Premier confinement en Pays-de-la-Loire : une perturbation économique davantage que sanitaire

Par Maëlys Bouyssou

Comment le confinement du printemps 2020 a-t-il été vécu dans des départements peu affectés par l’épidémie de Covid-19 ? Cette stratégie de réduction des risques sanitaires s’est imposée de manière uniforme sur tout le territoire national alors que, contrairement à d’autres maladies infectieuses, son virus est d’abord caractérisé par une forte hétérogénéité spatiale. Dans quelle mesure les habitant·e·s de la Loire-Atlantique, du Maine-et-Loire, de la Mayenne, de la Sarthe et de la Vendée ont-ils été inquiet·e·s face à la crise sanitaire ou irrité·e·s par sa gestion publique entre mars et avril 2020 ? Maëlys Bouyssou, étudiante en 2e année de master à l’Université de Nantes, livre ici les résultats d’une étude menée dans le cadre d’un stage au Centre Nantais de Sociologie et montre tout l’intérêt d’une analyse localisée dans une région assez contrastée.

Le 17 mars 2020, la France entre en confinement… Cette première expérience de vie aux scènes et interactions sociales réduites laisse aux chercheur·ses en sciences humaines et sociales la possibilité d’étudier des comportements inédits. En effet, pendant près de cinquante-cinq jours, les Français·es doivent limiter leurs déplacements et rester, autant que se peut, à leur domicile tout en appliquant quotidiennement les gestes barrières. C’est dans cette situation particulière que l’enquête VICO (La vie en confinement) voit le jour. Menée par des sociologues soucieux.ses de comprendre les multiples conséquences de l’épidémie de Covid-19 sur la population résidant en France métropolitaine, l’enquête a pour objectif de documenter et de produire des savoirs sur cette crise sanitaire et ses implications. Cette étude rend possible la production de connaissances sociologiques sur l’injonction à rester chez soi, qui n’est pas sans répercussion. Ainsi, comme l’indique la présentation de l’enquête disponible sur le site internet qui lui est dédié1, le confinement est un événement qui touche tout le monde et donc constitue un observatoire particulièrement riche des inégalités au sein de notre société, car nous ne l’avons pas tous vécu dans les mêmes conditions, que ce soit au niveau du logement, du travail ou encore des occupations quotidiennes. Obligatoire, contraignant et imposé, le confinement vient questionner le rapport à l’État et la docilité des individus. Enfin, le confinement vient interroger les relations sociales et permet de mettre à jour de nouvelles inégalités apparues dans un contexte de déclin des solidarités ordinaires.

Ce sont près de 16 000 réponses qui ont été recueillies à travers la France, par le biais du questionnaire en ligne diffusé par les membres de l’équipe VICO, des enseignant·e·s d’université2 mais également par la presse, comme nous allons le voir. Une première lecture des données laisse apparaître que le confinement n’a effectivement pas été vécu de la même manière, en fonction de plusieurs variables telles que l’âge, le sexe ou encore le type d’habitation de confinement. La localité a également un rôle dans l’expérience de ce premier confinement : selon la zone géographique où l’on est confiné, les ressentis et effets seront différents. C’est dans cette perspective que s’inscrit le présent billet, qui s’intéresse à la vie en confinement dans les Pays-de-la-Loire en tirant parti de la taille de l’échantillon pour développer une analyse localisée. L’objectif est ici de présenter les enquêté·e·s de cette région du grand-ouest et de rendre compte de leur expérience. Notons tout de même que, s’il y a eu un nombre conséquent de répondant·e·s au questionnaire, sa diffusion en ligne n’est pas sans effet : il existe un « biais d’échantillonnage », autrement dit les caractéristiques des répondant·e·s diffèrent sensiblement de celles observées dans la population (notamment l’âge, le sexe, le niveau de formation et le milieu social). C’est pourquoi une pondération a été calculée pour redresser l’échantillon et le rendre représentatif de la population des personnes âgées de 18 ans à 74 ans résidant en France métropolitaine.

Il sera question avant toute chose de nous intéresser au territoire étudié, ainsi qu’à ses enquêté·e·s. Ensuite, nous regardons l’impact du confinement sur les situations de travail/étude des résident·e·s des Pays-de-la-Loire. Pour ce faire, nous nous sommes particulièrement penchés sur les questions relatives à l’anxiété et au stress ressentis pendant le confinement par nos enquêté·e·s, afin d’en déterminer les causes.

Une région relativement épargnée par la Covid-19

Avant de nous intéresser à quelques caractéristiques des répondant·e·s de la région des Pays-de-la-Loire, il est intéressant de noter le vecteur qui les a mis·es en lien avec le questionnaire. En effet, si la diffusion du questionnaire par mail et effet boule de neige a permis d’obtenir de nombreuses réponses, on note sur le territoire étudié une importance du relai par la presse, notamment par la presse régionale et locale3. Ainsi, près de 20 % des répondant·e·s de la Mayenne et du Maine-et-Loire ont eu connaissance du questionnaire grâce à la presse nationale, quand cela concerne seulement 9 % des enquêté·e·s en général. La presse régionale et locale a, quant à elle, joué un rôle majeur et significatif dans la diffusion du questionnaire en Loire-Atlantique (cela concerne 42,5 % des enquêtés de ce département), en Mayenne (cela concerne 50,5 % des enquêté·e·s de ce département) et en Vendée (cela concerne 42,5 % des enquêté·e·s de ce département). En comparaison, ce sont moins de 30 % des enquêté·e·s, toutes zones géographiques confondues, qui ont eu connaissance du questionnaire par le biais de la presse régionale. On observe donc que la presse, qu’elle soit locale, nationale ou régionale, a eu un rôle majeur dans la transmission du questionnaire dans les Pays-de-la-Loire car elle concerne plus de la moitié des enquêté·e·s de chacun des départements de cette région.

Graphique en bâtons présentant le mode de prise de connaissance du questionnaire en fonction du département
Graphique 1. Prise de connaissance du questionnaire en fonction du département de confinement.
Source : Enquête VICO

Regardons maintenant de plus près les différentes variables caractérisant les enquêté·e·s des Pays-de-la-Loire. On compte 921 répondant·e·s dans la région, dont 500 femmes (54%) et 421 hommes (46%). On trouve également des personnes de tous les âges, mais majoritairement des personnes âgées de 35 à 54 ans. Concernant la répartition des classes d’âge, on constate que les jeunes sont moins représenté·e·s dans la population d’enquête que dans la population française en général. Ceux qui ont le plus répondu sont des hommes et des femmes, de 35 à 55 ans. Les répondant·e·s sont principalement des répondantes (on constate en effet avant le redressement de l’échantillon une part de 75 % de répondantes), plus diplômé·e·s que la moyenne nationale4.

Tous les départements de France n’ont pas été impactés de la même manière par le coronavirus. Certaines parties du territoire métropolitain ont en effet été plus durement touchées que d’autres, comme par exemple l’Est de la France ou bien la capitale, tandis que certaines, comme la Bretagne ou la Corse, ont été relativement préservés5. Ces inégalités de contact avec le virus rendent plus ou moins concrète pour les habitant·e·s de ces région, la « menace » d’une contamination et des conséquences que celle-ci peut engendrer. Ainsi, il y a eu une hétérogénéité des comportements et ressentis au cours de ce premier confinement, à mettre en lien avec la situation géographique des enquêtés.

Tableau à double entrée présentant les chiffres des décès et hospitalisations, et la mesure de l'anxiété, pour 4 régions
Tableau 1. Mesures des décès, hospitalisations, admissions en réanimation et de l’anxiété en fonction de la région.
Source : GEODES. Établissements de santé déclarant des cas confirmés de COVID-19 dans SI-VIC et Santé publique France – Enquête CoviPrev. https://geodes.santepubliquefrance.fr/#c=indicator&i=covid_hospit_incid.incid_dc&i2=covid_dpps_epidemie.anxiete&s=2020-04-22&s2=04.%2020-22%20avr&t=a01&t2=a01&view=map1
6789


tableau comparatif des sentiments négatifs en Pays de la Loire et dans la région grand Est
Tableau 2. Mesure des sentiments négatifs en fonction de la région.
Source : Enquête VICO.

Les deux tableaux ci-dessus montrent que, selon la région, il y a des indices d’anxiété/stress différents. On peut émettre l’hypothèse que la présence plus ou moins prononcée du virus au sein de ces différents territoires impacte la santé mentale des individus. Ainsi, des personnes résidant dans les zones les plus touchées, comme le Grand-Est, sont plus susceptibles de développer du stress ou un état anxieux, par la proximité du virus et la plus grande probabilité d’être soi-même, ou un de ses proches, contaminé. De cette manière, on voit sur le tableau 1 que plus une région enregistre de décès ou hospitalisations dus au COVID-19, plus l’anxiété mesurée est grande, et inversement. Une hypothèse que confirment les données de l’enquête dont nous disposons (voir tableau 2). En effet, si 49 % des enquêté·e·s des Pays-de-la-Loire indiquent être stressés et 60 % inquiets (contre respectivement 62 % et 69 % dans le Grand-Est), lorsque l’on analyse plus finement ces états mentaux (en étudiant par exemple les commentaires écrits à la fin du questionnaire), on se rend compte que les sentiments d’inquiétude et de stress sont plutôt relatifs à des problèmes de revenus et d’emploi qu’à des préoccupations liées au virus en lui-même. Ainsi, sur les 118 pages de remarques disponibles pour la région qui nous intéresse ici, une dizaine de commentaires seulement expriment leurs tracas liés à la contamination ou au virus en lui-même.

Le coronavirus est donc, pour une minorité de ces enquêté·e·s, facteur d’anxiété. Ce qui les préoccupe principalement, c’est plutôt la situation inédite dans laquelle ils se trouvent, vectrice d’instabilité et d’incertitudes. L’avenir professionnel, scolaire, étudiant… se fait plus incertain, tout comme la situation économique se dégrade pour beaucoup comme nous allons le voir. Enfin, certain·e·s reprochent au gouvernement sa gestion « incohérente » de la crise sanitaire, perturbant la croyance et la confiance qu’ils et elles lui accordaient, se sentant « trahi·e·s », « désabusé·e·s » et ne sachant plus qui ou quoi croire, ils et elles se retrouvent confronté·e·s à une inquiétude grandissante.

Pour résumer, c’est plutôt le caractère inédit d’une telle situation qui conduit les enquêté·e·s des Pays-de-la-Loire à éprouver du stress, plutôt que la possibilité d’une contamination. Cette situation sans précédent a en effet conduit à la restriction des trajets (en termes de distance et de durée), à la fermeture forcée de nombreux établissements commerciaux considérés « non essentiels » ou encore à l’obligation de circuler avec une attestation de déplacement dérogatoire, entraînant des changements significatifs dans le quotidien des habitant·e·s. Si leur rapport avec l’extérieur et notamment avec les autres a été impacté par les mesures sanitaires prises ce lundi 16 mars 2020, il faut noter que le rapport au travail a également connu des évolutions qu’il convient de souligner.

Le confinement, vecteur d’incertitudes et de stress

Un nouveau rapport au travail

Le confinement, avec la fermeture de nombreux établissements comme les restaurants, les hôtels, les commerces « non essentiels », les établissements scolaires, ou encore avec l’encouragement (voire obligation) pour les entreprises de mettre en place du télétravail pour leur personnel, a mis un nombre important de personnes au chômage partiel ou dans des situations de travail inédites. Ces changements ne se sont pas fait sans conséquences, bien au contraire.

Ainsi, parmi les enquêté·e·s des Pays-de-la-Loire, 24 % déclarent travailler totalement depuis leur domicile, 7 % principalement chez eux et 14 % entièrement sur leur lieu de travail. Enfin, 19 % déclarent ne pas travailler du tout et 1 % indique travailler principalement en dehors du domicile mais en partie également dans le logement où ils et elles sont confiné·e·s.

Ces chiffres sont proches de ceux observés chez l’ensemble des enquêté·e·s, sur tout le territoire métropolitain. Mais si on regarde plus en détail les données disponibles pour les Pays-de-la-Loire, on se rend compte qu’il existe des nuances internes. Sur ce point, nous avons choisi d’analyser les données disponibles sur la Loire-Atlantique et sur la Vendée, deux départements qui nous sont familiers.

Si 29 % des habitants de la Loire-Atlantique travaillent exclusivement depuis chez eux, cela concerne seulement 16 % des Vendéens (voir graphique 2). Si dans les deux départements, seuls 7 % travaillent principalement en télétravail, ils sont 17 % en Vendée à travailler uniquement en dehors de leur domicile, contre 13 % des résidents de Loire-Atlantique. Enfin, on trouve 14 % des enquêtés de ce département à déclarer ne pas travailler contre 26 % en Vendée. Concernant ceux qui ont travaillé à la fois chez eux et hors de chez eux, on constate que 22 % des habitants de la Loire-Atlantique et 25 % des Vendéens sont confrontés à cette situation de travail mixte. Que nous apprennent ces variations ?

graphique circulaire présentant le lieu de travail ou d'études en fonction du département d'habitation
Graphique 2. Lieu de travail/étude des enquêté·e·s en fonction du département.
Source : Enquête VICO

Des inégalités d’accès au télétravail

On le voit dans les données citées précédemment, le télétravail a été plus développé en Loire-Atlantique qu’en Vendée. Cela nous amène à nous interroger sur plusieurs points. Tout d’abord, la nature même des emplois nous permet de comprendre la plus large diffusion du travail à domicile dans des territoires où les emplois de bureaux sont plus répandus que les emplois ouvriers. Ainsi, 18 % des enquêté·e·s de Vendée sont des ouvrier·e·s, contre seulement 7% en Loire-Atlantique. Dans un département comme la Vendée où l’agriculture représente 4,4 % de l’emploi total, et l’industrie en représente 21,2 %, contre respectivement 1,7 % et 12,2 % de l’emploi total en 2019 en Loire-Atlantique10, on comprend mieux qu’il y ait plus d’enquêté·e·s déclarant travailler exclusivement en dehors du domicile en Vendée qu’en Loire-Atlantique.

En effet, il s’agit de secteurs où le travail ne peut se faire au domicile du travailleur et donc où le télétravail est difficile, voire impossible, à mettre en place11. Il faut également prendre en compte les différences matérielles et techniques qui existent entre les deux territoires. La couverture réseau et internet (comme par exemple la possibilité de bénéficier de la 4G ou de la fibre internet) n’est pas égale sur tout le territoire. Plusieurs commentaires émis par des enquêté·e·s vendéen·e·s témoignent de l’agacement face à la difficulté à obtenir une connexion internet stable, voire suffisante, pour étudier et/ou travailler dans de bonnes conditions. Le fait que certain·e·s puissent travailler depuis leur domicile, tandis que d’autres sont obligé·e·s de se rendre sur leur lieu de travail ou d’études, laisse chez ces dernier·e·s un goût amer, se sentant « mis·e·s en danger », voire « sacrifié·e·s ».

Le télétravail, quand le domicile devient bureau et classe d’école

Défini comme « organisation décentralisée du travail »12, reposant sur des outils numériques comme le téléphone (fixe ou portable) ou l’ordinateur, le télétravail vient brouiller pour celles et ceux qui le pratiquent depuis peu les frontières entre la sphère domestique et la sphère professionnelle. Un brouillage qui peut s’avérer être à double tranchant comme certains commentaires de nos enquêté·e·s peuvent en témoigner. Ainsi on observe deux conceptions du télétravail : une première où la concentration des deux sphères en un même espace est synonyme de fatigue et de problèmes d’organisation et une seconde où cette même concentration permet le dégagement de temps libre13.

Concernant la première configuration, on retrouve principalement des personnes en télétravail ayant également à charge des enfants, auxquels il faut assurer une continuité pédagogique, comme en témoigne ce technicien de la Mayenne : « Difficile de conjuguer télétravail et école à la maison avec 2 parents en télétravail et 2 enfants en Ce2 et Cm2 !!! ». Un commentaire partagé par plusieurs enquêté·e·s, qui se retrouvent ainsi à porter plusieurs uniformes : celui de professeur·e pour la continuité pédagogique de leur·s enfant.s, celui du travail et celui du quotidien car il faut également s’occuper des tâches ménagères. Une étude plus fine, en prenant en compte par exemple le genre, montrerait certainement un impact différent des tâches ménagères au sein des couples, ainsi qu’une charge plus ou moins lourde pesant sur l’un des deux parents (qui s’occupe de l’éducation/instruction à la maison ? Des tâches ménagères?). L’ingérence du travail dans le domicile familial vient brouiller les frontières entre les deux sphères. Partagées dans un même espace, les individus ont plus de mal à faire la part entre ce qui relève du travail et ce qui n’en relève pas, donnant l’impression pour eux d’être dans une continuelle disponibilité auprès de leur employeur et ne sachant pas poser les frontières entre les deux.

Concernant la deuxième configuration, on retrouve plutôt des personnes plus diplômées que la première catégorie, avec ou sans enfant. Pour cette catégorie, le fait de travailler depuis leur domicile leur a fait gagner un temps jugé « précieux », n’ayant plus à prendre la voiture ou le tramway pour se rendre au bureau/entreprise/école… Les temps de trajet économisés sont réinvestis dans d’autres tâches, notamment dans les loisirs : « Le télétravail m’a permis de dégager du temps pour lire plus qu’à l’habitude. (…) j’ai vécu ce confinement comme une “retraite” » (homme, salarié dans la communication, 45-49 ans, Loire-Atlantique). D’autres se sont découverts des passions pour la cuisine, la pâtisserie, le bricolage, le dessin… Une multitude d’activités qu’au quotidien ces personnes n’avaient pas nécessairement le temps d’entreprendre. Ce temps mis à disposition donne également plus d’occasion de partager des moments avec les membres qui partagent le domicile, qu’il s’agisse d’enfants, petits-enfants, frères, sœurs ou de son.sa conjoint.e. On peut également supposer qu’à cette économie des temps de trajet, s’ajoutent pour certains des situations de mise au chômage partiel/mise en congé ou de diminution des heures de travail, laissant encore plus d’occasions pour eux de mettre à profit ce nouveau temps dégagé14.

D’une manière générale, la situation de télétravail a été plutôt bien vécue par nos enquêté·e·s (d’après les commentaires disponibles), car elle a permis de retrouver un peu de temps libre ou de renouer avec les membres du foyer, de découvrir de nouvelles occupations comme la lecture, la cuisine… Mais ce premier confinement a pour d’autres plutôt été un vecteur d’angoisses et de préoccupations quant à l’avenir. Mise au chômage partiel ou perte d’un emploi, situation économique devenue précaire, revenus diminués… de nombreux enquêté·e·s témoignent de leur peur quant à un avenir économique et professionnel incertain.

