Files d’attente et pénuries alimentaires

PAR SYLVAIN DUFRAISSE

« Il faut s’armer de patience pour espérer faire ses courses »

Gauthier Hénon, « Dans la file d’attente des hypermarchés pendant l’épidémie de coronavirus », L’Union, 20 mars 2020

Après les observations de Marie Cartier sur la réorganisation des commerces Sylvain Dufraisse s’intéresse dans ce billet aux files d’attente devant les commerces et aux pénuries alimentaires intervenues en mars et avril 2020. En tant que spécialiste de l’Europe de l’Est, de l’URSS et de la Russie contemporaine, ces aléas de la consommation marchande lui étaient familiers et ils ont donc attiré son attention quand ils sont apparus en France dans le contexte du Covid 19. Quand elle est contrôlée et réfléchie, la comparaison des périodes historiques et des sociétés nourrit la réflexion et le regard du chercheur en sciences sociales.

Après avoir relayé les pénuries de pâtes et d’autres produits du quotidien et la vague de consommation précédant le confinement, de nombreux articles de presse racontent ensuite l’apparition de files d’attente devant les supermarchés, marchés et autres magasins1, évoquant parfois même les disputes qui peuvent y éclater2. « En cette période de confinement, les courses sont pour vous une source de stress qui relève de nombreuses questions : “Quand s’y rendre ? Combien de temps vont-elles durer ? Vais-je croiser beaucoup de monde ?” Balayez vos inquiétudes, grâce à ce site web calculateur de files d’attente ! » Le site Lebonbon.fr relate dans un article du 16 avril 2020 la création d’une application qui “permet d’avoir des informations en temps réel sur la durée estimée de la file d’attente dans le supermarché le plus proche” et de faire ses courses “en toute sérénité”. Il sera sans doute possible d’étudier a posteriori les transformations des pratiques de consommation induites par le confinement (reconfiguration des lieux d’approvisionnement et de vente, modification des réseaux d’approvisionnement liée à la fermeture initiale des marchés, manque de certains produits dans les rayons des supermarchés — œufs, farine, etc. —, rationnement par les responsables de rayon des quantités achetables, achat préventif en cas de manque en rayon), les effets sur les producteurs, les vendeurs et les employés (développement d’outils commerciaux numériques et de la vente à emporter, transformation des conditions de travail). Il demeure que cette situation de crise sanitaire et de confinement a élargi le spectre social des personnes pour qui la consommation, dans ses aspects les plus concrets, devient un sujet de préoccupation et pour qui la file devient une expérience régulière.

Ces photographies (n°3 et 4) ont été prises le vendredi matin. Le supermarché de la photographie n°3 est situé à proximité du boulevard périphérique, à l’Ouest de Limoges. Les quartiers qui l’entourent sont composés de pavillons construits pour partie dans les années 1950-1960 et dans les années 1980 et d’immeubles accueillant une population âgée. Les habitants des alentours sont majoritairement propriétaires. Le supermarché accueille une clientèle locale et d’habitués, pour certains non-motorisés, ce qui peut expliquer une présence irrégulière de chariots dans la file. Le supermarché de la photographie n°4 est située au sud-ouest de Limoges, dans une zone commerciale récente, près d’un carrefour routier, reliant la ville-centre aux communes périurbaines. Supermarché reproduisant une halle, la clientèle y vient pour la réputation de la qualité de ses produits alimentaires. Il attire une population majoritairement motorisée.

Certaines scènes, comme la multiplication des queues, parfois longues et lentes, produisent un effet d’écho singulier tant les queues devant les magasins semblaient, pour la majeure partie des consommateurs, être inconnues, ou être le symptôme des tares des démocraties populaires d’Europe centrale et de l’Union soviétique et tant les rayons largement approvisionnés semblaient devenus une évidence. Qui plus est, ce sont des produits de base qui semblent manquer et pour lesquels on note des difficultés d’approvisionnement : œuf, pâtes, farine… Les files d’attente et les magasins vides étaient un tel phénomène social dans les sociétés socialistes qu’elles ont fait l’objet d’études de la part des sociologues et des anthropologues de l’espace soviétisé. Malgorzata Malzurek a ainsi étudié les files d’attente à partir d’une collection de documents produits dans les années 1970 et 1980 lors d’une enquête ethnographique sur les styles de vie à Bydgoszcz (Pologne), doublée par une seconde enquête ethnographique et des entretiens réalisés en 2006. Elle note ainsi : “La République populaire de Pologne est associée aux files d’attente. Elles sont devenues une sorte d’icône du ‘socialisme réel’, le symbole d’un quotidien souvent sombre, étriqué, parfois humiliant, marqué par les pénuries chroniques. Leur rappel a toujours le dernier mot dans les combats mémoriels autour du communisme : qui désirerait de nos jours un retour aux étalages vides et à cette pénible atmosphère devant les magasins ? […] Elles font partie de la mémoire vive de la République populaire de Pologne »3. Elle souligne qu’une des causes de choix de ce sujet d’enquête fut le contraste entre l’omniprésence des queues dans la Pologne de sa jeunesse et la persistance dans la société postcommuniste, dans des formes résiduelles, lors des distributions de l’aide alimentaire. Depuis la chute de la démocratie populaire, la grande distribution s’est développée en Pologne et l’accès à la consommation y a été théoriquement plus simple et facilité. Malgorzata Malzurek note alors que les files sont des manifestations actuelles de formes d’exclusion. Ceux qui attendent sont ceux qui ont besoin d’accéder à l’aide alimentaire. Revenant sur l’expérience de la Pologne socialiste, elle a cherché à saisir combien ces files déjà permettaient d’analyser la stratification sociale propre à la démocratie populaire polonaise et la division de la société en deux groupes : celles et ceux obligés de faire la queue, et celles et ceux qui pouvaient se permettre à un moment donné de l’éviter. En effet, le statut social permettait de disposer de réseaux d’approvisionnement spécifiques, dans lesquels les produits étaient plus abondants. Les “connaissances” pouvaient pour d’autres, comme les employés de la restauration et de la distribution alimentaire, donner accès à des circuits d’approvisionnement parallèles, de meilleure qualité, ou au marché noir.

