Éditorial: un an déjà

Voilà maintenant un an qu’un premier cas de Covid-19 a été détecté à Wuhan et déjà 8 mois que ce carnet existe. Créé à la fin mars 2020, peu après le début du premier confinement, il a publié une quinzaine de billets consacrés au décryptage de la société transformée par l’épidémie de Covid-19, qu’il s’agisse des tensions sur l’accès aux soins d’urgence, de la réorganisation des commerces, des modalités de la « continuité pédagogique » ou encore de l’essor du fitness en ligne. Beaucoup de leurs auteurs se sont appuyés sur des photographies prises pendant leurs rares sorties autorisées, par exemple pour montrer les manifestations locales de solidarité ou de critique exprimées publiquement par les habitants d’une commune de l’estuaire de la Loire ou par ceux d’un quartier du centre-ville nantais. D’autres ont revisité des travaux sur l’histoire des épidémies (peste, choléra, grippe aviaire, etc.). Ces lectures commentées font écho à la crise sanitaire contemporaine en soulignant combien les controverses scientifiques sur leurs origines et les moyens d’y faire face sont étroitement mêlées à des débats économiques, politiques et moraux. Quelques billets ont enfin proposé des données quantitatives sous forme de graphiques illustrant la dynamique de l’épidémie ou certaines de ses répercussions économiques.

Nous avons d’abord misé sur la diversité des objets de recherche étudiés au sein du Centre Nantais de Sociologie et sur son ancrage local, préférant recueillir des traces autour de nous plutôt que d’élaborer précocement des grilles d’analyse globales. Nous souhaiterions à présent développer les comparaisons d’un territoire à l’autre, varier les échelles d’investigation et nous confronter à des questions générales face à cette pandémie : assiste-t-on à des inflexions importantes dans les manières de gouverner, dans nos rapports aux mobilités géographiques ? Le respect des consignes sanitaires est-il le signe d’une adhésion aux préceptes de la santé publique ? Les écarts indiquent-ils à l’inverse une défiance face aux pouvoirs publics ? Et comment les secteurs économiques brutalement jugés non indispensables (le tourisme, l’aéronautique, le spectacle…) vont-ils pouvoir rivaliser avec les « seigneurs » du numérique ?

Nous publions cet automne deux aperçus de la crise sanitaire en dehors de la France. En Suisse, d’abord, où les « les tendances néo-corporatistes », un temps surplombées par la « technocratie de crise », se sont réaffirmées à l’occasion de la réouverture des bars, des hôtels et des restaurants, secteurs économiques bien représentés au plan institutionnel, selon l’analyse de Céline Mavrot et Fritz Sager. En Russie, ensuite, où Konstantin Shorokhov explique comment la Croix-Rouge a maintenu ses bureaux ouverts et transformé ses activités en organisant des « patrouilles » auprès des plus jeunes et des plus âgés pour expliquer les règles de confinement et d’hygiène face à l’épidémie. Menés notamment par des étudiants, d’autres travaux sur les implications de la crise sanitaire sont en cours et donneront lieu à publication. Au sein d’un collectif regroupant des enseignants-chercheurs et leurs étudiants de Brest, Grenoble, Le Havre, Nanterre, Saint-Denis et Tours, Margot Delon et Tristan Poullaouec mènent une enquête par questionnaire sur les usages des technologies numériques parmi les étudiants, à la fois bouleversés et réorganisés par les confinements et les contraintes d’un enseignement dégradé.

Au printemps dernier, l’UFR de sociologie de l’Université de Nantes avait relayé auprès de ses étudiants la diffusion d’un autre questionnaire en ligne initié par une petite équipe de collègues (d’Aix-en-Provence, de Grenoble, de Paris et de Toulouse), adressé cette fois à toute la population adulte résidant en France pour saisir les effets du confinement sur les conditions de logement et de travail mais aussi sur la sociabilité, les relations personnelles et les rapports aux pouvoirs publics (vote aux élections municipales, respect des règles de confinement…). Grâce à la presse locale (par exemple Ouest-France, qui a signalé cette enquête VICO juste avant le déconfinement), et sans doute à l’intérêt qu’elle a suscité parmi des enquêtés plus disponibles et désireux de faire le point sur leur situation, plus de 16 000 réponses ont été recueillies et un tiers des répondants ont laissé leurs coordonnées pour être recontactés. Ces données sont actuellement exploitées par des chercheurs et des étudiants dans plusieurs universités. La richesse et l’intérêt de ces matériaux ont permis l’obtention d’un financement de l’ANR pour mener des entretiens approfondis et réaliser une deuxième vague d’enquête par questionnaire au printemps prochain.

Un ouvrage de synthèse issu de cette recherche collective coordonnée par Pierre Mercklé paraîtra dans quelques mois. Trois membres du CENS y ont contribué : Anton Perdoncin, Tristan Poullaouec et Mélodie Renvoisé ont décrit les pertes de revenu ou d’emploi, les conditions de travail des soignants et les efforts pour limiter les méfaits de la discontinuité pédagogique. En outre, Maëlys Bouyssou, étudiante de master, prépare une exploitation des données de cette enquête VICO focalisée sur la situation de la Loire-Atlantique. Comme on le sait, la crise sanitaire n’est toujours pas derrière nous et a déjà un impact durable sur la plupart des secteurs de la vie sociale. Nous souhaitons continuer à accumuler des matériaux, construire des questionnements et lire les travaux que plusieurs institutions de recherche ou services de la statistique publique commencent à recenser : à l’EHESS, à l’Ined, à l’Insee, etc. Ce carnet invite à y participer, en rédigeant des billets, en réagissant à ceux déjà publiés ou pourquoi pas en rejoignant son comité éditorial. N’hésitez pas à nous adresser vos propositions à l’adresse suivante : covid19cens@univ-nantes.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.