Une enquête de la DARES sur la situation des salariés du secteur privé au 31 mars

un signalemENT PROPOSé par Tristan Poullaouec

Activité et conditions d’emploi de la main-d’œuvre pendant la crise sanitaire Covid-19

Logo Dares

Synthèse des résultats de l’enquête flash –publiée le 17.04.20

Mise en place au lendemain de la seconde guerre mondiale pour mesurer l’évolution des salaires et notamment indexer le SMIC, l’enquête Activité et Conditions d’Emploi de la Main d’Œuvre (ACEMO) est réalisée en ligne tous les trois mois auprès des employeurs de 10 salariés ou plus du secteur privé non agricole, ce qui exclut à la fois les particuliers employeurs – d’une assistante maternelle, par exemple – et les très petites entreprises, particulièrement nombreuses dans les secteurs du commerce, des transports, de l’hébergement ou de la restauration. Par ailleurs, les stagiaires et les intérimaires ne sont pas pris en compte. Au total, 60% des 25 millions de salariés du privé de la France métropolitaine sont cependant couverts, en dehors de l’agriculture et des administrations publiques.

Bien sûr, ces enquêtes ne reflètent que le point de vue des entreprises. On peut le deviner, et cela est confirmé par d’autres enquêtes appariant des questionnaires auprès des employeurs et de leurs salariés, il n’est pas rare qu’il y ait de grands écarts de perceptions entre eux, par exemple sur l’exposition aux risques du travail. Ces écarts sont sans doute moins importants s’agissant de décrire les salaires, les qualifications et les temps de travail, sur lesquels les employeurs ont un point de vue probablement mieux informé. Voici la synthèse des résultats de l’enquête proposée par la DARES, un graphique instructif sur la situation des salariés selon les secteurs d’activité et des fichiers complémentaires à télécharger :

L’enquête ACEMO spéciale Covid a interrogé les entreprises entre le 1er et le 10 avril 2020, sur leur situation et les conditions d’emploi de la main- d’œuvre à fin mars. Elle fournit ainsi une première photographie de la situation de l’emploi à cette date, et des différences selon les tailles d’entreprises et les secteurs d’activité:

  • La moitié des salariés fin mars sont dans une entreprise dont l’activité s’est arrêtée ou a diminué de plus de moitié, plus du fait d’une perte de débouchés ou de problèmes d’approvisionnement que d’un manque de personnel pouvant travailler ;
  • Les entreprises ont toutefois peu réduit leurs effectifs, et très peu licencié ;
  • Fin mars, un quart des salariés travaillaient sur site, un quart était en chômage partiel, un quart en télétravail, les autres étant en congés, maladie ou garde d’enfants ;
  • Le recours au chômage partiel est généralisé (près de 100% des entreprises y ont recours pour une partie de leurs salariés) dans l’hébergement-restauration, la construction et la fabrication de matériel de transport, mais pour des raisons différentes ;
  • La mesure de protection la plus fréquente pour les salariés sur site est la mise en place de distances de sécurité.”
graphique présentant les résultats à la question : en moyenne au cours des la semaine du 23 mars, quelle a été la répartistion de vos salariés entre ces différentes situations ?
Source : Alban Guichard et Christine Pinel, “Résultats détaillés de l’enquête ACEMO-COVID”, DARES, 17 avril 2020.

Synthèse – Activité et conditions d’emploi de la main-d’œuvre pendant la crise (…)
Téléchargement
(2.8 Mo)
 
Résultats détaillés – Activité et conditions d’emploi de la main-d’œuvre (…)
Téléchargement
(790.2 ko)
 
Données à télécharger – Activité et conditions d’emploi de la main-d’œuvre (…)
Téléchargement
(372.9 ko)