Dans L’Utopie au quotidien. La vie ordinaire en URSS, catalogue d’une exposition réalisée à partir des collections du musée d’ethnographie de Genève, Geneviève Piron et Lada Umstätter abordent ces aléas de la consommation quotidienne et proposent un long développement richement illustré sur les files d’attente :

« La sous-production s’accompagne d’une surproduction tout aussi endémique. Le comportement des consommateurs accentue l’irrégularité, car aux dérèglements de l’offre répondent des achats compulsifs. On n’achète pas pour répondre à un besoin, mais parce que la possibilité se présente. […] La conséquence la plus immédiate des pénuries est l’obligation de faire la queue. La station debout dans une file d’attente peut occuper plusieurs heures par jour dans la vie des citoyens […] La file d’attente varie selon les arrivages et les heures de la journée, elle devient parfois dense et peut se transformer en épreuves de force. Certains ont l’art de jouer des coudes pour faire reculer les autres ou se rapprocher de la caisse. D’autres font respecter l’ordre ou au contraire, savent organiser un chaos bénéfique au détournement des places. Quoi qu’il en soit, la file d’attente, épreuve de patience collective, est une activité à part entière. Avec le temps, cette réunion forcée de citoyens a acquis son propre langage, ses formes et ses rituels sacrés. […] S’ils constatent un abus, les citoyens peuvent faire appel à la police, aux milices de volontaires, ou inscrire des remarques dans le livre de réclamations ».

UMSTÄTTER Lada, PIRON Geneviève, L’Utopie au quotidien : la vie ordinaire en URSS, Lausanne, Éditions Noir sur blanc, 2017, p. 241-243.
Le marché de Talensac se trouve au nord du centre-ville de Nantes dans le quartier Hauts-Pavés  – Saint-Félix. Il est constitué d’une halle couverte et d’étals. Au début de la période de confinement, l’accueil a été filtré puis le marché a été fermé à partir du 25 mars 2020 (suite au décret du 24 mars). L’association des commerçants du marché de Talensac a mis en place un « Drive » à partir du 21 mars 2020. Les commandes devaient être passées aux commerçants. L’association centralisait leur distribution et a organisé celle-ci sous la forme de deux files (une pour les voitures ; une pour les piétons), selon un planning divisé en quart d’heures, afin de limiter l’attente, des files trop longues et des rassemblements de population trop importants. Le magasin de bricolage situé en face des halles était ouvert. Le fait qu’il soit un des rares magasins de bricolage situé à proximité du centre de Nantes explique, sans doute, la longueur de la file.

La composition de ces files du point de vue du genre est intéressante. Si certaines photographies, prises au marché de Talensac à Nantes, témoignent d’une mixité apparente, en Union soviétique et dans les démocraties populaires, ce sont surtout des femmes et les personnes âgées qui étaient préposées à cette tâche. Dans les années 1920 en URSS, l’économiste et statisticien, S. G. Stroumiline, spécialiste de la mesure de la productivité au travail et de la planification, a travaillé sur les usages sociaux du temps. Il a collecté des données sur 76 familles de Petrograd, de Moscou et d’Ivanovo-Vosnessensk, en tout 145 budgets-temps individuels. L’objectif de ce travail était de faire le point sur l’application de la loi fixant à 8 heures la durée maximale du travail, d’analyser les effets de l’Organisation scientifique du travail et d’analyser la possibilité de réduire la durée du travail pour libérer du temps pour des loisirs. Il envisageait à terme la rationalisation des périodes de repos. Lorsqu’il a préparé cette enquête sur les budgets-temps, il a intégré ‘faire la queue’ comme un des items de l’enquête et proposé le développement des services collectifs comme moyen de résoudre l’inégale implication des hommes et des femmes dans l’économie domestique4. Dans l’enquête sur les budgets temps réalisée entre 1965 et 1968 par Leonid A. Gordon, Eduard V. Klopov et Leonid A. Onikov, les files d’attente ne sont pas indiquées explicitement dans le questionnaire. La durée des achats (navettes entre le domicile et les magasins, attentes, veille) témoigne cependant d’écarts importants entre hommes et femmes, entre générations jeunes et âgées. Ainsi, elle représentait en moyenne six heures par semaine pour les femmes et trois heures pour les hommes. Les deux auteurs notent que ce temps augmentait nettement pour les femmes âgées : 7 h 40 par semaine pour les femmes âgées — contre 4 h 40 pour les jeunes mariées — de la ville de Pavlovskij Possad (environ 60 000 habitants) alors qu’elle est de 6 h 40 pour les grandes villes étudiées dans l’enquête (4 h 40 pour les jeunes mariées)5. La comparaison entre les photographies de files d’attente réalisées durant la pandémie atteste de différences de composition des files en fonction de la nature de l’approvisionnement (bricolage, achat quotidien comme le pain, approvisionnement hebdomadaire en quantité importante) ou du lieu d’achat (halles attirant une clientèle de centre-ville plutôt aisée, supermarchés attirant une clientèle plus populaire). Ainsi, sur les photographies prises dans les files d’attente des supermarchés, ce sont des femmes qui attendent majoritairement avec des chariots.

Deux traits semblent être analogues entre les files d’attente des ex-démocraties populaires d’Europe centrale et orientale et de l’URSS et celles issues de la crise sanitaire liée au coronavirus et au confinement : la forme — l’attente ordonnée dans la rue — et le mécanisme de l’approvisionnement qui aboutit au stockage de certaines denrées et aux manques de certains produits, voire à l’attente de l’approvisionnement spécifique. Il est cependant évident que : 1/la pénurie n’est pas la principale cause de l’attente et des files ; 2/des justifications sanitaires expliquent le contrôle des entrées en ce moment ; 3/le manque en rayon s’explique aussi par la surconsommation et des transformations des conduites alimentaires quotidiennes (nombre de repas pris à domicile plus important, réalisation de recettes en famille). La file a surgi néanmoins durant ces mois de mars et d’avril 2020. Elle est devenue visible et régulière. Ces photographies constituent des traces d’activités sociales maintenues, mais modifiées par le coronavirus.

Photographie d'une file de piétons dans une rue
Photographie n°7: File d’attente devant une boulangerie, Rue de Châteaubriant, Nantes, 11 avril 2020.