Inquiétude et dégradation des conditions de travail

Le confinement, accompagné de la fermeture de nombreux d’établissements a bouleversé le quotidien des Français·e·s. De nombreuses personnes se sont ainsi retrouvées dans l’impossibilité de travailler, que ce soit en présentiel ou en distanciel.

tableau présentant les modifications de conditions de travail depuis le début du confinement
Tableau 3. Situations de travail rencontrées par les enquêté·e·s des Pays-de-la-Loire.
Source : Enquête VICO

Le tableau 3 nous permet de voir qu’outre la prescription du télétravail pour le plus grand nombre de personnes possible, les conditions de travail des enquêté·e·s ont connu bien des transformations. Ainsi, ils et elles sont 19 % à avoir connu une mise au chômage technique, 15,1 % à avoir connu une mise en congé et 11,4 % à avoir vu baisser leurs heures de travail. L’impossibilité de mettre tout le monde au travail depuis son domicile a en effet obligé certains employeurs à revoir les conditions de travail de leurs employé·e·s (il est par exemple inconcevable de mettre en télétravail une personne qui travaille comme serveur.se). Des modifications qui ne sont pas sans effet sur les travailleur·euses, comme le montre le témoignage de cette attachée d’administration dans le secteur culturel et associatif, de 45/49 ans : « Comme beaucoup de monde, je suis préoccupée à l’idée de perdre mon emploi ». Une préoccupation partagée par cette cheffe de projet dans une agence architecturale de Loire-Atlantique, « très inquiète sur l’avenir économique de [sa] famille et [ses] proches ».

L’expression de cette inquiétude vis-à-vis de l’avenir professionnel et économique de ces personnes rejoint ce que nous disions plus haut : le coronavirus inquiète moins que les perspectives d’avenir des enquêtés des Pays-de-la-Loire.

Parmi les évolutions du travail pendant de premier confinement, on note que 3,4 % des enquêté·e·s indiquent avoir eu une augmentation de leurs heures de travail15. Parmi eux, on retrouve ceux correspondant à la première conception du télétravail, pour qui le brouillage des sphères entre vie professionnelle et vie personnelle laissait le travail s’ingérer dans tous les instants de la vie courante, mais également d’autres situations, comme le montre le commentaire de cette étudiante, également employée dans une grande surface :

« Mon responsable m’impose de très nombreuses heures supplémentaires (…) qui empiètent très largement sur le temps consacré à mes études. (…) Mes responsables à mon travail salarié sont de plus en plus agressifs, mes conditions de travail se détériorent de jour en jour depuis le début du confinement ».

Si toutes celles et tous ceux qui connaissent une augmentation de la charge de travail ne disent pas nécessairement travailler dans une ambiance « agressive », ils et elles reconnaissent néanmoins que la situation se détériore et qu’il ne leur est pas agréable d’aller travailler.

La dégradation des conditions de travail ne vient pas nécessairement d’une augmentation de la charge de travail, ou bien du fait qu’il soit rendu compliqué à cause de l’application des gestes barrières16, mais de l’attitude adoptée par certain·e·s face à la mise en pratique de ces gestes et de la pression sociale qui peut exister.

La non application de certains gestes, comme le port du masque ou de gants, rend pour certain·e·s le travail inconfortable. Mais les appliquer, à l’encontre de ce que les autres salarié·e·s perçoivent comme acceptable, place le ou la salarié·e qui porte des gants et/ou masque dans une position encore plus inconfortable, comme l’explique cette électricienne en électronique de Mayenne :

« Les règles à appliquer pendant le confinement ne sont pas respectées à mon travail. Principalement par les salariés et chefs (la direction étant non présente) pour des questions sociales (c’est mal vu de porter un masque et des gants). De ce fait certains salariés (moi-même compris) ne souhaitent plus se rendre sur le lieu de travail ».

Il existe donc une sorte de pression symbolique exercée par les collègues de travail de cette enquêtée à ne pas respecter les dispositifs barrières, appuyée par l’absence de contrôle du respect de ces dispositifs par la hiérarchie. Ne souhaitant pas être « mal vue » par ses collègues, elle est incitée à reproduire leur comportement, au risque de mettre sa santé en danger17.

Le cas particulier des étudiantes et étudiants

Parmi les structures ayant dû fermer leurs portes pendant le confinement, on compte les établissements scolaires et ceux de l’enseignement supérieur. Ainsi, ce sont des milliers d’étudiants et d’étudiantes qui se sont retrouvés à avoir des cours en distanciel et à passer leurs partiels dans des conditions parfois difficiles. L’analyse des commentaires émis par ces étudiant·e·s montre une continuité pédagogique mal appliquée ainsi qu’un manque de communication de la part de leur établissement révélant un sentiment de délaissement non seulement de la part de leurs enseignant·e·s, mais également de la part des pouvoirs publics. Au delà des difficultés à étudier, s’ajoutent pour certains des difficultés financières. Si certain·e·s étudiant·e·s arrivent à vivre grâce à la bourse sur critères sociaux et/ou grâce à l’aide de leurs parents, certains sont obligés de travailler à côté de leurs études. Le plus souvent, il s’agit d’emplois dans la restauration ou de la garde d’enfants: des secteurs mis à rude épreuve par le confinement, ce qui peut engendrer une perte de revenus non négligeables pour ces étudiant·e·s.

Ils sont ainsi plusieurs à faire part dans leur commentaire de leur trouble vis-à-vis d’une situation plus qu’incertaine. Sans nouvelle de la part de certains de leurs professeur·e·s, comme c’est le cas pour cet étudiant de 20-24 ans de la Sarthe, qui reproche le fait qu’il n’y ait « aucun suivi pédagogique ni aucune information (…) ce qui favorise le stress et l’inquiétude ». Ou encore, comme cette étudiante en master d’histoire, qui raconte que la réalisation de son mémoire est rendue compliquée, car elle n’a « aucun accès aux ressources pour le réaliser », d’autant plus qu’elle fait face à des « difficultés de connexion internet », rendant « difficile de suivre les cours en ligne », sans parler de la solitude à laquelle elle fait face, comme de nombreux étudiant·e·s. Un isolement dénoncé par plusieurs d’entre eux, n’ayant pu rentrer chez leurs parents et ne disposant plus des lieux de sociabilité étudiants habituels (comme le restaurant universitaire, le campus, la bibliothèque universitaire, les cafés et bars, les salles de travail…), tout comme les risques de décrochage scolaire ou bien les inquiétudes sur leur santé mentale.

D’autres encore profitent de cette tribune libre à la fin du questionnaire pour exprimer leur mécontentement vis-à-vis de la situation de confinement, mais également pour dénoncer une situation plus ancienne, à savoir celle de la précarité étudiante. Considérées par certain·e·s des enquêté·e·s comme « injustes », ce sont les conditions d’attribution des bourses sur critères sociaux qui font le plus de bruit dans les commentaires, ainsi que l’absence de mesures prises pour les étudiant·e·s (qu’elles soient d’ordre financière, alimentaire ou d’assistance). L’enquête permet de montrer un peu plus des conditions de vie des étudiants, de la réalité qui est la leur et de mettre en lumière cette « précarité étudiante ». Une analyse plus complète des réponses des étudiants et étudiantes de l’enquête VICO pourrait être intéressante pour une personne qui souhaiterait travailler sur des questions de précarité étudiante, de stratégies mises en place par rapport à la situation en distanciel, pour par exemple lutter contre la solitude ou le décrochage scolaire…

Une expérience de premier confinement contrastée

Cette analyse nous aura permis de voir les transformations induites par le premier confinement sur un des aspects qui concentre une part importante de la vie quotidienne des individus : le travail (ou les études). La généralisation du télétravail permet de mettre en exergue les inégalités d’accès à ce type de travail, que ce soit pour des conditions matérielles (réseau internet, posséder un ordinateur…) ou techniques (impossibilité de conduire les lignes d’usine au domicile), donnant le sentiment pour celles et ceux qui tous les jours doivent se rendre sur leur lieu de travail, et donc de se confronter quotidiennement à un risque d’infection, d’être « sacrifié·e·s », malgré la bonne application des gestes barrières par la plupart des travailleur·euse·s hors de leur domicile.

La présente étude aura également montré que tous les territoires ne sont pas impactés pareillement par le confinement. Ainsi, en Vendée, nombreux·ses seront celles et ceux qui continueront tous les jours à aller travailler, l’emploi industriel, ouvrier, agricole y étant plus important qu’en Loire-Atlantique par exemple, où le télétravail a pu être grandement déployé. Elle montre également que les préoccupations de cette région de l’Ouest ne sont pas celles partagées par le Grand-Est.

La prise en compte des spécificités inhérentes à chacun des territoires étudiés (comme le caractère rural de la Vendée et du Maine-et-Loire, ou encore des secteurs d’emplois propres aux spécificités et caractéristiques territoriales) permet de constater que les particularités apparues avec la crise sanitaire ne sont pas indépendantes des territoires sur lesquelles elles apparaissent.

Il existe donc des différences internes au pays, mais également au sein de la région. Les résidents des zones plus agricoles et/ou rurales comme la Vendée, n’ont pas vécu le confinement de la même manière que les résidents de la Loire-Atlantique ou de la Sarthe. Des différences de vécu que l’on pourrait également retrouver au sein même d’un département : habitants de pavillon, d’appartement avec ou sans balcon, de maison isolée… Néanmoins, concernant la région des Pays-de-la-Loire, on constate que le confinement a été le vecteur d’incertitudes et d’instabilité, portant essentiellement sur le plan économique et professionnel des individus et moins sur la crainte sanitaire et épidémique, comme cela peut-être le cas dans des zones plus touchées comme le Grand-Est.

Restreints à des sociabilités faibles, combinées à la perte des lieux de socialisation habituels, les individus se retrouvent confrontés à des situations d’isolement ou bien d’enfermement sur soi et les siens qui ne sont pas sans conséquences. Ainsi, si certains trouvent dans ce temps libéré de toutes contraintes professionnelles l’opportunité de se trouver de nouvelles occupations, voire de « mesurer leur chance »18, d’autres sont confrontés à un sentiment de détresse et de solitude19.

L’enquête VICO a ici permis de montrer qu’il existait des différences territoriales de vécu du confinement. Les données de l’enquête permettent également d’étudier de nombreux autres aspects de la vie en confinement, comme le rapport des individus avec l’autorité publique et les forces de l’ordre, ou encore les impacts que celle-ci a pu engendrer sur leurs perspectives d’avenir. Remise en question des choix professionnels ou universitaires, interrogations sur les « futilités de la vie actuelle »… Le confinement aura induit chez de nombreux·ses enquêté·e·s une analyse de leur propre vie et de la société à laquelle ils et elles appartiennent.

  1. https://enqueteconfinement.wixsite.com/site []
  2. Le questionnaire a, entre autres, été diffusé du 14 avril 2020 au 10 mai 2020 auprès de certains enseignant·e·s chercheur·e·s de l’UFR de sociologie de Nantes, qui se sont chargé·e·s de le transmettre par mail à leurs étudiants·e·, leur demandant de le communiquer à leurs proches. Pour en savoir plus sur les différents acteur·ice·s et institutions derrière l’enquête VICO, voir https://vico.hypotheses.org/a-propos []
  3. « Confinement. Comment l’avez-vous vécu : une enquête en ligne », Ouest-France, le 07 mai 2020. https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/confinement/confinement-comment-l-avez-vous-vecu-une-enquete-en-ligne-6828051 []
  4. A propos du redressement de l’échantillonnage et des caractéristiques de l’ensemble de la population enquêtée, voir Équipe Vico (2020), « La vie en confinement : objectifs et premiers résultats », La vie en confinement : études et résultats, n° 2, mis en ligne le 12 mai 2020, disponible sur https://vico.hypotheses.org/17 []
  5. L’Institut Pasteur estime en effet qu’au 30 novembre 2020, 3,6% des Breton·ne·s ont été infectés par le coronavirus, contre 21,3 % des Francilien·ne·s et 15,2 % des résident·e·s du Grand-Est. La part de personnes infectées par le virus et domiciliées en Pays-de-la-Loire est estimée à 6,2 %, ce qui en fait la quatrième région de France la moins touchée. Sur ce point, voir l’étude Comcor relative aux lieux de contamination, https://www.pasteur.fr/fr []
  6. La date choisie correspond à la première disponible sur GEODES depuis l’instauration du premier confinement. Il s’agit d’une période où le nombre de contaminations et de décès est en hausse, juste avant d’atteindre la phase de « haut plateau » début avril et un pic d’hospitalisations le 14 avril 2020 (plus de 32 000 personnes sont alors hospitalisées), https://geodes.santepubliquefrance.fr/ []
  7. Mesurée selon l’échelle HAD (Hospitality Anxiety and Depression scale ; score > 10) , pour plus d’informations voir https://www.santepubliquefrance.fr/etudes-et-enquetes/covid-19-une-enquete-pour-suivre-l-evolution-des-comportements-et-de-la-sante-mentale-pendant-l-epidemie []
  8. Nous avons choisi d’intégrer ici l’Île-de-France dans notre comparatif car comme le Grand-Est, elle figure parmi les régions de France les plus touchées par l’épidémie COVID-19. []
  9. Nous avons choisi d’intégrer ici la Nouvelle-Aquitaine dans notre comparatif car elle partage une situation similaire avec les Pays-de-la-Loire en termes de nombre de cas/décès de la COVID-19, ainsi qu’une proximité géographique. []
  10. Source : DARES – Études et statistiques []
  11. Au cours de ce premier confinement, de nombreuses mesures successives ont été prises concernant les emplois autorisés, ou non, à reprendre le travail en présentiel. Il en est de même une fois le déconfinement déclaré, où de nombreuses mesures ont été prises par le gouvernement pour maintenir autant que se peut le télétravail. Pour plus d’informations sur les mesures prises, voir https://travail-emploi.gouv.fr/le-ministere-en-action/coronavirus-covid-19/article/communiques-de-presse. []
  12. Définition disponible sur Trésor de la Langue Française en ligne. []
  13. A noter que 77,8 % des enquêtés des Pays-de-la-Loire déclarent ne pas manquer de temps libre, contre 21,3 % qui déclarent manquer d’un peu ou beaucoup de temps libre. Cela illustre bien que la majorité des enquêtés ont eu du temps dégagé par la situation de confinement. Source : Enquête VICO. []
  14. Pour aller plus loin sur les questions du télétravail et du confinement, voir Jonchery Anne, Lombardo Philippe, « Pratiques culturelles en temps de confinement », Culture études, 2020/6 (n° 6), p. 1-44, disponible sur : https://www.cairn.info/revue-culture-etudes-2020-6-page-1.htm et Barthelemy Jacques, Cette Gilbert, « La notion actuelle de durée du travail peut-elle résister au coronavirus ? », Regards, 2020/1 (N° 57), p. 13-20. disponible sur : https://www.cairn.info/revue-regards-2020-1-page-13.htm []
  15. Pour aller plus loin sur les conditions d’emploi de la main d’œuvre pendant la crise sanitaire liée au Covid-19, voir la synthèse de résultats de l’enquête flash, avril 2020, menée par la DARES : https://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/dares_acemo_covid19_synthese_17-04-2020.pdf []
  16. Les personnes déclarant travailler uniquement en dehors de leur lieu de vie sont également celles qui respectent le plus les gestes barrière. Confrontées à rencontrer plus de monde, elles sont conscientes qu’elles ont plus de risques d’être contaminées. Ne souhaitant pas véhiculer le virus aux membres résidents avec elles, elles ont tendance à mettre plus souvent en application les gestes barrières. Ainsi, on note au sein de ces travailleurs que 48,2 % portent des gants, 66,6 % portent un masque, 79,9 % respectent le mètre de distanciation sociale et 95,0 % se lavent les mains plusieurs fois par jour. Ces données sont respectivement de 10,6 %, 23,8 %, 36,3 % et 46,5 % de la population enquêtée des Pays-de-la-Loire. Les chiffres disponibles montrent bien que l’application des dispositifs barrières est possible au travail. Source : Enquête VICO []
  17. Sur la notion d’intégration au travail, et sur les processus sociaux (notamment les pressions exercées par les pairs) qui peuvent exister au sein de la sphère professionnelle, voir Dufour Lucas, Lacaze Delphine, « L’intégration dans l’entreprise des jeunes à faible capital scolaire : un processus d’ajustement mutuel », Revue de gestion des ressources humaines, 2010/1 (N° 75), p. 16-29, disponible sur https://www.cairn.info/revue-de-gestion-des-ressources-humaines-2010-1-page-16.htm []
  18. Sur ce point voir l’analyse lexicométrique de Julien Figeac et Michel Grossetti, notamment la classe 6 relative aux loisirs et les classes 15 et 16 (« conditions privilégiées campagne » et « conditions privilégiées maison »), disponible sur https://quantigre.hypotheses.org/files/2020/06/VICO-JF-Analyse-lexicom%C3%A9trique-1.pdf []
  19. Dans cette même analyse, voir notamment sur la classe 14 relative à la précarité et l’insertion professionnelle, ainsi que la classe 18 portant sur les conditions précaires de confinement. []

La Croix-Rouge et la Covid-19 en Russie. Quelles continuités et transformations de l’action sociale à un niveau local ?

PAR KONSTANTIN SHOROKHOV

« En cette période difficile pour tous, nous essayons de répondre aux défis auxquels nous sommes confrontés »1, c’est entre autres par ces mots que la Croix-Rouge russe caractérise son action dans la période de la crise sanitaire mondiale. Composante du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge2, elle agit selon leurs statuts et s’engage à protéger la vie et la santé de la personne humaine, notamment dans les situations d’urgence, et à œuvrer à la prévention des maladies et au développement de la santé3. En effet, elle œuvre depuis 18674 et constitue ainsi la plus vieille organisation humanitaire et l’une des associations les plus connues en Russie. Actuellement, elle s’efforce d’aider et de soutenir l’État et les organismes de santé dans les circonstances de la pandémie de Covid-195. Ce faisant, elle joue le rôle d’auxiliaire des pouvoirs publics dans le domaine humanitaire prescrit par les statuts du mouvement6. Des questions se posent en lien avec cette crise sanitaire sans précédent : de quelle manière agit-elle sur l’action de la Croix-Rouge ? Induit-elle des transformations de ses activités, et si oui, lesquelles ? Enfin, s’il y a des transformations, quelle continuité peut-on tracer alors dans son action ?

Une recherche empirique a été menée en mars – mai 2020 au sein de la Croix-Rouge russe à Véliki Novgorod, centre administratif de la région de Novgorod située au nord-ouest de la Russie. La position géographique de la région est indiquée sur la carte suivante :

Carte partielle de la Russie indiquant la position de la région de Novgorod
Position de la région de Novgorod au nord-ouest de la Fédération de Russie. La région de Novgorod (n°9) se situe dans le District fédéral du Nord-Ouest dont le centre administratif est Saint-Pétersbourg (n°11). La région située plus à l’ouest et au sud-ouest (n°10) est celle de Pskov, frontalière avec l’Estonie, la Lettonie (qui font partie de l’Union européenne) et la Biélorussie7

La Croix-Rouge a été implantée à Novgorod en 18688, date depuis laquelle elle a œuvré en temps de paix et en temps de crise. Selon les données de janvier 20209, la région compte près de 600 000 habitants, dont plus du tiers résident dans la capitale régionale. Entre mi-mars et début décembre 2020, 12 228 cas confirmés de Covid-19, dont 90 cas mortels, ont été officiellement signalés dans la région10. Sur la totalité des régions russes, les données statistiques sur la même période sont les suivantes : 2 347 401 de cas confirmés, dont 41 053 de cas mortels, sur la population qui s’élève à 146 748 590 selon les données de janvier 202011.

