La Croix-Rouge et la Covid-19 en Russie. Quelles continuités et transformations de l’action sociale à un niveau local ?

PAR KONSTANTIN SHOROKHOV

« En cette période difficile pour tous, nous essayons de répondre aux défis auxquels nous sommes confrontés »1, c’est entre autres par ces mots que la Croix-Rouge russe caractérise son action dans la période de la crise sanitaire mondiale. Composante du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge2, elle agit selon leurs statuts et s’engage à protéger la vie et la santé de la personne humaine, notamment dans les situations d’urgence, et à œuvrer à la prévention des maladies et au développement de la santé3. En effet, elle œuvre depuis 18674 et constitue ainsi la plus vieille organisation humanitaire et l’une des associations les plus connues en Russie. Actuellement, elle s’efforce d’aider et de soutenir l’État et les organismes de santé dans les circonstances de la pandémie de Covid-195. Ce faisant, elle joue le rôle d’auxiliaire des pouvoirs publics dans le domaine humanitaire prescrit par les statuts du mouvement6. Des questions se posent en lien avec cette crise sanitaire sans précédent : de quelle manière agit-elle sur l’action de la Croix-Rouge ? Induit-elle des transformations de ses activités, et si oui, lesquelles ? Enfin, s’il y a des transformations, quelle continuité peut-on tracer alors dans son action ?

Une recherche empirique a été menée en mars – mai 2020 au sein de la Croix-Rouge russe à Véliki Novgorod, centre administratif de la région de Novgorod située au nord-ouest de la Russie. La position géographique de la région est indiquée sur la carte suivante :

Carte partielle de la Russie indiquant la position de la région de Novgorod
Position de la région de Novgorod au nord-ouest de la Fédération de Russie. La région de Novgorod (n°9) se situe dans le District fédéral du Nord-Ouest dont le centre administratif est Saint-Pétersbourg (n°11). La région située plus à l’ouest et au sud-ouest (n°10) est celle de Pskov, frontalière avec l’Estonie, la Lettonie (qui font partie de l’Union européenne) et la Biélorussie7

La Croix-Rouge a été implantée à Novgorod en 18688, date depuis laquelle elle a œuvré en temps de paix et en temps de crise. Selon les données de janvier 20209, la région compte près de 600 000 habitants, dont plus du tiers résident dans la capitale régionale. Entre mi-mars et début décembre 2020, 12 228 cas confirmés de Covid-19, dont 90 cas mortels, ont été officiellement signalés dans la région10. Sur la totalité des régions russes, les données statistiques sur la même période sont les suivantes : 2 347 401 de cas confirmés, dont 41 053 de cas mortels, sur la population qui s’élève à 146 748 590 selon les données de janvier 202011.

L’enquête exploratoire12 a consisté à mener des entretiens auprès de ses bénévoles et salariés13 et à étudier la documentation produite par l’association au cours de la période du confinement. Au total, cinq personnes ont été interrogées à distance, et une dizaine de documents, y compris des publications en ligne, ont été analysés. Cette étude a permis de relever des continuités dans les pratiques des membres de la Croix-Rouge, mais aussi des transformations conditionnées par la propagation du coronavirus et par son impact sur le quotidien de l’ensemble de la population.

En premier lieu, une brève présentation des activités quotidiennes que la Croix-Rouge réalisait en Russie dans les années 2010 et au début de l’année 2020 permettra de mieux mettre en perspective les effets de la pandémie. Ainsi, si les activités principales de l’association relèvent du social, de la santé et du secourisme14, les projets et programmes spécifiques varient d’une région à l’autre et dépendent des besoins prioritaires définis par les comités régionaux de la Croix-Rouge dans les régions et localités où ils sont implantés. À Véliki Novgorod, les activités principales de l’organisation se regroupent autour d’une dizaine d’axes, dont la sensibilisation au don de sang gratuit, l’enseignement des savoirs et des techniques de base en premiers secours, la diffusion d’informations sur l’alimentation, le sport et la prévention des maladies et l’organisation de cours visant à promouvoir la connaissance du mouvement de la Croix-Rouge. En outre, l’alimentation d’enfants de familles à faible revenu, complétée par des activités éducatives supplémentaires, l’accompagnement relationnel de personnes âgées et la distribution d’aide humanitaire urgente, principalement sous forme de vêtements, dont les bénéficiaires les plus fréquents sont également des familles avec enfants et des personnes âgées, sont les axes d’action dans lesquels la Croix-Rouge investit les moyens humains et financiers les plus importants dans la région de Novgorod15.

