Une résistance coûte que coûte ? Le rapport militant à la « continuité pédagogique » d’un professeur des écoles durant le confinement

PAR ÉTIENNE GUILLAUD

Photographie d'une affiche jaune portant le texte suivant :
Information aux familles
Un protocole permettant d'assurer la continuité pédagogique pour vos enfants vous sera transmis en début de semaine prochaine, dès que nous serons avertis des modalités de fonctionnement (les directrices et directeurs seront réunis lundi 16 mars par l'Inspecteur de circonscription). Vous pouvez joindre l'enseignant de votre enfant au moyend e l'adresse mail qui est collée dans son cahier de liaison. En retour, toutes les informations nécessaires vous seront communiquées par courriel. Vous pouvez communiquer avec l'école à l'adresse ce.0440628u@ac-nantes.fr ou tel 02 51 86 44 96
l'équipe enseignante
Information aux familles, école Sully, Nantes, 13 mars 2020 (photographie de Tristan Poullaouec).

Le Projet isolé de recherche-action sur le télétravail des enseignant-e-s (PIRATE), coordonné avec Gabrielle Lecompte-Ménahès, tente de renseigner les conditions de travail des enseignant-e-s syndiqués de la maternelle à l’université des départements du Finistère, de la Loire-Atlantique et de l’Ille-et-Vilaine durant la période de la crise sanitaire liée au Covid-19. Face à la situation sanitaire, le gouvernement a décidé de la fermeture des établissements et du confinement d’une grande partie de la population, obligeant les enseignant-e-s comme les élèves et étudiant-e-s à travailler à domicile. Le public enquêté est constitué principalement de syndiqué-e-s, « simple adhérent-e-s » ou militant-e-s fortement impliqué-e-s, afin d’interroger l’engagement militant dans la période et d’élaborer des outils de formation et d’information autour du télétravail dans l’éducation nationale qui seront à leur disposition. Dans un premier temps, les enseignant-e-s enquêté-e-s ont eu pour consignes de tenir un journal de leur travail en confinement en décrivant leurs pratiques, leurs conditions de vie et de travail, les relations professionnelles entretenues ou bien encore les émotions ressenties durant la période. Dans un second temps, actuellement en préparation, les participant-e-s pourront devenir à leur tour des enquêteurs par la lecture croisée de leurs journaux, la réalisation d’entretiens collectifs et individuels et des temps d’analyse collective de l’ensemble des matériaux.

Ce billet traitera du cas de Valentin1 à travers son journal de confinement entre le 19 mars (une semaine après l’annonce de fermeture des établissements scolaires) et le 13 avril (début des vacances scolaires) et la lecture de courriers produits par le rectorat et les inspections académiques. Valentin, 30 ans, est professeur des écoles dans l’agglomération nantaise, dans une zone urbanisée où le public est majoritairement issu des franges les plus stables des classes populaires. Valentin, dont les origines sont rurales et populaires2, a débuté en tant qu’enseignant à l’âge de 23 ans après une scolarité sans problème. Il est militant à SUD éducation 44 depuis 2016. Il est particulièrement investi dans le syndicat depuis le mouvement de grève contre la loi Blanquer – relativement fort sur Nantes – au printemps 2019. Il vit dans un appartement à Nantes et bénéficie de conditions de confinement qu’il juge plutôt bonnes. Sans enfant, l’articulation du travail avec les autres temporalités de la vie ne lui pose pas problème. L’étude de son cas renseigne sur la possibilité d’une posture de « résistance » à la « continuité pédagogique » et les contradictions ou difficultés spécifiques que cela peut engendrer.

Une « continuité pédagogique » en urgence

Dès le début de son journal, Valentin fait part de l’impréparation qui a présidé à l’entrée dans cette période de télétravail. Les difficultés ressenties renvoient notamment aux injonctions de la hiérarchie, analysées par Valentin (et son syndicat) comme irréalistes et parfois contradictoires. Les enseignant-e-s sont sommés d’assurer « la continuité pédagogique », définie comme l’activité qui « vise, en cas d’éloignement temporaire d’élèves ou de fermeture des écoles, des collèges et des lycées, à maintenir un lien pédagogique entre les professeurs et les élèves, à entretenir les connaissances déjà acquises par les élèves tout en permettant l’acquisition de nouveaux savoirs » (courrier du recteur de l’académie de Nantes, 11 mars). Il faut pour cela élaborer de nouvelles organisations pédagogiques, en utilisant différents outils (en particulier ceux numériques), en maintenant un lien régulier avec les élèves et la famille et en s’adaptant à la diversité des situations. Les notes successives du recteur, du 13 mars, 15 mars et 18 mars, vont préciser progressivement des modalités du travail des enseignant-e-s. On pourrait en résumer les propos, au-delà des détails pratiques, comme des injonctions à maintenir l’ensemble des missions de l’école et de ses exigences : assurer le lien avec l’ensemble des familles et des élèves, tenir les réunions et les conseils, travailler en équipe, faire progresser l’ensemble des élèves… « L’engagement » et la lutte contre les inégalités scolaires sont invoqués pour que les enseignant-e-s assurent leur travail :

