Files d’attente et pénuries alimentaires

PAR SYLVAIN DUFRAISSE

« Il faut s’armer de patience pour espérer faire ses courses »

Gauthier Hénon, « Dans la file d’attente des hypermarchés pendant l’épidémie de coronavirus », L’Union, 20 mars 2020

Après les observations de Marie Cartier sur la réorganisation des commerces Sylvain Dufraisse s’intéresse dans ce billet aux files d’attente devant les commerces et aux pénuries alimentaires intervenues en mars et avril 2020. En tant que spécialiste de l’Europe de l’Est, de l’URSS et de la Russie contemporaine, ces aléas de la consommation marchande lui étaient familiers et ils ont donc attiré son attention quand ils sont apparus en France dans le contexte du Covid 19. Quand elle est contrôlée et réfléchie, la comparaison des périodes historiques et des sociétés nourrit la réflexion et le regard du chercheur en sciences sociales.

Après avoir relayé les pénuries de pâtes et d’autres produits du quotidien et la vague de consommation précédant le confinement, de nombreux articles de presse racontent ensuite l’apparition de files d’attente devant les supermarchés, marchés et autres magasins1, évoquant parfois même les disputes qui peuvent y éclater2. « En cette période de confinement, les courses sont pour vous une source de stress qui relève de nombreuses questions : “Quand s’y rendre ? Combien de temps vont-elles durer ? Vais-je croiser beaucoup de monde ?” Balayez vos inquiétudes, grâce à ce site web calculateur de files d’attente ! » Le site Lebonbon.fr relate dans un article du 16 avril 2020 la création d’une application qui “permet d’avoir des informations en temps réel sur la durée estimée de la file d’attente dans le supermarché le plus proche” et de faire ses courses “en toute sérénité”. Il sera sans doute possible d’étudier a posteriori les transformations des pratiques de consommation induites par le confinement (reconfiguration des lieux d’approvisionnement et de vente, modification des réseaux d’approvisionnement liée à la fermeture initiale des marchés, manque de certains produits dans les rayons des supermarchés — œufs, farine, etc. —, rationnement par les responsables de rayon des quantités achetables, achat préventif en cas de manque en rayon), les effets sur les producteurs, les vendeurs et les employés (développement d’outils commerciaux numériques et de la vente à emporter, transformation des conditions de travail). Il demeure que cette situation de crise sanitaire et de confinement a élargi le spectre social des personnes pour qui la consommation, dans ses aspects les plus concrets, devient un sujet de préoccupation et pour qui la file devient une expérience régulière.

Ces photographies (n°3 et 4) ont été prises le vendredi matin. Le supermarché de la photographie n°3 est situé à proximité du boulevard périphérique, à l’Ouest de Limoges. Les quartiers qui l’entourent sont composés de pavillons construits pour partie dans les années 1950-1960 et dans les années 1980 et d’immeubles accueillant une population âgée. Les habitants des alentours sont majoritairement propriétaires. Le supermarché accueille une clientèle locale et d’habitués, pour certains non-motorisés, ce qui peut expliquer une présence irrégulière de chariots dans la file. Le supermarché de la photographie n°4 est située au sud-ouest de Limoges, dans une zone commerciale récente, près d’un carrefour routier, reliant la ville-centre aux communes périurbaines. Supermarché reproduisant une halle, la clientèle y vient pour la réputation de la qualité de ses produits alimentaires. Il attire une population majoritairement motorisée.