Un point commun de tous les projets et programmes mis en œuvre est qu’ils ont un public cible et que les activités qui en relèvent sont menées en présence physique de celui-ci. C’est exactement cette spécificité de l’organisation de l’action qui a paru problématique aux responsables de l’association dans le contexte du confinement, où les mesures de distanciation dite sociale ont été prescrites. En effet, le maintien même de l’activité a été mis en question.

Toutefois, la Croix-Rouge s’est positionnée comme une organisation menant une action utile et importante dans le contexte de la propagation du coronavirus, ce qui lui a permis de maintenir l’ouverture de ses bureaux et la mise en œuvre de son action sur le terrain après le 30 mars, date à laquelle des mesures de confinement ont été prises dans la région de Novgorod16. En effet, la Croix-Rouge a réagi rapidement aux changements en train de se produire, en introduisant de nouveaux éléments dans l’ensemble de ses activités. Ce faisant, elle a été contrainte de réorienter la majorité de ses ressources humaines et financières vers de nouvelles activités et de modifier ainsi les projets et programmes déjà en place. Réagir dans le contexte de cette crise sanitaire sans précédent a exigé de déployer d’intenses efforts de mobilisation et de coordination, surtout en ce qui concerne la réorganisation de l’action sociale face aux exigences sanitaires, en témoignent certains responsables interrogés : « Personne parmi nous n’a d’expérience d’actions dans des conditions de pandémie. Il n’est donc pas toujours clair quoi faire et comment. Nous avons l’impression de courir dans tous les sens, car il y a trop de travail » [Anna, 23 ans, bénévole puis salariée de la Croix-Rouge depuis 2016, étudiante en design graphique].

Un point important doit être pris en considération : la Croix-Rouge a suivi les consignes sanitaires qui devraient être appliquées par les bénévoles et salariés en tout temps. L’encadré ci-dessous présente l’ensemble de ces consignes, formulées à partir de recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé et du gouvernement russe :

Instructions pour les bénévoles et les salariés de la Croix-Rouge russe sur la prévention de la Covid-1917
1. Les bénévoles et les salariés de 18 à 60 ans, sans signes et symptômes d’infections virales respiratoires aiguës, qui n’ont pas de maladies chroniques, sont impliqués dans les activités.
2. Pendant la mise en œuvre des activités, les bénévoles et les salariés doivent suivre les recommandations données. Utiliser des masques médicaux, des gants, des solutions hydroalcooliques ou d’autres désinfectants, porter des uniformes avec le logo de la Croix-Rouge.
3. Il est conseillé aux bénévoles et aux salariés de ne pas céder à la panique, de ne pas diffuser d’informations inexactes dans un cadre personnel et sur les réseaux sociaux.
4. Il est recommandé de rechercher des informations fiables sur la Covid-19 dans les communautés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, sur le site internet de l’OMS (https://www.who.int/ru/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019), sur le site internet du ministère de la Santé de la Fédération de Russie (https://www.rosminzdrav.ru/) et sur ceux des comités et ministères locaux.
5. Lorsque vous interagissez avec d’autres personnes, il est recommandé d’observer une distance d’au moins un mètre pour éviter tout contact physique.
6. Lavez-vous les mains avec du savon aussi souvent que possible et traitez-les avec des antiseptiques contenant de l’alcool. Évitez de toucher votre visage, en particulier votre bouche, votre nez et vos yeux.
7. Nettoyez votre appartement et votre lieu de travail avec un désinfectant, en accordant une attention particulière à la désinfection des articles d’usage courant, comme le téléphone portable.
8. Si vous ou vos proches présentez des symptômes d’infections virales respiratoires aiguës, restez chez vous. Ne vous auto-médicamentez pas et consultez un médecin. Pendant l’auto-isolement, utilisez des ustensiles, de la literie et des articles d’hygiène séparés. Ne mangez pas dans des bols communs, surtout avec vos mains.
9. Utilisez un masque médical, si vous présentez des symptômes d’infections virales respiratoires aiguës, ou lorsque vous aidez une personne présentant de tels symptômes.
10. Ne quittez pas l’appartement sans besoin urgent ! C’est le seul moyen de stopper la propagation du coronavirus !