« Je sais l’importance du rôle que vous allez avoir pour permettre aux enfants de ces familles de poursuivre leurs apprentissages et pour faire en sorte que cette période inédite ne soit pas l’occasion d’accentuer encore les écarts entre élèves »

Courrier de l’inspecteur académique Loire-Atlantique, 13 mars 2020.

« Nous devons toutes et tous, quelle que soit la fonction occupée, assurer notre mission de service public pour accompagner les familles, les rassurer. Pragmatisme, consensus, bienveillance, inventivité doivent guider notre mission dans les prochaines semaines. Je sais pouvoir compter sur l’engagement de chacune et de chacun d’entre vous »

Courrier du recteur de l’académie de Nantes, 15 mars 2020.

Une précision dans le courrier du 18 mars fera réagir les syndicats : le recteur suggère d’utiliser les commerces de proximité comme « point relais » pour « retirer et rendre documents, devoirs et livres », en contradiction avec le respect des règles sanitaires (ne serait-ce que par l’usage détourné des justificatifs de déplacement que cela induit). Suite aux réactions outrées suscitées par cette démarche, le recteur se ravisera.

Tract syndical Sud éducation 44 et 49 dénonçant une proposition du recteur de déposer des documents à destination des familles dans des comemrces de proximité
Communiqué des syndicats SUD éducation de Loire-Atlantique et du Maine-et-Loire, 19 mars 2020.

La posture de résistance de Valentin

Valentin considère la « continuité pédagogique » de façon critique tant pour le fond de ce qu’elle induit sur le rapport au travail et à la pédagogie que pour les modalités pratiques de sa mise en œuvre. Les injonctions de sa hiérarchie jugées comme contradictoires tendent plutôt à le démobiliser.

« Le flou règne. Tout d’abord, parce que la situation est inédite. On sent nos chefs en panique, on reçoit beaucoup d’injonctions contradictoires : être à l’école, ne plus y être, déposer des documents papiers dans les commerces (illégal et dangereux !) pour les familles, ne plus le faire, accueillir obligatoirement les enfants des personnels soignants puis être volontaire pour cela (en sachant que les enseignant.es n’ont pas de masque…), téléphoner aux familles deux fois par semaine (avec notre portable perso bien sûr…). »

Journal de Valentin, 19 mars 2020.
photographie d'une baie vitrée et d'une boîte aux lettres ; sur la vitre sont scotchées 7 enveloppes kraft portant des prénoms
Enveloppes scotchées au nom d’élèves de maternelle à l’entrée de l’école Sully, Nantes, 14 avril 2020 (photographie de Tristan Poullaouec)

Il se trouve rapidement confronté au manque de moyens alloués aux établissements scolaires, qui lui font apparaître la distance entre les discours « du haut » et les réalités pratiques :

« J’ai décidé de donner aux enfants un programme de travail jusqu’à mercredi (terminer le plan de travail, finir les tracés géométriques, écrire à son correspondant, lire…). Chaque enfant est reparti avec un manuel de français et de mathématiques. Enfin, chaque enfant… l’école ne dispose pas d’un livre pour chacun et chacune alors, on a dû se débrouiller : ressortir de vieux ouvrages, demander à des enfants de s’organiser avec les voisin.es, prendre en photo les exercices… »

Journal de Valentin, 19 mars 2020.

L’exemple le plus frappant du manque de moyens s’incarne dans la saturation des serveurs de l’Éducation nationale, qui rend difficile, voire impossible, l’accès aux outils numériques que l’institution vante ardemment. De nombreux-ses enseignant-e-s sont obligé-e-s de se tourner vers d’autres outils, parfois privés et sans garantie de protection des données. Au-delà de la critique des injonctions et du vécu du manque de moyens, Valentin est animé par une grille de lecture politique plus large : renforcement des inégalités sociales et scolaires, dévaluation du métier par le dévoiement de la pédagogie (dont « l’essence » ne peut pas passer par du travail à distance), risque de dégradation des conditions de travail et de privatisation des outils de l’Éducation nationale… Il craint le fait que la période puisse pérenniser certains modes de fonctionnement qui sont pour lui contraires à sa mission de service public de l’enseignement. Enfin, pour décrire le rapport de Valentin au télétravail, celui-ci utilise habituellement les locaux de l’école pour travailler et n’a jamais constitué de véritable espace de travail au sein de son appartement (un deux pièces). Il ne possède pas de bureau et travaille le plus souvent sur son lit ou son canapé. Aussi, il semble avoir des difficultés à s’auto-contraindre dans une période où les temps sociaux ne paraissent plus rigoureusement définis :

« Ce qui est difficile à gérer c’est que le rapport au temps est totalement différent. On est au travail sans être au travail. On gère sa classe sans la gérer. On n’a plus de cadre, de référence. »

Journal de Valentin, 19 mars 2020.

