al.,. Les inégalités sociales de santé, Paris, 2000, La découverte, Inserm.

Lombrail, P., et al., « Accès aux soins et inégalités sociales de santé : Que sait-on de l’accès secondaire ? », Santé, société et solidarité, 2004, 2, 61-71.

Lombrail, P., « Inégalités de santé et d’accès secondaire aux soinsHealth care and secondary access to care inequalities”, Revue d’épidémiologie et de santé publique, Vol. 55, Issue 1, 2007, 23-30.

Morel, S., « L’urgence à plusieurs « vitesses » : Fracture territoriale et inégalité sociale dans l’accès aux soins d’urgence en France. Genèse et réalité d’un sous champ sanitaire », Thèse de sociologie, 2014. Université de Nantes.

Morel, S., « La fabrique médicale des inégalités sociales dans l’accès aux soins d’urgence. Ethnographie comparée de deux services d’urgence public et privé », Agone, n°59, « Quand la santé décuple les inégalités », 2016, 73-88.

Morel, S., « De transporteurs à soigneurs ? Vers une segmentation du travail des ambulanciers privés français », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 – n° 1, 2018a, mis en ligne le 23 février 2018, URL : http://journals.openedition.org/sdt/1736 ; DOI : 10.4000/sdt.1736

Morel, S., « Se défaire du savoir savant. Réflexions autour d’un engagement ethnographique avec les ambulanciers », Genèses, 112, 2018b, 140-153.

Morel, S., « Inequalities and discriminations in access to emergency care. Ethnographies of three healthcare structures and their audiences », Social Science & Medicine, Vol. 232, Juillet 2019, 25-32,

Peneff, J., L’hôpital en urgence. Paris. Métailié, 1992.

Tanti-Hardouin, N., L’hospitalisation privée. Crise identitaires et mutation sectorielle, Paris, Editions de la Documentation française, 1996. [Voir aussi, La reproduction sociale de santé – Inégalités de santé : responsabilités individuelle ou destinée sociale ?, L’Harmattan, 2019].

Vandevelde-Rougale, A., La novlangue managériale. Emprise et résistance, Erès, 2018.

  1. Il est aussi titulaire de la chaire annuelle de santé publique (2019-2020) au collège de France. []
  2. Cette problématique se situe au cœur de mon doctorat intitulé : « L’urgence à plusieurs vitesses sociales. Fracture territoriale et inégalité sociale dans l’accès aux soins d’urgence », Université de Nantes, 2014. []

Quelques données sur l’épidémie de Covid-19

Par Tristan Poullaouec

Face au flot d’informations et à l’incertitude de la situation, un sociologue spécialiste de l’école et des investigations quantitatives cherche à comprendre l’épidémie de Covid-19 en se familiarisant avec les concepts de base de l’épidémiologie, discipline médicale qui étudie les maladies épidémiques, leurs modes de contagion et les moyens de les combattre et qui a beaucoup d’affinités avec la statistique.

Les coronavirus sont une grande famille de virus découverts dans les années 1960. Le Covid-19 se range parmi ceux qui peuvent causer des infections graves des poumons et provoquer dans les cas les plus sévères des détresses respiratoires aiguës. Apparu en décembre 2019, il fait partie des maladies infectieuses dites émergentes, contre lesquelles il n’existe par définition pas de traitement (hormis des symptômes), ni de vaccin. Sa létalité semble plus faible que celle d’autres coronavirus apparus depuis une vingtaine d’années. On estime qu’un à deux pour cent des patients ayant déclaré des symptômes et bien pris en charge en décèdent même s’ils étaient en bonne santé avant l’infection. Cette proportion a atteint dix pour cent des malades du SRAS de 2003, par exemple. Le taux de létalité du Covid-19 s’avère cependant beaucoup plus élevé que celui d’une grippe saisonnière (5 ‰). Mais sa dangerosité tient surtout à son haut niveau de contagiosité par transmission interhumaine.

Graphique n°1: Létalité et contagiosité des maladies infectieuses
Réalisé par le journaliste Pierre Bréteau (Le Monde, 20 février 2020).

Noté R0, le nombre de personnes contaminées par une personne infectée est désigné en épidémiologie comme le taux de reproduction d’une maladie. Il est égal au produit du nombre de contacts quotidiens d’une personne infectée avec des personnes non infectées (C), de la probabilité qu’elle contamine ces personnes (P) et de la durée de sa maladie (D) :

R0 = C × P × D.

