Écritures publiques

Par tristan poullaouec

Toutes ces photographies ont été prises à Nantes dans le quartier Saint-Clément, qui est assez contrasté. L’Église du même nom est fréquentée par les catholiques traditionalistes du quartier, mais aussi des fidèles venant le dimanche des départements voisins. Une statue de Louis XVI trône au milieu de la place Foch, entre la cathédrale et la préfecture. Mais sous l’effet du déplacement de la richesse vers d’autres quartiers et de l’arrivée de nouvelles populations (notamment des enseignants, des médecins, des cadres du public, des professions culturelles), la morphologie du quartier s’est modifiée. Habituellement très vivante, notamment le jeudi soir, la rue du Maréchal Joffre compte plusieurs cavistes, des bars et des épiceries de nuit, des restaurants. Une rue perpendiculaire abrite le centre NOSIG, association d’accueil et de soutien des personnes LGBTQI+. Dans les bureaux de vote de l’école Sully, Emmanuel Macron et François Fillon ont obtenu des scores très proches des pourcentages moyens de suffrages exprimés en leur faveur à Nantes lors du premier tour de la dernière élection présidentielle (respectivement 30,8% et 20,2%). De son côté, Jean-Luc Mélenchon y a recueilli 27,6% des bulletins, soit 2 points de plus qu’en moyenne à Nantes.

photographie d'une ruelle, containers à poubelle en bois et nombreux graffitis : "Coro, boulot, dodo", "même en confinement, on nik la bac", "liberté, égalité, trace de ké", poulets partout, curry nulle part" et "cunni gratuite contre..."
Photographie n°1 : “Coro, boulot, dodo !” (Rue Cochard, Nantes, 17 mars 2020).

Cette première photographie a été prise le lendemain de la seconde allocution d’Emmanuel Macron décidant de “réduire nos déplacements et nos contacts au strict nécessaire”. Les graffitis et les inscriptions sur le mur et le composteur ont probablement été réalisés dans la nuit. Ils font face à un café restaurant très fréquenté dans le quartier, aussi bien par les parents d’élèves de l’école primaire publique de la rue que par des étudiants (à deux pas se trouvent une école d’arts appliqués, une résidence étudiante, et un peu plus loin, un IUT et un lycée de classes préparatoires). Sans être signés, ils ressemblent à ceux qui apparaissent le long des trajets de beaucoup de manifestations nantaises. Ces messages s’adressent manifestement à des pairs, partageant un certain sens de la dérision, une hostilité marquée envers la police, les patrons et plus largement l’ordre social : le détournement de la devise républicaine évoque ainsi un anesthésique (la kétamine) utilisé comme hallucinogène.

photographie d'une facade d'immeuble. Au deuxième étage, une banderole entre deux balcons : "préparons les luttes de demain"
Photographie n°2 : “Préparons les luttes de demain” (Rue du Maréchal Joffre, 4 avril 2020).
Photographie d'un balcon, banderole orange : #flattenthecurve, restons chez  nous
Photographie n°3 : “#Flatten the curve” (Rue du Maréchal Joffre, Nantes, 27 mars 2020).

Les photographies suivantes montrent deux balcons qui se font face, suggérant une réponse de l’un à l’autre. Ces draps sont apparus aux fenêtres avec les applaudissements à 20h des travailleurs du secteur de la santé. Contrairement aux précédentes, les deux inscriptions nous invitent à “rester chez nous” et donc au respect du confinement. Mais elles le justifient de manière différente : la première (photographie n°2) en considérant cette période comme une parenthèse propice à “préparer les luttes de demain”, la seconde (photographie n°3) en se référant aux leçons de l’épidémiologie qui justifient le confinement par “l’aplatissement” de la courbe des nouveaux cas de Covid-19 (to flatten, aplatir). Le recours à l’anglais et au signe typographique # affichent également une familiarité avec les réseaux sociaux.

Tract Lutte ouvrière, Nantes métropole : éboueurs en colère, 1er avril 2020
en dessous un autocollant "Entreprises, le profit ne devrait pas être une règle internationale, la RESPONSABILITÉ, si"
Photographie n°4 : “Éboueurs en colère” (Rue Cochard, Nantes, 10 avril 2020).

Cette quatrième photographie représente une expression politique beaucoup plus classique, inscrite dans le répertoire d’action des organisations trotskystes. Collé sur plusieurs poubelles, ce tract de Lutte Ouvrière daté du 1er avril évoque la mobilisation en mars des éboueurs de Nantes Métropole “pour obtenir du gel [hydroalcoolique] et des gants en latex”. Sans doute par crainte d’une nouvelle grève, leur employeur a en outre autorisé le retour du “fini-parti”. Cette pratique consiste à débaucher dès que la tournée est terminée. Son interdiction avait fait l’objet d’un long conflit social en 2017.

Photographie d'une inscription  la craie sur un sol bétonné : ÉLEVAGES INDUSTRIELS INCUBATEURS A VIRUS"
Photographie n°5 : “Élevages industriels, incubateurs à virus” (Rue Cochard, Nantes, 10 avril 2020).