Tout d’abord, les consignes sanitaires présentées ci-dessus ont joué un double rôle pour les bénévoles et salariés de la Croix-Rouge. D’un côté, ils ont été obligés de respecter celles d’entre elles applicables à leur cas. Il leur était impossible de les suivre dans leur totalité, car, par exemple, s’ils ne présentaient pas les symptômes, ils devaient quitter leur domicile « sans besoin urgent » pour se rendre sur le lieu de travail. Cela n’a pas concerné les personnes âgées de plus de 60 ans, tenues de se confiner en raison de leur âge. De l’autre côté, les bénévoles se sont engagés à diffuser les consignes, notamment les mesures de distanciation et de protection. Cette pratique a été intégrée comme composante de l’action des équipes de la Croix-Rouge, impliquées, avant la déclaration du confinement, dans des actions relevant du secourisme et de la santé, et a constitué ainsi un nouvel élément relatif aux effets de la pandémie de coronavirus.

Ainsi, si avant fin mars 2020, se rendre dans les rues pour parler aux habitants de la ville ne constituait pas un dispositif d’action mis en place régulièrement, pendant la période chômée, organiser l’action sociale sous la forme de « patrouille » est devenue une pratique quotidienne. L’équivalent russe du mot « patrouille », qui a d’ailleurs été emprunté au français18, est employé par les bénévoles et est utilisé dans les documents de la Croix-Rouge. On peut supposer que l’utilisation de ce terme n’est pas neutre et sous-entend qu’il ne s’agit pas seulement de la sensibilisation de la population, mais aussi d’un contrôle du respect des règles de confinement, considéré comme nécessaire dans un contexte de pandémie. L’association explique dans une note publiée sur internet : « Aujourd’hui, tous les habitants de notre ville n’observent pas le régime d’auto-isolement et ne savent pas comment se protéger eux-mêmes et protéger leurs proches contre le coronavirus. Cela se produit souvent en raison d’un manque de connaissances sur les méthodes de prévention efficaces et d’informations sur la possibilité d’obtenir de l’aide pour acheter des produits ou des médicaments et pour payer le logement et les services publics »19.

La Croix-Rouge s’est donc mise à sortir dans les rues pour encourager les habitants de la ville à adopter un comportement préventif et pour faire face au non-respect des règles de confinement. Cinq fois par semaine, munis d’équipements de protection individuelle, quinze bénévoles partaient sur des itinéraires prédéfinis et y passaient environ deux heures. Cette pratique récemment établie et étroitement liée à la propagation de la Covid-19 a néanmoins été centrée sur les deux catégories d’âge, assez larges mais distinctes, qui constituaient les cibles principales de l’action de la Croix-Rouge dans la région de Novgorod avant la pandémie : les enfants et les adolescents, d’un côté, et les personnes âgées de 60 ans et plus, de l’autre. Ainsi, entre le 24 avril, date de la première sortie, et le 15 mai, les bénévoles ont parlé à 239 personnes, dont 103 personnes âgées, 104 enfants et adolescents et 32 personnes appartenant à d’autres catégories d’âge20.

Cette répartition par âge n’est pas aléatoire et témoigne d’une continuité dans la définition du public visé. Les bénévoles trouvent essentiel de se concentrer sur les catégories de la population locale qu’ils connaissent pour ne pas rompre avec l’expérience accumulée et pour pouvoir mobiliser les techniques de communication qu’ils se sont appropriées avant la période d’auto-isolement. Pour donner un exemple : les équipes chargées de « patrouiller » les rues organisent de courts jeux pour les enfants, afin de montrer comment se laver les mains, et s’efforcent de leur parler du coronavirus dans une langue qui leur est accessible. Dans le même temps, le souci d’informer les personnes de 60 ans et plus s’appuie sur les informations officielles sur la vulnérabilité élevée des personnes âgées face au coronavirus, largement diffusées par les médias. Selon Anna recontactée en juillet et en décembre, depuis mi-juin, l’activité de la « patrouille » est suspendue sous l’effet du déconfinement, mais prête à être reprise si besoin21.