Cette probabilité de transmission d’une personne à une autre est variable et difficile à établir : elle dépend de la durée et de la distance de l’interaction de face à face, des échanges de gestes et d’objets entre les présents, etc. Mais même en la supposant faible, le taux de reproduction du Covid-19 peut facilement dépasser 1 : autrement dit, chaque personne contaminée en contamine au moins une autre, et l’épidémie se propage de proche en proche. Si P = 1 %, une personne contaminée ayant 25 contacts par jours pendant les 10 jours de sa maladie la transmettra à 2,5 personnes. C’est à peu près la première estimation du R0 du Covid-19 à laquelle ont abouti les épidémiologistes d’une équipe de l’Imperial College de Londres. Mais aujourd’hui, « toutes les données que nous avons montrent qu’en l’absence de toute mesure de santé publique, le R0 du Covid-19 est autour de 3″, selon le biologiste Samuel Alizon, directeur de recherche à l’UMR MIVEGEC à Montpellier (dans un entretien donné à Mediapart le 5 avril 2020).

La plupart des personnes contaminées guérissent de la maladie, qui frappe d’abord les plus fragiles (les plus âgées, les personnes déjà atteintes par diverses pathologies, comme l’hypertension ou d’autres maladies cardiovasculaires). Il est même très vraisemblable qu’une majorité d’entre elles ne présentent aucun de ses symptômes (les porteurs asymptomatiques) ou seulement quelques faibles symptômes peu perceptibles (les porteurs paucisymptomatiques). C’est bien là le problème, d’un point de vue collectif. Pendant la durée d’incubation (de 5 à 6 jours, selon le microbiologiste Philippe Sansonetti), les porteurs peuvent naturellement transmettre le virus avant l’apparition des symptômes les conduisant à consulter un·e médecin. La période de transmission est évidemment rallongée en l’absence de symptômes. La faible létalité au plan individuel n’empêche donc pas une forte mortalité au plan collectif. C’est tout le paradoxe de cette maladie que d’être le plus souvent bénigne à l’échelle des personnes mais aussi très grave à l’échelle d’une société. En ce sens, elle a tout du fait social tel que le définissait Durkheim. Si rien ne stoppait l’épidémie, la surmortalité dans une population de la taille de la France aurait pu atteindre plusieurs centaines de milliers de décès en quelques mois (Graphiques 2 et 3).

Graphique n°2 : Estimation du nombre cumulé de décès liés au Covid-19 selon 2 hypothèses.
Source : Calculs réalisés à partir d’un modèle SIR mis en ligne par David Louapre (avec C=60, puis 30, P=0,5% et D=10).
Graphique n°3 : Estimation des décès quotidiens liés au Covid-19 selon 2 hypothèses.
Source : Calculs réalisés à partir d’un modèle SIR mis en ligne par David Louapre (avec C=60, puis 30, P=0,5% et D=10).

Nécessaires, les « gestes barrières » et la « distanciation sociale » ont ainsi été jugés insuffisants par les scientifiques conseillant le gouvernement français (le plus souvent des médecins et des épidémiologistes), compte tenu de la pénurie de masques de protection et du stock de tests de dépistage dans le pays au moment où l’Organisation Mondiale de la Santé déclare la pandémie, le 12 mars. Les pouvoirs publics ont donc fini par adopter progressivement des mesures de confinement, partiel, mais de grande ampleur, considérant qu’il s’agit de la seule stratégie efficace pour atténuer l’épidémie. Des modèles épidémiologiques simples montrent en effet qu’en réduisant de 60 à 30 le nombre C de contacts quotidiens par personne, le taux de reproduction du virus chute de 3 à 1,5, ce qui épargne des centaines de milliers de vies (en supposant une durée de maladie égale à 10 jours, une létalité de 1,5 % et une probabilité de transmission de 0,5 %). Ce niveau de surmortalité due au Covid-19 resterait bien sûr encore inacceptable dans la société qui est la nôtre, dépassant de beaucoup celle des cancers (les tumeurs sont la principale cause de décès constatée en France, Graphique 4). En attendant la mise au point de traitements et de vaccins, seul l’aplatissement de la courbe des nouveaux décès par des mesures ramenant ce taux R0 au plus proche de 1 pourrait rendre le bilan de l’épidémie comparable à celui d’une grippe saisonnière. Il est peu probable qu’on y parvienne : au 7 avril, déjà plus de 10 000 décès dans les hôpitaux et les EHPAD1 sont imputés au Covid-19…