  1. Thomas Bourgois, « Des entrées filtrées et une longue file d’attente ce mercredi matin sur le marché d’Arras », La Voix du Nord, 1er avril 2020 ; « Valdalière. Dans la file d’attente, les Virois témoignent », Ouest-France, 15 avril 2020 []
  2. Christelle Lalanne, « Bron: la dispute dans la file d’attente de Lidl (sic) [Leader Price dans les faits] se termine avec des battes de base-ball », Le Progrès, 1er avril 2020 []
  3. Malgorzata Malzurek, “Figures de la débrouillardise en temps de crise en Pologne,” in Fragments du communisme en Europe Centrale ed. Rose-Marie Lagrave, Paris: Éditions EHESS, 2011, p. 113-138 []
  4. Martine Mespoulet, « Travail domestique et construction du socialisme en URSS d’après les enquêtes de budget-temps », Clio. Femmes, Genre, Histoire, n°41, 2015 []
  5. Leonid A. Gordon, Eduard V. Klopov, L’homme après le travail, traduit par Anne-Marie Pascal, Fabienne Marienhoff et Michelle Paeschen, Moscou, éditions du Progrès, 1976, p. 121 ; voir également le tableau 19. []

La réorganisation commerciale en images dans des quartiers nantais gentrifiés

par marie cartier

Le quartier Chantenay-Sainte Anne situé à l’Ouest de Nantes entre la ligne 1 du tramway et les bords de Loire est un ancien quartier ouvrier qui a connu depuis les années 1980 un processus de gentrification. Il est devenu un des quartiers de Nantes où les prix de l’immobilier sont les plus élevés. Le vaste quartier Zola situé de l’autre côté de la ligne de tramway fut lui aussi anciennement industriel et ouvrier tout en jouxtant les lieux historiques d’implantation de la bourgeoisie nantaise : le parc de Procé, la place Mellinet.

Les photographies ci-après prises durant le mois d’avril 2020 dans le respect des règles de confinement (case 2 de l’attestation de déplacement dérogatoire) ne donnent pas à voir de messages de solidarité et remerciement envers les commerçants comme à Basse Indre, dans la proche banlieue nantaise. On y entrevoit en revanche les formes variées que prend la réorganisation des transactions commerciales en contexte d’épidémie sanitaire en fonction du type de commerce et des caractéristiques sociales de sa clientèle.

photographie d'une devanture de magasin de typé épicerie, devant laquelle une palette de bois est posée, sur laquelle une affiche est fixée
Image 1a : Une épicerie fine au travail (Marie Cartier, 9 avril 2020).
détail de la photographie précédente : l'affiche devant l'épicerie porte le texte suivant : bonjour chers clients, par mesure de précaution nous acceptons deux clients maximum dans la boutique - un entrant un sortant. Pendant la période de confinement "Epices et vous era fermé tous les lundis. Merci de votre compréhension.
Image 1b : Une épicerie fine au travail (Marie Cartier, 9 avril 2020).

Butte Sainte Anne, cette épicerie « fine » ainsi qu’elle se décrit sur Facebook,  qui vend fruits et légumes bio ou non, fromages, olives, vins et divers produits français et  italiens  a affiché son respect des consignes sanitaires à la main sur une palette à l’intention de ses « chers clients ». Un choix à l’image de la simplicité et de la décontraction sociale que les classes supérieures et moyennes progressistes installées dans les quartiers gentrifiés des grandes métropoles occidentales valorisent. La palette se marie bien avec la devanture couleur prune et vert pomme, à la décoration sobre (les produits frais visibles de l’extérieur suffisent à décorer la devanture). Il est possible que ces commerces « fins », à la clientèle par principe sélectionnée par le type d’offre et les prix, s’adaptent plus facilement que d’autres à la crise sanitaire. Depuis le confinement, la file d’attente est longue et permanente devant cette épicerie qui n’a pas modifié ses horaires hormis qu’elle est fermée le lundi. Sur Facebook des clients la remercient de poursuivre son travail malgré le risque de contamination par le virus Covid 19.

Photographie d'une devanture de boulangerie. Sur la vitrine, une affiche indiquant les horaires d'ouverture et les mesures de précaution
Image 2 : Deux messages sur les portes d’une boulangerie (Marie Cartier, 12 avril 2020).

Cette boulangerie de la place Jean Macé a choisi d’afficher son respect des consignes sanitaires à travers un texte imprimé qui cultive une tonalité officielle et insiste sur le danger. Le flux de sa clientèle dont la mixité  du point de vue du sexe est mise en valeur (« Chers clients, chères clientes ») est sans doute bien plus dense que celui de l’épicerie fine et son profil social plus divers. L’interdiction faite aux enfants soupçonnés d’être particulièrement contaminants n’est pas trop brutale (« Venez un par famille ») mais elle est explicite. Ici les horaires d’ouverture ont été avancés à un horaire très matinal. Les boulangers signent de leurs prénoms : par-delà l’officialité du message sanitaire, des relations personnalisées existent aussi dans cette boulangerie de quartier. Un second message, politique plus que commercial, rappelle que fréquenter cette boulangerie, c’est la « soutenir ». S’agit-il d’un message anticipant les pertes de chiffre d’affaires des commerces et de la filière « pain » dans le cadre de Covid 19 ? Ou d’un message ancien faisant allusion à la concurrence multiforme (des AMAP aux hypermarchés) que subissent les boulangeries de quartier y compris dans les quartier gentrifiés ?  A quelques centaines de mètres, sur le boulevard de l’Égalité en l’espace de cinq ans, deux boulangeries ont fermé.

Phorgraphie d'une rue, quelques passants, une devanture de magasin "Bella Vita", une voiture grise, un passage piéton, un poteau avec une affichette
Image 3a : Gentrification sociale, gentrification commerciale (Marie Cartier, 12 avril 2020)
détail de la photgraphie précédente : l'affichette sur le poteau représente des silouhettes de grues et le texte en majuscules Gentrification = exclusion
Image 3b : Gentrification sociale, gentrification commerciale (Marie Cartier, 12 avril 2020)

Comme l’ont montré de nombreux travaux sociologiques, la gentrification, processus multiforme, se joue aussi dans l’offre commerciale. Place Jean Macé, ces dernières années, un  pizza-traiteur italien et une épicerie vrac et bio se sont installés dans les locaux d’une ancienne boucherie et d’une ancienne pharmacie. Sur cette image, on voit que ces commerces ont continué à travailler pendant la crise du Covid 19 dans le respect des consignes sanitaires (les clients commandent exclusivement par internet et viennent réceptionner la marchandise au seuil de la boutique). Le client de l’épicerie, avec enfants et coûteux équipements pour les transporter à vélo, est à l’image des nouveaux propriétaires du quartier Chantenay. Au premier plan, un autocollant affiché sur un poteau indique que la gentrification urbaine suscite des critiques politiques. Ces autocollants ont été placardés dans la ville depuis l’automne 2019, dans le contexte de préparation des élections municipales, par des membres du groupement Nantes Révoltée, entièrement anonyme, mais très médiatique au plan local comme national du fait de sa présence active sur les réseaux sociaux.