Photographie de 4 personnes : 3 bénévoles (dont une femme) de la Croix rouge s'adressant à un homme âgé ; tous les personnages portent un masque
Photo n°1: La “patrouille” de la Croix-Rouge22. Dans le souci de lutter contre la propagation du coronavirus Covid-19, la “patrouille” de la Croix-Rouge s’adresse à des passants en privilégiant deux catégories d’âge : les enfants et les personnes âgées.

Par ailleurs, les activités de prévention comme les sorties dans les rues des équipes de bénévoles, mais aussi l’action en ligne, sur le site internet du comité régional et sur les réseaux sociaux, se répartissent en deux axes principaux : la présentation des informations sur le coronavirus et des consignes de quarantaine, composante évoquée plus haut, et les renseignements sur les possibilités d’obtenir une aide sociale et humanitaire dans le contexte du confinement. Ces composantes d’action relèvent également d’une autre transformation en cours, à savoir le développement du centre d’appels – qui peut être également appelé « numéro vert » – de la Croix-Rouge, présenté par l’une des bénévoles comme « la réalisation la plus importante [de la Croix-Rouge dans la région de Novgorod] dont le fonctionnement est un très gros travail » [Inna, 16 ans, bénévole depuis 2019, lycéenne]. En effet, sous l’influence d’un nombre de plus en plus important d’appels quotidiens reçus dans un contexte de diffusion massive des informations sur la propagation du coronavirus, depuis le 6 mai 2020, l’un des bureaux de l’association a été transformé en un véritable centre d’appels multiligne. Après avoir mené des actions préliminaires liées à la formation de huit opérateurs bénévoles et à l’installation de l’équipement, à compter du 6 mai, le centre a reçu plus de 100 appels pendant les 10 premiers jours de son fonctionnement23. Si ce nombre peut paraître faible à un observateur extérieur, cela peut s’expliquer par le fait que d’autres centres d’appels, publics et associatifs, fonctionnent à Véliki Novgorod parallèlement à celui de la Croix-Rouge. Dans ce contexte, pour attirer l’attention de la population locale, l’association diffuse les informations sur les réseaux sociaux, dans des journaux locaux et par l’intermédiaire de facteurs et de travailleurs sociaux.

Du côté des bénévoles, pour celles et ceux qui ne se sont pas joints à la « patrouille », cette mesure de réorganisation des activités a aussi favorisé la continuité de leur engagement, même si leurs pratiques spécifiques ont changé, ce qu’illustre le commentaire suivant : « Depuis le début de la période Covid-19, mon travail a considérablement changé. Avant toute cette situation, je donnais des cours de secourisme dans les écoles [secondaires] et les écoles maternelles, mais maintenant, pour les raisons évidentes, je ne peux plus le faire. Au lieu de cela, j’ai rejoint les bénévoles de livraison de nourriture et de médicaments et je suis devenue opératrice du centre d’appel de la Croix-Rouge. Si auparavant je répondais aux questions liées aux premiers secours, maintenant je renseigne les gens sur les problèmes de coronavirus, le travail de l’organisation et les moyens possibles d’obtenir de l’aide » [Nina, 20 ans, bénévole depuis 2018, étudiante en journalisme].

