Infection ou contagion ? La controverse sur la diffusion du choléra dans la France du premier XIXe siècle

Une note de lecture de Marie Charvet

En 1988, l’historien-démographe René Le Mée consacre un article aux débats sur la diffusion du choléra morbus, paru dans un numéro de la revue Population faisant dialoguer démographie et histoire. Entre 1832 et 1849, soit entre les deux premières des épidémies de choléra qui jalonnent le XIXe siècle, une controverse médicale oppose les infectionnistes, qui attribuent la maladie à des conditions climatiques spécifiques ou à des miasmes se développant dans les lieux insalubres, et les contagionnistes, qui privilégient l’hypothèse d’une contamination inter-individuelle par un germe encore inconnu. Le débat dépasse le champ médical, puisque ce sont les hygiénistes et les statisticiens qui le tranchent, provisoirement et alors même qu’on soupçonne le rôle des micro-organismes dans le développement du choléra dès le début du siècle. Montrant que, lors de l’épidémie de 1832 la mortalité a été plus forte dans les quartiers ouvriers du centre historique de Paris et en attribuant cette différence à l’insalubrité des logements, responsable de l’apparition et de la prolifération des miasmes, ils valident la thèse infectionniste. L’épidémie de 1849 confirme d’ailleurs cette interprétation : à Paris, si la surmortalité des quartiers populaires est toujours supérieure à la moyenne, elle a baissé dans le centre historique où des immeubles insalubres ont été détruits.

Carte de Paris en 1932 présentant les taux de mortalité par quartier
Carte publiée par René Le Mée dans l’article cité, p. 384.
carte de la ville de Paris en 1849 présentant les taux de mortalité par quartier
Carte publiée par René Le Mée dans l’article cité, p. 385.

L’un des intérêts majeurs du texte de René Le Mée – et qui fait son actualité à l’heure où les modalités du déconfinement font l’objet de discussions – est de montrer comment une controverse scientifique peut être saturée par des enjeux économiques et politiques, voire moraux. Cette saturation tient largement aux solutions préconisées par les représentants des deux camps : assainissement des foyers d’infection pour les infectionnistes, regroupement et isolement des malades pour les tenants de la contagion. Ainsi « les contagionnistes furent assimilés à des conservateurs qui, en isolant les malades (petites gens pour la plupart), se voyaient accusés de ségrégation. Plus encore, il leur était reproché, du fait de l’établissement d’un cordon sanitaire – sur les côtes notamment –, d’apporter des entraves au commerce » (p. 380). Au contraire, les infectionnistes font figure de « libéraux propagateurs d’une médecine qui se voulait moderne » (p. 380). C’est ainsi que, dès l’approche de la première épidémie, avant même que la controverse ne soit tranchée, les mesures mises en œuvre, focalisées sur le contrôle de la salubrité des habitations, s’inspirent des recommandations des tenants de l’infectionnisme. En 1849, l’absence de contagiosité – érigée en thèse officielle – est invoquée pour rassurer la population. Quant au rôle joué par l’insalubrité dans le développement de l’épidémie, passé dans le sens commun, il est au principe de l’adoption d’une loi relative à l’assainissement des logements insalubres – la loi Melun du 13 avril 1850, qui n’est pas non plus exempte de dimensions moralisatrices, puisqu’en rendant plus salubre l’habitation du pauvre, on lui permet de se recentrer sur la vie familiale.

Une socio-histoire des épidémies

Par Marie Cartier

Johan Goudsblom a développé à l’université d’Amsterdam de 1968 à 1997 une sociologie attentive aux processus de longue durée et ouverte aux autres disciplines dans le sillage de Norbert Elias. Il s’est notamment intéressé avec Abram de Swaan à la socio-histoire de l’État-Providence. Son article « Les grandes épidémies et la civilisation des mœurs », traduit par Francine Muel-Dreyfus, est utile à lire aujourd’hui.

Il scrute, en s’appuyant sur les travaux des historiens, les réponses sociales à quatre maladies qui frappèrent l’Europe au fil des siècles : la lèpre (Moyen Age), la peste (du 14ème au 18ème siècle), la syphilis (du 15ème au 19ème), le choléra (au 19ème).