L’enquête exploratoire12 a consisté à mener des entretiens auprès de ses bénévoles et salariés13 et à étudier la documentation produite par l’association au cours de la période du confinement. Au total, cinq personnes ont été interrogées à distance, et une dizaine de documents, y compris des publications en ligne, ont été analysés. Cette étude a permis de relever des continuités dans les pratiques des membres de la Croix-Rouge, mais aussi des transformations conditionnées par la propagation du coronavirus et par son impact sur le quotidien de l’ensemble de la population.

En premier lieu, une brève présentation des activités quotidiennes que la Croix-Rouge réalisait en Russie dans les années 2010 et au début de l’année 2020 permettra de mieux mettre en perspective les effets de la pandémie. Ainsi, si les activités principales de l’association relèvent du social, de la santé et du secourisme14, les projets et programmes spécifiques varient d’une région à l’autre et dépendent des besoins prioritaires définis par les comités régionaux de la Croix-Rouge dans les régions et localités où ils sont implantés. À Véliki Novgorod, les activités principales de l’organisation se regroupent autour d’une dizaine d’axes, dont la sensibilisation au don de sang gratuit, l’enseignement des savoirs et des techniques de base en premiers secours, la diffusion d’informations sur l’alimentation, le sport et la prévention des maladies et l’organisation de cours visant à promouvoir la connaissance du mouvement de la Croix-Rouge. En outre, l’alimentation d’enfants de familles à faible revenu, complétée par des activités éducatives supplémentaires, l’accompagnement relationnel de personnes âgées et la distribution d’aide humanitaire urgente, principalement sous forme de vêtements, dont les bénéficiaires les plus fréquents sont également des familles avec enfants et des personnes âgées, sont les axes d’action dans lesquels la Croix-Rouge investit les moyens humains et financiers les plus importants dans la région de Novgorod15.

Un point commun de tous les projets et programmes mis en œuvre est qu’ils ont un public cible et que les activités qui en relèvent sont menées en présence physique de celui-ci. C’est exactement cette spécificité de l’organisation de l’action qui a paru problématique aux responsables de l’association dans le contexte du confinement, où les mesures de distanciation dite sociale ont été prescrites. En effet, le maintien même de l’activité a été mis en question.

Toutefois, la Croix-Rouge s’est positionnée comme une organisation menant une action utile et importante dans le contexte de la propagation du coronavirus, ce qui lui a permis de maintenir l’ouverture de ses bureaux et la mise en œuvre de son action sur le terrain après le 30 mars, date à laquelle des mesures de confinement ont été prises dans la région de Novgorod16. En effet, la Croix-Rouge a réagi rapidement aux changements en train de se produire, en introduisant de nouveaux éléments dans l’ensemble de ses activités. Ce faisant, elle a été contrainte de réorienter la majorité de ses ressources humaines et financières vers de nouvelles activités et de modifier ainsi les projets et programmes déjà en place. Réagir dans le contexte de cette crise sanitaire sans précédent a exigé de déployer d’intenses efforts de mobilisation et de coordination, surtout en ce qui concerne la réorganisation de l’action sociale face aux exigences sanitaires, en témoignent certains responsables interrogés : « Personne parmi nous n’a d’expérience d’actions dans des conditions de pandémie. Il n’est donc pas toujours clair quoi faire et comment. Nous avons l’impression de courir dans tous les sens, car il y a trop de travail » [Anna, 23 ans, bénévole puis salariée de la Croix-Rouge depuis 2016, étudiante en design graphique].

Un point important doit être pris en considération : la Croix-Rouge a suivi les consignes sanitaires qui devraient être appliquées par les bénévoles et salariés en tout temps. L’encadré ci-dessous présente l’ensemble de ces consignes, formulées à partir de recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé et du gouvernement russe :

Instructions pour les bénévoles et les salariés de la Croix-Rouge russe sur la prévention de la Covid-1917
1. Les bénévoles et les salariés de 18 à 60 ans, sans signes et symptômes d’infections virales respiratoires aiguës, qui n’ont pas de maladies chroniques, sont impliqués dans les activités.
2. Pendant la mise en œuvre des activités, les bénévoles et les salariés doivent suivre les recommandations données. Utiliser des masques médicaux, des gants, des solutions hydroalcooliques ou d’autres désinfectants, porter des uniformes avec le logo de la Croix-Rouge.
3. Il est conseillé aux bénévoles et aux salariés de ne pas céder à la panique, de ne pas diffuser d’informations inexactes dans un cadre personnel et sur les réseaux sociaux.
4. Il est recommandé de rechercher des informations fiables sur la Covid-19 dans les communautés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, sur le site internet de l’OMS (https://www.who.int/ru/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019), sur le site internet du ministère de la Santé de la Fédération de Russie (https://www.rosminzdrav.ru/) et sur ceux des comités et ministères locaux.
5. Lorsque vous interagissez avec d’autres personnes, il est recommandé d’observer une distance d’au moins un mètre pour éviter tout contact physique.
6. Lavez-vous les mains avec du savon aussi souvent que possible et traitez-les avec des antiseptiques contenant de l’alcool. Évitez de toucher votre visage, en particulier votre bouche, votre nez et vos yeux.
7. Nettoyez votre appartement et votre lieu de travail avec un désinfectant, en accordant une attention particulière à la désinfection des articles d’usage courant, comme le téléphone portable.
8. Si vous ou vos proches présentez des symptômes d’infections virales respiratoires aiguës, restez chez vous. Ne vous auto-médicamentez pas et consultez un médecin. Pendant l’auto-isolement, utilisez des ustensiles, de la literie et des articles d’hygiène séparés. Ne mangez pas dans des bols communs, surtout avec vos mains.
9. Utilisez un masque médical, si vous présentez des symptômes d’infections virales respiratoires aiguës, ou lorsque vous aidez une personne présentant de tels symptômes.
10. Ne quittez pas l’appartement sans besoin urgent ! C’est le seul moyen de stopper la propagation du coronavirus !

Tout d’abord, les consignes sanitaires présentées ci-dessus ont joué un double rôle pour les bénévoles et salariés de la Croix-Rouge. D’un côté, ils ont été obligés de respecter celles d’entre elles applicables à leur cas. Il leur était impossible de les suivre dans leur totalité, car, par exemple, s’ils ne présentaient pas les symptômes, ils devaient quitter leur domicile « sans besoin urgent » pour se rendre sur le lieu de travail. Cela n’a pas concerné les personnes âgées de plus de 60 ans, tenues de se confiner en raison de leur âge. De l’autre côté, les bénévoles se sont engagés à diffuser les consignes, notamment les mesures de distanciation et de protection. Cette pratique a été intégrée comme composante de l’action des équipes de la Croix-Rouge, impliquées, avant la déclaration du confinement, dans des actions relevant du secourisme et de la santé, et a constitué ainsi un nouvel élément relatif aux effets de la pandémie de coronavirus.

Ainsi, si avant fin mars 2020, se rendre dans les rues pour parler aux habitants de la ville ne constituait pas un dispositif d’action mis en place régulièrement, pendant la période chômée, organiser l’action sociale sous la forme de « patrouille » est devenue une pratique quotidienne. L’équivalent russe du mot « patrouille », qui a d’ailleurs été emprunté au français18, est employé par les bénévoles et est utilisé dans les documents de la Croix-Rouge. On peut supposer que l’utilisation de ce terme n’est pas neutre et sous-entend qu’il ne s’agit pas seulement de la sensibilisation de la population, mais aussi d’un contrôle du respect des règles de confinement, considéré comme nécessaire dans un contexte de pandémie. L’association explique dans une note publiée sur internet : « Aujourd’hui, tous les habitants de notre ville n’observent pas le régime d’auto-isolement et ne savent pas comment se protéger eux-mêmes et protéger leurs proches contre le coronavirus. Cela se produit souvent en raison d’un manque de connaissances sur les méthodes de prévention efficaces et d’informations sur la possibilité d’obtenir de l’aide pour acheter des produits ou des médicaments et pour payer le logement et les services publics »19.

La Croix-Rouge s’est donc mise à sortir dans les rues pour encourager les habitants de la ville à adopter un comportement préventif et pour faire face au non-respect des règles de confinement. Cinq fois par semaine, munis d’équipements de protection individuelle, quinze bénévoles partaient sur des itinéraires prédéfinis et y passaient environ deux heures. Cette pratique récemment établie et étroitement liée à la propagation de la Covid-19 a néanmoins été centrée sur les deux catégories d’âge, assez larges mais distinctes, qui constituaient les cibles principales de l’action de la Croix-Rouge dans la région de Novgorod avant la pandémie : les enfants et les adolescents, d’un côté, et les personnes âgées de 60 ans et plus, de l’autre. Ainsi, entre le 24 avril, date de la première sortie, et le 15 mai, les bénévoles ont parlé à 239 personnes, dont 103 personnes âgées, 104 enfants et adolescents et 32 personnes appartenant à d’autres catégories d’âge20.

Cette répartition par âge n’est pas aléatoire et témoigne d’une continuité dans la définition du public visé. Les bénévoles trouvent essentiel de se concentrer sur les catégories de la population locale qu’ils connaissent pour ne pas rompre avec l’expérience accumulée et pour pouvoir mobiliser les techniques de communication qu’ils se sont appropriées avant la période d’auto-isolement. Pour donner un exemple : les équipes chargées de « patrouiller » les rues organisent de courts jeux pour les enfants, afin de montrer comment se laver les mains, et s’efforcent de leur parler du coronavirus dans une langue qui leur est accessible. Dans le même temps, le souci d’informer les personnes de 60 ans et plus s’appuie sur les informations officielles sur la vulnérabilité élevée des personnes âgées face au coronavirus, largement diffusées par les médias. Selon Anna recontactée en juillet et en décembre, depuis mi-juin, l’activité de la « patrouille » est suspendue sous l’effet du déconfinement, mais prête à être reprise si besoin21.

Photographie de 4 personnes : 3 bénévoles (dont une femme) de la Croix rouge s'adressant à un homme âgé ; tous les personnages portent un masque
Photo n°1: La “patrouille” de la Croix-Rouge22. Dans le souci de lutter contre la propagation du coronavirus Covid-19, la “patrouille” de la Croix-Rouge s’adresse à des passants en privilégiant deux catégories d’âge : les enfants et les personnes âgées.

Par ailleurs, les activités de prévention comme les sorties dans les rues des équipes de bénévoles, mais aussi l’action en ligne, sur le site internet du comité régional et sur les réseaux sociaux, se répartissent en deux axes principaux : la présentation des informations sur le coronavirus et des consignes de quarantaine, composante évoquée plus haut, et les renseignements sur les possibilités d’obtenir une aide sociale et humanitaire dans le contexte du confinement. Ces composantes d’action relèvent également d’une autre transformation en cours, à savoir le développement du centre d’appels – qui peut être également appelé « numéro vert » – de la Croix-Rouge, présenté par l’une des bénévoles comme « la réalisation la plus importante [de la Croix-Rouge dans la région de Novgorod] dont le fonctionnement est un très gros travail » [Inna, 16 ans, bénévole depuis 2019, lycéenne]. En effet, sous l’influence d’un nombre de plus en plus important d’appels quotidiens reçus dans un contexte de diffusion massive des informations sur la propagation du coronavirus, depuis le 6 mai 2020, l’un des bureaux de l’association a été transformé en un véritable centre d’appels multiligne. Après avoir mené des actions préliminaires liées à la formation de huit opérateurs bénévoles et à l’installation de l’équipement, à compter du 6 mai, le centre a reçu plus de 100 appels pendant les 10 premiers jours de son fonctionnement23. Si ce nombre peut paraître faible à un observateur extérieur, cela peut s’expliquer par le fait que d’autres centres d’appels, publics et associatifs, fonctionnent à Véliki Novgorod parallèlement à celui de la Croix-Rouge. Dans ce contexte, pour attirer l’attention de la population locale, l’association diffuse les informations sur les réseaux sociaux, dans des journaux locaux et par l’intermédiaire de facteurs et de travailleurs sociaux.

Du côté des bénévoles, pour celles et ceux qui ne se sont pas joints à la « patrouille », cette mesure de réorganisation des activités a aussi favorisé la continuité de leur engagement, même si leurs pratiques spécifiques ont changé, ce qu’illustre le commentaire suivant : « Depuis le début de la période Covid-19, mon travail a considérablement changé. Avant toute cette situation, je donnais des cours de secourisme dans les écoles [secondaires] et les écoles maternelles, mais maintenant, pour les raisons évidentes, je ne peux plus le faire. Au lieu de cela, j’ai rejoint les bénévoles de livraison de nourriture et de médicaments et je suis devenue opératrice du centre d’appel de la Croix-Rouge. Si auparavant je répondais aux questions liées aux premiers secours, maintenant je renseigne les gens sur les problèmes de coronavirus, le travail de l’organisation et les moyens possibles d’obtenir de l’aide » [Nina, 20 ans, bénévole depuis 2018, étudiante en journalisme].

Si les bénévoles du centre d’appel renseignent sur les aides sociales, notamment publiques, disponibles au public général, ils s’engagent également à fournir le soutien dit psychosocial dont l’objectif est d’aider celles et ceux qui demandent de l’aide pour faire face à leur état émotionnel négatif. En outre, la possibilité de recevoir directement des demandes d’aide humanitaire est prévue. Il convient de noter que le choix du groupe cible pour ce service apparaît, là aussi, comme un indicateur de la continuité qui renvoie à des pratiques élaborées et mises en œuvre avant la pandémie. En effet, la réception des demandes a principalement concerné les personnes âgées, notamment celles vivant seules à domicile, et a rejoint ainsi d’autres projets et programmes qui ont pour cible les personnes « du troisième âge », tout d’abord ceux qui visent leur accompagnement relationnel. Mais, la manière dont elle se déroule a un effet qui répond aux enjeux du confinement : elle minimise le contact physique entre les bénévoles et les bénéficiaires et, dans le même temps, donnent à ces derniers la possibilité de maintenir leur auto-isolement.

Dans la pratique, toute personne âgée de plus de 60 ans peut demander une aide pour le paiement des services publics et pour l’achat et la livraison de la nourriture, de médicaments, d’articles d’hygiène personnelle et de produits dits de première nécessité. L’achat est effectué à charge du demandeur tandis que les bénévoles s’engagent à effectuer l’achat et à livrer les produits achetés. Au total, entre le 26 mars et le 15 mai, treize bénévoles basés à Véliki Novgorod, en plus des huit opérateurs qui reçoivent les appels, ont donné suite à plus de 150 demandes de livraison de nourriture et de médicaments24, indice important aux yeux des personnes interrogées qui craignaient, selon leurs propres mots, que le public cible ne soit que trop peu informé de l’ouverture récente du centre d’appels. « Au départ, personne ne croyait que nous serions capables de faire cela » – ce commentaire, donné par Anna, se réfère à l’ensemble des actions mises en œuvre et, plus particulièrement, au fonctionnement du centre d’appel et met en exergue l’incertitude à laquelle les responsables locaux étaient confrontés au début de la pandémie. En décembre 2020, le centre d’appels continue à fonctionner.

Photographie présentant 2 femmes travaillant devant un ordinateur portable ; l'une est au téléphone et prend des notes, l'autre lit un document papier
Photo n°2. Le centre d’appels de la Croix-Rouge25. Suite au développement du centre d’appel, les bénévoles qui mènent leurs activités dans le bureau passent plus de temps devant les téléphones et les ordinateurs pour répondre aux questions et aux demandes d’aide.

Enfin, les activités que la Croix-Rouge mène en faveur d’enfants et adolescents donnent, elles aussi, un exemple de la manière dont cette organisation conjugue la continuité et la transformation en ce temps de crise. Il s’agit plus précisément du programme le plus important de la Croix-Rouge au nord-ouest de la Russie, nommé « Protection sociale des enfants » et destiné aux familles avec enfants, définies par l’association comme les plus vulnérables. Dans la région de Novgorod, ce programme est mis en œuvre depuis 2001. Un critère essentiel d’admission au programme est constitué par les revenus dans la famille qui, en 2020, ne doivent pas dépasser 2500 roubles26 par personne par mois27. Avant la période de confinement, le programme était mis en œuvre au sein des écoles secondaires et avait deux composantes : une composante humanitaire, y compris l’alimentation, et une composante sociale visant, entre autres, à permettre aux enfants d’acquérir des connaissances et des compétences parascolaires.

Pendant la période d’auto-isolement, ces deux composantes ont connu des transformations. En effet, le programme est toujours en cours, mais, suite au confinement du groupe cible, l’alimentation des enfants bénéficiaires dans les cantines d’écoles secondaires, élément central du programme, a été remplacée par la distribution de colis alimentaires aux familles concernées. Au cours des deux dernières semaines du mois d’avril, plus de 450 colis alimentaires ont été délivrés par la Croix-Rouge dans la région, y compris à Véliki Novgorod28. Les colis sont composés de produits considérés comme nécessaires pour un stockage à long terme dans les conditions du confinement, comme par exemple les céréales, les pâtes, les conserves, le thé et le lait concentré sucré, et visent à remplacer l’alimentation fournie dans les cantines, fermées jusqu’à la réouverture des écoles secondaires29. Selon les personnes interrogées, la mise en œuvre de la composante sociale a été également suspendue au moins jusqu’en septembre 2020, mais a quand-même été remplacée par des activités éducatives en ligne. En octobre – décembre 2020, les situations diffèrent selon les écoles et les mesures préventives adoptées, toutefois la plupart des repas sont servis dans les cantines.

Photographie présentant deux femmes, dont une vétue d'un T-Shirt de la croix rouge, portent des cartons présentant le logo de la Croix rouge
Photo n°3. L’aide alimentaire de la Croix-Rouge30. Dans le contexte du confinement, les colis alimentaires à destination des bénéficiaires des programmes d’aide de la Croix-Rouge sont mis en boîte et délivrés au domicile ou distribués dans les points de distribution.

Pour conclure, la combinaison de la transformation et de la continuité dans l’action locale, décrite brièvement plus haut, a permis à la Croix-Rouge de s’adapter rapidement aux changements imposés par la crise sanitaire Covid-19. Elle n’a pas changé le public cible de son action, et s’est ainsi inscrite dans une continuité, mais, en revanche, elle a considérablement transformé ses activités. De fait, c’est grâce à la continuité de l’action que cet acteur non-gouvernemental a gardé le lien avec ses bénéficiaires malgré le développement de la pandémie et le confinement qui s’en est suivi. En même temps, c’est la transformation imposée par la crise sanitaire qui a favorisé la mise en valeur de son action multidimensionnelle. Plus encore, l’adaptabilité que l’association a mise en évidence dans ces circonstances très particulières lui a permis de rester visible voire de gagner en visibilité. Comme l’affirme à cet égard Nina, l’une des personnes interrogées : grâce aux nouvelles pratiques, « plus de gens en apprennent davantage sur notre organisation et sur l’aide qu’on apporte ; par ailleurs, de nouveaux bénévoles qui ne veulent pas rester en marge viennent nous rejoindre ». Le contexte de confinement imposé par la crise du coronavirus oblige donc les bénévoles et salariés de la Croix-Rouge à intensifier leur engagement et à chercher un équilibre entre la continuité et la transformation, laissant en même temps une marge de manœuvre pour devenir plus visibles auprès de la population locale. Cet effet de la pandémie mériterait une enquête plus poussée et sera analysé dans la suite de ce travail de recherche.