Si les bénévoles du centre d’appel renseignent sur les aides sociales, notamment publiques, disponibles au public général, ils s’engagent également à fournir le soutien dit psychosocial dont l’objectif est d’aider celles et ceux qui demandent de l’aide pour faire face à leur état émotionnel négatif. En outre, la possibilité de recevoir directement des demandes d’aide humanitaire est prévue. Il convient de noter que le choix du groupe cible pour ce service apparaît, là aussi, comme un indicateur de la continuité qui renvoie à des pratiques élaborées et mises en œuvre avant la pandémie. En effet, la réception des demandes a principalement concerné les personnes âgées, notamment celles vivant seules à domicile, et a rejoint ainsi d’autres projets et programmes qui ont pour cible les personnes « du troisième âge », tout d’abord ceux qui visent leur accompagnement relationnel. Mais, la manière dont elle se déroule a un effet qui répond aux enjeux du confinement : elle minimise le contact physique entre les bénévoles et les bénéficiaires et, dans le même temps, donnent à ces derniers la possibilité de maintenir leur auto-isolement.

Dans la pratique, toute personne âgée de plus de 60 ans peut demander une aide pour le paiement des services publics et pour l’achat et la livraison de la nourriture, de médicaments, d’articles d’hygiène personnelle et de produits dits de première nécessité. L’achat est effectué à charge du demandeur tandis que les bénévoles s’engagent à effectuer l’achat et à livrer les produits achetés. Au total, entre le 26 mars et le 15 mai, treize bénévoles basés à Véliki Novgorod, en plus des huit opérateurs qui reçoivent les appels, ont donné suite à plus de 150 demandes de livraison de nourriture et de médicaments24, indice important aux yeux des personnes interrogées qui craignaient, selon leurs propres mots, que le public cible ne soit que trop peu informé de l’ouverture récente du centre d’appels. « Au départ, personne ne croyait que nous serions capables de faire cela » – ce commentaire, donné par Anna, se réfère à l’ensemble des actions mises en œuvre et, plus particulièrement, au fonctionnement du centre d’appel et met en exergue l’incertitude à laquelle les responsables locaux étaient confrontés au début de la pandémie. En décembre 2020, le centre d’appels continue à fonctionner.

Photographie présentant 2 femmes travaillant devant un ordinateur portable ; l'une est au téléphone et prend des notes, l'autre lit un document papier
Photo n°2. Le centre d’appels de la Croix-Rouge25. Suite au développement du centre d’appel, les bénévoles qui mènent leurs activités dans le bureau passent plus de temps devant les téléphones et les ordinateurs pour répondre aux questions et aux demandes d’aide.

Enfin, les activités que la Croix-Rouge mène en faveur d’enfants et adolescents donnent, elles aussi, un exemple de la manière dont cette organisation conjugue la continuité et la transformation en ce temps de crise. Il s’agit plus précisément du programme le plus important de la Croix-Rouge au nord-ouest de la Russie, nommé « Protection sociale des enfants » et destiné aux familles avec enfants, définies par l’association comme les plus vulnérables. Dans la région de Novgorod, ce programme est mis en œuvre depuis 2001. Un critère essentiel d’admission au programme est constitué par les revenus dans la famille qui, en 2020, ne doivent pas dépasser 2500 roubles26 par personne par mois27. Avant la période de confinement, le programme était mis en œuvre au sein des écoles secondaires et avait deux composantes : une composante humanitaire, y compris l’alimentation, et une composante sociale visant, entre autres, à permettre aux enfants d’acquérir des connaissances et des compétences parascolaires.

Pendant la période d’auto-isolement, ces deux composantes ont connu des transformations. En effet, le programme est toujours en cours, mais, suite au confinement du groupe cible, l’alimentation des enfants bénéficiaires dans les cantines d’écoles secondaires, élément central du programme, a été remplacée par la distribution de colis alimentaires aux familles concernées. Au cours des deux dernières semaines du mois d’avril, plus de 450 colis alimentaires ont été délivrés par la Croix-Rouge dans la région, y compris à Véliki Novgorod28. Les colis sont composés de produits considérés comme nécessaires pour un stockage à long terme dans les conditions du confinement, comme par exemple les céréales, les pâtes, les conserves, le thé et le lait concentré sucré, et visent à remplacer l’alimentation fournie dans les cantines, fermées jusqu’à la réouverture des écoles secondaires29. Selon les personnes interrogées, la mise en œuvre de la composante sociale a été également suspendue au moins jusqu’en septembre 2020, mais a quand-même été remplacée par des activités éducatives en ligne. En octobre – décembre 2020, les situations diffèrent selon les écoles et les mesures préventives adoptées, toutefois la plupart des repas sont servis dans les cantines.