Certaines scènes, comme la multiplication des queues, parfois longues et lentes, produisent un effet d’écho singulier tant les queues devant les magasins semblaient, pour la majeure partie des consommateurs, être inconnues, ou être le symptôme des tares des démocraties populaires d’Europe centrale et de l’Union soviétique et tant les rayons largement approvisionnés semblaient devenus une évidence. Qui plus est, ce sont des produits de base qui semblent manquer et pour lesquels on note des difficultés d’approvisionnement : œuf, pâtes, farine… Les files d’attente et les magasins vides étaient un tel phénomène social dans les sociétés socialistes qu’elles ont fait l’objet d’études de la part des sociologues et des anthropologues de l’espace soviétisé. Malgorzata Malzurek a ainsi étudié les files d’attente à partir d’une collection de documents produits dans les années 1970 et 1980 lors d’une enquête ethnographique sur les styles de vie à Bydgoszcz (Pologne), doublée par une seconde enquête ethnographique et des entretiens réalisés en 2006. Elle note ainsi : “La République populaire de Pologne est associée aux files d’attente. Elles sont devenues une sorte d’icône du ‘socialisme réel’, le symbole d’un quotidien souvent sombre, étriqué, parfois humiliant, marqué par les pénuries chroniques. Leur rappel a toujours le dernier mot dans les combats mémoriels autour du communisme : qui désirerait de nos jours un retour aux étalages vides et à cette pénible atmosphère devant les magasins ? […] Elles font partie de la mémoire vive de la République populaire de Pologne »3. Elle souligne qu’une des causes de choix de ce sujet d’enquête fut le contraste entre l’omniprésence des queues dans la Pologne de sa jeunesse et la persistance dans la société postcommuniste, dans des formes résiduelles, lors des distributions de l’aide alimentaire. Depuis la chute de la démocratie populaire, la grande distribution s’est développée en Pologne et l’accès à la consommation y a été théoriquement plus simple et facilité. Malgorzata Malzurek note alors que les files sont des manifestations actuelles de formes d’exclusion. Ceux qui attendent sont ceux qui ont besoin d’accéder à l’aide alimentaire. Revenant sur l’expérience de la Pologne socialiste, elle a cherché à saisir combien ces files déjà permettaient d’analyser la stratification sociale propre à la démocratie populaire polonaise et la division de la société en deux groupes : celles et ceux obligés de faire la queue, et celles et ceux qui pouvaient se permettre à un moment donné de l’éviter. En effet, le statut social permettait de disposer de réseaux d’approvisionnement spécifiques, dans lesquels les produits étaient plus abondants. Les “connaissances” pouvaient pour d’autres, comme les employés de la restauration et de la distribution alimentaire, donner accès à des circuits d’approvisionnement parallèles, de meilleure qualité, ou au marché noir.

Dans L’Utopie au quotidien. La vie ordinaire en URSS, catalogue d’une exposition réalisée à partir des collections du musée d’ethnographie de Genève, Geneviève Piron et Lada Umstätter abordent ces aléas de la consommation quotidienne et proposent un long développement richement illustré sur les files d’attente :

« La sous-production s’accompagne d’une surproduction tout aussi endémique. Le comportement des consommateurs accentue l’irrégularité, car aux dérèglements de l’offre répondent des achats compulsifs. On n’achète pas pour répondre à un besoin, mais parce que la possibilité se présente. […] La conséquence la plus immédiate des pénuries est l’obligation de faire la queue. La station debout dans une file d’attente peut occuper plusieurs heures par jour dans la vie des citoyens […] La file d’attente varie selon les arrivages et les heures de la journée, elle devient parfois dense et peut se transformer en épreuves de force. Certains ont l’art de jouer des coudes pour faire reculer les autres ou se rapprocher de la caisse. D’autres font respecter l’ordre ou au contraire, savent organiser un chaos bénéfique au détournement des places. Quoi qu’il en soit, la file d’attente, épreuve de patience collective, est une activité à part entière. Avec le temps, cette réunion forcée de citoyens a acquis son propre langage, ses formes et ses rituels sacrés. […] S’ils constatent un abus, les citoyens peuvent faire appel à la police, aux milices de volontaires, ou inscrire des remarques dans le livre de réclamations ».

UMSTÄTTER Lada, PIRON Geneviève, L’Utopie au quotidien : la vie ordinaire en URSS, Lausanne, Éditions Noir sur blanc, 2017, p. 241-243.
Le marché de Talensac se trouve au nord du centre-ville de Nantes dans le quartier Hauts-Pavés  – Saint-Félix. Il est constitué d’une halle couverte et d’étals. Au début de la période de confinement, l’accueil a été filtré puis le marché a été fermé à partir du 25 mars 2020 (suite au décret du 24 mars). L’association des commerçants du marché de Talensac a mis en place un « Drive » à partir du 21 mars 2020. Les commandes devaient être passées aux commerçants. L’association centralisait leur distribution et a organisé celle-ci sous la forme de deux files (une pour les voitures ; une pour les piétons), selon un planning divisé en quart d’heures, afin de limiter l’attente, des files trop longues et des rassemblements de population trop importants. Le magasin de bricolage situé en face des halles était ouvert. Le fait qu’il soit un des rares magasins de bricolage situé à proximité du centre de Nantes explique, sans doute, la longueur de la file.