  1. « Aide alimentaire dans une situation de crise », site internet du Comité régional de Novgorod de la Croix-Rouge russe : https://redcross53.ru/produktovaya-pomoshh-v-krizis/ (en russe, consulté le 30 mai 2020). []
  2. Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge réunit le Comité international de la Croix-Rouge, la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et 192 Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, dont la Croix-Rouge russe : https://www.ifrc.org/en/who-we-are/ (en anglais, consulté le 30 mai 2020). []
  3. Statuts et règlement du Mouvement International de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (adoptés par la XXVe Conférence internationale de la Croix-Rouge à Genève en 1986 et amendés en 1995 et 2006), 2015, 32 p., p. 5. []
  4. « L’histoire de la Croix-Rouge de la bataille de Solferino jusqu’à nos jours », site internet de la Croix-Rouge russe : http://www.redcross.ru/o-nas/istoriya (en russe, consulté le 30 mai 2020). []
  5. « Le travail des comités de la Croix-Rouge russe du district fédéral du Nord-Ouest dans la situation de propagation de la Covid-19 », site internet de la Croix-Rouge russe : http://www.redcross.ru/news/rabota-otdeleniy-rkk-na-territorii-szfo-v-situacii-rasprostraneniya-covid-19 (en russe, consulté le 30 mai 2020). []
  6. Statuts et règlement du Mouvement International de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, loc. cit. []
  7. Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/72/Northwestern_Federal_District_%28numbered%29.svg
    (consulté le 3 décembre 2020). []
  8. « À propos de nous », site internet du Comité régional de Novgorod de la Croix-Rouge russe : https://redcross53.ru/about/ (en russe, consulté le 17 juillet 2020). []
  9. Données du Service fédéral des statistiques de l’État russe : https://www.gks.ru/storage/mediabank/Popul2020.xls (en russe, consulté le 18 juillet 2020). []
  10. Données du Ministère de la Santé de la Fédération de Russie : https://covid19.rosminzdrav.ru/ (en russe, consulté le 3 décembre 2020). []
  11. Données du Service fédéral des statistiques de l’État russe, doc. cit. []
  12. Cette enquête a été conçue comme étant exploratoire du fait de la situation inédite de pandémie liée à la Covid-19. Les résultats obtenus ont servi de base pour formuler des interrogations plus poussées. En décembre 2020, la recherche est toujours en cours. []
  13. Dans cet article, le genre masculin est employé comme générique, dans le seul but de ne pas alourdir le texte. []
  14. Site internet de la Croix-Rouge russe : http://www.redcross.ru/ (en russe, consulté le 17 juillet 2020). []
  15. « Ce que nous faisons », site internet du Comité régional de Novgorod de la Croix-Rouge russe : https://redcross53.ru/activity/ (en russe, consulté le 17 juillet 2020). []
  16. Portail du Gouvernement de la région de Novgorod : https://www.novreg.ru/press/news/press/113487/?sphrase_id=384460 (en russe, consulté le 30 mai 2020). []
  17. Source : une affichette de la Croix-Rouge distribuée parmi les bénévoles et salariés de la Croix-Rouge à Véliki Novgorod (en russe, date de publication : avril 2020). []
  18. Dictionnaire des mots étrangers de la langue russe : https://dic.academic.ru/dic.nsf/dic_fwords/26469 (en russe, consulté le 19 juillet 2020). []
  19. « Patrouille de la Croix-Rouge », site internet du Comité régional de Novgorod de la Croix-Rouge russe : https://redcross53.ru/patrul-krasnogo-kresta/ (en russe, consulté le 30 mai 2020). []
  20. « Mesures de lutte contre la propagation de l’infection à coronavirus Covid-19 dans la région de Novgorod », documentation de la Croix-Rouge (en russe, date de publication : 15 mai 2020). []
  21. Le déconfinement progressif a débuté en juin dans la région de Novgorod sans que le reconfinement strict soit annoncé à l’automne. Cette spécificité du contexte de l’action locale de la Croix-Rouge explique que les dispositifs d’action développés pendant le confinement n’ont pas été repris dans une forme complétement identique. En effet, l’association a adopté ses activités au contexte changeant de la pandémie et des mesures préventives prises dans le pays et dans la région. []
  22. Source : https://redcross53.ru/core/wp-content/uploads/2020/05/pHi7052J4Yg.jpg (consulté le 30 mai 2020). []
  23. « Mesures de lutte… », doc. cit. []
  24. Ibid. []
  25. Source : https://redcross53.ru/core/wp-content/uploads/2020/05/HUEwItvgVIs.jpg (consulté le 30 mai 2020). []
  26. Environ 31 euros au taux de change de la Banque centrale de la Fédération de Russie pour le 19 juillet 2020 : http://www.cbr.ru/currency_base/daily/ (en russe, consulté le 18 juillet 2020). []
  27. « Protection sociale des enfants », site internet du Comité régional de Novgorod de la Croix-Rouge russe : http://www.redcross.ru/news/programma-rossiyskogo-krasnogo-kresta-socialnaya-zashchita-detey-v-novgorodskoy-oblasti (en russe, consulté le 30 mai 2020). []
  28. « Mesures de lutte… », doc. cit. []
  29. Certains dispositifs d’adaptation des associations à la crise Covid-19 ont de fait un caractère transversal et transnational. En effet, les transformations que les activités de la Croix-Rouge russe ont subies permettraient de comparer cette organisation à des associations françaises : par exemple, à celles qui ont demandé à de jeunes bénévoles de faire les courses pour des personnes âgées et à celles qui ont proposé des paniers-repas en remplacement de déjeuners (Armée du Salut, Restos du cœur, Secours populaire français, etc.) : ARCHAMBAULT Edith, « Quel monde associatif en période de Covid-19 ? Un panorama des situations et problématiques associatives sous confinement », https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02617232 (consulté le 3 décembre 2020). []
  30. Source : https://redcross53.ru/core/wp-content/uploads/2020/04/UrsxyW-Iuw.jpg (consulté le 30 mai 2020). []

COVID-19 en Suisse : gestion de crise médicale, réouverture économique

par Céline Mavrot1 et Fritz Sager2

Cette contribution est tirée de l’article Sager Fritz, Mavrot Céline (2020). “Switzerland’s COVID-19 Policy Response: Consociational Crisis Management and Neo-corporatist Reopening”, European Policy Analysis, online first. DOI: 10.1002/epa2.1094

À l’instar de ses voisins européens, la réponse de la Suisse à la première vague de la crise du COVID-19 (janvier à juin 2020) s’est traduite par des mesures fortes de santé publique (semi-confinement, interdiction des rassemblements dans l’espace public, fermeture des bars et restaurants…), basées sur les recommandations médicales. Dans le cadre des pouvoirs lui étant octroyés par l’état d’urgence, le Conseil fédéral a fait une place inhabituelle à l’expertise médicale. À mesure de la réouverture du printemps et de l’été 2020, le débat s’est toutefois rapidement déplacé de la santé vers des considérations économiques. Les tendances néo-corporatistes caractéristiques du système suisse se sont alors réaffirmées durant la sortie de crise, en faveur des revendications catégorielles d’acteurs traditionnels du jeu politique.

Introduction : gestion de la crise et style décisionnel

La Suisse a été fortement touchée par le COVID-19. Pays de taille restreinte au cœur de l’Europe, la Suisse se caractérise par la forte concentration de sa population3 une grande mobilité interne ainsi que des échanges soutenus avec ses cinq pays limitrophes4. Elle a été l’un des pays européens les plus affectés par l’épidémie entre mi-mars et mi-avril 2020, et a même été le pays au plus haut taux d’infection par habitant à la fin du mois de mars5, devant la Chine et l’Italie. L’épidémie s’est initialement déclarée dans le canton italophone du Tessin, voisin de l’Italie. Entre les premières mesures prises à la fin du mois de janvier jusqu’à l’abrogation de la « situation extraordinaire » le 19 juin, le gouvernement national – le Conseil fédéral – s’est, dans un premier temps, largement appuyé sur les recommandations médicales des expert·e·s internes et externes à l’administration, avant de faire la part belle aux intérêts sectoriels des principaux acteurs économiques du pays.

La démocratie de consensus helvétique s’inscrit dans les systèmes de type consociationaliste, marqués par la neutralisation des oppositions et la lutte contre la fragmentation interne à travers des arrangements institutionnels non-majoritaires (Lijphart 1969 : 213-14). La Suisse a également de fortes tendances néo-corporatistes, ces dernières se traduisant généralement dans des systèmes de représentation des intérêts au sein desquels un nombre restreint d’organisations disposent du monopole de l’accès aux sphères décisionnelles (Kickert 2002 : 1477). Traditionnellement, les systèmes (néo-)corporatistes se caractérisent par l’existence de circuits de négociation et de prise de décision stables, établis autour des principaux partis politiques et partenaires sociaux (Häusermann et al. 2004 : 34). La réouverture consécutive au semi-confinement en Suisse a été marquée par le resurgissement de ces tendances néo-corporatiste. Le cas de la réouverture des restaurants, l’une des étapes majeures du déconfinement, a été caractéristique de ce retour aux procédures décisionnelles traditionnelles. Cet épisode montre combien les cultures et routines institutionnelles peuvent faire preuve d’une grande résistance au changement, même dans des cas de crise majeure et dans un contexte d’état d’urgence. Il met également en lumière une tendance à la continuité dans le fonctionnement des institutions politiques. Cette analyse se concentre sur la première phase de l’épidémie telle qu’elle a touché l’Europe. Elle retrace les événements en Suisse, allant des mesures initiales prises en réaction au COVID-19 en janvier 2020, jusqu’à la phase de sortie du semi-confinement au mois de juin (Sager et Mavrot 2020). Les mesures concernant la deuxième vague de contaminations à partir de l’automne 2020 ne sont pas incluses ici pour deux raisons. D’une part, ces événements sont encore en cours et d’autre part, les dynamiques politiques et économiques sont très différentes en regard de la première vague, car actuellement gérées au niveau des cantons et non de la Confédération (état au mois de novembre 2020).

histogramme montrant le nombre de cas confirmés et l'évolution du taux de contamination en Suisse

Figure 1 : Nombre de cas confirmés, taux de contamination (R-value) et mesures politiques en Suisse
Source : https://ibz-shiny.ethz.ch/covid-19-re/ (consulté le 23.08.2020)

Réaction politique à la crise sanitaire en Suisse

Le gouvernement suisse instaure sa première mesure significative le 26 janvier 2020 en renforçant l’obligation de déclaration des cas de COVID-19 auprès des médecins et des laboratoires6. S’ensuivent des mesures d’information au grand public, puis la suspension de certains vols en provenance de Chine. Le premier cas détecté en Suisse, le 24 février, concerne un résident du Tessin de retour d’Italie du Nord. Le gouvernement édicte alors sa première ordonnance relative au COVID-19 le 28 février, qui contient notamment l’interdiction des rassemblements de plus de 1000 personnes7. Le Conseil fédéral catégorise la crise sanitaire comme une « situation particulière » en accord avec l’article 6 de Loi sur les épidémies de 20128. Dans une telle situation, des compétences extraordinaires sont conférées au Conseil fédéral, notamment celle d’ordonner directement des mesures visant la population. Une Ordonnance 2 est encore édictée le 13 mars, et actualisée une trentaine de fois jusqu’au mois de juin 2020. Ces ordonnances régissent de manière extensive les questions de matériel médical, les entrées sur le territoire, les rassemblements publics ainsi que les fermetures d’institutions. Le 16 mars, le Conseil fédéral monte d’un cran l’état d’urgence en reclassant la situation de « particulière » à « extraordinaire ».

Carte des cantons Suisses montrant le nombre de cas et le taux de contamination au mois de mars 2020




Figure 2 : Taux de contamination dans les cantons suisses – 16 mars 2020 (déclaration de la situation « extraordinaire »)
Source : Le Temps : https://labs.letemps.ch/interactive/2020/carte-coronavirus-monde/  (consulté le 12.11.2020)

Le virus a des conséquences majeures sur la vie institutionnelle et politique nationale, avec l’interruption de la session de printemps des chambres fédérales (législatif national) décidée le 15 mars9. Trois jours plus tard, la Confédération repousse les trois votations populaires agendés au 17 mai 2020. Les écoles et institutions éducatives ferment à partir du 16 mars, et la fermeture des restaurants, des bars et des magasins non-essentiels est décidée par le Conseil fédéral le 17 mars. À compter du 21 mars, tout rassemblement de plus de cinq personnes est proscrit dans l’espace public, et les groupes de moins de cinq personnes doivent respecter une distance de sécurité. Enfin, le Secrétariat à l’économie annonce en mars un train de mesures de 32 milliards destinés à limiter les conséquences économiques de la pandémie, complétés de 20 milliards supplémentaires en avril. Les mesures comprennent une flexibilisation de l’accès au chômage partiel ainsi que des allocations pour pertes de gain10.

Les assouplissements se mettent en place à la fin du mois d’avril, à commencer par la reprise des services à la personne (par ex. salons de coiffure). Les écoles obligatoires et les magasins rouvrent leurs portes le 11 mai, en accord avec le calendrier prévisionnel. Toutefois le gouvernement autorise également la réouverture des restaurants au 11 mai, en avance sur le calendrier puisque celle-ci était initialement prévue pour le 8 juin. Les associations faîtières du domaine de la restauration – GastroSuisse – et du tourisme – HotellerieSuisse – ont maintenu une pression médiatique constante durant l’épidémie, accusant régulièrement le gouvernement de négliger le secteur dans sa gestion de la crise. Dans un premier temps, les mesures édictées par le Conseil fédéral stipulent que seules les tables d’un maximum de quatre personnes (ou les parents avec enfants quel que soit leur nombre) sont autorisées dans les restaurants. Le service au bar est interdit, les restaurants doivent fermer à minuit, et un espace de deux mètres ou un élément séparateur doivent être garantis entre les tables. Par ailleurs, les mesures prévoient que tout·e client·e fournisse ses coordonnées aux établissements, afin de permettre le contact tracing en cas de contamination. Aucune obligation n’est émise concernant le port du masque dans les restaurants.

Des assouplissements supplémentaires entrent en vigueur dans d’autres domaines deux semaines plus tard, avec l’autorisation de rassemblement de 30 personnes dans l’espace public (30 mai). Les infrastructures de loisir sont autorisées à rouvrir à partir du 6 juin (casinos, campings, parcs d’attraction, piscines). À cette même date, les groupes de plus de quatre personnes sont à nouveau autorisés dans les établissements de restauration. Par ailleurs, depuis la réouverture des restaurants le 11 mai, ce ne sont finalement que les coordonnées d’une seule personne par groupe et non celles de tou·te·s les client·e·s qui sont demandées. De plus, initialement annoncé comme obligatoire, les contacts sont uniquement relevés sur une base volontaire.

D’une manière générale, l’opinion publique s’est montrée favorable aux décisions du gouvernement durant la phase de semi-confinement. Des voix discordantes se sont fait entendre à travers un grand média libéral-conservateur alémanique, la Neue Zürcher Zeitung, insistant sur la menace à la démocratie et aux libertés civiles que constituait l’état d’urgence. La section suisse d’Amnesty International a également exprimé ses préoccupations relatives aux limitations des droits démocratiques suite à des interventions policières durant des manifestations, et concernant de potentielles atteintes à la protection des données avec le développement d’une application officielle de contact tracing pour téléphones portables11. Toutefois, selon une enquête d’opinion menée entre le 22 et le 28 avril, la population restait partagée sur la question des restaurants. Seuls 39% des répondant·e·s estimaient que ceux-ci devaient rouvrir plus tôt que prévu, alors que 40% s’y disaient opposé·e·s12. Malgré l’absence de consensus, le gouvernement a pris le parti des acteurs économiques en décidant de la réouverture précoce.

Discussion : technocratie de crise et retour aux affaires néo-corporatiste

Un retour aux dynamiques décisionnelles néo-corporatistes établies de longue date s’observe dans les développements de sortie de crise, avec un glissement de la place exceptionnellement acquise par les préoccupations de santé publique à un repli sur des considérations économiques traditionnelles. Le style politique national a donc fait preuve d’une importante résistance, même en cas de crise majeure telle que celle du COVID-19 (Capano 2020 : 327, 341). L’expertise du milieu hospitalier et de l’Office fédéral de la santé publique a progressivement cédé le terrain aux routines politiques préexistantes. GastroSuisse et HotellerieSuisse ont particulièrement réussi à se faire entendre aux premières heures du déconfinement. Les organisations économiques patronales sont des acteurs majeurs de la vie institutionnelle suisse. Historiquement, les élites économiques et politiques sont par ailleurs fortement enchevêtrées dans le système politique helvétique non-professionnalisé (Pilotti et al. 2010 : 216) (le système de milice), bien que cet enchevêtrement ait connu certaines atténuations au cours des trente dernières années (Bühlmann et al. 2015). Alors que le Conseil fédéral avait pris toutes les mesures jugées nécessaires par les expert·e·s médicaux durant la première partie de la crise, il a surpris les observateurs extérieurs en avançant la date de réouverture des restaurants et en faisant volte-face sur la question du contact tracing parmi les client·e·s.

Premièrement, les restaurants ont été rouverts un mois plus tôt que prévu, ce qui constitue une différence de taille à l’échelle de ce type de pandémie. Cette décision a été prise en dépit des déclarations répétées du Conseiller fédéral en charge de la santé en faveur du maintien du calendrier initial13. Malgré le fait que les restaurants soient des espaces fermés favorisant la concentration humaine, leur réouverture a été autorisée trois semaines avant la levée de l’interdiction de rassemblements de plus de cinq personnes dans l’espace public, ce qui constitue une incohérence. D’autres organisations telles que les églises ou les associations durent attendre encore plusieurs semaines avant de reprendre leurs activités collectives, respectivement au 28 mai et au 6 juin. Deuxièmement, d’importantes préoccupations regardant la sécurité des employé·e·s de la restauration en cas de réouverture précoce ont été minimisées14. Les syndicats de travailleurs·euses n’ont toutefois pas parlé d’une voix unie, partagés entre les considérations de santé et la défense des places de travail en période de crise. Tous secteurs confondus, les faîtières syndicales nationales étaient plus fortement en faveur d’une réouverture que certaines sections régionales, en particulier dans la Suisse francophone15 (partie ouest du pays), région linguistique la plus fortement touchée dans l’ensemble avec le Tessin16. Troisièmement, les mesures de sécurité initialement décidées – obligation pour l’ensemble de la clientèle de communiquer ses coordonnées dans le cadre du contact tracing – étaient fortement soutenues par les expert·e·s médicaux comme une contrepartie nécessaire à la réouverture des établissements. Cependant, face à la forte opposition de GastroSuisse17, le Conseil fédéral a finalement retiré cette obligation avant la réouverture18.