La photographie n°5 a été prise non loin d’un magasin bio. Éphémère, ce message à la craie vise les habitants du quartier qui font leurs courses alimentaires dans la rue adjacente. Alors que les premiers articles de presse sur l’émergence du Covid-19 en Chine ont mis en cause les marchés de produits frais dans la transmission du virus, l’inscription sur ce trottoir dénonce l’industrie agroalimentaire, comme l’ont fait déjà à l’automne dernier les “marches pour le climat” rassemblant beaucoup de jeunes scolarisés, tout particulièrement à Nantes.

photographie d'une banderole : justice sociale et climatique : sauvons les vies, pas l'économie
Photographie n°6 : “Sauvons les vies, pas l’économie” (Rue Monfoulon, Nantes, 10 avril 2020), photographie prise par Karine Guillet.
photographie d'une banderole noire à une fenêtre : des milliards pour l’hôpital, pas pour le capital
Photographie n°7 : “Des milliards pour l’hôpital” (rue du Préfet Bonnefoy, 13 avril, Nantes), photographie prise par Marie Vourc’h.

Dans le même registre, la photographie n°6 montre une banderole qui s’en prend aux pouvoirs publics au nom de la justice sociale et climatique. Pour ses auteurs, l’action du gouvernement pendant la crise sanitaire se résume à un sauvetage de l’économie. De fait, les projets de loi de finances rectificatives des 18 mars et 15 avril portent le déficit public à un niveau supérieur à celui de 2009 et visent principalement à renflouer les revenus perdus par les entreprises à cause du confinement. Plus précisément, l’inscription du drap de la photographie n°7, qui rime comme un slogan de manifestation, rappelle sans doute la revendication d’un effort financier pour augmenter les effectifs, rouvrir des lits et améliorer les salaires qui s’exprime à l’hôpital public depuis le printemps 2019 dans le secteur des urgences.

Affichette scotchée sur un mur : bonjour voisins et voisines, Restez vous isolé.e.s à cause fu COVID-19 ? nous pouvons vous aider
Photographie n°8 : “Ensemble, nous sommes plus résilient.e.s” (rue Monfoulon, Nantes, 10 avril 2020).

La dernière photographie relève d’une toute autre forme d’expression politique. Il s’agit d’une lettre affichée par un habitant du quartier proposant son aide à ses voisins (pour faire des courses, discuter au téléphone…). On peut imaginer son auteur plutôt jeune et progressiste, à en juger par son prénom (c’est en 2001 que Théo a été le plus souvent attribué), sa proposition d’un groupe WhatsApp, d’un site internet (www.covidentraide.gogocarto.fr) et l’usage de l’écriture inclusive dans son texte. Il ne désigne pas d’adversaire et n’exprime pas de revendication, mais espère “renforcer notre sens de la communauté”.

Bien sûr, cet album de photographies reflète aussi la vie de leur auteur pendant le confinement, profitant de ses rares sorties pour glaner les expressions politiques auxquelles il est habitué dans ce quartier. Mais ce qui frappe surtout dans ce début de collecte, c’est l’effacement du conflit contre la réforme des retraites à points, la disparition des tags dénonçant les féminicides ou encore des graffitis alertant sur les violences policières. Non pas que ces préoccupations soient aujourd’hui complètement absentes, mais tout se passe ici comme si elles étaient reléguées à l’arrière-plan, l’épidémie prenant désormais toute la place. Les panneaux électoraux des municipales sont toujours là, mais aucune inscription nouvelle ne vient défigurer les candidats pour leur rappeler leurs responsabilités face à la crise sanitaire. C’est probablement la conscience partagée de son ampleur, de sa gravité et de toutes ses implications qui suscite ces différentes prises de position : empêchés de se mobiliser autrement, de descendre dans la rue et même de se parler, certains auteurs de ces écritures publiques interpellent leurs contemporains en témoignant de la variété de leurs rapports à l’État.

Il faudrait enquêter pour vérifier cette hypothèse, qui vaut vraisemblablement pour les habitués des manifestations, mais pas forcément pour d’autres habitants du quartier exprimant leurs idées pendant cette période singulière. Certaines écritures publiques revêtent des formes assez classiques (comme le tract ou le graffiti), tandis que d’autres sont plus inédites. Des draps affichant leur soutien à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes étaient déjà apparus avant l’abandon du projet d’aéroport en 2018, mais de façon plus isolée. Que signifient ces affichages d’opinion politique aux fenêtres ? Il n’est pas impossible qu’ils se propagent aussi par l’effet d’entraînement des réseaux sociaux sur internet. Là aussi, à la frontière de l’espace public et de l’espace privé, beaucoup mettent en scène leurs prises de position. Un auteur nantais de bandes dessinées a ainsi appelé récemment à une “manif des fenêtres” sur son compte Twitter. En mars, un autre compte Twitter a été créé pour diffuser des photographies de ces “Fenêtres en Lutte“.

Indications bibliographiques :

Philippe Masson, Marie Cartier, Rémy Le Saout, Jean-Noël Retière et Marc Suteau, Sociologie de Nantes, La Découverte, 2013.


Une réflexion sur « Écritures publiques »

  1. Intéressant, à suivre, voir l’évolution du discours des murs, balcons et fenêtres. C’est une situation propice à la révélation des dessous et des desseins de ceux, et seulement de ceux, qui s’expriment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.