La composition de ces files du point de vue du genre est intéressante. Si certaines photographies, prises au marché de Talensac à Nantes, témoignent d’une mixité apparente, en Union soviétique et dans les démocraties populaires, ce sont surtout des femmes et les personnes âgées qui étaient préposées à cette tâche. Dans les années 1920 en URSS, l’économiste et statisticien, S. G. Stroumiline, spécialiste de la mesure de la productivité au travail et de la planification, a travaillé sur les usages sociaux du temps. Il a collecté des données sur 76 familles de Petrograd, de Moscou et d’Ivanovo-Vosnessensk, en tout 145 budgets-temps individuels. L’objectif de ce travail était de faire le point sur l’application de la loi fixant à 8 heures la durée maximale du travail, d’analyser les effets de l’Organisation scientifique du travail et d’analyser la possibilité de réduire la durée du travail pour libérer du temps pour des loisirs. Il envisageait à terme la rationalisation des périodes de repos. Lorsqu’il a préparé cette enquête sur les budgets-temps, il a intégré ‘faire la queue’ comme un des items de l’enquête et proposé le développement des services collectifs comme moyen de résoudre l’inégale implication des hommes et des femmes dans l’économie domestique4. Dans l’enquête sur les budgets temps réalisée entre 1965 et 1968 par Leonid A. Gordon, Eduard V. Klopov et Leonid A. Onikov, les files d’attente ne sont pas indiquées explicitement dans le questionnaire. La durée des achats (navettes entre le domicile et les magasins, attentes, veille) témoigne cependant d’écarts importants entre hommes et femmes, entre générations jeunes et âgées. Ainsi, elle représentait en moyenne six heures par semaine pour les femmes et trois heures pour les hommes. Les deux auteurs notent que ce temps augmentait nettement pour les femmes âgées : 7 h 40 par semaine pour les femmes âgées — contre 4 h 40 pour les jeunes mariées — de la ville de Pavlovskij Possad (environ 60 000 habitants) alors qu’elle est de 6 h 40 pour les grandes villes étudiées dans l’enquête (4 h 40 pour les jeunes mariées)5. La comparaison entre les photographies de files d’attente réalisées durant la pandémie atteste de différences de composition des files en fonction de la nature de l’approvisionnement (bricolage, achat quotidien comme le pain, approvisionnement hebdomadaire en quantité importante) ou du lieu d’achat (halles attirant une clientèle de centre-ville plutôt aisée, supermarchés attirant une clientèle plus populaire). Ainsi, sur les photographies prises dans les files d’attente des supermarchés, ce sont des femmes qui attendent majoritairement avec des chariots.

Deux traits semblent être analogues entre les files d’attente des ex-démocraties populaires d’Europe centrale et orientale et de l’URSS et celles issues de la crise sanitaire liée au coronavirus et au confinement : la forme — l’attente ordonnée dans la rue — et le mécanisme de l’approvisionnement qui aboutit au stockage de certaines denrées et aux manques de certains produits, voire à l’attente de l’approvisionnement spécifique. Il est cependant évident que : 1/la pénurie n’est pas la principale cause de l’attente et des files ; 2/des justifications sanitaires expliquent le contrôle des entrées en ce moment ; 3/le manque en rayon s’explique aussi par la surconsommation et des transformations des conduites alimentaires quotidiennes (nombre de repas pris à domicile plus important, réalisation de recettes en famille). La file a surgi néanmoins durant ces mois de mars et d’avril 2020. Elle est devenue visible et régulière. Ces photographies constituent des traces d’activités sociales maintenues, mais modifiées par le coronavirus.

Photographie d'une file de piétons dans une rue
Photographie n°7: File d’attente devant une boulangerie, Rue de Châteaubriant, Nantes, 11 avril 2020.

  1. Thomas Bourgois, « Des entrées filtrées et une longue file d’attente ce mercredi matin sur le marché d’Arras », La Voix du Nord, 1er avril 2020 ; « Valdalière. Dans la file d’attente, les Virois témoignent », Ouest-France, 15 avril 2020 []
  2. Christelle Lalanne, « Bron: la dispute dans la file d’attente de Lidl (sic) [Leader Price dans les faits] se termine avec des battes de base-ball », Le Progrès, 1er avril 2020 []
  3. Malgorzata Malzurek, “Figures de la débrouillardise en temps de crise en Pologne,” in Fragments du communisme en Europe Centrale ed. Rose-Marie Lagrave, Paris: Éditions EHESS, 2011, p. 113-138 []
  4. Martine Mespoulet, « Travail domestique et construction du socialisme en URSS d’après les enquêtes de budget-temps », Clio. Femmes, Genre, Histoire, n°41, 2015 []
  5. Leonid A. Gordon, Eduard V. Klopov, L’homme après le travail, traduit par Anne-Marie Pascal, Fabienne Marienhoff et Michelle Paeschen, Moscou, éditions du Progrès, 1976, p. 121 ; voir également le tableau 19. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.