Poteau présentant deux affichettes : une syndicale (Syndicat solidaires, les mots capitalisme, planète, salariés sont visibles), la seconde présentant le texte : donne semences, pommes de terre.. cause : le confinement m'interdit l'accès au jardin qui était à ma disposition. Quartier Courtils
Image 4 : Don de plants de légumes (Marie Cartier, 17 avril 2020)

L’image 4 représente une petite annonce collée sur un poteau sous un vieil autocollant Sud Solidaires à l’angle des rue Fonteny et des Girondins.  Elle permet de rappeler qu’à côté de la consommation marchande, la plus visible, l’autoconsommation, très marginale à l’échelle nationale d’après les enquêtes Budget de l’INSEE, reste  pourtant présente, y compris dans ces quartiers nantais gentrifiés, qui comptent outre des jardins individuels plusieurs zones de jardins familiaux. Cet habitant des Courtils (un petit quartier du bas Chantenay composé de quelques immeubles HLM et d’un lotissement pavillonnaire) d’origine rurale, en attente depuis cinq ans d’un jardin familial auprès de la mairie de Nantes, complète ses revenus de retraité du commerce en entretenant des jardins pour des particuliers sous le statut d’auto-entrepreuneur. L’un de ses employeurs, dans la proche banlieue nantaise, l’autorise à cultiver pour son propre compte des légumes sur la parcelle qu’il entretient (c’est du « troc » explique-t-il au téléphone). Interdit d’accès à ce jardin en plein mois d’avril, époque des plantations, il a décidé de faire don de ses plants de pomme de terre et d’oignons sur la voie publique. Il est, me dit-il, un fervent adepte du Bon coin et des petites annonces.

deux photgraphies : l'enseigne d'un garagiste Renault et une affichette finissant par les mots : dans l'attente de retrouver une vie normale, prenez soin de vous et de vos proches
Image 5 : La communication attentionnée d’un garage automobile (Marie Cartier, 9 avril 2020)

Ce message affiché sur le rideau de fer descendu du garage Renault de la place Zola est imprégné d’une « attention aux autres »  qui connaît un regain depuis mars 2020 et la crise sanitaire.  Dans les messages professionnels depuis deux mois,  supérieurs hiérarchiques et collègues se sentent obligés de mentionner la « santé » de ceux auxquels ils s’adressent.  La formule américaine « take care » ne va-t-elle pas s’imposer en français comme le suggère ce « Prenez soin de vous » affiché par ce garage à l’intention de ses clients (voir la variante « Portez-vous bien » chez le caviste de l’image n°6) ?  Attentionnée, la communication de ce garage n’est pas dépourvue de familialisme : elle célèbre le « foyer familial » comme remède à la crise sanitaire.  Nantes, tout  aussi révoltée soit-elle,  se situe dans  l’Ouest de la France, à la croisée de territoires où la religion catholique, les familles nombreuses et les mères au foyer ou à temps partiel sont restées plus présentes qu’ailleurs. Mais la communication de ce garage automobile tempère son familialisme spontané et cherche à éviter l’ethnocentrisme, à penser la situation en adoptant divers points de vue : à côté du « foyer familial », elle invoque aussi « les proches ». Dans le quartier Zola comme dans la ville de Nantes, les ménages composés d’une seule personne n’ont cessé de se développer dans les dernières décennies : le taux de personnes seules atteignait 52 % dans la ville centre de Nantes selon l’INSEE en 2016. Parmi ses clients automobilistes, il est probable que ce garage Renault compte de telles personnes isolées dont le refuge sera moins le « foyer familial » que des « proches » pouvant être des voisins, des amis, à compter qu’ils en aient.

Photographie d'une devanture de caviste. 3 personnes sont visibles : le commerçant, et deux passants dont l'un porte un bébé ; ils sont en train de lire l'affiche posée sur la devanture
Image 6a : Rigueur sanitaire chez un caviste (Nicolas Thibault, 21 avril 2020)
Détaild e la photographie précédente : affiche indiquant les conditions de la vente à emporter et des livraisons
Image 6b : Rigueur sanitaire chez un caviste (Nicolas Thibault, 21 avril 2020)

Place Zola, à la fin du mois d’avril, le caviste Rouge Bouteille  a repris son activité exclusivement en « commande livraison ».  L’achat de vins n’est donc accessible qu’aux adeptes des nouvelles technologies (connexion internet, mail, paiement CB sans contact). Le seuil de la boutique a été équipé d’une protection en plexiglass et des caissettes en bois empilées servent de présentoir. Vendeur et cliente sont engagés dans l’échange, concentrés mais éloignés de plus d’un mètre et séparés par une protection transparente.  Le ton de l’affichette imprimée est impératif, l’encadrement des gestes méticuleux et extensif :  il faut réduire « les échanges entre clients », apporter son « propre sac ». Le ton sécuritaire vient sans doute contrebalancer l’incitation à consommer de l’alcool (il faut acheter au moins trois bouteilles pour pouvoir commander), délicate dans un contexte de dénonciation de la surconsommation liée au confinement. Dans le département voisin, l’interdiction préfectorale de vente d’alcool à emporter au nom de la lutte contre les violences intrafamiliales vient tout juste d’être levée.

Dans les quartiers Zola, Chantenay, Sainte-Anne, il existait encore jusqu’aux années 1990 sur les boulevards comme sur les avenues intérieures des dizaines de petits cafés. Beaucoup ont fermé et des cavistes ont fait leur apparition. Les goûts alimentaires se diffusent dans l’espace social, souvent de haut en bas ; celui du vin a suivi un chemin inverse. Longtemps marqueur des classes populaires, le vin est aujourd’hui davantage consommé par les classes supérieures. Depuis 2012, le caviste  et bar à vin, Rouge Bouteille, propose, selon ses propres termes sur Facebook, des « vins de vignerons authentiques à forte tendance bio et nature » et des « grignottes le midi et le soir ». La consommation de vin ainsi se gentrifie : elle se privatise, devient plus sélective, s’entoure de distinction et de « conseils avisés ». Depuis avril 2020 et l’épidémie de Covid 19, elle doit aussi, quel paradoxe, faire corps avec la sécurité sanitaire.

photographie d'une longue file d'attente dans la rue. Plus d'une vingtaine de personnes, portant pour certaines des caddies, sont visibles de dos
Image 7 : Distanciation sociale au marché, file d’attente (Nicolas Thibault, 23 avril 2020)

A 8 h 30, le 23 avril 2020, jour de réouverture sous consignes sanitaires du marché Zola, les clients forment une file d’attente impressionnante de plus d’une centaine de mètres. L’affluence en ce jour de réouverture est-elle supérieure à celle du mois de février ? Plus masculine ? Moins retraitée ? Elle nous rappelle en tout cas que l’achat de produits alimentaires sur les marchés comme la consommation de fruits, de légumes, de poisson, caractérisent traditionnellement le mode de consommation des professions du haut de l’échelle sociale, surreprésentés dans ces quartiers gentrifiés. Ces clients du marché Zola apparaissent aussi très disciplinés : la distance d’un mètre est respectée et les échanges ont l’air très réduits (aucune conversation par exemple n’est perceptible). Pour accéder à l’enclos de quinze commerçants (Image n°8) il faut se laver les mains et franchir une barrière sous la surveillance d’un groupe de policiers municipaux.