L’assouplissement des règles de réouverture concernant les restaurants illustre les glissements du mode décisionnel d’une rationalité experte basée sur les recommandations médicales à un retour aux préoccupations économiques et aux revendications des acteurs traditionnels. Au début de la crise et sur le modèle de la plupart des autres pays européens, un élément technocratique fort est venu se greffer – en raison du caractère exceptionnel de la situation– à la prise de décision avec la montée en puissance des expert·e·s médicaux. Cette composante technocratique a joui d’une forte légitimité et a permis au politique de faire valoir la priorité des impératifs de santé publique. Le déconfinement a cependant mis un frein à ce mode de gouvernance, pour laisser la place aux procédures traditionnelles. GastroSuisse, la faîtière patronale, a ainsi déployé une large palette d’actions allant de la pression médiatique aux rencontres avec les autorités publiques19, en passant par des actions ciblées auprès de certains conseillers fédéraux20 et un travail de lobbying aboutissant au dépôt de motions parlementaires dès la reprise des activités législatives au début du mois de mai pour soutenir le secteur21.

Conclusions

Les autorités suisses ont eu recours à une combinaison de mesures contraignantes (fermetures d’établissements) et persuasives (semi-confinement avec recommandation de renoncer aux déplacements). Durant la première vague, le monde politique et les médias ont parlé d’une seule voix pour exhorter la population à respecter les recommandations. Le respect des normes et le nombre restreint de voix discordantes en Suisse durant cette période ont pu paraître étonnants, mais sont également typiques de la forte adhésion générale au récit et à la culture du consensus suisse. Le gouvernement a régulièrement insisté sur la capacité du pays à atteindre le résultat voulu sur une base volontaire, dans le cadre « d’un équilibre acceptable pour tous »22. Cependant, le récit du consensus a pour effet d’éclipser la structure de la représentation des intérêts au sein du système. Les processus observés dans le cas du COVID-19 sont conformes aux mécanismes politiques propres aux démocraties dites de consensus, tendant à euphémiser les antagonismes et les segmentations sociales (Andeweg 2000) tout en favorisant certains intérêts disposant d’un accès aux procédures décisionnelles et aux élites politiques. La gestion de la pandémie aura en cela inévitablement des conséquences sur les inégalités de santé, dont il s’agira encore de déterminer l’ampleur et la teneur.

Par ailleurs, la dynamique décisionnelle s’étant mise en place dans le cadre de la situation « particulière » puis « extraordinaire » devra encore être étudiée. Elle offre l’occasion d’observer les modes particuliers d’arbitrage des intérêts dans un système consociationaliste au sein duquel l’équilibre entre les pouvoirs constitutionnels et les mécanismes modérateurs furent profondément altérés, avec l’octroi de compétences exceptionnelles à l’exécutif, la mise en suspens de certaines activités parlementaires, l’absence des procédures de consultation pré-parlementaires typiques de la vie politique suisse, ainsi qu’un degré exceptionnellement élevé de consensus public et de soutien médiatique aux décisions publiques. L’intérêt de l’étude du fonctionnement des institutions ainsi mises sous pression est d’autant plus grand que ce genre de scénarios de crise mettant en suspens les procédures démocratiques ordinaires est susceptible de se répéter dans un avenir proche.

Références

Andeweg, Rudy B. « Consociational Democracy ». Annual Review of Political Science, vol. 3, no 1, 2000, p. 509‑36. Annual Reviews, doi:10.1146/annurev.polisci.3.1.509.

Bühlmann, Felix, et al. « Transformation Des Élites En Suisse ». Social Change, juin 2015. www.socialchangeswitzerland.ch, doi:10.13094/SMIF-2015-00001.

Capano, Giliberto. « Policy design and state capacity in the COVID-19 emergency in Italy: if you are not prepared for the (un)expected, you can be only what you already are ». Policy and Society, vol. 39, no 3, Routledge, juillet 2020, p. 326‑44, doi:10.1080/14494035.2020.1783790.

DFI/OFSP Département fédéral de l’intérieur/Office fédéral de la santé publique. Maladie à coronavirus 2019 (COVID-19). Bilan épidémiologique intermédiaire du nouveau coronavirus en Suisse et dans la Principauté du Liechtenstein. 2020.

Häusermann, Silia, et al. « From Corporatism to Partisan Politics: Social Policy Making under Strain in Switzerland – Häusermann – 2004 – Swiss Political Science Review – Wiley Online Library ». Swiss Political Science Review, vol. 10, 2004, p. 33‑59, doi:10.1002/j.1662-6370.2004.tb00021.x.

Kickert, Walter. « Public governance in small continental european states ». International Journal of Public Administration, vol. 25, novembre 2002, p. 1471‑91. ResearchGate, doi:10.1081/PAD-120014257.

Lijphart, Arend. « Consociational Democracy ». World Politics, vol. 21, no 2, Cambridge University Press, janvier 1969, p. 207‑25. Cambridge University Press, doi:10.2307/2009820.

Pilotti, Andrea, et al. « Les parlementaires suisses entre démocratisation et professionnalisation, 1910–2000 ». Swiss Political Science Review, no 16, 2010, p. 211‑45, doi:10.1002/j.1662-6370.2010.tb00158.x.

Sager, Fritz, et Céline Mavrot. « Switzerland’s COVID‐19 Policy Response: Consociational Crisis Management and Neo‐corporatist Reopening ». European Policy Analysis, John Wiley & Sons, Ltd, octobre 2020, https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1002/epa2.1094.

  1. David Geffen School of Medicine  University of California – Los Angeles (UCLA) USA []
  2. KPMCenter for Public Management  Université de Berne   Suisse []
  3. La densité de la population en Suisse est près de deux fois plus élevée qu’en France. La Suisse compte une population de 8’632’703 habitant·e·s (population résidente permanente) en 2020, sur un territoire de 41’285 km2. Office fédéral de la statistique : https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/population/effectif-evolution.assetdetail.14027793.html et https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/espace-environnement/utilisation-couverture-sol.html [consultés le 10.11.2020] []
  4. La France, l’Allemagne, le Liechtenstein et l’Autriche et l’Italie. []
  5. https://www.businessinsider.com/coronavirus-cases-per-capita-chart-countries-2020-3 [consulté le 08.09.2020] []
  6. La chronologie est tirée de : https://www.luzernerzeitung.ch/schweiz/coronavirus-in-der-schweiz-die-chronologie-der-ereignisse-ld.1213307, https://www.nzz.ch/schweiz/coronavirus-in-der-schweiz-die-neusten-entwicklungen-ld.1542664 [consulté le 08.05.2020], https://www.bag.admin.ch/bag/de/home/krankheiten/ausbrueche-epidemien-pandemien/aktuelle-ausbrueche-epidemien/novel-cov/massnahmen-des-bundes.html [consulté le 19.06.2020], DFI/OFSP (2020), ainsi que de l’Ordonnance COVID-19 et de l’Ordonnance 2 COVID-19 et ses 24 actualisations. []
  7. Ordonnance sur les mesures destinées à lutter contre le coronavirus (COVID-19) : https://www.admin.ch/opc/fr/classified-compilation/20200619/index.html (statut au 28 février 2020). []
  8. https://www.admin.ch/opc/fr/classified-compilation/20071012/index.html []
  9. https://www.parlament.ch/fr/services/news/Pages/2020/20200315181934486194158159041_bsf098.aspx []
  10. https://www.seco.admin.ch/seco/fr/home/Arbeit/neues_coronavirus.html []
  11. https://www.amnesty.ch/fr/pays/europe-asie-centrale/suisse/docs/2020/covid-19-des-directives-claires-pour-expression-opinion-dans-les-lieux-publics, and https://www.amnesty.ch/fr/pays/europe-asie-centrale/suisse/docs/2020/application-covid-19-pas-un-moyen-miracle-meme-si-on-a-echappe-au-pire [consulté le 18.06.2021]. []
  12. https://cockpit.gfsbern.ch/de/cockpit/corona-in-der-schweiz-akzeptanz-massnahmen-exitstrategie-akteure/ [consulté le 08.09.2021] []
  13. Par ex. : https://www.tagesanzeiger.ch/mit-diesem-oeffnungsplan-geht-berset-in-den-bundesrat-388372980042 [consulté le 08.09.2020]. []
  14. http://www.sit-syndicat.ch/spip/spip.php?article1047 [consulté le 08.09.2020] []
  15. https://www.letemps.ch/suisse/retour-travail-divise-syndicats [consulté le 08.09.2020] []
  16. Pour une représentation temporelle de la distribution du nombre de cas par canton, se référer à : https://ibz-shiny.ethz.ch/covid-19-re/ []
  17. Par exemple : https://www.letemps.ch/suisse/reouverture-restaurants-tracage-clients-grincer-dents [consulté le 19.06.2020]. []
  18. https://www.bilan.ch/economie/restaurants-combiner-tracabilite-securite-et-efficacite [consulté le 23.06.2020]. []
  19. https://www.letemps.ch/suisse/ouverture-restaurants-entre-espoir-apprehension [consulté le 08.09.2020] []
  20. https://www.derbund.ch/wie-die-gastrolobby-alain-berset-ausmanoevrieren-wollte-875620129650 [consulté le 18.06.2020] []
  21. https://www.parlament.ch/fr/ratsbetrieb/sessions/ats-sessione-extraordinaire-2020, cf. objets “reprise” et “reprise bis”, [consulté le 23.06.2020]. []
  22. https://www.letemps.ch/suisse/alain-berset-suisse-preuves [consulté le 16.06.2020]. []

Une résistance coûte que coûte ? Le rapport militant à la « continuité pédagogique » d’un professeur des écoles durant le confinement

PAR ÉTIENNE GUILLAUD

Photographie d'une affiche jaune portant le texte suivant :
Information aux familles
Un protocole permettant d'assurer la continuité pédagogique pour vos enfants vous sera transmis en début de semaine prochaine, dès que nous serons avertis des modalités de fonctionnement (les directrices et directeurs seront réunis lundi 16 mars par l'Inspecteur de circonscription). Vous pouvez joindre l'enseignant de votre enfant au moyend e l'adresse mail qui est collée dans son cahier de liaison. En retour, toutes les informations nécessaires vous seront communiquées par courriel. Vous pouvez communiquer avec l'école à l'adresse ce.0440628u@ac-nantes.fr ou tel 02 51 86 44 96
l'équipe enseignante
Information aux familles, école Sully, Nantes, 13 mars 2020 (photographie de Tristan Poullaouec).

Le Projet isolé de recherche-action sur le télétravail des enseignant-e-s (PIRATE), coordonné avec Gabrielle Lecompte-Ménahès, tente de renseigner les conditions de travail des enseignant-e-s syndiqués de la maternelle à l’université des départements du Finistère, de la Loire-Atlantique et de l’Ille-et-Vilaine durant la période de la crise sanitaire liée au Covid-19. Face à la situation sanitaire, le gouvernement a décidé de la fermeture des établissements et du confinement d’une grande partie de la population, obligeant les enseignant-e-s comme les élèves et étudiant-e-s à travailler à domicile. Le public enquêté est constitué principalement de syndiqué-e-s, « simple adhérent-e-s » ou militant-e-s fortement impliqué-e-s, afin d’interroger l’engagement militant dans la période et d’élaborer des outils de formation et d’information autour du télétravail dans l’éducation nationale qui seront à leur disposition. Dans un premier temps, les enseignant-e-s enquêté-e-s ont eu pour consignes de tenir un journal de leur travail en confinement en décrivant leurs pratiques, leurs conditions de vie et de travail, les relations professionnelles entretenues ou bien encore les émotions ressenties durant la période. Dans un second temps, actuellement en préparation, les participant-e-s pourront devenir à leur tour des enquêteurs par la lecture croisée de leurs journaux, la réalisation d’entretiens collectifs et individuels et des temps d’analyse collective de l’ensemble des matériaux.

Ce billet traitera du cas de Valentin1 à travers son journal de confinement entre le 19 mars (une semaine après l’annonce de fermeture des établissements scolaires) et le 13 avril (début des vacances scolaires) et la lecture de courriers produits par le rectorat et les inspections académiques. Valentin, 30 ans, est professeur des écoles dans l’agglomération nantaise, dans une zone urbanisée où le public est majoritairement issu des franges les plus stables des classes populaires. Valentin, dont les origines sont rurales et populaires2, a débuté en tant qu’enseignant à l’âge de 23 ans après une scolarité sans problème. Il est militant à SUD éducation 44 depuis 2016. Il est particulièrement investi dans le syndicat depuis le mouvement de grève contre la loi Blanquer – relativement fort sur Nantes – au printemps 2019. Il vit dans un appartement à Nantes et bénéficie de conditions de confinement qu’il juge plutôt bonnes. Sans enfant, l’articulation du travail avec les autres temporalités de la vie ne lui pose pas problème. L’étude de son cas renseigne sur la possibilité d’une posture de « résistance » à la « continuité pédagogique » et les contradictions ou difficultés spécifiques que cela peut engendrer.

Une « continuité pédagogique » en urgence

Dès le début de son journal, Valentin fait part de l’impréparation qui a présidé à l’entrée dans cette période de télétravail. Les difficultés ressenties renvoient notamment aux injonctions de la hiérarchie, analysées par Valentin (et son syndicat) comme irréalistes et parfois contradictoires. Les enseignant-e-s sont sommés d’assurer « la continuité pédagogique », définie comme l’activité qui « vise, en cas d’éloignement temporaire d’élèves ou de fermeture des écoles, des collèges et des lycées, à maintenir un lien pédagogique entre les professeurs et les élèves, à entretenir les connaissances déjà acquises par les élèves tout en permettant l’acquisition de nouveaux savoirs » (courrier du recteur de l’académie de Nantes, 11 mars). Il faut pour cela élaborer de nouvelles organisations pédagogiques, en utilisant différents outils (en particulier ceux numériques), en maintenant un lien régulier avec les élèves et la famille et en s’adaptant à la diversité des situations. Les notes successives du recteur, du 13 mars, 15 mars et 18 mars, vont préciser progressivement des modalités du travail des enseignant-e-s. On pourrait en résumer les propos, au-delà des détails pratiques, comme des injonctions à maintenir l’ensemble des missions de l’école et de ses exigences : assurer le lien avec l’ensemble des familles et des élèves, tenir les réunions et les conseils, travailler en équipe, faire progresser l’ensemble des élèves… « L’engagement » et la lutte contre les inégalités scolaires sont invoqués pour que les enseignant-e-s assurent leur travail :

« Je sais l’importance du rôle que vous allez avoir pour permettre aux enfants de ces familles de poursuivre leurs apprentissages et pour faire en sorte que cette période inédite ne soit pas l’occasion d’accentuer encore les écarts entre élèves »

Courrier de l’inspecteur académique Loire-Atlantique, 13 mars 2020.

« Nous devons toutes et tous, quelle que soit la fonction occupée, assurer notre mission de service public pour accompagner les familles, les rassurer. Pragmatisme, consensus, bienveillance, inventivité doivent guider notre mission dans les prochaines semaines. Je sais pouvoir compter sur l’engagement de chacune et de chacun d’entre vous »

Courrier du recteur de l’académie de Nantes, 15 mars 2020.

Une précision dans le courrier du 18 mars fera réagir les syndicats : le recteur suggère d’utiliser les commerces de proximité comme « point relais » pour « retirer et rendre documents, devoirs et livres », en contradiction avec le respect des règles sanitaires (ne serait-ce que par l’usage détourné des justificatifs de déplacement que cela induit). Suite aux réactions outrées suscitées par cette démarche, le recteur se ravisera.

Tract syndical Sud éducation 44 et 49 dénonçant une proposition du recteur de déposer des documents à destination des familles dans des comemrces de proximité
Communiqué des syndicats SUD éducation de Loire-Atlantique et du Maine-et-Loire, 19 mars 2020.

La posture de résistance de Valentin

Valentin considère la « continuité pédagogique » de façon critique tant pour le fond de ce qu’elle induit sur le rapport au travail et à la pédagogie que pour les modalités pratiques de sa mise en œuvre. Les injonctions de sa hiérarchie jugées comme contradictoires tendent plutôt à le démobiliser.

« Le flou règne. Tout d’abord, parce que la situation est inédite. On sent nos chefs en panique, on reçoit beaucoup d’injonctions contradictoires : être à l’école, ne plus y être, déposer des documents papiers dans les commerces (illégal et dangereux !) pour les familles, ne plus le faire, accueillir obligatoirement les enfants des personnels soignants puis être volontaire pour cela (en sachant que les enseignant.es n’ont pas de masque…), téléphoner aux familles deux fois par semaine (avec notre portable perso bien sûr…). »

Journal de Valentin, 19 mars 2020.
photographie d'une baie vitrée et d'une boîte aux lettres ; sur la vitre sont scotchées 7 enveloppes kraft portant des prénoms
Enveloppes scotchées au nom d’élèves de maternelle à l’entrée de l’école Sully, Nantes, 14 avril 2020 (photographie de Tristan Poullaouec)

Il se trouve rapidement confronté au manque de moyens alloués aux établissements scolaires, qui lui font apparaître la distance entre les discours « du haut » et les réalités pratiques :

« J’ai décidé de donner aux enfants un programme de travail jusqu’à mercredi (terminer le plan de travail, finir les tracés géométriques, écrire à son correspondant, lire…). Chaque enfant est reparti avec un manuel de français et de mathématiques. Enfin, chaque enfant… l’école ne dispose pas d’un livre pour chacun et chacune alors, on a dû se débrouiller : ressortir de vieux ouvrages, demander à des enfants de s’organiser avec les voisin.es, prendre en photo les exercices… »

Journal de Valentin, 19 mars 2020.

L’exemple le plus frappant du manque de moyens s’incarne dans la saturation des serveurs de l’Éducation nationale, qui rend difficile, voire impossible, l’accès aux outils numériques que l’institution vante ardemment. De nombreux-ses enseignant-e-s sont obligé-e-s de se tourner vers d’autres outils, parfois privés et sans garantie de protection des données. Au-delà de la critique des injonctions et du vécu du manque de moyens, Valentin est animé par une grille de lecture politique plus large : renforcement des inégalités sociales et scolaires, dévaluation du métier par le dévoiement de la pédagogie (dont « l’essence » ne peut pas passer par du travail à distance), risque de dégradation des conditions de travail et de privatisation des outils de l’Éducation nationale… Il craint le fait que la période puisse pérenniser certains modes de fonctionnement qui sont pour lui contraires à sa mission de service public de l’enseignement. Enfin, pour décrire le rapport de Valentin au télétravail, celui-ci utilise habituellement les locaux de l’école pour travailler et n’a jamais constitué de véritable espace de travail au sein de son appartement (un deux pièces). Il ne possède pas de bureau et travaille le plus souvent sur son lit ou son canapé. Aussi, il semble avoir des difficultés à s’auto-contraindre dans une période où les temps sociaux ne paraissent plus rigoureusement définis :

« Ce qui est difficile à gérer c’est que le rapport au temps est totalement différent. On est au travail sans être au travail. On gère sa classe sans la gérer. On n’a plus de cadre, de référence. »

Journal de Valentin, 19 mars 2020.

