La réorganisation commerciale en images dans des quartiers nantais gentrifiés

par marie cartier

Le quartier Chantenay-Sainte Anne situé à l’Ouest de Nantes entre la ligne 1 du tramway et les bords de Loire est un ancien quartier ouvrier qui a connu depuis les années 1980 un processus de gentrification. Il est devenu un des quartiers de Nantes où les prix de l’immobilier sont les plus élevés. Le vaste quartier Zola situé de l’autre côté de la ligne de tramway fut lui aussi anciennement industriel et ouvrier tout en jouxtant les lieux historiques d’implantation de la bourgeoisie nantaise : le parc de Procé, la place Mellinet.

Les photographies ci-après prises durant le mois d’avril 2020 dans le respect des règles de confinement (case 2 de l’attestation de déplacement dérogatoire) ne donnent pas à voir de messages de solidarité et remerciement envers les commerçants comme à Basse Indre, dans la proche banlieue nantaise. On y entrevoit en revanche les formes variées que prend la réorganisation des transactions commerciales en contexte d’épidémie sanitaire en fonction du type de commerce et des caractéristiques sociales de sa clientèle.

photographie d'une devanture de magasin de typé épicerie, devant laquelle une palette de bois est posée, sur laquelle une affiche est fixée
Image 1a : Une épicerie fine au travail (Marie Cartier, 9 avril 2020).
détail de la photographie précédente : l'affiche devant l'épicerie porte le texte suivant : bonjour chers clients, par mesure de précaution nous acceptons deux clients maximum dans la boutique - un entrant un sortant. Pendant la période de confinement "Epices et vous era fermé tous les lundis. Merci de votre compréhension.
Image 1b : Une épicerie fine au travail (Marie Cartier, 9 avril 2020).

Butte Sainte Anne, cette épicerie « fine » ainsi qu’elle se décrit sur Facebook,  qui vend fruits et légumes bio ou non, fromages, olives, vins et divers produits français et  italiens  a affiché son respect des consignes sanitaires à la main sur une palette à l’intention de ses « chers clients ». Un choix à l’image de la simplicité et de la décontraction sociale que les classes supérieures et moyennes progressistes installées dans les quartiers gentrifiés des grandes métropoles occidentales valorisent. La palette se marie bien avec la devanture couleur prune et vert pomme, à la décoration sobre (les produits frais visibles de l’extérieur suffisent à décorer la devanture). Il est possible que ces commerces « fins », à la clientèle par principe sélectionnée par le type d’offre et les prix, s’adaptent plus facilement que d’autres à la crise sanitaire. Depuis le confinement, la file d’attente est longue et permanente devant cette épicerie qui n’a pas modifié ses horaires hormis qu’elle est fermée le lundi. Sur Facebook des clients la remercient de poursuivre son travail malgré le risque de contamination par le virus Covid 19.

Photographie d'une devanture de boulangerie. Sur la vitrine, une affiche indiquant les horaires d'ouverture et les mesures de précaution
Image 2 : Deux messages sur les portes d’une boulangerie (Marie Cartier, 12 avril 2020).

Cette boulangerie de la place Jean Macé a choisi d’afficher son respect des consignes sanitaires à travers un texte imprimé qui cultive une tonalité officielle et insiste sur le danger. Le flux de sa clientèle dont la mixité  du point de vue du sexe est mise en valeur (« Chers clients, chères clientes ») est sans doute bien plus dense que celui de l’épicerie fine et son profil social plus divers. L’interdiction faite aux enfants soupçonnés d’être particulièrement contaminants n’est pas trop brutale (« Venez un par famille ») mais elle est explicite. Ici les horaires d’ouverture ont été avancés à un horaire très matinal. Les boulangers signent de leurs prénoms : par-delà l’officialité du message sanitaire, des relations personnalisées existent aussi dans cette boulangerie de quartier. Un second message, politique plus que commercial, rappelle que fréquenter cette boulangerie, c’est la « soutenir ». S’agit-il d’un message anticipant les pertes de chiffre d’affaires des commerces et de la filière « pain » dans le cadre de Covid 19 ? Ou d’un message ancien faisant allusion à la concurrence multiforme (des AMAP aux hypermarchés) que subissent les boulangeries de quartier y compris dans les quartier gentrifiés ?  A quelques centaines de mètres, sur le boulevard de l’Égalité en l’espace de cinq ans, deux boulangeries ont fermé.

