Infection ou contagion ? La controverse sur la diffusion du choléra dans la France du premier XIXe siècle

Une note de lecture de Marie Charvet

En 1988, l’historien-démographe René Le Mée consacre un article aux débats sur la diffusion du choléra morbus, paru dans un numéro de la revue Population faisant dialoguer démographie et histoire. Entre 1832 et 1849, soit entre les deux premières des épidémies de choléra qui jalonnent le XIXe siècle, une controverse médicale oppose les infectionnistes, qui attribuent la maladie à des conditions climatiques spécifiques ou à des miasmes se développant dans les lieux insalubres, et les contagionnistes, qui privilégient l’hypothèse d’une contamination inter-individuelle par un germe encore inconnu. Le débat dépasse le champ médical, puisque ce sont les hygiénistes et les statisticiens qui le tranchent, provisoirement et alors même qu’on soupçonne le rôle des micro-organismes dans le développement du choléra dès le début du siècle. Montrant que, lors de l’épidémie de 1832 la mortalité a été plus forte dans les quartiers ouvriers du centre historique de Paris et en attribuant cette différence à l’insalubrité des logements, responsable de l’apparition et de la prolifération des miasmes, ils valident la thèse infectionniste. L’épidémie de 1849 confirme d’ailleurs cette interprétation : à Paris, si la surmortalité des quartiers populaires est toujours supérieure à la moyenne, elle a baissé dans le centre historique où des immeubles insalubres ont été détruits.

Carte de Paris en 1932 présentant les taux de mortalité par quartier
Carte publiée par René Le Mée dans l’article cité, p. 384.
carte de la ville de Paris en 1849 présentant les taux de mortalité par quartier
Carte publiée par René Le Mée dans l’article cité, p. 385.

L’un des intérêts majeurs du texte de René Le Mée – et qui fait son actualité à l’heure où les modalités du déconfinement font l’objet de discussions – est de montrer comment une controverse scientifique peut être saturée par des enjeux économiques et politiques, voire moraux. Cette saturation tient largement aux solutions préconisées par les représentants des deux camps : assainissement des foyers d’infection pour les infectionnistes, regroupement et isolement des malades pour les tenants de la contagion. Ainsi « les contagionnistes furent assimilés à des conservateurs qui, en isolant les malades (petites gens pour la plupart), se voyaient accusés de ségrégation. Plus encore, il leur était reproché, du fait de l’établissement d’un cordon sanitaire – sur les côtes notamment –, d’apporter des entraves au commerce » (p. 380). Au contraire, les infectionnistes font figure de « libéraux propagateurs d’une médecine qui se voulait moderne » (p. 380). C’est ainsi que, dès l’approche de la première épidémie, avant même que la controverse ne soit tranchée, les mesures mises en œuvre, focalisées sur le contrôle de la salubrité des habitations, s’inspirent des recommandations des tenants de l’infectionnisme. En 1849, l’absence de contagiosité – érigée en thèse officielle – est invoquée pour rassurer la population. Quant au rôle joué par l’insalubrité dans le développement de l’épidémie, passé dans le sens commun, il est au principe de l’adoption d’une loi relative à l’assainissement des logements insalubres – la loi Melun du 13 avril 1850, qui n’est pas non plus exempte de dimensions moralisatrices, puisqu’en rendant plus salubre l’habitation du pauvre, on lui permet de se recentrer sur la vie familiale.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.