Les convictions de Valentin, renforcées par le sentiment de ne pas être préparé ou bien encore l’absence des cadres spatiaux et temporels habituels qui rendent plus difficile l’organisation du travail vont ainsi déterminer une posture de résistance. Celle-ci s’incarne dans un travail « très raisonnable », presque minimal, qui peut s’apparenter à une stratégie de freinage. Cela prend la forme d’un travail de préparation le week-end (3 à 4 heures) qui aboutit à un programme envoyé aux parents. La semaine, il prend du temps le matin et en fin d’après-midi (environ 3 heures par jour) pour faire le suivi du programme par courriel (réponses aux parents ou aux élèves, exercices corrigés…). S’il a pris le temps de contacter l’ensemble des parents, il ne persiste pas dans le suivi de chaque élève. Il s’interroge au début du confinement sur le fait de devoir relancer les parents qui n’ont pas répondu : est-ce bien son rôle ? Il redoute la surcharge de travail que certains de ses collègues « encaissent » pour assurer ce suivi, sans que cela n’assure, du point de vue de Valentin, un véritable travail pédagogique ou n’empêche la persistance des inégalités :

« [sur le contact avec les familles] c’est une question complexe, pendant les vacances d’été, on n’a pas de contact avec elles [et] on n’est pas des assistants sociaux non plus. »

Journal de Valentin, 2 avril 2020.

Valentin adopte la position de son syndicat, qu’il a d’ailleurs contribué à définir en participant aux débats internes de celui-ci, à travers « la grève du programme » : « pas de nouvelle notion, que des activités ludiques et des révisions sur des notions déjà travaillées en classe » (journal, 2 avril).

Un engagement militant en tension

Lors des deux premières semaines, il parvient à maintenir sa position malgré son caractère minoritaire, au regard des collègues de son école qui « en font bien plus » en utilisant de nouveaux outils et un suivi très rapproché de chaque élève. Valentin confie « accepter cette situation sans trop culpabiliser, sans trop [se] comparer avec les collègues, grâce à une justification politique et syndicale » (journal, 2 avril). Cependant, à partir de la troisième semaine de télétravail, Valentin va céder progressivement sous l’effet de la lassitude d’une routine au travail, par culpabilité vis-à-vis des collègues qui travaillent plus mais aussi de ses propres élèves, qui peuvent vivre des situations sociales difficiles :

« Petit à petit, je propose un petit peu plus d’activités à mes élèves : j’essaie d’aller vers des choses ludiques, qui ne concernent pas que le français et les mathématiques (des défis d’arts visuels, des activités sportives, des jeux éducatifs en ligne…). J’ai aussi un petit peu plus différencié3, sûrement par acquit de conscience. [Une élève] ne peut pas s’en sortir avec des exercices de manuel de CM1… J’ai donc trouvé des fiches de CE1 et CE2 pour elle. Le temps de les trouver, les rogner (enlever le terme « CE1 »), les exporter en PDF… c’est du travail en plus. […] Je me rends quand même compte que je fais de plus en plus le jeu du télétravail… j’envoie plus d’activités, je différencie plus… Peut-être que le fait de voir tous ces collègues s’y investir pleinement me fait réfléchir. Pourtant j’ai toujours autant de réserves… ce n’est pas l’école. Mais le fait de penser aux enfants en galère chez eux me fait culpabiliser, je me dis que je me dois d’être à la hauteur pour elles et eux. »

Journal de Valentin, 6 avril 2020.

Valentin fait état dans son journal des rappels à l’ordre « culpabilisants » sous des formes indirectes, par des publications de collègues sur les réseaux sociaux par exemple, ou directement dans des remarques, comme avec cette amie enseignante à qui on a dit qu’elle laissait « croupir » les plus pauvres si elle ne s’investissait pas pleinement dans le télétravail. Si dans l’école de Valentin, « chacun fait comme il veut », les relations au sein de l’équipe pédagogique peuvent ainsi infléchir les pratiques. Ces relations s’avèrent toutefois complexes durant la période de confinement qui obligent à l’usage d’outils numériques, parfois perfectibles, et à un nouveau mode de fonctionnement pour tenir des réunions. Pour Valentin, cela rend tous les moments d’équipe « compliqués », « longs », « fatigants ». Des problèmes de compréhension apparaissent plus fréquemment et suscitent plus rapidement des tensions, en particulier dans ce contexte où une part de l’équipe se sent fatiguée et « est à fleur de peau ». Moins que dans son collectif de travail, où sa position lui semble difficilement audible, Valentin trouve plutôt dans le syndicat « une force » pour faire face à la situation. Sans être uniforme – Valentin suggère l’existence de débats houleux dans sa section syndicale4 – il constitue toutefois un espace où Valentin peut interagir avec des « camarades » globalement en accord avec sa conception politique de la situation. Le syndicat est alors autant un espace d’expression que de confirmation de ses convictions. Le travail de rédaction de communiqués pour lequel il s’est investi, tant à l’échelle locale que nationale, lui a permis de faire face à « cette frénésie du télétravail ».

« Le syndicat, c’est une force dans ces moments-là, ça m’aide à prendre du recul face à la frénésie de la continuité pédagogique. Mais c’est un moment inédit donc plein de fragilité : on n’est pas toutes et tous d’accord sur ce que doit être le télétravail, sur comment réagir face aux injonctions de la hiérarchie »

Journal de Valentin, 28 mars 2020.

Conclusion : les contradictions d’un engagement militant

Le récit de Valentin soulève des aspects qui mériteraient d’être creusés dans le prolongement de l’enquête, par la confrontation à d’autres cas : des difficultés dans la mise en place du télétravail dans l’enseignement (manque de moyens, relations professionnelles plus compliquées, difficultés à temporaliser et s’organiser…) et la possibilité, qu’il évoque en creux dans la comparaison avec ses collègues, de rapports au télétravail différenciés au sein d’un même groupe professionnel. Le cas de Valentin illustre plus particulièrement les difficultés propres au fait d’assumer une posture critique et militante dans le contexte du confinement. Les discours institutionnels semblent mobiliser le rapport dévoué des enseignant-e-s à leur propre métier pour assurer la « continuité pédagogique » et rencontrent de fait un certain écho auprès d’une partie d’entre eux5, au nom du service public, de la lutte contre les inégalités scolaires ou bien encore de la bonne conscience professionnelle. Valentin, quant à lui, adopte une posture critique et distanciée face à ces discours institutionnels au nom, là encore, du service public et de la lutte contre les inégalités, mais aussi des conditions de travail. Cette forme de résistance est possible du fait de dispositions militantes et d’une inscription dans des collectifs qui peuvent le soutenir. Elle s’avère toutefois « coûteuse » symboliquement vis-à-vis de collègues, voire de parents d’élèves, pour lesquels une telle démarche peut être discréditée mais aussi « de soi à soi », en interrogeant sa propre position au risque d’une auto-dévaluation. Appartenir à une institution et entretenir dans le même temps un rapport critique à son égard génèrent des dilemmes ou contradictions qui se trouvent exacerbés dans cette période exceptionnelle de confinement et d’urgence sanitaire, comme peut le souligner cette question de Valentin sur son rapport au télétravail :

« L’école se charge déjà très bien – en temps normal – de trier les pauvres et les riches. Mais est ce que ça veut dire que je dois abandonner ? »

Journal de Valentin, 24 mars 2020.

  1. Le prénom a été modifié. []
  2. Sa mère a été successivement ouvrière dans l’industrie, assistante maternelle et femme de ménage et son père était employé aux PTT / La Poste. []
  3. « Différencier » fait référence aux dispositifs pédagogiques recommandés par les instructions officielles visant à enseigner des contenus différents aux élèves en fonction de leurs difficultés. []
  4. Le fait de devoir avancer ou non dans les programmes, les manières de prendre contact et d’interagir avec les parents d’élèves, les exigences quant à la sécurité sanitaire ou bien encore l’usage des outils du télétravail (certain-e-s redoutant leur pérennisation) peuvent être l’objet de débats. Pour le moment, trop peu de matériaux ont été récoltés pour faire une sociologie fine de ces prises de positions. []
  5. Au-delà de ce que l’enquête PIRATE a pu récolter, on peut trouver un exemple éloquent d’un investissement intense et dévoué dans le travail (80 heures de travail en une semaine), vécu comme une expérience « riche », dans ce billet publié sur le blog d’une enseignante qui fait « un premier bilan » de la « classe à distance » : https://www.cartabledunemaitresse.fr/classe-a-distance-un-premier-bilan/ (consulté le 18/05/2020). []

Salles de fitness : la parade d’Instagram ?

PAR JOSEPH GODEFROY

Le confinement lié au Covid-19 semble pousser les influenceurs fitness, davantage habitués à la mise en scène de leur corps qu’à la transmission de contenu éducatif, à faire évoluer les images qu’ils diffusent quotidiennement sur les réseaux sociaux numériques vers des entraînements à réaliser à domicile. Dans le même sens, pour faire face à leur fermeture forcée, les salles de fitness investissent les réseaux sociaux pour diffuser des séances de sport dites « en live ». Loin de s’apparenter à une forme habituelle d’enseignement sportif, la production de ces deux types d’acteurs participe à construire un espace numérique où les incitations à la pratique physique vont bon train.

Nous souhaitons ici rendre compte d’un travail s’appuyant sur l’analyse qualitative des contenus partagés par des influenceurs fitness rencontrés dans le cadre d’une thèse de doctorat portant sur les usages économiques et professionnels des réseaux sociaux numériques. La réflexion présentée ici s’appuie sur un corpus d’éléments (images, vidéos, textes, commentaires) récoltés durant les six premières semaines du confinement.

Produire un contenu nouveau sur Instagram

Face à la fermeture des salles de sport, décor privilégié par les influenceurs fitness pour construire le contenu qu’ils partagent habituellement en ligne, les individus observés semblent donner une dimension supplémentaire aux prescriptions corporelles et sanitaires diffusées auparavant, qui se réduisaient à la diffusion (souvent inconsciente) d’un canon corporel particulier sur internet. L’observation de cet espace numérique permet alors de saisir une pratique nouvelle chez des individus qui limitaient jusqu’alors la nature de leurs publications à la mise en scène de leur corps. Aujourd’hui confinés, les influenceurs fitness observés se livrent à l’enseignement d’exercices physiques réalisables à domicile. Pourtant non-professionnels de l’entraînement sportif, ces femmes et ces hommes investissent la période actuelle de confinement pour proposer une « routine sportive spéciale confinement » contenant bien souvent des exercices ne nécessitant « pas de matériel ».

« Ce n’est pas parce que nous sommes bloqués à la maison que nous devons mettre le fitness de côté ! Faisons les entraînements à la maison, pour la santé physique et mentale, pour le progrès et le summer body. »

Extrait de la publication Instagram d’Estelle, le 2 avril 2020

Les prescriptions sportives prennent alors plusieurs formes. Tout d’abord, les contenus auparavant « figés » et minutieusement mis en scène laissent désormais place à des contenus vidéos plus dynamiques et montrant l’Instagrameur vedette en train de réaliser des exercices à son domicile. Les consignes d’entraînement jointes à la vidéo ne sont que très rarement énoncées de vive voix par la ou le protagoniste. En revanche, ces courtes vidéos (Instagram limite la longueur des vidéos publiées à une minute) sont bien souvent agrémentées de consignes écrites et facilement identifiables. En accompagnement de ces supports iconographiques (vidéos et photos), la fonctionnalité « légende » fournit un espace d’expression libre et propice à l’explicitation des consignes relatives à la bonne réalisation des exercices prescrits. Nom des exercices, nombre de répétition à effectuer, temps de récupération à intégrer, les consignes sont claires.

Photographie d'une femme jeune, portant de longs cheveux blonds, dans une tenue de sport (leggins et brassière)
Image 1 : Publication Instagram de Julie, le 5 février 2020
Photographie d'une jeune femme en tenue de sport (short et brassière), agenouillée et montrant les muscles de ses bras ; la photographie porte les mots : workout ultra complet full body musculation maison
Image 2: Publication Instagram de Julie, le 26 avril 2020

La période de confinement est également l’occasion pour les influenceurs fitness d’investir des fonctionnalités proposées par la plateforme Instagram et peu utilisées auparavant. La majeure partie des individus observés diffusent désormais un contenu en direct. Ces « lives » (quotidiens pour certains) permettent alors un nouveau mode d’interaction avec leur audience et participent à inscrire l’exercice physique dans une certaine routine. À ce titre, ces rendez-vous ne prennent jamais la forme d’un échange réciproque entre le créateur de contenu et son audience. Il s’agit davantage d’un temps où l’influenceur investit le rôle de l’entraîneur et dispense en direct une séance de sport, sans tenir compte des réactions dont peuvent faire preuve les spectateurs1. Très rarement utilisée avant la période de confinement2, cette fonctionnalité tend à se généraliser au sein de la population observée.

« Comme vous le savez, afin de vous garder en forme et de bonne humeur, je vous propose chaque soir à 18:00 une séance live de 30min à 1h pour transpirer, se muscler et brûler des calories ensemble. »

Extrait de la publication Instagram de Sophie, le 20 mars 2020

« J’espère que vous ça peut aller. Je reviens moi aussi dans cette dure réalité qui va devenir notre quotidien ces prochaine semaines ! Alors j’ai le plaisir de vous annoncer officiellement l’arrivée exceptionnelle d’une ‘semaine fit’ avec 4 séances. Une vidéo complète ainsi que le planning des horaires sortiront demain avec les infos des séances ! Au programme : une séance en live sur Youtube tous les 2 jours durant 15 jours. Le reste des jours : des vidéos en temps réel seront en ligne sur Instagram. Des séances sans et avec matériel. Des séances intensives, musculaires, cardio, étirements et low impact ! Soit 1  jours de training non-stop. Un programme adapté et avec une construction logique pour ne pas faire n’importe quoi et éviter les blessures inutiles. Ces séances seront, je vous le rappelle, des séances à part entière. Chaque info sera donnée sur chaque séance. C’est un énorme challenge pour moi et une belle manière aussi de continuer de m’éclater sur mes réseaux tout en vous remerciant. J’ai hâte de m’entraîner avec vous la team. »

Extrait de la publication Instagram de Julie, le 18 mars 2020

« Je vous rappelle que ce soir, presque comme tous les jours, gros live à 18 h 30 où je vais encore prendre un immense plaisir à vous faire transpirer et souffrir ! L’avantage de ce confinement c’est qu’on va tous en sortir encore plus fit non ? »

Extrait de la publication Instagram d’Emma, le 1er avril 2020

En inscrivant peu à peu ce message dans le quotidien des abonnés à leur compte Instagram, ces individus adoptent un rôle de plus en plus prescripteur. En incitant leur audience à pratiquer de l’activité physique par le biais de directives précises et inscrites dans un cadre ludique, les individus observés adoptent le rôle de coach sportif et diffusent des consignes hygiénistes sans pour autant en maîtriser la réception ni la manière dont elles sont exécutées. S’il est plutôt aisé de rendre compte de la façon dont est diffusé ce message, il est difficile à ce stade, pour ces individus comme pour le chercheur, de saisir la réelle portée de ces prescriptions.

« Être enfermé peut être une occasion de faire du sport et de penser à sa santé ! Alors voici ma routine sportive à faire chaque jour pour se faire du bien, et garder un cycle régulier. »

Extrait de la publication Instagram de Victoire, le 19 mars 2020

« Tu regarderas Netflix seulement après tes 100 pompes (en une fois ou plus selon ton niveau) et pour ceux qui sont en santé et qui le peuvent, si vous voulez en sortir plus forts après ce virus, devenez capable de faire 100 pompes non-stop. Ça vous fera faire de l’exercice minimum au quotidien avec un défi à la clé. Prenez soin de vous et n’attendez pas de devenir plus forts par l’action du Saint-Esprit, devenez-le tout de suite. »

Extrait de la publication Instagram de Steven, le 3 avril 2020

« Confinement ou pas, c’est justement l’occasion d’avoir le temps de changer vos habitudes sans les invitations, sans les tentations au restaurant et peu importe vos pathologies, vos troubles, votre régime alimentaire, votre âge. Je trouverais [sic] ce qui vous convient. Pas d’excuse et bien au contraire vous devez penser à vos défenses immunitaires plus que jamais. »

Extrait de la publication Instagram de Leslie, le 19 mars 2020

Les entretiens réalisés avant la crise sanitaire liée au Covid-19 font état de la nécessité pour ces enquêtés de « rester actif » sur Instagram autant que faire se peut. Dans ce sens, les individus rencontrés s’accordent presque tous à publier au moins une fois tous les deux jours3. Alors qu’ils sont privés d’accès aux salles de sport, nous faisons l’hypothèse que l’investissement décrit plus haut ne relève pas seulement de fins éducatives mais participe aussi d’une démarche stratégique permettant de rester visible. En outre, si ces individus veulent être sollicités par des marques, ils doivent se faire remarquer. Pour cela, les influenceurs veillent à produire un contenu régulier. Contraints de rester chez eux, la mise en scène de leur pratique physique à domicile permet de maintenir ce rythme.

En s’appuyant sur une large visibilité4, les individus observés ici véhiculent un ensemble de critères esthétiques liés à l’image d’un corps musclé et mis en scène de sorte à être présenté comme un « idéal ». Cette position dominante sur les réseaux sociaux numériques est habituellement saisie par des entreprises qui voient en ces individus le moyen de mettre en place un message publicitaire discret. Aujourd’hui mobilisé afin de promouvoir la réalisation d’exercices physiques à la maison, leur corps apparaît comme garant des conseils donnés, loin d’une maîtrise sanitaire complète des exercices prescrits. À l’écart d’une formation professionnelle issue du domaine médical ou sportif, il semble alors que la légitimité sur laquelle ces individus construisent leur discours trouve son origine dans l’apparence physique préalablement construite et mise en scène.

Face à leur fermeture, les salles de fitness investissent le numérique

Alors que le Gouvernement français interdit leur ouverture le 14 mars 2020, les salles de musculation et de fitness sont contraintes de suspendre leurs activités. Confrontées au mécontentement de leurs adhérents exigeant le remboursement de leur abonnement, certaines enseignes trouvent dans les réseaux sociaux numériques un moyen d’inscrire leur offre dans une certaine continuité. Face aux enjeux économiques liés à la fermeture de leurs établissement (manque à gagner, perte de clients, etc), certaines entreprises proposent gratuitement un nouveau service : la diffusion d’entraînements sportifs en direct sur Instagram. Parmi celles-ci, l’entreprise Neoness apparaît comme un cas significatif illustrant la manière dont Instagram est devenu le terrain de diffusions et de revendications hygiénistes durant cette crise sanitaire.