Phorgraphie d'une rue, quelques passants, une devanture de magasin "Bella Vita", une voiture grise, un passage piéton, un poteau avec une affichette
Image 3a : Gentrification sociale, gentrification commerciale (Marie Cartier, 12 avril 2020)
détail de la photgraphie précédente : l'affichette sur le poteau représente des silouhettes de grues et le texte en majuscules Gentrification = exclusion
Image 3b : Gentrification sociale, gentrification commerciale (Marie Cartier, 12 avril 2020)

Comme l’ont montré de nombreux travaux sociologiques, la gentrification, processus multiforme, se joue aussi dans l’offre commerciale. Place Jean Macé, ces dernières années, un  pizza-traiteur italien et une épicerie vrac et bio se sont installés dans les locaux d’une ancienne boucherie et d’une ancienne pharmacie. Sur cette image, on voit que ces commerces ont continué à travailler pendant la crise du Covid 19 dans le respect des consignes sanitaires (les clients commandent exclusivement par internet et viennent réceptionner la marchandise au seuil de la boutique). Le client de l’épicerie, avec enfants et coûteux équipements pour les transporter à vélo, est à l’image des nouveaux propriétaires du quartier Chantenay. Au premier plan, un autocollant affiché sur un poteau indique que la gentrification urbaine suscite des critiques politiques. Ces autocollants ont été placardés dans la ville depuis l’automne 2019, dans le contexte de préparation des élections municipales, par des membres du groupement Nantes Révoltée, entièrement anonyme, mais très médiatique au plan local comme national du fait de sa présence active sur les réseaux sociaux.

Poteau présentant deux affichettes : une syndicale (Syndicat solidaires, les mots capitalisme, planète, salariés sont visibles), la seconde présentant le texte : donne semences, pommes de terre.. cause : le confinement m'interdit l'accès au jardin qui était à ma disposition. Quartier Courtils
Image 4 : Don de plants de légumes (Marie Cartier, 17 avril 2020)

L’image 4 représente une petite annonce collée sur un poteau sous un vieil autocollant Sud Solidaires à l’angle des rue Fonteny et des Girondins.  Elle permet de rappeler qu’à côté de la consommation marchande, la plus visible, l’autoconsommation, très marginale à l’échelle nationale d’après les enquêtes Budget de l’INSEE, reste  pourtant présente, y compris dans ces quartiers nantais gentrifiés, qui comptent outre des jardins individuels plusieurs zones de jardins familiaux. Cet habitant des Courtils (un petit quartier du bas Chantenay composé de quelques immeubles HLM et d’un lotissement pavillonnaire) d’origine rurale, en attente depuis cinq ans d’un jardin familial auprès de la mairie de Nantes, complète ses revenus de retraité du commerce en entretenant des jardins pour des particuliers sous le statut d’auto-entrepreuneur. L’un de ses employeurs, dans la proche banlieue nantaise, l’autorise à cultiver pour son propre compte des légumes sur la parcelle qu’il entretient (c’est du « troc » explique-t-il au téléphone). Interdit d’accès à ce jardin en plein mois d’avril, époque des plantations, il a décidé de faire don de ses plants de pomme de terre et d’oignons sur la voie publique. Il est, me dit-il, un fervent adepte du Bon coin et des petites annonces.

deux photgraphies : l'enseigne d'un garagiste Renault et une affichette finissant par les mots : dans l'attente de retrouver une vie normale, prenez soin de vous et de vos proches
Image 5 : La communication attentionnée d’un garage automobile (Marie Cartier, 9 avril 2020)

