Une socio-histoire des épidémies

Par Marie Cartier

Johan Goudsblom a développé à l’université d’Amsterdam de 1968 à 1997 une sociologie attentive aux processus de longue durée et ouverte aux autres disciplines dans le sillage de Norbert Elias. Il s’est notamment intéressé avec Abram de Swaan à la socio-histoire de l’État-Providence. Son article « Les grandes épidémies et la civilisation des mœurs », traduit par Francine Muel-Dreyfus, est utile à lire aujourd’hui.

Il scrute, en s’appuyant sur les travaux des historiens, les réponses sociales à quatre maladies qui frappèrent l’Europe au fil des siècles : la lèpre (Moyen Age), la peste (du 14ème au 18ème siècle), la syphilis (du 15ème au 19ème), le choléra (au 19ème).

Un air de familiarité avec Covid 19 nous saisit : inégalités sociales face à la contamination et à l’application des consignes sanitaires, rôle du commerce à longue distance et de la mondialisation économique, effets délétères de la maladie mais aussi de la peur de la contagion, regain de la haine de l’étranger, quarantaine et confinement. Mais attention… Le socio-historien s’aidant de La Civilisation des mœurs d’Elias s’attache à débusquer l’anachronisme dans l’étude des épidémies du passé : on tend à y projeter notre préoccupation hygiéniste et sanitaire alors même que celle-ci n’a commencé à acquérir une véritable force sociale qu’à partir du 19ème siècle. Tout comme lui, évitons donc l’anachronisme et ne regardons pas le présent avec les yeux du passé. Covid 19 prend place en Europe dans des sociétés hyper médicalisées dans lesquelles le souci de la santé physique mais aussi mentale s’est répandu partout, des institutions de santé jusqu’aux individus, des classes supérieures jusqu’aux classes populaires. La mort y compris à un âge très avancé y est perçue comme inacceptable. L’autorité et les moyens de la médecine y sont devenus considérables. La définition de la maladie infectieuse en termes strictement médicaux aide à contenir l’ostracisation des contaminés. La diffusion d’informations médicales sur la nature de la maladie et son mode de contamination aide à lutter efficacement contre sa propagation mais aussi à maîtriser notre peur et ses effets délétères.

Le texte de Goudsblom a été publié en 1987, quelques années après le début de l’épidémie du sida. À la fin de son article, il s’aventure à tirer de sa revisite de l’histoire de quelques grandes épidémies, quelques hypothèses concernant les réponses sociales à cette nouvelle épidémie du sida. Celles-ci semblent étrangement optimistes dans la bouche d’un sociologue critique : « Le pouvoir croissant de la médecine a fait que le matérialisme médical est bien près de devenir une réalité ». L’histoire ultérieure de la lutte contre le sida ne lui a-t-elle pas donné raison ?

Indications bibliographiques :

Arborio Anne-Marie, Lechien Marie-Hélène, « La bonne volonté sanitaire des classes populaires. Les ménages employés et ouvriers stables face aux médecins et aux normes de santé », Sociologie, 2019/1 (Vol. 10), p. 91-110.

Delaporte François, Le savoir de la maladie. Essai sur le choléra de 1832 à Paris, PUF, 1990.

De Swaan Abram, Sous l’aile protectrice de l’État, PUF, 1995.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.