Graphique n°4: Mortalité annuelle selon les maladies

Sources :

Outre les sources indiquées pour chaque graphique, je m’appuie ici principalement sur la conférence du microbiologiste Philippe Sansonetti au Collège de France le 16 mars 2020, ainsi sur un billet du physicien David Louapre sur son blog (Science étonnante) le 12 mars 2020.

  1. Selon l’agence Santé publique France []

Solidarités locales

Par Jean-Noël Retière

Un spécialiste de sociologie du droit et des classes populaires donne à voir par la photographie des marques de gratitude et de reconnaissance exprimées par des habitants d’une commune de Loire-Atlantique suite au confinement de sa population.

Photographie n°1
Photographie n°2

La photographie 1 représente l’affichette collée sur la devanture de l’unique boulangerie de la commune (Indre, bourg de Basse-Indre), ouverte chaque matin de 8h à 13h30. Le même graphisme, indice d’une origine commune, se retrouve dans celle collée sur la vitrine de l’une des deux pharmacies du bourg (photographie 2). Ces deux affiches, collées dans les premiers jours du confinement, sont encore présentes sur les vitrines des commerces concernés. Je vais tenter de connaître l’identité de la personne à l’initiative, au nom des habitants (notre, nos), de ces gestes de gratitude.

Question : retrouve-t-on de semblables manifestations ailleurs, en fonction de la configuration de l’habitat, de la population, de l’histoire socio-résidentielle ? Faut-il se contenter de n’y voir que l’expression d’une initiative individuelle ou l’imputer, plus largement, à un contexte propice à la mise en scène d’une convivialité pré-existante ou virtuelle, à tout le moins plausible ? Indre connaît, depuis plusieurs années, un processus de gentrification à l’origine de sociabilités qui se déploient dans les espaces de voisinage et se re-génèrent dans divers réseaux.

Photographie n°3

Cette photographie 3 représente une offre de service collée sur la porte de la boulangerie. Le numéro de téléphone devrait permettre d’en identifier l’auteur. Le support et la formulation demeurent des indices faibles. Je vous en dirai plus prochainement…

Photographie n°4
Photographie n°5

Sur un panneau accroché sur un mur de la rue Aristide Briand (photographie 4), cette affichette (photographie 5) scotchée portant la note manuscrite illustrée de notes de musique et de cœurs coloriés, signée de son auteure, renvoie aux hommages rendus, chaque soir à 20 h, par de très nombreux voisins de la rue, applaudissant à tout rompre en compagnie des enfants sur le pas de leur porte (photographies 6 et 7). Des photographies, par rue, devraient permettre de comparer la vigueur (versus l’atonie) de ces élans civils de reconnaissance.

Photographie n°6
Photographie n°7

Décrypter la société du Covid-19

Ce carnet vise à décrypter la société transformée par l’épidémie de Covid-19. Bien que les modes d’investigation sociologique soient considérablement réduits par le confinement généralisé, il s’agit ici de commencer à documenter la vie sociale confrontée à la crise sanitaire, qu’elle soit confinée ou non. Sous la responsabilité d’un comité éditorial du Centre Nantais de Sociologie (CENS, CNRS-Université de Nantes) ce carnet a pour objectif de recueillir des traces des activités sociales maintenues, de collecter des témoignages dans notre environnement plus ou moins proche, de rassembler des données de cadrage de la situation, de donner à lire des analyses de ce qui nous arrive ou d’autres épidémies plus anciennes. Il traite de différents thèmes, en fonction des spécialités des membres du CENS : les inégalités entre travailleurs, les pratiques de consommation, l’instruction en famille, les rapports au corps et à la santé, les déviances et le contrôle social, les solidarités locales, les effets de l’action publique, etc. Il s’adresse à tous les lecteurs, y compris les non spécialistes de sciences sociales. Les étudiants y trouveront des ressources pour poursuivre leur formation intellectuelle et comprendre les implications de l’épidémie.