Ce message affiché sur le rideau de fer descendu du garage Renault de la place Zola est imprégné d’une « attention aux autres »  qui connaît un regain depuis mars 2020 et la crise sanitaire.  Dans les messages professionnels depuis deux mois,  supérieurs hiérarchiques et collègues se sentent obligés de mentionner la « santé » de ceux auxquels ils s’adressent.  La formule américaine « take care » ne va-t-elle pas s’imposer en français comme le suggère ce « Prenez soin de vous » affiché par ce garage à l’intention de ses clients (voir la variante « Portez-vous bien » chez le caviste de l’image n°6) ?  Attentionnée, la communication de ce garage n’est pas dépourvue de familialisme : elle célèbre le « foyer familial » comme remède à la crise sanitaire.  Nantes, tout  aussi révoltée soit-elle,  se situe dans  l’Ouest de la France, à la croisée de territoires où la religion catholique, les familles nombreuses et les mères au foyer ou à temps partiel sont restées plus présentes qu’ailleurs. Mais la communication de ce garage automobile tempère son familialisme spontané et cherche à éviter l’ethnocentrisme, à penser la situation en adoptant divers points de vue : à côté du « foyer familial », elle invoque aussi « les proches ». Dans le quartier Zola comme dans la ville de Nantes, les ménages composés d’une seule personne n’ont cessé de se développer dans les dernières décennies : le taux de personnes seules atteignait 52 % dans la ville centre de Nantes selon l’INSEE en 2016. Parmi ses clients automobilistes, il est probable que ce garage Renault compte de telles personnes isolées dont le refuge sera moins le « foyer familial » que des « proches » pouvant être des voisins, des amis, à compter qu’ils en aient.

Photographie d'une devanture de caviste. 3 personnes sont visibles : le commerçant, et deux passants dont l'un porte un bébé ; ils sont en train de lire l'affiche posée sur la devanture
Image 6a : Rigueur sanitaire chez un caviste (Nicolas Thibault, 21 avril 2020)
Détaild e la photographie précédente : affiche indiquant les conditions de la vente à emporter et des livraisons
Image 6b : Rigueur sanitaire chez un caviste (Nicolas Thibault, 21 avril 2020)

Place Zola, à la fin du mois d’avril, le caviste Rouge Bouteille  a repris son activité exclusivement en « commande livraison ».  L’achat de vins n’est donc accessible qu’aux adeptes des nouvelles technologies (connexion internet, mail, paiement CB sans contact). Le seuil de la boutique a été équipé d’une protection en plexiglass et des caissettes en bois empilées servent de présentoir. Vendeur et cliente sont engagés dans l’échange, concentrés mais éloignés de plus d’un mètre et séparés par une protection transparente.  Le ton de l’affichette imprimée est impératif, l’encadrement des gestes méticuleux et extensif :  il faut réduire « les échanges entre clients », apporter son « propre sac ». Le ton sécuritaire vient sans doute contrebalancer l’incitation à consommer de l’alcool (il faut acheter au moins trois bouteilles pour pouvoir commander), délicate dans un contexte de dénonciation de la surconsommation liée au confinement. Dans le département voisin, l’interdiction préfectorale de vente d’alcool à emporter au nom de la lutte contre les violences intrafamiliales vient tout juste d’être levée.

Dans les quartiers Zola, Chantenay, Sainte-Anne, il existait encore jusqu’aux années 1990 sur les boulevards comme sur les avenues intérieures des dizaines de petits cafés. Beaucoup ont fermé et des cavistes ont fait leur apparition. Les goûts alimentaires se diffusent dans l’espace social, souvent de haut en bas ; celui du vin a suivi un chemin inverse. Longtemps marqueur des classes populaires, le vin est aujourd’hui davantage consommé par les classes supérieures. Depuis 2012, le caviste  et bar à vin, Rouge Bouteille, propose, selon ses propres termes sur Facebook, des « vins de vignerons authentiques à forte tendance bio et nature » et des « grignottes le midi et le soir ». La consommation de vin ainsi se gentrifie : elle se privatise, devient plus sélective, s’entoure de distinction et de « conseils avisés ». Depuis avril 2020 et l’épidémie de Covid 19, elle doit aussi, quel paradoxe, faire corps avec la sécurité sanitaire.