Photographie présentant deux femmes, dont une vétue d'un T-Shirt de la croix rouge, portent des cartons présentant le logo de la Croix rouge
Photo n°3. L’aide alimentaire de la Croix-Rouge30. Dans le contexte du confinement, les colis alimentaires à destination des bénéficiaires des programmes d’aide de la Croix-Rouge sont mis en boîte et délivrés au domicile ou distribués dans les points de distribution.

Pour conclure, la combinaison de la transformation et de la continuité dans l’action locale, décrite brièvement plus haut, a permis à la Croix-Rouge de s’adapter rapidement aux changements imposés par la crise sanitaire Covid-19. Elle n’a pas changé le public cible de son action, et s’est ainsi inscrite dans une continuité, mais, en revanche, elle a considérablement transformé ses activités. De fait, c’est grâce à la continuité de l’action que cet acteur non-gouvernemental a gardé le lien avec ses bénéficiaires malgré le développement de la pandémie et le confinement qui s’en est suivi. En même temps, c’est la transformation imposée par la crise sanitaire qui a favorisé la mise en valeur de son action multidimensionnelle. Plus encore, l’adaptabilité que l’association a mise en évidence dans ces circonstances très particulières lui a permis de rester visible voire de gagner en visibilité. Comme l’affirme à cet égard Nina, l’une des personnes interrogées : grâce aux nouvelles pratiques, « plus de gens en apprennent davantage sur notre organisation et sur l’aide qu’on apporte ; par ailleurs, de nouveaux bénévoles qui ne veulent pas rester en marge viennent nous rejoindre ». Le contexte de confinement imposé par la crise du coronavirus oblige donc les bénévoles et salariés de la Croix-Rouge à intensifier leur engagement et à chercher un équilibre entre la continuité et la transformation, laissant en même temps une marge de manœuvre pour devenir plus visibles auprès de la population locale. Cet effet de la pandémie mériterait une enquête plus poussée et sera analysé dans la suite de ce travail de recherche.