Devant l’intensification du nombre de cas et la fermeture progressive de certaines entreprises, Neoness se positionne publiquement en annonçant le vendredi 13 mars le maintien de l’ouverture de ses salles de sports et adopte des mesures pour faire face au virus. Les mesures communiquées sont les suivantes : accès limité à 100 personnes par salle de sport, mise à disposition de gel hydroalcoolique, renforcement du ménage sur l’ensemble des poignées de portes, lavage des serviettes distribuées à 100°C et mise à disposition de produits désinfectants pour toutes les machines et les salles de cours collectifs. S’ajoute à ces mesures un rappel à la clientèle : « Toutes les salles Neoness sont équipées d’une centrale de traitement de l’air et de filtres à particules. » Cependant, ces mesures rassurantes ne suffisent pas. Le lendemain, comme toutes ses concurrentes, l’entreprise est contrainte d’annoncer la fermeture de tous ses Sports Clubs suite à l’intervention du Premier Ministre Édouard Philippe ordonnant la clôture de tous les « lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays ». Pour accompagner la fermeture de son enseigne, Neoness redirige ses clients vers l’application déjà existante My NeoCoach présentée alors comme « votre meilleure alliée pour ne pas lâcher et continuer de vous motiver ». À ces entraînements et conseils en ligne s’ajoute un message invitant les clients à suivre de près leurs réseaux sociaux. En effet, trois jours plus tard, l’entreprise partage une publication sur Instagram arborant le texte suivant : « réinventons notre façon de bouger… chez nous ! ».

« Quand les portes de la salle de sport, du “Temple”, de notre bienheureuse “deuxième maison”, ferment… c’est tout un monde qu’il faut réinventer. Et nous allons le faire ensemble ! Car l’être humain est doté d’un formidable pouvoir d’adaptation. Le sport, c’est la Vie ? Alors vivons ! Pas question d’abandonner vos bonnes habitudes/résolutions. »

Extrait de la publication Instagram du compte @neonessofficiel, le 17 mars 2020

À la suite de cette annonce et à l’image de ceux des Instagrameurs observés, le compte Instagram de l’entreprise Neoness devient alors le théâtre numérique d’injonctions à la pratique physique. En outre, dès le lendemain (18 mars), l’entreprise annonce son nouveau programme d’entraînement à suivre en direct sur Instagram : le « ConFITment by Neoness ». Ce programme est annoncé de façon hebdomadaire et propose dans un premier temps des rendez-vous biquotidiens permettant le suivi en direct d’entraînements « cardio », de « yoga » et des séances de « renforcement musculaire » (haut du corps, bas du corps ou bien « full body » en fonction des séances) à distance.

« Métro, boulot, dodo, c’est du passé ! On passe au niveau suivant : on intègre dès qu’on peut une petite séance, que ce soit en live avec nos supers coachs ou avec l’application la plus utile du moment : My NeoCoach. Le ConFITment ça a du bon ! »

Extrait de la publication Instagram du compte @neonessofficiel, le 19 mars 2020

La démarche ne passe pas inaperçue et s’inscrit dans un mouvement plus large auquel le Journal de 20 heures de France 2 consacre quelques minutes le samedi 21 mars. Dans un sujet présentant « les Français qui se bougent pendant le confinement », apparaissent deux coachs de Neoness dispensant une séance d’entraînement depuis leur domicile. Ce bref instant d’exposition sera également l’occasion de donner la parole à Sheraz Bahsoun, coach sportive chez Neoness, qui explique alors la manière dont l’entreprise a « essayé de construire un contenu avec les moyens du bord » afin de permettre aux personnes de s’entraîner avec « des choses que chacun peut avoir chez soi ».

Après cinq jours de programme et six jours de confinement, Neoness annonce avoir mesuré un fort engouement chez son audience et intègre ainsi de nouveaux créneaux d’entraînements quotidiens5. La deuxième semaine du programme prend alors la forme de six séances par jour au lieu de deux. Ainsi, au moment où Édouard Philippe, sous l’impulsion du Conseil d’État, limite les dérogations permettant le maintien de l’activité physique (23 mars), l’entreprise, elle, intensifie de 200 % ses rendez-vous numériques quotidiens encourageant la pratique physique à domicile.

photographie montrant un homme et une femme faisant de la gymnastique et portant les mots : pour une immunité optimale.... faites du sport !
Image 3: Publication Instagram du compte @neonessofficiel, le 20 mars 2020
affiche présentant un programme d'activités sportives sur une journée : 8h30-9 Neo Yoga avec Lorena, 12h-12h30 Neo cardio light + abdos avec Sheraz et Alexandre etc 
mention : cours en live sur Instagram
Image 4: Publication du compte @neonessofficiel, le 23 mars 2020

À la différence des influenceurs étudiés plus haut, les cours sont ici dispensés par des coachs présentés comme diplômés. Ces pratiques d’enseignements sportifs que l’on pourrait qualifier de « coaching numérique » semblent s’apparenter pour ceux qui les dispensent à du télétravail, modèle d’exercice professionnel préconisé par le Président de la République Emmanuel Macron lors de son allocution du 16 mars. Cependant, il n’en demeure pas moins que ce type de contenus, produit et diffusé par les entreprises comme Neoness à l’intention de leur audience sur Instagram (celle-ci ne se limitant pas à leurs clients), contribue à la construction d’un espace numérique où les incitations à la pratique physique à domicile vont bon train. Ainsi, à un moment où les instances de santé encouragent le repos et où le personnel soignant fait face à une crise sanitaire sans précédent, le réseau social Instagram accueille une dynamique nouvelle en matière de prescription sportive sur internet qu’il convient de questionner6.

En rendant compte de stratégies rendues visibles sur Instagram et vraisemblablement initiées pour limiter des pertes, cette réflexion souhaite alimenter les débats relatifs à la « numérisation » de notre quotidien et interroger la recomposition d’activités économiques impactées par les mesures gouvernementales liées au Covid-19.

  1. Durant ces contenus diffusés en direct, les spectateurs peuvent « commenter » ce qu’ils regardent et adresser un message à la personne qui diffuse la vidéo. Les messages envoyés apparaissent en temps réel sur une bannière déroulante en bas de la vidéo. Il paraît difficile, pour un influenceur en pleine démonstration d’exercices, de tenir compte des messages qui défilent. []
  2. La majeure partie des enquêtés ne sont pas ou sont peu à l’aise face à une mise en scène vidéo. Ils lui préfèrent la photo ; l’image diffusée leur paraissant davantage « maîtrisée ». Si rares sont les enquêtés à se prêter à l’exercice vidéo, soulignons néanmoins qu’il s’agit quasi-exclusivement d’hommes, alors même que la population d’enquête demeure majoritairement féminine. []
  3. Certains enquêtés publient jusqu’à une image par jour et investissent également la fonctionnalité « story » qui permet de diffuser du contenu de manière éphémère. []
  4. Le nombre d’abonnés aux comptes Instagram est un indicateur de visibilité. Il est cependant très difficile de saisir la réelle portée de cette audience. En outre, parmi ces chiffres, certains comptes peuvent être créés de toutes pièces et n’avoir pour objectif que de gonfler ce chiffre, d’autres peuvent avoir été créés et ne plus être consultés à ce jour. Enfin, même si l’on s’autorisait à ignorer cela, les publications partagées sur Instagram sont contraintes par un algorithme qui limite leur diffusion. En d’autres mots, aussi large soit-elle, il paraît difficile d’envisager une réception exhaustive du message diffusé par les individus observés. []
  5. Le 10 mars 2020 (6 jours avant l’annonce du confinement), le compte Instagram de Neoness comptait 10 449 abonnés. Après cinq semaines de confinement (20 avril 2020), il en compte 33 836, soit une augmentation de 223,8%. []
  6. Pour exemple, le compte Instagram de Julie comptait 493 447 abonnés le 22 mars 2020 (cinq jours après le début du confinement). Six semaines plus tard, il compte près de cent mille abonnements supplémentaires (4 mai 2020). L’augmentation la plus conséquente observée est de 265 475 abonnés entre le 23 mars et le 27 avril. []

Chaque pays, en fonction de son système de soins, choisit ses morts !

Par sylvie Morel

Le 27 mars, dans l’émission de Jean-Jacques Bourdin, Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France (FHF), l’affirme : « Oui, il y des témoignages qui effectivement nous racontent que oui, parfois, il y a des patients qui sont prioritairement pris et d’autres à qui on ne peut pas offrir une prise en charge identique. Donc aujourd’hui, il y a des choix douloureux parfois qui sont faits. » Depuis quelques jours, on pouvait en effet lire sur les réseaux sociaux le témoignage de soignant.e.s qui nous alertaient de la décision qui avait été prise dans certains hôpitaux de ne pas réanimer (« sauver ») certain.e.s patient.e.s. On y apprend plus précisément que, face à la pénurie de lits de réanimation (7 000 en France contre 25 000 en Allemagne par exemple), de gel hydroalcoolique, de masques, de tests de dépistage, de surblouses, mais aussi de personnel soignant dont les effectifs, faut-il le rappeler, ont été drastiquement réduits ces dernières décennies, des médecins sont contraints de faire un choix difficile, intolérable, entre les patient.e.s pouvant accéder aux soins de réanimation et ceux qui n’y auront pas accès. Christophe Prudhomme, médecin urgentiste et porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France, s’en indigne en direct sur BFM TV le 29 mars à 19h40 : « Nous choisissons les patients aujourd’hui qu’on va mettre en réanimation », concluant,après avoir souligné l’existence d’un manque chronique de lits de réanimation, sur le caractère prévisible de la catastrophe.

L’état d’urgence sanitaire dans lequel nous sommes plongé.e.s depuis plusieurs jours invite ainsi à lire ou relire les analyses menées par le médecin et anthropologue Didier Fassin1 qui dans La Vie, mode d’emploi critique (Seuil, 2018) revient sur un paradoxe : « Jamais la vie n’a été aussi sacralisée dans nos sociétés occidentales. Mais rarement les vies n’ont paru si inégales. » Il montre que les inégalités sociales révèlent des « hiérarchies morales » qui accordent plus de valeur à certaines vies qu’à d’autres, soulignant ainsi les écarts entre « la démocratie emphatiquement proclamée et la démocratie réellement observée ». Une dimension de ces inégalités est aujourd’hui rendue visible par la crise alors qu’elle demeure généralement impensée car sans nul doute difficilement pensable pour chacun.e d’entre nous : il s’agit des inégalités sociales dans l’accès aux soins d’urgence sanitaire en France. Dans un contexte de pénurie de lits de réanimation et, depuis quelques jours, de médicaments de réanimation comme le curare qui a pour fonction de détendre les muscles pour permettre l’intubation, ces inégalités constituent l’un des problèmes centraux posés par la crise.

Les inégalités sociales d’accès aux soins d’urgence sanitaire

La visibilité nouvelle de ce problème de santé publique ne doit pas pour autant nous faire croire qu’il est nouveau voire inédit, c’est-à-dire essentiellement lié à la « guerre sanitaire ». En effet, dans les années 1990, des recherches sociologiques mettent en exergue la situation de « porte-à-faux » (Bessin, 1995) dans laquelle se trouvent les services d’urgence, communément qualifiés « d’engorgés », confrontés à une double contrainte. D’un côté, ils doivent répondre à l’obligation d’accueillir le « tout-venant » des patients dont une part croissante est constituée d’urgences dites « sociales » (Peneff, 1992 ; Camus et Dodier, 1997) ; de l’autre, ils doivent composer avec le travail de sélection des patients opéré, en aval, par les services de spécialités médicales qui, depuis le début des années 1980, segmentent et rationalisent leur activité pour répondre aux contraintes gestionnaires engendrées par le « nouveau management public » (Belorgey, 2010). Les services de réanimation médicale comptent parmi ces services de spécialité qui opèrent une sélection des patients à leur entrée comme l’a montré le travail de Christophe Andréo (Andréo, 2004). Dans la lignée de ces travaux, les analyses que j’ai menées dans le cadre d’un doctorat2 montrent qu’il existe, en matière d’urgence sanitaire en France, des pratiques de sélection sociale. Plus précisément, cette étude montre que les intérêts médicaux et ceux des établissements de soins qu’ils soient public ou privé, conduisent à produire des filières d’accès aux soins d’urgence socialement différenciées. L’enquête ethnographique (Morel 2018a, 2018b) combinée à une enquête par questionnaire menée auprès de patients de deux services d’urgence, l’un privé et l’autre public, a permis de repérer quatre filières : la première est composée de services d’urgence hébergés dans des cliniques privées à but lucratif ; une seconde est constituée de services d’urgences publics hospitaliers ; la troisième est une filière de « contournement » des services d’urgences ; la dernière enfin, réunit les structures d’assistance socio-sanitaires (Morel, 2016).

Dans un article publié récemment dans Social Science & Medicine (Morel, 2019), je reviens sur les mécanismes concrets de sélection des patients et je montre plus précisément, comment l’organisation des soins d’urgence sanitaire en France participe à reproduire voire aggraver les inégalités sociales de santé dont on sait d’une part, qu’elles sont parmi les plus élevées en France et d’autre part, qu’elles prennent racine essentiellement en amont du système de soins, dans les conditions d’existence des individus (Leclerc et al., 2000). L’analyse se déploie en trois parties et permet de dévoiler les ressorts du processus de production de filières d’accès aux soins d’urgence différenciées socialement ou dit autrement, d’une médecine à plusieurs vitesses sociales. L’analyse comparée de l’organisation de deux services d’urgence, l’un privé, l’autre public, révèle dans un premier temps l’existence de politiques d’accueil différentes, le service d’urgence privé sélectionnant ses patients. La clinique privée a en effet une politique de recrutement ciblée voire sélective, qui contraste avec l’ouverture et l’accessibilité du Centre hospitalier universitaire où est hébergé le service d’urgence public. Pensée comme une véritable entreprise de production de soins qui se doit d’être rentable pour ses médecins propriétaires-actionnaires (Tanti-Hardouin, 1996 : 38.), la clinique se veut attractive pour capter et fidéliser une clientèle solvable et rentable (Grévin, 2011 : 268). De fait, les spécialités considérées comme non rentables sont absentes de l’organigramme et plus particulièrement, ce qui relève du médico-social (alcoolisme, sans domicile fixe, etc.) et du médico-psychologique. Ainsi, au service d’urgence privé, les personnes atteintes de troubles psychiques, d’addiction mais aussi, les personnes âgées grabataires et/ou polypathologiques sont évitées car d’une part, elles augmentent la charge de travail des soignants des services de spécialité et d’autre part, elles restent plus longtemps dans le service surtout si leur état de santé nécessite des « soins de suite ». Ces patients sont considérés comme non-rentables au regard des contraintes financières instaurées par le système de la « durée moyenne de séjour » (DMS) issu de la tarification à l’activité (T2A) instaurée en 2003, qui codifie les délais d’hospitalisation en faisant fi de la situation socio-sanitaire des patients. Dans ce cadre, la clinique évite donc ces « mauvais » malades au profit de patients non seulement solvables mais aussi, plus « rentables » car souffrant d’un problème organique ciblé. Dans un second temps, l’analyse statistique des profils des patients permet non seulement de confirmer l’existence de pratiques de discrimination à l’entrée des urgences privées mais aussi, de suggérer l’existence de telles pratiques aux urgences hospitalières au regard de la nette sous-représentation voire de l’absence de certains profils de population dans ce service (personnes sans couverture sanitaire ou personnes bénéficiant de l’AME). L’analyse révèle que dans un contexte de restriction budgétaire, les professionnels hospitaliers sont contraints de réorienter les populations les plus précaires et notamment sans couverture sanitaire, vers une filière de soin spécifique « d’assistante socio-médicale » (Parizot, 2005). Composée de structures hospitalières (PASS) et d’associations humanitaires (Médecins du Monde, etc.), cette filière spécialisée dans la prise en charge des patients les plus précaires permet d’expliquer la quasi-absence de personnes sans assurance maladie (1,4%) et de bénéficiaires de l’AME (1,4%) parmi les patients interrogés au service d’urgences public, comparée à leur forte proportion d’une part, à l’association Médecins du monde (16,8%), située à proximité de ce service. Et d’autre part, à la PASS où, l’année de l’enquête (2007), les patients sans assurance maladie et bénéficiant de l’AME représentaient respectivement 60% et 13% des patients pris en charge. Enfin, c’est à la faveur de circonstances exceptionnelles que j’ai pu repérer l’existence d’une autre filière d’accès aux soins d’urgence sanitaire destinée à une population minoritaire.

Nous sommes à la veille du 1er novembre, le personnel du service d’urgence de la clinique privée doit refuser toute admission car les services de spécialité (d’hospitalisation) sont complets. J’ai pu alors assister, non sans surprise, à l’arrivée de patients qui, en temps normal, n’empruntent pas le circuit des urgences mais celui de l’hospitalisation programmée. Certains de ces patients n’hésitaient pas à manifester leur mécontentement, leur présence aux urgences constituant pour eux un accident dans leur parcours de soin habituel. Pour cette poignée de patients appartenant aux franges supérieures de la catégorie de cadres, le passage par ce service est difficilement envisageable : lorsqu’un problème de soin urgent survient, ils mobilisent leur réseau médical et accèdent rapidement aux services spécialisés correspondant à leur état de santé sans passer par les urgences. C’est la filière de contournement des services d’urgences qui se caractérise par un accès direct aux soins d’urgence.

Toutefois, entre la mise au jour de l’existence de disparités sociales d’accès aux soins et l’énonciation d’une inégalité sociale dans l’accès aux soins d’urgence sanitaire, le pas doit être franchi avec prudence. Encore faut-il démontrer que la « qualité » des soins dispensés diffère d’une filière de soins d’urgence sanitaire à une autre (Lombrail, et al., 2004 : 62). Sur ce point, l’enquête ethnographique montre que l’accès aux soins de spécialité appropriés à l’état de santé du patient, ce que Pierre Lombrail nomme l’accès secondaire aux soins (Lombrail et al., 2004 ; Lombrail, 2007), sera plus rapide s’il est adressé au service d’urgence de la clinique privée. Les urgentistes exerçant au sein de ce service d’urgence sont en effet contraints de sélectionner les patient.e.s à l’entrée sur la base de critères médicaux et sociaux afin de recruter des malades ajustés aux attentes des services de spécialité. De fait, les patient.e.s qui arrivent dans ce service d’urgence accèdent rapidement aux services de spécialité contrairement à la situation qui prévaut aux urgences publiques où les professionnel.le.s ne parviennent pas à les « vendre » rapidement aux services d’hospitalisation (Camus, Dodier, 1997). Concernant la filière composée d’une minorité de patient.e.s qui savent mobiliser leur réseau médical pour contourner les services d’urgences, l’accès au service de spécialité approprié à leur état de santé (cardiologie, pneumologie, médecine interne, etc) est direct et donc rapide. Enfin, s’agissant de la filière prenant en charge les patient.e.s sans couverture sanitaire (sans domiciles fixes, migrant.e.s, etc.), l’accès aux soins de spécialité se fait au terme d’un long parcours : adressés en priorité aux structures d’assistance socio-médicale (PASS, Médecins du Monde), les patient.e.s arrivent au service d’urgence public dans un état de santé généralement dégradé avant de gagner, enfin, le service de spécialité où les médecins relèvent une proportion élevée de besoin de soins urgents (Boisguérin, Haury, 2008). Comme le souligne, un médecin infectiologue, « le problème c’est d’arriver au médecin spécialiste ». Or ces étapes qui jalonnent le parcours de soins constituent autant de « pertes de chance » pour le patient. Le temps, selon qu’il est long ou réduit, est en effet reconnu par les médecins comme un facteur aggravant ou favorisant l’état de santé d’un patient. Sur la base de ces données, il apparaît donc que les disparités sociales d’accès aux soins d’urgences repérées sont bien synonymes d’inégalités sociales. Ces résultats invitent ainsi à aller au-delà des cadres d’analyse binaires et simplistes (« médecine de riche, médecine de pauvre », « médecine à deux vitesses »), mobilisés dans les discours médiatiques pour appréhender les inégalités afin d’adopter une grille d’analyse plus fine, reflétant la complexité du monde social : il existe en France des filières d’accès aux soins (d’urgence) graduées socialement, ou, dit autrement, une médecine à plusieurs (4) vitesses sociales. En portant dans l’espace public, la question des « choix douloureux » concernant l’accès aux soins de réanimation s que doivent opérer les soignant.e.s au détriment de personnes âgées et ce, en raison d’une pénurie de lits et de médicaments dans ces services, la crise sanitaire opère aujourd’hui comme un véritable révélateur de ce problème de santé publique.