photographie d'une longue file d'attente dans la rue. Plus d'une vingtaine de personnes, portant pour certaines des caddies, sont visibles de dos
Image 7 : Distanciation sociale au marché, file d’attente (Nicolas Thibault, 23 avril 2020)

A 8 h 30, le 23 avril 2020, jour de réouverture sous consignes sanitaires du marché Zola, les clients forment une file d’attente impressionnante de plus d’une centaine de mètres. L’affluence en ce jour de réouverture est-elle supérieure à celle du mois de février ? Plus masculine ? Moins retraitée ? Elle nous rappelle en tout cas que l’achat de produits alimentaires sur les marchés comme la consommation de fruits, de légumes, de poisson, caractérisent traditionnellement le mode de consommation des professions du haut de l’échelle sociale, surreprésentés dans ces quartiers gentrifiés. Ces clients du marché Zola apparaissent aussi très disciplinés : la distance d’un mètre est respectée et les échanges ont l’air très réduits (aucune conversation par exemple n’est perceptible). Pour accéder à l’enclos de quinze commerçants (Image n°8) il faut se laver les mains et franchir une barrière sous la surveillance d’un groupe de policiers municipaux.

Photographie d'une place de marché ; on voit des camions, des auvents et des clients faisant la queue devant un vigile ; l'entrée dans le marché est limitée par des ganivelles
Image 8 : Un accès contrôlé au marché (Nicolas Thibault, 23 avril 2020)

Que donne finalement à voir cette brève enquête sous contraintes ? Tout d’abord  que le processus de gentrification de l’ouest nantais se poursuit à travers la recomposition de l’offre commerciale de proximité. On y entrevoit aussi la centralité de la préoccupation et des consignes sanitaires dans la réorganisation des petits commerces. Les images collectées donnent à voir des commerçants et clients qui obéissent aux consignes sanitaires. Il faut dire que les classes supérieures et moyennes résidant dans ces quartiers gentrifiés comptent nombre de soignants (médecins, hommes et femmes, infirmières…). Le CHU, situé à quelques kilomètres, est le plus gros employeur de la ville. Tout comme dans les quartiers bourgeois traditionnels, la raison sanitaire trouve ici de fervents alliés et les commerçants s’adaptent à leurs clientèles. En va-t-il autrement dans les quartiers populaires ? Il faudrait mener des enquêtes comparatives. Il apparaît aussi que l’adaptation forcée (pour des raisons à la fois réglementaires et économiques) des commerces aux consignes sanitaires renforce et banalise la consommation à distance (sur commande, sans contacts, par internet…) qui laisse de côté les déconnectés. Videra-t-elle définitivement les boutiques du contact direct qui en fait la spécificité ? Pas sûr. Discrètement —la santé prime— les messages affichés sur les devantures ne font-ils pas aussi entendre l’impatience des commerçants à retrouver « une vie normale » et leurs clients « en vrai » ?

Bibliographie

P. Cardon, T. Depecker, M. Plessz, Sociologie de l’alimentation, Paris, Armand Colin, 2019.

P. Masson, M. Cartier, R. Le Saout, J.-N. Retière, M. Suteau, Sociologie de Nantes, Paris,  La Découverte, 2013.

T. Amossé, M. Cartier, « “Si je travaille, c’est pas pour acheter du premier prix !” Modes de consommation des classes populaires depuis leurs ménages stabilisés », Sociétés contemporaines, n° 114, 2019.

A. Collet, Rester bourgeois. Les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction, Paris, La Découverte, 2015.

F. Madoré, « Des ménages de plus en plus petits et une hausse spectaculaire des personnes seules », in Atlas Social de la métropole nantaise, 2019.

S. Tissot, De bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste, Paris, Raisons d’agir, 2011.


Une réflexion sur « La réorganisation commerciale en images dans des quartiers nantais gentrifiés »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.