Les convictions de Valentin, renforcées par le sentiment de ne pas être préparé ou bien encore l’absence des cadres spatiaux et temporels habituels qui rendent plus difficile l’organisation du travail vont ainsi déterminer une posture de résistance. Celle-ci s’incarne dans un travail « très raisonnable », presque minimal, qui peut s’apparenter à une stratégie de freinage. Cela prend la forme d’un travail de préparation le week-end (3 à 4 heures) qui aboutit à un programme envoyé aux parents. La semaine, il prend du temps le matin et en fin d’après-midi (environ 3 heures par jour) pour faire le suivi du programme par courriel (réponses aux parents ou aux élèves, exercices corrigés…). S’il a pris le temps de contacter l’ensemble des parents, il ne persiste pas dans le suivi de chaque élève. Il s’interroge au début du confinement sur le fait de devoir relancer les parents qui n’ont pas répondu : est-ce bien son rôle ? Il redoute la surcharge de travail que certains de ses collègues « encaissent » pour assurer ce suivi, sans que cela n’assure, du point de vue de Valentin, un véritable travail pédagogique ou n’empêche la persistance des inégalités :

« [sur le contact avec les familles] c’est une question complexe, pendant les vacances d’été, on n’a pas de contact avec elles [et] on n’est pas des assistants sociaux non plus. »

Journal de Valentin, 2 avril 2020.

Valentin adopte la position de son syndicat, qu’il a d’ailleurs contribué à définir en participant aux débats internes de celui-ci, à travers « la grève du programme » : « pas de nouvelle notion, que des activités ludiques et des révisions sur des notions déjà travaillées en classe » (journal, 2 avril).

Un engagement militant en tension

Lors des deux premières semaines, il parvient à maintenir sa position malgré son caractère minoritaire, au regard des collègues de son école qui « en font bien plus » en utilisant de nouveaux outils et un suivi très rapproché de chaque élève. Valentin confie « accepter cette situation sans trop culpabiliser, sans trop [se] comparer avec les collègues, grâce à une justification politique et syndicale » (journal, 2 avril). Cependant, à partir de la troisième semaine de télétravail, Valentin va céder progressivement sous l’effet de la lassitude d’une routine au travail, par culpabilité vis-à-vis des collègues qui travaillent plus mais aussi de ses propres élèves, qui peuvent vivre des situations sociales difficiles :

« Petit à petit, je propose un petit peu plus d’activités à mes élèves : j’essaie d’aller vers des choses ludiques, qui ne concernent pas que le français et les mathématiques (des défis d’arts visuels, des activités sportives, des jeux éducatifs en ligne…). J’ai aussi un petit peu plus différencié3, sûrement par acquit de conscience. [Une élève] ne peut pas s’en sortir avec des exercices de manuel de CM1… J’ai donc trouvé des fiches de CE1 et CE2 pour elle. Le temps de les trouver, les rogner (enlever le terme « CE1 »), les exporter en PDF… c’est du travail en plus. […] Je me rends quand même compte que je fais de plus en plus le jeu du télétravail… j’envoie plus d’activités, je différencie plus… Peut-être que le fait de voir tous ces collègues s’y investir pleinement me fait réfléchir. Pourtant j’ai toujours autant de réserves… ce n’est pas l’école. Mais le fait de penser aux enfants en galère chez eux me fait culpabiliser, je me dis que je me dois d’être à la hauteur pour elles et eux. »

Journal de Valentin, 6 avril 2020.