Photographie d'une place de marché ; on voit des camions, des auvents et des clients faisant la queue devant un vigile ; l'entrée dans le marché est limitée par des ganivelles
Image 8 : Un accès contrôlé au marché (Nicolas Thibault, 23 avril 2020)

Que donne finalement à voir cette brève enquête sous contraintes ? Tout d’abord  que le processus de gentrification de l’ouest nantais se poursuit à travers la recomposition de l’offre commerciale de proximité. On y entrevoit aussi la centralité de la préoccupation et des consignes sanitaires dans la réorganisation des petits commerces. Les images collectées donnent à voir des commerçants et clients qui obéissent aux consignes sanitaires. Il faut dire que les classes supérieures et moyennes résidant dans ces quartiers gentrifiés comptent nombre de soignants (médecins, hommes et femmes, infirmières…). Le CHU, situé à quelques kilomètres, est le plus gros employeur de la ville. Tout comme dans les quartiers bourgeois traditionnels, la raison sanitaire trouve ici de fervents alliés et les commerçants s’adaptent à leurs clientèles. En va-t-il autrement dans les quartiers populaires ? Il faudrait mener des enquêtes comparatives. Il apparaît aussi que l’adaptation forcée (pour des raisons à la fois réglementaires et économiques) des commerces aux consignes sanitaires renforce et banalise la consommation à distance (sur commande, sans contacts, par internet…) qui laisse de côté les déconnectés. Videra-t-elle définitivement les boutiques du contact direct qui en fait la spécificité ? Pas sûr. Discrètement —la santé prime— les messages affichés sur les devantures ne font-ils pas aussi entendre l’impatience des commerçants à retrouver « une vie normale » et leurs clients « en vrai » ?

Bibliographie

P. Cardon, T. Depecker, M. Plessz, Sociologie de l’alimentation, Paris, Armand Colin, 2019.

P. Masson, M. Cartier, R. Le Saout, J.-N. Retière, M. Suteau, Sociologie de Nantes, Paris,  La Découverte, 2013.

T. Amossé, M. Cartier, « “Si je travaille, c’est pas pour acheter du premier prix !” Modes de consommation des classes populaires depuis leurs ménages stabilisés », Sociétés contemporaines, n° 114, 2019.

A. Collet, Rester bourgeois. Les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction, Paris, La Découverte, 2015.

F. Madoré, « Des ménages de plus en plus petits et une hausse spectaculaire des personnes seules », in Atlas Social de la métropole nantaise, 2019.

S. Tissot, De bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste, Paris, Raisons d’agir, 2011.

Rideaux de fer

Par Shani Galand

Comme l’indiquent le site officiel du gouvernement ainsi que le décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire tout commerce ou service de proximité qui ne présenterait pas un caractère « indispensable » à la vie du pays est contraint de fermer sauf à mettre en œuvre de nouveaux moyens lui permettant de poursuivre son activité « sans contacts ».

Les vitrines des commerces et services concernés présentent des messages adressés par les propriétaires à leur clientèle qui témoignent de cette situation particulière et laissent parfois entrevoir des registres d’interprétations multiples face à ce phénomène. Les mots usités, la ponctuation utilisée, la familiarité du message ou à l’inverse la fermeté qu’il renvoie ainsi que le support sur lequel il est adressé sont autant d’éléments significatifs qui retranscrivent cette diversité.

Une première série de photos laisse entrevoir, par les points d’interrogation qui figurent sur les messages, l’incertitude, l’incompréhension et parfois même les suspicions (photo 1) qui traversent les commerçants face à cette consigne de fermeture précipitée.

Photo 1 : «  FERMÉ Coronavirus ? »

Devanture d'un bureau de tabac présenant plusieurs affichettes (française des jeux, vidéosurveillance, cartes bancaires) et et l'inscription "FERME CORONAVIRUS ?"
Bar PMU situé Boulevard Paul Bellamy (S. GALAND)

S’il est difficile d’interpréter sa signification à sa simple lecture, il semblerait que soit ici remis en cause le motif même de la fermeture de ce BAR PMU par son propriétaire comme le laisse suggérer le point d’interrogation qui précède la formule« coronavirus ».

Pour d’autres la ponctuation fait plutôt état d’une incertitude quant à la possible date de réouverture de leur commerce (photo 2 ; photo 3).

Photo 2 : « Réouverture ? »

deux photographies de devantures de magasin. la première présente une affichatte avec les mots : Fermé pour cause de coronavirus. réouverture le 12 mai ???? (j'espère). Appelez moi au 06.64.17.10.66 pour tout renseignement et pour prendre rendez-vous

Institut de beauté rue François Bruneau – Quartier Saint-Félix (S. GALAND)

Malgré l’incertitude exprimée, ce premier commerce fait mention d’une date possible de réouverture, celle du 12 Mai, soit le jour suivant la date du déconfinement prévue par le gouvernement, ce qui n’est pas le cas de ce coiffeur qui ne se risque pas à des déclarations erronées et préfère laisser un blanc à l’emplacement prévu à cet effet (photo 3).

Photo 3 : « A bientôt ? »

Photographie d'une affichette : fermé suite à la situation coronavirus. A bientôt. réouverture le ?

Salon de coiffure Boulevard Lelasseur (S. GALAND)

Une deuxième série de photos permet plutôt d’observer les formes différenciées qu’ont les commerçants d’annoncer leur fermeture à leur clientèle. Certains mobilisent un registre assez familier faisant preuve d’une proximité avec leur clientèle en accessoirisant leur message, en exprimant leur regrets et en adressant leur soutien (photo 4, photo 5), quand d’autres sont plus brefs, fermes ou encore protocolaires dans leurs annonces (photo 6, photo 7, photo 8, photo 9). Néanmoins, les uns comme les autres reprennent parfois l’argumentaire qui est celui du gouvernement pour justifier de leur fermeture, laissant apparaître différentes manières de nommer le phénomène : Coronavirus, le Virus (photo 7), Covid-19 (photo 5) etc. Rideaux déployés, grilles abaissées accompagnent, comme de manière symbolique, ces messages de fermeture.

