Analyses

Une résistance coûte que coûte ? Le rapport militant à la « continuité pédagogique » d’un professeur des écoles durant le confinement

PAR ÉTIENNE GUILLAUD

Le Projet isolé de recherche-action sur le télétravail des enseignant-e-s (PIRATE), coordonné avec Gabrielle Lecompte-Ménahès, tente de renseigner les conditions de travail des enseignant-e-s syndiqués de la maternelle à l’université des départements du Finistère, de la Loire-Atlantique et de l’Ille-et-Vilaine durant la période de la crise sanitaire liée au Covid-19. Face à la situation sanitaire, le gouvernement a décidé de la fermeture des établissements et du confinement d’une grande partie de la population, obligeant les enseignant-e-s comme les élèves et étudiant-e-s à travailler à domicile. Le public enquêté est constitué principalement de syndiqué-e-s, « simple adhérent-e-s » ou militant-e-s fortement impliqué-e-s, afin d’interroger l’engagement militant dans la période et d’élaborer des outils de formation et d’information autour du télétravail dans l’éducation nationale qui seront à leur disposition. Dans un premier temps, les enseignant-e-s enquêté-e-s ont eu pour consignes de tenir un journal de leur travail en confinement en décrivant leurs pratiques, leurs conditions de vie et de travail, les relations professionnelles entretenues ou bien encore les émotions ressenties durant la période. Dans un second temps, actuellement en préparation, les participant-e-s pourront devenir à leur tour des enquêteurs par la lecture croisée de leurs journaux, la réalisation d’entretiens collectifs et individuels et des temps d’analyse collective de l’ensemble des matériaux.

Lire la suite de l’article « Une résistance coûte que coûte ? »


Salles de fitness : la parade d’Instagram ?

Par Joseph Godefroy

Le confinement lié au Covid-19 semble pousser les influenceurs fitness, davantage habitués à la mise en scène de leur corps qu’à la transmission de contenu éducatif, à faire évoluer les images qu’ils diffusent quotidiennement sur les réseaux sociaux numériques vers des entraînements à réaliser à domicile. Dans le même sens, pour faire face à leur fermeture forcée, les salles de fitness investissent les réseaux sociaux pour diffuser des séances de sport dites « en live ». Loin de s’apparenter à une forme habituelle d’enseignement sportif, la production de ces deux types d’acteurs participe à construire un espace numérique où les incitations à la pratique physique vont bon train. […]

Lire la suite de l’article « Salles de fitness : la parade d’Instagram ? »


Quelques données sur l’épidémie de Covid-19

Par Tristan Poullaouec

Face au flot d’informations et à l’incertitude de la situation, un sociologue spécialiste de l’école et des investigations quantitatives cherche à comprendre l’épidémie de Covid-19 en se familiarisant avec les concepts de base de l’épidémiologie, discipline médicale qui étudie les maladies épidémiques, leurs modes de contagion et les moyens de les combattre et qui a beaucoup d’affinités avec la statistique. […]

Lire la suite de l’article « Quelques données sur l’épidémie de Covid-19 »


Chaque pays, en fonction de son système de soins, choisit ses morts !

Par sylvie Morel

Le 27 mars, dans l’émission de Jean-Jacques Bourdin, Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France (FHF), l’affirme : « Oui, il y des témoignages qui effectivement nous racontent que oui, parfois, il y a des patients qui sont prioritairement pris et d’autres à qui on ne peut pas offrir une prise en charge identique. Donc aujourd’hui, il y a des choix douloureux parfois qui sont faits. » Depuis quelques jours, on pouvait en effet lire sur les réseaux sociaux le témoignage de soignant.e.s qui nous alertaient de la décision qui avait été prise dans certains hôpitaux de ne pas réanimer (« sauver ») certain.e.s patient.e.s. On y apprend plus précisément que, face à la pénurie de lits de réanimation (7000 en France contre 25 000 en Allemagne par exemple), de gel hydroalcoolique, de masques, de tests de dépistage, de surblouses, mais aussi de personnel soignant dont les effectifs, faut-il le rappeler, ont été drastiquement réduits ces dernières décennies, des médecins sont contraints de faire un choix difficile, intolérable, entre les patient.e.s pouvant accéder aux soins de réanimation et ceux qui n’y auront pas accès. […]

Lire la suite de l’article « Chaque pays, en fonction de son système de soins, choisit ses morts ! »