Valentin fait état dans son journal des rappels à l’ordre « culpabilisants » sous des formes indirectes, par des publications de collègues sur les réseaux sociaux par exemple, ou directement dans des remarques, comme avec cette amie enseignante à qui on a dit qu’elle laissait « croupir » les plus pauvres si elle ne s’investissait pas pleinement dans le télétravail. Si dans l’école de Valentin, « chacun fait comme il veut », les relations au sein de l’équipe pédagogique peuvent ainsi infléchir les pratiques. Ces relations s’avèrent toutefois complexes durant la période de confinement qui obligent à l’usage d’outils numériques, parfois perfectibles, et à un nouveau mode de fonctionnement pour tenir des réunions. Pour Valentin, cela rend tous les moments d’équipe « compliqués », « longs », « fatigants ». Des problèmes de compréhension apparaissent plus fréquemment et suscitent plus rapidement des tensions, en particulier dans ce contexte où une part de l’équipe se sent fatiguée et « est à fleur de peau ». Moins que dans son collectif de travail, où sa position lui semble difficilement audible, Valentin trouve plutôt dans le syndicat « une force » pour faire face à la situation. Sans être uniforme – Valentin suggère l’existence de débats houleux dans sa section syndicale4 – il constitue toutefois un espace où Valentin peut interagir avec des « camarades » globalement en accord avec sa conception politique de la situation. Le syndicat est alors autant un espace d’expression que de confirmation de ses convictions. Le travail de rédaction de communiqués pour lequel il s’est investi, tant à l’échelle locale que nationale, lui a permis de faire face à « cette frénésie du télétravail ».

« Le syndicat, c’est une force dans ces moments-là, ça m’aide à prendre du recul face à la frénésie de la continuité pédagogique. Mais c’est un moment inédit donc plein de fragilité : on n’est pas toutes et tous d’accord sur ce que doit être le télétravail, sur comment réagir face aux injonctions de la hiérarchie »

Journal de Valentin, 28 mars 2020.

Conclusion : les contradictions d’un engagement militant

Le récit de Valentin soulève des aspects qui mériteraient d’être creusés dans le prolongement de l’enquête, par la confrontation à d’autres cas : des difficultés dans la mise en place du télétravail dans l’enseignement (manque de moyens, relations professionnelles plus compliquées, difficultés à temporaliser et s’organiser…) et la possibilité, qu’il évoque en creux dans la comparaison avec ses collègues, de rapports au télétravail différenciés au sein d’un même groupe professionnel. Le cas de Valentin illustre plus particulièrement les difficultés propres au fait d’assumer une posture critique et militante dans le contexte du confinement. Les discours institutionnels semblent mobiliser le rapport dévoué des enseignant-e-s à leur propre métier pour assurer la « continuité pédagogique » et rencontrent de fait un certain écho auprès d’une partie d’entre eux5, au nom du service public, de la lutte contre les inégalités scolaires ou bien encore de la bonne conscience professionnelle. Valentin, quant à lui, adopte une posture critique et distanciée face à ces discours institutionnels au nom, là encore, du service public et de la lutte contre les inégalités, mais aussi des conditions de travail. Cette forme de résistance est possible du fait de dispositions militantes et d’une inscription dans des collectifs qui peuvent le soutenir. Elle s’avère toutefois « coûteuse » symboliquement vis-à-vis de collègues, voire de parents d’élèves, pour lesquels une telle démarche peut être discréditée mais aussi « de soi à soi », en interrogeant sa propre position au risque d’une auto-dévaluation. Appartenir à une institution et entretenir dans le même temps un rapport critique à son égard génèrent des dilemmes ou contradictions qui se trouvent exacerbés dans cette période exceptionnelle de confinement et d’urgence sanitaire, comme peut le souligner cette question de Valentin sur son rapport au télétravail :

« L’école se charge déjà très bien – en temps normal – de trier les pauvres et les riches. Mais est ce que ça veut dire que je dois abandonner ? »

Journal de Valentin, 24 mars 2020.

  1. Le prénom a été modifié. []
  2. Sa mère a été successivement ouvrière dans l’industrie, assistante maternelle et femme de ménage et son père était employé aux PTT / La Poste. []
  3. « Différencier » fait référence aux dispositifs pédagogiques recommandés par les instructions officielles visant à enseigner des contenus différents aux élèves en fonction de leurs difficultés. []
  4. Le fait de devoir avancer ou non dans les programmes, les manières de prendre contact et d’interagir avec les parents d’élèves, les exigences quant à la sécurité sanitaire ou bien encore l’usage des outils du télétravail (certain-e-s redoutant leur pérennisation) peuvent être l’objet de débats. Pour le moment, trop peu de matériaux ont été récoltés pour faire une sociologie fine de ces prises de positions. []
  5. Au-delà de ce que l’enquête PIRATE a pu récolter, on peut trouver un exemple éloquent d’un investissement intense et dévoué dans le travail (80 heures de travail en une semaine), vécu comme une expérience « riche », dans ce billet publié sur le blog d’une enseignante qui fait « un premier bilan » de la « classe à distance » : https://www.cartabledunemaitresse.fr/classe-a-distance-un-premier-bilan/ (consulté le 18/05/2020). []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.