Photo 4 : « Prenez soin de vous »

Affichette présentant le texte : Suite au dernières mesures, le salon mes beaux ciseaux ferme ses portes jusqu'à nouvel ordre. Nous vous retrouverons avec grand plaisir quand tout cela sera terminé. (emoji coeur) Prenez soin de vous et de vos proches (emoji coeur). L'équipe mes beaux ciseaux : marie, Daphnée, Vanessa et Alizée

Salon de coiffure Boulevard Robert Schuman (S. GALAND )

Photo 5 : « Je le regrette »

Affichette présentant les mots : message important,
SALON FERME JUSQU’À NOUVEL ORDRE
Cher(e) client(e)
suite à l'annonce du premier ministre, le samedi 14 mars 2020, le salon SYMPHONIE COIFFURE FERME SES PORTES et ce JUSQU’À NOUVEL ORDRE
En effet, les salons de coiffure ne sont pas indispensables à a vie du pays.
Je le regrette, mais je n'ai pas le choix.
pour les rendez vous qui ont été pris, je vous prie de m'excuser de ne pas pouvoir les respecter. Je vous tiendrai au courant de la reprise. en vous souhaitant du courage pour les évènements à suivre, il nous en faut. A très vite. L'équipe Symplony, Marjolaine et Eva
Salon de coiffure boulevard Robert Schuman (S. GALAND)

Le salon de coiffure en photo 5 utilise comme en photo 4 un registre plutôt familier en adressant ses encouragements à sa clientèle et en mentionnant les prénoms de ses employés. Cependant à l’image des photos qui suivent, des mots forts sont mentionnés en gros caractères et en majuscules pour faire part de la gravité de la situation : « Covid-19 », « Nouvel ordre ». Par ailleurs, l’argumentaire qui est celui du gouvernement sera plusieurs fois repris pour justifier de cette fermeture à caractère exceptionnel et à l’impossibilité pour le salon d’honorer ses rendez-vous : « Les salons de coiffure ne sont pas indispensables à la vie du pays ».

Exemple d’une annonce plus protocolaire :

Photo 6 : « En application des directives gouvernementales »

Affichette présentant le texte : Fermeture exceptionnelle. Chères clientes, chers clients
en raison des directives gouvernementales des 14 et 16 mars 2020 et afin de préserver la sécurité de tous, votre rpessing 5 à Sec sera fermé à compter de ce jour et ce jusqu'à de nouvelles indications. Nous vous avertirons de la réouverture de votre rpessins, n"h"ésitez pas à consulter notre site internet. cordialement, votre équipe 5 à sec pressing
Pressing Rond-Point-de-Vannes (S. Galand)

Exemple d’annonces plus brèves et directives :

Photo 7 : « Jusqu’à nouvel ordre »

photographie d'une devanture et détail d'une affichette : cordonnerie fermée jusqu'à nouvel ordre
Cordonnerie rue du Poitou – quartier Hauts Pavés (S. GALAND )

Photo 8 : « Le Virus »

photographie d'une devanture et détail d'une affichette : le cour est fermé pour l'instant (le virus ?)
Théâtre Boulevard Lelasseur (S. GALAND )

Photo 9 : « … »

Photographie d'une devanture, et détail d'une affichette ou les horaires d'ouverture sont masqués par un carré noir
Institut de beauté rue du Poitou (S. GALAND)

Sur cette dernière photographie, on peut même noter l’absence totale d’annonce qui est ici remplacée par un carré noir, là où figurent habituellement les horaires d’ouverture de l’institut.

Enfin, l’observation de ces messages qui viennent donner un tout autre visage à ces devantures de magasins annonce aussi parfois des formes de réorganisation entreprises par les commerçants dont l’activité le permet. C’est par exemple le cas de ce cabinet de sophrologie qui propose désormais des séances virtuelles à l’aide d’outils numériques tels que Skype (photo 10) ou encore de ces restaurateurs qui s’essaient à la livraison à l’aide de plateformes de coursiers comme Ubert Eat ou Deliveroo (photo 11). D’autres services cette fois-ci plus inattendus, tel que les garages automobiles, qui semblent adopter un mode de fonctionnement similaire. Cependant, il ne se déploie ici qu’au motif d’une urgence justifiée (photo 12).

Photo 10 : « Sophrologie à distance »

photographie d'une affichette proposant des séances de sophrologie à distance (Skype, whatsapp, facetime ou téléphone), et ardoise présentant des ateliers skype "gérer le stress", "gérer l'angoisse", améliorer le sommeil"...
Cabinet de sophrologie Boulevard Robert Schuman (S. GALAND )

Photo 11 : « Livraison uniquement »

photographie présentant deux devantures: 
sur la première des horaires d'ouverture, une affichette "UBER ICI" et les coordonnées du restaurant
sur la deuxième une affichatte "vente à emporter et livraison uniquement"
Restaurant Boulevard Schuman (S. GALAND)

Photo 12 : « Service d’urgences »

2 photographie de la devanture d'un garage Midas présentant plusieurs affichettes dont "service d'urgences sur rendez vous"
Garage automobile Boulevard Robert Schuman (S. GALAND )

Si certains commerces et services faisaient déjà l’usage de ces outils avant la crise sanitaire déclenchée par l’épidémie de coronavirus, ces alternatives se présentent aujourd’hui comme les seules options possibles à la poursuite de leur activité de travail. D’autres, quant à eux, n’en étaient pas adeptes et en font l’usage pour la première fois, étant ici aussi forcés de trouver un moyen de faire perdurer leur activité. Pour ce faire, ce cabinet de sophrologie ou encore ce garage automobile ont dû se « réinventer ». Aussi une question émerge : continueront-ils d’utiliser ces outils dans l’exercice de leur profession ? Les délaisseront-ils ? Les ajusteront-ils ?

La crise sanitaire aura certes supposé des adaptations mais aura-t-elle opéré une transformation durable de certaines professions ? Seul l’avenir, encore incertain, nous le dira.