  1. « Aide alimentaire dans une situation de crise », site internet du Comité régional de Novgorod de la Croix-Rouge russe : https://redcross53.ru/produktovaya-pomoshh-v-krizis/ (en russe, consulté le 30 mai 2020). []
  2. Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge réunit le Comité international de la Croix-Rouge, la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et 192 Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, dont la Croix-Rouge russe : https://www.ifrc.org/en/who-we-are/ (en anglais, consulté le 30 mai 2020). []
  3. Statuts et règlement du Mouvement International de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (adoptés par la XXVe Conférence internationale de la Croix-Rouge à Genève en 1986 et amendés en 1995 et 2006), 2015, 32 p., p. 5. []
  4. « L’histoire de la Croix-Rouge de la bataille de Solferino jusqu’à nos jours », site internet de la Croix-Rouge russe : http://www.redcross.ru/o-nas/istoriya (en russe, consulté le 30 mai 2020). []
  5. « Le travail des comités de la Croix-Rouge russe du district fédéral du Nord-Ouest dans la situation de propagation de la Covid-19 », site internet de la Croix-Rouge russe : http://www.redcross.ru/news/rabota-otdeleniy-rkk-na-territorii-szfo-v-situacii-rasprostraneniya-covid-19 (en russe, consulté le 30 mai 2020). []
  6. Statuts et règlement du Mouvement International de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, loc. cit. []
  7. Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/72/Northwestern_Federal_District_%28numbered%29.svg
    (consulté le 3 décembre 2020). []
  8. « À propos de nous », site internet du Comité régional de Novgorod de la Croix-Rouge russe : https://redcross53.ru/about/ (en russe, consulté le 17 juillet 2020). []
  9. Données du Service fédéral des statistiques de l’État russe : https://www.gks.ru/storage/mediabank/Popul2020.xls (en russe, consulté le 18 juillet 2020). []
  10. Données du Ministère de la Santé de la Fédération de Russie : https://covid19.rosminzdrav.ru/ (en russe, consulté le 3 décembre 2020). []
  11. Données du Service fédéral des statistiques de l’État russe, doc. cit. []
  12. Cette enquête a été conçue comme étant exploratoire du fait de la situation inédite de pandémie liée à la Covid-19. Les résultats obtenus ont servi de base pour formuler des interrogations plus poussées. En décembre 2020, la recherche est toujours en cours. []
  13. Dans cet article, le genre masculin est employé comme générique, dans le seul but de ne pas alourdir le texte. []
  14. Site internet de la Croix-Rouge russe : http://www.redcross.ru/ (en russe, consulté le 17 juillet 2020). []
  15. « Ce que nous faisons », site internet du Comité régional de Novgorod de la Croix-Rouge russe : https://redcross53.ru/activity/ (en russe, consulté le 17 juillet 2020). []
  16. Portail du Gouvernement de la région de Novgorod : https://www.novreg.ru/press/news/press/113487/?sphrase_id=384460 (en russe, consulté le 30 mai 2020). []
  17. Source : une affichette de la Croix-Rouge distribuée parmi les bénévoles et salariés de la Croix-Rouge à Véliki Novgorod (en russe, date de publication : avril 2020). []
  18. Dictionnaire des mots étrangers de la langue russe : https://dic.academic.ru/dic.nsf/dic_fwords/26469 (en russe, consulté le 19 juillet 2020). []
  19. « Patrouille de la Croix-Rouge », site internet du Comité régional de Novgorod de la Croix-Rouge russe : https://redcross53.ru/patrul-krasnogo-kresta/ (en russe, consulté le 30 mai 2020). []
  20. « Mesures de lutte contre la propagation de l’infection à coronavirus Covid-19 dans la région de Novgorod », documentation de la Croix-Rouge (en russe, date de publication : 15 mai 2020). []
  21. Le déconfinement progressif a débuté en juin dans la région de Novgorod sans que le reconfinement strict soit annoncé à l’automne. Cette spécificité du contexte de l’action locale de la Croix-Rouge explique que les dispositifs d’action développés pendant le confinement n’ont pas été repris dans une forme complétement identique. En effet, l’association a adopté ses activités au contexte changeant de la pandémie et des mesures préventives prises dans le pays et dans la région. []
  22. Source : https://redcross53.ru/core/wp-content/uploads/2020/05/pHi7052J4Yg.jpg (consulté le 30 mai 2020). []
  23. « Mesures de lutte… », doc. cit. []
  24. Ibid. []
  25. Source : https://redcross53.ru/core/wp-content/uploads/2020/05/HUEwItvgVIs.jpg (consulté le 30 mai 2020). []
  26. Environ 31 euros au taux de change de la Banque centrale de la Fédération de Russie pour le 19 juillet 2020 : http://www.cbr.ru/currency_base/daily/ (en russe, consulté le 18 juillet 2020). []
  27. « Protection sociale des enfants », site internet du Comité régional de Novgorod de la Croix-Rouge russe : http://www.redcross.ru/news/programma-rossiyskogo-krasnogo-kresta-socialnaya-zashchita-detey-v-novgorodskoy-oblasti (en russe, consulté le 30 mai 2020). []
  28. « Mesures de lutte… », doc. cit. []
  29. Certains dispositifs d’adaptation des associations à la crise Covid-19 ont de fait un caractère transversal et transnational. En effet, les transformations que les activités de la Croix-Rouge russe ont subies permettraient de comparer cette organisation à des associations françaises : par exemple, à celles qui ont demandé à de jeunes bénévoles de faire les courses pour des personnes âgées et à celles qui ont proposé des paniers-repas en remplacement de déjeuners (Armée du Salut, Restos du cœur, Secours populaire français, etc.) : ARCHAMBAULT Edith, « Quel monde associatif en période de Covid-19 ? Un panorama des situations et problématiques associatives sous confinement », https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02617232 (consulté le 3 décembre 2020). []
  30. Source : https://redcross53.ru/core/wp-content/uploads/2020/04/UrsxyW-Iuw.jpg (consulté le 30 mai 2020). []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.