Un air de familiarité avec Covid 19 nous saisit : inégalités sociales face à la contamination et à l’application des consignes sanitaires, rôle du commerce à longue distance et de la mondialisation économique, effets délétères de la maladie mais aussi de la peur de la contagion, regain de la haine de l’étranger, quarantaine et confinement. Mais attention… Le socio-historien s’aidant de La Civilisation des mœurs d’Elias s’attache à débusquer l’anachronisme dans l’étude des épidémies du passé : on tend à y projeter notre préoccupation hygiéniste et sanitaire alors même que celle-ci n’a commencé à acquérir une véritable force sociale qu’à partir du 19ème siècle. Tout comme lui, évitons donc l’anachronisme et ne regardons pas le présent avec les yeux du passé. Covid 19 prend place en Europe dans des sociétés hyper médicalisées dans lesquelles le souci de la santé physique mais aussi mentale s’est répandu partout, des institutions de santé jusqu’aux individus, des classes supérieures jusqu’aux classes populaires. La mort y compris à un âge très avancé y est perçue comme inacceptable. L’autorité et les moyens de la médecine y sont devenus considérables. La définition de la maladie infectieuse en termes strictement médicaux aide à contenir l’ostracisation des contaminés. La diffusion d’informations médicales sur la nature de la maladie et son mode de contamination aide à lutter efficacement contre sa propagation mais aussi à maîtriser notre peur et ses effets délétères.

Le texte de Goudsblom a été publié en 1987, quelques années après le début de l’épidémie du sida. À la fin de son article, il s’aventure à tirer de sa revisite de l’histoire de quelques grandes épidémies, quelques hypothèses concernant les réponses sociales à cette nouvelle épidémie du sida. Celles-ci semblent étrangement optimistes dans la bouche d’un sociologue critique : « Le pouvoir croissant de la médecine a fait que le matérialisme médical est bien près de devenir une réalité ». L’histoire ultérieure de la lutte contre le sida ne lui a-t-elle pas donné raison ?

Indications bibliographiques :

Arborio Anne-Marie, Lechien Marie-Hélène, « La bonne volonté sanitaire des classes populaires. Les ménages employés et ouvriers stables face aux médecins et aux normes de santé », Sociologie, 2019/1 (Vol. 10), p. 91-110.

Delaporte François, Le savoir de la maladie. Essai sur le choléra de 1832 à Paris, PUF, 1990.

De Swaan Abram, Sous l’aile protectrice de l’État, PUF, 1995.

“En suivant le virus de la grippe aviaire”

par baptiste viaud

En 2011, Frédérick Keck (historien de la philosophie et anthropologue – Directeur de Recherche au CNRS) et Vanessa Manceron (anthropologue de la nature – Chargée de recherche au CNRS) cherchaient à retracer l’histoire sociale et politique du virus de la grippe aviaire1. Des premiers foyers infectieux repérés à Hong Kong en 1997, à la reconnaissance par la France d’un premier cas en 2006, les auteurs reviennent sur les conditions de circulation du virus, en tant que « monstre biologique » hautement pathogène, mais aussi sur les conditions de circulation des idées (souvent des controverses) et des pratiques (ordinaires ou politiques), qui composent les réponses apportées dans divers contextes nationaux à une crise sanitaire.

Il ne s’agit pas de chercher à comparer ce qui n’est pas comparable, ni à tirer des leçons d’un passé proche. La proximité la plus immédiate entre la grippe aviaire et le coronavirus, ce sont leurs noms tout droit sortis de l’imaginaire de George Lucas. H5 N1 pour l’un, Covid 19 pour l’autre. Mais à bien y regarder, mêmes si tous deux ont été comparés à des formes de « grippes », ils sont très différents. Le virus H5N1 est hautement pathogène et possède une forte létalité (les auteurs rappellent ainsi qu’il « tue 70% des humains qu’il infecte »). Il circule chez les animaux avant d’émerger chez les humains (cela reste une hypothèse non confirmée pour le Covid-19) et surtout ne passe pas d’homme à homme. Très loin donc de la contagiosité du Covid-19 dont la transmission interhumaine est intense, mais qui, à l’inverse, reste peu mortel. Le H5 N1 a fait craindre une pandémie, qui n’est pas advenue ; le Covid-19 en est une, officiellement reconnue comme telle par l’OMS en mars 2020.