*Toutes les photos ont été prises le même jours (20 Avril) dans les rues de Nantes (quartiers Hauts-pavés, Rond-Point-de-Rennes, Rond-Point-de-Vannes, Saint Félix)

Écritures publiques

Par tristan poullaouec

Toutes ces photographies ont été prises à Nantes dans le quartier Saint-Clément, qui est assez contrasté. L’Église du même nom est fréquentée par les catholiques traditionalistes du quartier, mais aussi des fidèles venant le dimanche des départements voisins. Une statue de Louis XVI trône au milieu de la place Foch, entre la cathédrale et la préfecture. Mais sous l’effet du déplacement de la richesse vers d’autres quartiers et de l’arrivée de nouvelles populations (notamment des enseignants, des médecins, des cadres du public, des professions culturelles), la morphologie du quartier s’est modifiée. Habituellement très vivante, notamment le jeudi soir, la rue du Maréchal Joffre compte plusieurs cavistes, des bars et des épiceries de nuit, des restaurants. Une rue perpendiculaire abrite le centre NOSIG, association d’accueil et de soutien des personnes LGBTQI+. Dans les bureaux de vote de l’école Sully, Emmanuel Macron et François Fillon ont obtenu des scores très proches des pourcentages moyens de suffrages exprimés en leur faveur à Nantes lors du premier tour de la dernière élection présidentielle (respectivement 30,8% et 20,2%). De son côté, Jean-Luc Mélenchon y a recueilli 27,6% des bulletins, soit 2 points de plus qu’en moyenne à Nantes.

photographie d'une ruelle, containers à poubelle en bois et nombreux graffitis : "Coro, boulot, dodo", "même en confinement, on nik la bac", "liberté, égalité, trace de ké", poulets partout, curry nulle part" et "cunni gratuite contre..."
Photographie n°1 : “Coro, boulot, dodo !” (Rue Cochard, Nantes, 17 mars 2020).

Cette première photographie a été prise le lendemain de la seconde allocution d’Emmanuel Macron décidant de “réduire nos déplacements et nos contacts au strict nécessaire”. Les graffitis et les inscriptions sur le mur et le composteur ont probablement été réalisés dans la nuit. Ils font face à un café restaurant très fréquenté dans le quartier, aussi bien par les parents d’élèves de l’école primaire publique de la rue que par des étudiants (à deux pas se trouvent une école d’arts appliqués, une résidence étudiante, et un peu plus loin, un IUT et un lycée de classes préparatoires). Sans être signés, ils ressemblent à ceux qui apparaissent le long des trajets de beaucoup de manifestations nantaises. Ces messages s’adressent manifestement à des pairs, partageant un certain sens de la dérision, une hostilité marquée envers la police, les patrons et plus largement l’ordre social : le détournement de la devise républicaine évoque ainsi un anesthésique (la kétamine) utilisé comme hallucinogène.

photographie d'une facade d'immeuble. Au deuxième étage, une banderole entre deux balcons : "préparons les luttes de demain"
Photographie n°2 : “Préparons les luttes de demain” (Rue du Maréchal Joffre, 4 avril 2020).
Photographie d'un balcon, banderole orange : #flattenthecurve, restons chez  nous
Photographie n°3 : “#Flatten the curve” (Rue du Maréchal Joffre, Nantes, 27 mars 2020).

Les photographies suivantes montrent deux balcons qui se font face, suggérant une réponse de l’un à l’autre. Ces draps sont apparus aux fenêtres avec les applaudissements à 20h des travailleurs du secteur de la santé. Contrairement aux précédentes, les deux inscriptions nous invitent à “rester chez nous” et donc au respect du confinement. Mais elles le justifient de manière différente : la première (photographie n°2) en considérant cette période comme une parenthèse propice à “préparer les luttes de demain”, la seconde (photographie n°3) en se référant aux leçons de l’épidémiologie qui justifient le confinement par “l’aplatissement” de la courbe des nouveaux cas de Covid-19 (to flatten, aplatir). Le recours à l’anglais et au signe typographique # affichent également une familiarité avec les réseaux sociaux.

Tract Lutte ouvrière, Nantes métropole : éboueurs en colère, 1er avril 2020
en dessous un autocollant "Entreprises, le profit ne devrait pas être une règle internationale, la RESPONSABILITÉ, si"
Photographie n°4 : “Éboueurs en colère” (Rue Cochard, Nantes, 10 avril 2020).

Cette quatrième photographie représente une expression politique beaucoup plus classique, inscrite dans le répertoire d’action des organisations trotskystes. Collé sur plusieurs poubelles, ce tract de Lutte Ouvrière daté du 1er avril évoque la mobilisation en mars des éboueurs de Nantes Métropole “pour obtenir du gel [hydroalcoolique] et des gants en latex”. Sans doute par crainte d’une nouvelle grève, leur employeur a en outre autorisé le retour du “fini-parti”. Cette pratique consiste à débaucher dès que la tournée est terminée. Son interdiction avait fait l’objet d’un long conflit social en 2017.

Photographie d'une inscription  la craie sur un sol bétonné : ÉLEVAGES INDUSTRIELS INCUBATEURS A VIRUS"
Photographie n°5 : “Élevages industriels, incubateurs à virus” (Rue Cochard, Nantes, 10 avril 2020).

La photographie n°5 a été prise non loin d’un magasin bio. Éphémère, ce message à la craie vise les habitants du quartier qui font leurs courses alimentaires dans la rue adjacente. Alors que les premiers articles de presse sur l’émergence du Covid-19 en Chine ont mis en cause les marchés de produits frais dans la transmission du virus, l’inscription sur ce trottoir dénonce l’industrie agroalimentaire, comme l’ont fait déjà à l’automne dernier les “marches pour le climat” rassemblant beaucoup de jeunes scolarisés, tout particulièrement à Nantes.

photographie d'une banderole : justice sociale et climatique : sauvons les vies, pas l'économie
Photographie n°6 : “Sauvons les vies, pas l’économie” (Rue Monfoulon, Nantes, 10 avril 2020), photographie prise par Karine Guillet.
photographie d'une banderole noire à une fenêtre : des milliards pour l’hôpital, pas pour le capital
Photographie n°7 : “Des milliards pour l’hôpital” (rue du Préfet Bonnefoy, 13 avril, Nantes), photographie prise par Marie Vourc’h.

Dans le même registre, la photographie n°6 montre une banderole qui s’en prend aux pouvoirs publics au nom de la justice sociale et climatique. Pour ses auteurs, l’action du gouvernement pendant la crise sanitaire se résume à un sauvetage de l’économie. De fait, les projets de loi de finances rectificatives des 18 mars et 15 avril portent le déficit public à un niveau supérieur à celui de 2009 et visent principalement à renflouer les revenus perdus par les entreprises à cause du confinement. Plus précisément, l’inscription du drap de la photographie n°7, qui rime comme un slogan de manifestation, rappelle sans doute la revendication d’un effort financier pour augmenter les effectifs, rouvrir des lits et améliorer les salaires qui s’exprime à l’hôpital public depuis le printemps 2019 dans le secteur des urgences.