« Pourquoi de telles inégalités de traitement ? En tout cas, pas pour raisons médicales ».

Le Parisien titrait dès le 17 mars : « Coronavirus : “ Il va falloir choisir” entre les malades, admettent des soignants » et une infirmière épuisée confiait au journaliste : « Oui, on commence à trier les patients ». Il est certes précisé que ce sont des patients de 70 ans, déjà malades, qui ont été privés de soins de réanimation, mais aussi que ces choix ont été contraints par une pénurie de places. Autrement dit, ils n’ont pas été guidés par l’état de santé du patient et le principe hippocratique du primum non nocere [en premier lieu, ne pas nuire], qui peut conduire les médecins, dans certains cas, à décider collégialement et en accord avec les directives anticipées du patients et les familles, de ne pas réanimer. Parallèlement, les nombreux décès survenus ces derniers jours dans les Ehpad, mais aussi à domicile, n’ont pas été comptabilisés dans les chiffres annoncés chaque jour par Jérôme Salomon, directeur générale de la santé. De toute façon, l’absence de tests ne permet pas d’associer certains de ces décès au COVID-19. Tout ceci conduit à une invisibilisation de ces victimes et contribue à masquer le traitement sanitaire réservé à ces patient.e.s durant la pandémie. Il convient également de préciser que la stratégie du confinement total est, de l’avis des soignant.e.s, dangereuse pour ces personnes. Par exemple, le fait que les repas soient désormais pris seul.e.s dans les chambres, non seulement engendre un isolement social qui entraine une forme de « mort sociale » précipitant la « mort biologique » , mais est également source de dangers immédiats : le sous-effectif structurel et la dégradation des conditions de travail du personnel des Ephad, engendrés là aussi par des années de politiques de restriction budgétaire (Dussuet, Nirello, Puissant, 2017), ne permettent pas d’être présent.e.s auprès des personnes âgées pour intervenir en cas de « fausses-route » fréquentes et bien connues des professionnel.le.s. de santé.

Dans un article publié en 2009 sur un site d’information médicale, le Professeur Sadek Béloucif, anesthésiste-réanimateur et ancien membre du Comité d’éthique, expliquait que la stagnation voire la régression du nombre de lits de réanimation, associées à un vieillissement de la population, contraint les réanimateurs à faire de l’âge un critère de sélection à l’accès aux soins d’urgence sanitaire :

« Plus prosaïquement, s’il ne reste qu’un lit pour deux patients, le jeune a une longueur d’avance. Pourquoi de telles inégalités de traitement ? En tout cas, pas pour des raisons médicales. Tous les réanimateurs sont d’accord sur ce point : “L’âge en tant que tel ne constitue pas, à lui seul, un facteur de mauvais pronostic”, insiste le Pr Béloucif. […] Si l’admission des personnes âgées en réanimation fait débat, c’est donc bien parce que la pression économique s’accentue. »

Il semblerait donc, pour reprendre une phrase qu’on attribue généralement à Arnold Allan Lazarus, psychologue clinicien et chercheur américain, que « chaque pays, en fonction de son système de soins, choisit ses morts ». Car oui, les morts dont il est question ici procèdent moins de choix fondés sur des critères ou principes médicaux, que de choix reposant sur des principes économiques ayant conduit à « la casse du siècle » (Juven, Pierru, Vincent, 2019) dénoncée par les soignant.e.s depuis des années et, plus particulièrement durant les mois qui ont précédé le début de cette pandémie. En visibilisant les inégalités sociales d’accès aux soins d’urgence sanitaire, la crise met ainsi en lumière l’existence d’une hiérarchisation sociale des vies ou dit autrement, pour paraphraser Didier Fassin, l’existence de vies inégales. Et les personnes âgées ne sont pas les seules à occuper une mauvaise place dans cet ordre social hiérarchique, en témoigne le traitement sanitaire réservé aux personnes migrantes confinées par centaines dans des gymnases, aux personnes incarcérées ou encore aux malades psychiatriques. Le psychiatre Mathieu Bellahsen faisait d’ailleurs part de ses craintes concernant ces derniers le 21 mars : « Mes pires craintes, c’est le tri des patients. Qu’on nous dise ‘non, on ne les prend plus’. Nous n’avons aucun lit de réanimation. Les malades mentaux, comme on dit, passeront en dernier ». Il ne s’agit certes là encore que de craintes mais l’inquiétude des professionnel.le.s exerçant en psychiatrie est à prendre très au sérieux au regard de la vulnérabilité particulière des personnes souffrant de troubles psychiatriques et de la stigmatisation sociale dont elle sont souvent l’objet.

« Sauver le capitalisme sanitaire »

Au regard de l’ampleur de la crise sanitaire, le Président de la République a semblé un instant remettre en question la politique d’austérité budgétaire en réaffirmant, dans son discours le 12 mars, l’importance de l’hôpital public, précisant même que la santé ne devait pas être un bien soumis aux lois du marché. Cependant, le 26 mars, les propos tenus par le Président devant l’hôpital militaire récemment installé à Mulhouse, laissent à penser que cette politique n’est nullement remise en question : les termes « plan massif d’investissement et de revalorisation de l’ensemble des carrières » ainsi que « prime exceptionnelle » destinée aux soignant.e.s, puisent indéniablement dans la « novlangue managériale » (Vandevelde-Rougale, 2018). Il convient de noter par ailleurs que le chef de l’État ne répond aucunement aux revendications fortes des soignant.e.s, à savoir plus de moyens matériels (la réouverture de lits notamment) et humains (recrutements pérennes de personnels médical et médico-social), ces derniers ayant été réduits au moyen d’outils gestionnaires comme la MAP, (« Mise à Plat des Effectifs »). Dans cette configuration sémantique, la promesse d’une « rupture » paraît ainsi plus que trompeuse : il s’agirait moins de sauver l’hôpital que de « sauver le capitalisme sanitaire » comme l’explique le sociologue Pierre-André Juven.

Face à cette situation que pouvons-nous faire ? Prendre de la distance avec la rhétorique guerrière et son corollaire, l’héroïsation des soignant.e.s qui, d’une part, tend implicitement à faire croire que les milliers de morts sont principalement dus à un ennemi commun invisible et, d’autre part, à rendre légitime, presque naturel, le « sacrifice » (nouvelle morale ?) des soignant.e.s et de tous les autres travailleur.euse.s. qui s’exposent au virus malgré le manque de matériel de protection. Ce faisant, cette métaphore de la « guerre sanitaire » occulte les raisons structurelles à l’origine de l’ampleur du nombre de morts, à savoir les choix économiques ayant conduit au démantèlement progressif d’un système de santé qui doit aujourd’hui « choisir ses morts ».

Remerciements :

Je remercie Delphine Moreau, Sociologue, Professeur à l’EHESP (laboratoire ARENES UMR 6051, Université Rennes 1), Anne-Cécile Hoyez, Géographe, Chargée de recherche au CNRS (laboratoire ESO UMR 6590, Université Rennes 2) et les membres du comité éditorial du carnet pour leur relecture et leurs précieux conseils.

Références

Andréo, C., « La gestion des flux de malades dans les services de réanimation », Sociétés contemporaines, 2004/2, n°54, 103-104.

Belorgey, N., 2010. L’hôpital sous pression. Enquête sur le nouveau management public, Paris. La Découverte.

Bessin, M., « Le social aux urgences hospitalières, les enjeux d’une restructuration ». Les cahiers de la sécurité intérieure, 1995, 22, 57-65.

Boisguérin, B., Haury, B., « Les bénéficiaires de l’AME en contact avec le système de soins », DREES, Etudes et résultats, 2008, n° 645

Camus, A., Dodier, N., « L’admission des malades. Histoire et pragmatique de l’accueil à l’hôpital », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 1997, 52, 4, 733-763.

Grévin, A., « Les transformations du management des établissements de santé et leur impact sur la santé au travail », Thèse Sciences de gestion, 2011, Université de Nantes.

Herzlich, C., « Types de clientèle et fonctionnement de l’institution hospitalière », Revue française de sociologie,1973  vol. 14, n°1, 1973,  p. 41-59.

Juven, P-A, Pierru, F., Vincent, F., La casse du siècle. À propos des réformes de l’hôpital public, Broché, 2019.

Leclerc, A., et al.,. Les inégalités sociales de santé, Paris, 2000, La découverte, Inserm.

Lombrail, P., et al., « Accès aux soins et inégalités sociales de santé : Que sait-on de l’accès secondaire ? », Santé, société et solidarité, 2004, 2, 61-71.

Lombrail, P., « Inégalités de santé et d’accès secondaire aux soinsHealth care and secondary access to care inequalities”, Revue d’épidémiologie et de santé publique, Vol. 55, Issue 1, 2007, 23-30.

Morel, S., « L’urgence à plusieurs “vitesses” : Fracture territoriale et inégalité sociale dans l’accès aux soins d’urgence en France. Genèse et réalité d’un sous champ sanitaire », Thèse de sociologie, 2014. Université de Nantes.

Morel, S., « La fabrique médicale des inégalités sociales dans l’accès aux soins d’urgence. Ethnographie comparée de deux services d’urgence public et privé », Agone, n°59, « Quand la santé décuple les inégalités », 2016, 73-88.

Morel, S., « De transporteurs à soigneurs ? Vers une segmentation du travail des ambulanciers privés français », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 – n° 1, 2018a, mis en ligne le 23 février 2018, URL : http://journals.openedition.org/sdt/1736 ; DOI : 10.4000/sdt.1736

Morel, S., « Se défaire du savoir savant. Réflexions autour d’un engagement ethnographique avec les ambulanciers », Genèses, 112, 2018b, 140-153.

Morel, S., « Inequalities and discriminations in access to emergency care. Ethnographies of three healthcare structures and their audiences », Social Science & Medicine, Vol. 232, Juillet 2019, 25-32,

Peneff, J., L’hôpital en urgence. Paris. Métailié, 1992.

Tanti-Hardouin, N., L’hospitalisation privée. Crise identitaires et mutation sectorielle, Paris, Editions de la Documentation française, 1996. [Voir aussi, La reproduction sociale de santé – Inégalités de santé : responsabilités individuelle ou destinée sociale ?, L’Harmattan, 2019].

Vandevelde-Rougale, A., La novlangue managériale. Emprise et résistance, Erès, 2018.

  1. Il est aussi titulaire de la chaire annuelle de santé publique (2019-2020) au collège de France. []
  2. Cette problématique se situe au cœur de mon doctorat intitulé : « L’urgence à plusieurs vitesses sociales. Fracture territoriale et inégalité sociale dans l’accès aux soins d’urgence », Université de Nantes, 2014. []

Quelques données sur l’épidémie de Covid-19

Par Tristan Poullaouec

Face au flot d’informations et à l’incertitude de la situation, un sociologue spécialiste de l’école et des investigations quantitatives cherche à comprendre l’épidémie de Covid-19 en se familiarisant avec les concepts de base de l’épidémiologie, discipline médicale qui étudie les maladies épidémiques, leurs modes de contagion et les moyens de les combattre et qui a beaucoup d’affinités avec la statistique.

Les coronavirus sont une grande famille de virus découverts dans les années 1960. Le Covid-19 se range parmi ceux qui peuvent causer des infections graves des poumons et provoquer dans les cas les plus sévères des détresses respiratoires aiguës. Apparu en décembre 2019, il fait partie des maladies infectieuses dites émergentes, contre lesquelles il n’existe par définition pas de traitement (hormis des symptômes), ni de vaccin. Sa létalité semble plus faible que celle d’autres coronavirus apparus depuis une vingtaine d’années. On estime qu’un à deux pour cent des patients ayant déclaré des symptômes et bien pris en charge en décèdent même s’ils étaient en bonne santé avant l’infection. Cette proportion a atteint dix pour cent des malades du SRAS de 2003, par exemple. Le taux de létalité du Covid-19 s’avère cependant beaucoup plus élevé que celui d’une grippe saisonnière (5 ‰). Mais sa dangerosité tient surtout à son haut niveau de contagiosité par transmission interhumaine.

graphique comparatif des taux de létalité et de contagiosité de différents virus (grippe espagnole, SARS-CoV-2), variole, peste bubonique etc
Graphique n°1: Létalité et contagiosité des maladies infectieuses
Réalisé par le journaliste Pierre Bréteau (Le Monde, 20 février 2020).

Noté R0, le nombre de personnes contaminées par une personne infectée est désigné en épidémiologie comme le taux de reproduction d’une maladie. Il est égal au produit du nombre de contacts quotidiens d’une personne infectée avec des personnes non infectées (C), de la probabilité qu’elle contamine ces personnes (P) et de la durée de sa maladie (D) :

R0 = C × P × D.

Cette probabilité de transmission d’une personne à une autre est variable et difficile à établir : elle dépend de la durée et de la distance de l’interaction de face à face, des échanges de gestes et d’objets entre les présents, etc. Mais même en la supposant faible, le taux de reproduction du Covid-19 peut facilement dépasser 1 : autrement dit, chaque personne contaminée en contamine au moins une autre, et l’épidémie se propage de proche en proche. Si P = 1 %, une personne contaminée ayant 25 contacts par jours pendant les 10 jours de sa maladie la transmettra à 2,5 personnes. C’est à peu près la première estimation du R0 du Covid-19 à laquelle ont abouti les épidémiologistes d’une équipe de l’Imperial College de Londres. Mais aujourd’hui, “toutes les données que nous avons montrent qu’en l’absence de toute mesure de santé publique, le R0 du Covid-19 est autour de 3″, selon le biologiste Samuel Alizon, directeur de recherche à l’UMR MIVEGEC à Montpellier (dans un entretien donné à Mediapart le 5 avril 2020).

La plupart des personnes contaminées guérissent de la maladie, qui frappe d’abord les plus fragiles (les plus âgées, les personnes déjà atteintes par diverses pathologies, comme l’hypertension ou d’autres maladies cardiovasculaires). Il est même très vraisemblable qu’une majorité d’entre elles ne présentent aucun de ses symptômes (les porteurs asymptomatiques) ou seulement quelques faibles symptômes peu perceptibles (les porteurs paucisymptomatiques). C’est bien là le problème, d’un point de vue collectif. Pendant la durée d’incubation (de 5 à 6 jours, selon le microbiologiste Philippe Sansonetti), les porteurs peuvent naturellement transmettre le virus avant l’apparition des symptômes les conduisant à consulter un·e médecin. La période de transmission est évidemment rallongée en l’absence de symptômes. La faible létalité au plan individuel n’empêche donc pas une forte mortalité au plan collectif. C’est tout le paradoxe de cette maladie que d’être le plus souvent bénigne à l’échelle des personnes mais aussi très grave à l’échelle d’une société. En ce sens, elle a tout du fait social tel que le définissait Durkheim. Si rien ne stoppait l’épidémie, la surmortalité dans une population de la taille de la France aurait pu atteindre plusieurs centaines de milliers de décès en quelques mois (Graphiques 2 et 3).

Graphique prsentant 2 courbes : estimation du nombre de décès delon deux hypothèses,  R0 = 3 en l'absence de confinement et R0 = 1.5 avec confinement partiel
Graphique n°2 : Estimation du nombre cumulé de décès liés au Covid-19 selon 2 hypothèses.
Source : Calculs réalisés à partir d’un modèle SIR mis en ligne par David Louapre (avec C=60, puis 30, P=0,5% et D=10).
graphique présentant 2 courbes : estimation des décès quotidiens en l'absence de confinement ou avec confinement partiel
Graphique n°3 : Estimation des décès quotidiens liés au Covid-19 selon 2 hypothèses.
Source : Calculs réalisés à partir d’un modèle SIR mis en ligne par David Louapre (avec C=60, puis 30, P=0,5% et D=10).

Nécessaires, les « gestes barrières » et la « distanciation sociale » ont ainsi été jugés insuffisants par les scientifiques conseillant le gouvernement français (le plus souvent des médecins et des épidémiologistes), compte tenu de la pénurie de masques de protection et du stock de tests de dépistage dans le pays au moment où l’Organisation Mondiale de la Santé déclare la pandémie, le 12 mars. Les pouvoirs publics ont donc fini par adopter progressivement des mesures de confinement, partiel, mais de grande ampleur, considérant qu’il s’agit de la seule stratégie efficace pour atténuer l’épidémie. Des modèles épidémiologiques simples montrent en effet qu’en réduisant de 60 à 30 le nombre C de contacts quotidiens par personne, le taux de reproduction du virus chute de 3 à 1,5, ce qui épargne des centaines de milliers de vies (en supposant une durée de maladie égale à 10 jours, une létalité de 1,5 % et une probabilité de transmission de 0,5 %). Ce niveau de surmortalité due au Covid-19 resterait bien sûr encore inacceptable dans la société qui est la nôtre, dépassant de beaucoup celle des cancers (les tumeurs sont la principale cause de décès constatée en France, Graphique 4). En attendant la mise au point de traitements et de vaccins, seul l’aplatissement de la courbe des nouveaux décès par des mesures ramenant ce taux R0 au plus proche de 1 pourrait rendre le bilan de l’épidémie comparable à celui d’une grippe saisonnière. Il est peu probable qu’on y parvienne : au 7 avril, déjà plus de 10 000 décès dans les hôpitaux et les EHPAD1 sont imputés au Covid-19…

tableau présentant les causes de décès en France en 2016 (nombre en milliers)
3 accident de transport
8 suicides
10 maladies de l'appareil génito-urinaire
10 maladies infectieuses et parasitaires
20 maladies endocriniennes, nutritionnelles et métaboliques
24 maladies de l'apapreil digestif
26 troubles mentaux du comportement
26 autres causes externes
38 maladies du système nerveus et des organes des sens
41 maladies de l'appareil respiratoire
65 autres causes indéterminées
140 maladies de l'appareil circulatoire
168 Tumeurs
Graphique n°4: Mortalité annuelle selon les maladies

Sources :

Outre les sources indiquées pour chaque graphique, je m’appuie ici principalement sur la conférence du microbiologiste Philippe Sansonetti au Collège de France le 16 mars 2020, ainsi sur un billet du physicien David Louapre sur son blog (Science étonnante) le 12 mars 2020.

  1. Selon l’agence Santé publique France []