La lecture de ce texte ne vise donc pas à mener une comparaison terme à terme dans le temps court et l’histoire récente. Elle n’en reste pas moins utile pour penser la manière dont un virus produit des formes spécifiques de (dé)régulations dont il convient de prendre la mesure et de comprendre les effets. Contre l’idée de sens commun selon laquelle un virus aurait pour effet unique de détruire la vie biologique et sociale, les auteurs montrent que le virus fait aussi naître, par réaction, des réponses tout à la fois sociales, scientifiques, politiques. Le H5N1 a généré une intense activité scientifique dont l’enjeu était de comprendre, évaluer, éradiquer ; ainsi qu’une intense activité politique dont l’enjeu était d’empêcher, limiter, protéger.

La lutte contre la diffusion du virus s’est traduite par des mesures spectaculaires, en particulier d’abattage ou de confinement des volailles (« En 1997, lors de la première apparition du H5N1, le gouvernement de Hong Kong a abattu 1,5 million de volailles et a demandé aux trois cents éleveurs du territoire d’abandonner leurs activités par un Voluntary Surrender Act »). Pour autant, ces réponses politiques ont été prises dans le double jeu des cultures nationales et d’une diplomatie sanitaire dans laquelle les gouvernements sont tout autant partenaires que concurrents (s’agissant de leurs équipements scientifiques, des stocks de produits sanitaires, de la façon dont ils administrent la santé publique ; etc.). Ainsi les réponses furent-elles variées (« En France, les porcs ont continué d’évoluer dans leurs enclos, alors qu’en Indonésie, où la majorité musulmane se méfie de ces animaux impurs, les autorités sanitaires ont choisi de les abattre plutôt que de confiner les volailles »). Et cette diversité de réponses politiques s’est accompagnée de « controverses sur les causes scientifiques et la gestion politique de l’infortune ». La circulation du virus, par les conduites variées qu’il contribue à construire sur des territoires distincts, et la volonté qu’il fait naître chez tous de trouver le chemin qu’il a emprunté, participe donc d’une véritable « géographie » à partir de laquelle il devient possible de proposer une histoire du virus (et plus exactement des histoires du virus, dépendantes des intérêts nationaux, susceptibles de se concurrencer voire de se contredire).

L’autre apport de cette lecture est de montrer combien les réactions face au virus interrogent la justice sociale. Dans le cas du H5N1, les mesures d’abattement des animaux, principaux vecteurs de la maladie, faisaient suite aux expertises scientifiques qui avaient isolé le trajet le plus probable du virus (« du canard à l’homme, en passant par le poulet et le porc »). Pourtant, les gouvernements se sont diversement lancés dans ces abattages selon le rapport entretenu aux animaux par leurs populations. En France, ce sont sur les volailles que les mesures se sont concentrées et les abattages ont été massifs. Si la mesure paraît scientifiquement armée, elle soulève des enjeux politiques et sociaux très sensibles. Les auteurs évoquent ici des « violences sacrificielles » qui, parce qu’elles reposent sur des arguments scientifiques deviennent des réponses politiques légitimes. Ces mesures justifient alors diverses formes de « dommages collatéraux », dont les effets sociaux potentiellement inégalitaires sont assumés au nom de l’intérêt commun. Si les virus ne touchent pas au hasard d’un strict point de vue biologique (s’attaquant plutôt aux personnes âgées et fragiles), les effets des réponses politiques apportées ne touchent pas au hasard d’un point de vue social. S’agissant du H5N1, dans une administration publique et un régime assurantiel qui protègent mieux les éleveurs industriels que les éleveurs de basse-cour, la violence des mesures d’abattage aura été d’autant plus fortement ressentie que les positions occupées étaient fragiles. Un tel résultat rappelle combien un virus au-delà de ses effets pathogènes immédiats, porte le risque d’effets proprement sociaux dont l’expression, peu audible le temps de la crise, prend sa pleine dimension lorsque vient le temps de « faire les comptes ».

1 Keck, Frédéric, et Vanessa Manceron. « 6. En suivant le virus de la grippe aviaire, de Hong Kong à la Dombes », Sophie Houdard éd., Humains, non-humains. Comment repeupler les sciences sociales, La Découverte, 2011, pp. 65-74.