Affichette scotchée sur un mur : bonjour voisins et voisines, Restez vous isolé.e.s à cause fu COVID-19 ? nous pouvons vous aider
Photographie n°8 : “Ensemble, nous sommes plus résilient.e.s” (rue Monfoulon, Nantes, 10 avril 2020).

La dernière photographie relève d’une toute autre forme d’expression politique. Il s’agit d’une lettre affichée par un habitant du quartier proposant son aide à ses voisins (pour faire des courses, discuter au téléphone…). On peut imaginer son auteur plutôt jeune et progressiste, à en juger par son prénom (c’est en 2001 que Théo a été le plus souvent attribué), sa proposition d’un groupe WhatsApp, d’un site internet (www.covidentraide.gogocarto.fr) et l’usage de l’écriture inclusive dans son texte. Il ne désigne pas d’adversaire et n’exprime pas de revendication, mais espère “renforcer notre sens de la communauté”.

Bien sûr, cet album de photographies reflète aussi la vie de leur auteur pendant le confinement, profitant de ses rares sorties pour glaner les expressions politiques auxquelles il est habitué dans ce quartier. Mais ce qui frappe surtout dans ce début de collecte, c’est l’effacement du conflit contre la réforme des retraites à points, la disparition des tags dénonçant les féminicides ou encore des graffitis alertant sur les violences policières. Non pas que ces préoccupations soient aujourd’hui complètement absentes, mais tout se passe ici comme si elles étaient reléguées à l’arrière-plan, l’épidémie prenant désormais toute la place. Les panneaux électoraux des municipales sont toujours là, mais aucune inscription nouvelle ne vient défigurer les candidats pour leur rappeler leurs responsabilités face à la crise sanitaire. C’est probablement la conscience partagée de son ampleur, de sa gravité et de toutes ses implications qui suscite ces différentes prises de position : empêchés de se mobiliser autrement, de descendre dans la rue et même de se parler, certains auteurs de ces écritures publiques interpellent leurs contemporains en témoignant de la variété de leurs rapports à l’État.

Il faudrait enquêter pour vérifier cette hypothèse, qui vaut vraisemblablement pour les habitués des manifestations, mais pas forcément pour d’autres habitants du quartier exprimant leurs idées pendant cette période singulière. Certaines écritures publiques revêtent des formes assez classiques (comme le tract ou le graffiti), tandis que d’autres sont plus inédites. Des draps affichant leur soutien à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes étaient déjà apparus avant l’abandon du projet d’aéroport en 2018, mais de façon plus isolée. Que signifient ces affichages d’opinion politique aux fenêtres ? Il n’est pas impossible qu’ils se propagent aussi par l’effet d’entraînement des réseaux sociaux sur internet. Là aussi, à la frontière de l’espace public et de l’espace privé, beaucoup mettent en scène leurs prises de position. Un auteur nantais de bandes dessinées a ainsi appelé récemment à une “manif des fenêtres” sur son compte Twitter. En mars, un autre compte Twitter a été créé pour diffuser des photographies de ces “Fenêtres en Lutte“.

Indications bibliographiques :

Philippe Masson, Marie Cartier, Rémy Le Saout, Jean-Noël Retière et Marc Suteau, Sociologie de Nantes, La Découverte, 2013.

Solidarités locales

Par Jean-Noël Retière

Un spécialiste de sociologie du droit et des classes populaires donne à voir par la photographie des marques de gratitude et de reconnaissance exprimées par des habitants d’une commune de Loire-Atlantique suite au confinement de sa population.

affichette : Un super grand merci à notre boulangère et notre boulanger (emoji coeur)
Photographie n°1
Affichette : un super grand merci à nos pharmaciennes et notre pharmacien ! Merci (emji coeur)
Photographie n°2

La photographie 1 représente l’affichette collée sur la devanture de l’unique boulangerie de la commune (Indre, bourg de Basse-Indre), ouverte chaque matin de 8h à 13h30. Le même graphisme, indice d’une origine commune, se retrouve dans celle collée sur la vitrine de l’une des deux pharmacies du bourg (photographie 2). Ces deux affiches, collées dans les premiers jours du confinement, sont encore présentes sur les vitrines des commerces concernés. Je vais tenter de connaître l’identité de la personne à l’initiative, au nom des habitants (notre, nos), de ces gestes de gratitude.

Question : retrouve-t-on de semblables manifestations ailleurs, en fonction de la configuration de l’habitat, de la population, de l’histoire socio-résidentielle ? Faut-il se contenter de n’y voir que l’expression d’une initiative individuelle ou l’imputer, plus largement, à un contexte propice à la mise en scène d’une convivialité pré-existante ou virtuelle, à tout le moins plausible ? Indre connaît, depuis plusieurs années, un processus de gentrification à l’origine de sociabilités qui se déploient dans les espaces de voisinage et se re-génèrent dans divers réseaux.

Affichette : Bonjour 
suite à la pandémie du Covid 19, je me propose bénévolement pour aider les personnes âgées ou en difficulté pour effectuer leurs courses ou atres achats de première nécessité (pharmacie...). Je fais cette dmarche pour aider nos aînés et ne demande rien en retour. Si vous avez besoin d'aide et aucune solution, je suis dans le secteur. 06.50.08.38.23
Photographie n°3

Cette photographie 3 représente une offre de service collée sur la porte de la boulangerie. Le numéro de téléphone devrait permettre d’en identifier l’auteur. Le support et la formulation demeurent des indices faibles. Je vous en dirai plus prochainement…

photographie d'un coin de rue, une affichette est accrochée sur un panneau d'angle
Photographie n°4
détail de l'image précédente : une affichette présentant des coeurs et des notes de musique et remerciant les voisins appluadissant les soignants le soir à 20h
Photographie n°5

Sur un panneau accroché sur un mur de la rue Aristide Briand (photographie 4), cette affichette (photographie 5) scotchée portant la note manuscrite illustrée de notes de musique et de cœurs coloriés, signée de son auteure, renvoie aux hommages rendus, chaque soir à 20 h, par de très nombreux voisins de la rue, applaudissant à tout rompre en compagnie des enfants sur le pas de leur porte (photographies 6 et 7). Des photographies, par rue, devraient permettre de comparer la vigueur (versus l’atonie) de ces élans civils de reconnaissance.

photographie d'une rue  étroite avec de nombresues voitures garées
Photographie n°6
Photographie d'un trottoir, un petit endant marche, deux adultes sont devant une porte
Photographie n°7