Écritures publiques

Par tristan poullaouec

Toutes ces photographies ont été prises à Nantes dans le quartier Saint-Clément, qui est assez contrasté. L’Église du même nom est fréquentée par les catholiques traditionalistes du quartier, mais aussi des fidèles venant le dimanche des départements voisins. Une statue de Louis XVI trône au milieu de la place Foch, entre la cathédrale et la préfecture. Mais sous l’effet du déplacement de la richesse vers d’autres quartiers et de l’arrivée de nouvelles populations (notamment des enseignants, des médecins, des cadres du public, des professions culturelles), la morphologie du quartier s’est modifiée. Habituellement très vivante, notamment le jeudi soir, la rue du Maréchal Joffre compte plusieurs cavistes, des bars et des épiceries de nuit, des restaurants. Une rue perpendiculaire abrite le centre NOSIG, association d’accueil et de soutien des personnes LGBTQI+. Dans les bureaux de vote de l’école Sully, Emmanuel Macron et François Fillon ont obtenu des scores très proches des pourcentages moyens de suffrages exprimés en leur faveur à Nantes lors du premier tour de la dernière élection présidentielle (respectivement 30,8% et 20,2%). De son côté, Jean-Luc Mélenchon y a recueilli 27,6% des bulletins, soit 2 points de plus qu’en moyenne à Nantes.

photographie d'une ruelle, containers à poubelle en bois et nombreux graffitis : "Coro, boulot, dodo", "même en confinement, on nik la bac", "liberté, égalité, trace de ké", poulets partout, curry nulle part" et "cunni gratuite contre..."
Photographie n°1 : “Coro, boulot, dodo !” (Rue Cochard, Nantes, 17 mars 2020).

Cette première photographie a été prise le lendemain de la seconde allocution d’Emmanuel Macron décidant de “réduire nos déplacements et nos contacts au strict nécessaire”. Les graffitis et les inscriptions sur le mur et le composteur ont probablement été réalisés dans la nuit. Ils font face à un café restaurant très fréquenté dans le quartier, aussi bien par les parents d’élèves de l’école primaire publique de la rue que par des étudiants (à deux pas se trouvent une école d’arts appliqués, une résidence étudiante, et un peu plus loin, un IUT et un lycée de classes préparatoires). Sans être signés, ils ressemblent à ceux qui apparaissent le long des trajets de beaucoup de manifestations nantaises. Ces messages s’adressent manifestement à des pairs, partageant un certain sens de la dérision, une hostilité marquée envers la police, les patrons et plus largement l’ordre social : le détournement de la devise républicaine évoque ainsi un anesthésique (la kétamine) utilisé comme hallucinogène.

photographie d'une facade d'immeuble. Au deuxième étage, une banderole entre deux balcons : "préparons les luttes de demain"
Photographie n°2 : “Préparons les luttes de demain” (Rue du Maréchal Joffre, 4 avril 2020).
Photographie d'un balcon, banderole orange : #flattenthecurve, restons chez  nous
Photographie n°3 : “#Flatten the curve” (Rue du Maréchal Joffre, Nantes, 27 mars 2020).

Les photographies suivantes montrent deux balcons qui se font face, suggérant une réponse de l’un à l’autre. Ces draps sont apparus aux fenêtres avec les applaudissements à 20h des travailleurs du secteur de la santé. Contrairement aux précédentes, les deux inscriptions nous invitent à “rester chez nous” et donc au respect du confinement. Mais elles le justifient de manière différente : la première (photographie n°2) en considérant cette période comme une parenthèse propice à “préparer les luttes de demain”, la seconde (photographie n°3) en se référant aux leçons de l’épidémiologie qui justifient le confinement par “l’aplatissement” de la courbe des nouveaux cas de Covid-19 (to flatten, aplatir). Le recours à l’anglais et au signe typographique # affichent également une familiarité avec les réseaux sociaux.

Tract Lutte ouvrière, Nantes métropole : éboueurs en colère, 1er avril 2020
en dessous un autocollant "Entreprises, le profit ne devrait pas être une règle internationale, la RESPONSABILITÉ, si"
Photographie n°4 : “Éboueurs en colère” (Rue Cochard, Nantes, 10 avril 2020).

Cette quatrième photographie représente une expression politique beaucoup plus classique, inscrite dans le répertoire d’action des organisations trotskystes. Collé sur plusieurs poubelles, ce tract de Lutte Ouvrière daté du 1er avril évoque la mobilisation en mars des éboueurs de Nantes Métropole “pour obtenir du gel [hydroalcoolique] et des gants en latex”. Sans doute par crainte d’une nouvelle grève, leur employeur a en outre autorisé le retour du “fini-parti”. Cette pratique consiste à débaucher dès que la tournée est terminée. Son interdiction avait fait l’objet d’un long conflit social en 2017.

Photographie d'une inscription  la craie sur un sol bétonné : ÉLEVAGES INDUSTRIELS INCUBATEURS A VIRUS"
Photographie n°5 : “Élevages industriels, incubateurs à virus” (Rue Cochard, Nantes, 10 avril 2020).

La photographie n°5 a été prise non loin d’un magasin bio. Éphémère, ce message à la craie vise les habitants du quartier qui font leurs courses alimentaires dans la rue adjacente. Alors que les premiers articles de presse sur l’émergence du Covid-19 en Chine ont mis en cause les marchés de produits frais dans la transmission du virus, l’inscription sur ce trottoir dénonce l’industrie agroalimentaire, comme l’ont fait déjà à l’automne dernier les “marches pour le climat” rassemblant beaucoup de jeunes scolarisés, tout particulièrement à Nantes.

photographie d'une banderole : justice sociale et climatique : sauvons les vies, pas l'économie
Photographie n°6 : “Sauvons les vies, pas l’économie” (Rue Monfoulon, Nantes, 10 avril 2020), photographie prise par Karine Guillet.
photographie d'une banderole noire à une fenêtre : des milliards pour l’hôpital, pas pour le capital
Photographie n°7 : “Des milliards pour l’hôpital” (rue du Préfet Bonnefoy, 13 avril, Nantes), photographie prise par Marie Vourc’h.

Dans le même registre, la photographie n°6 montre une banderole qui s’en prend aux pouvoirs publics au nom de la justice sociale et climatique. Pour ses auteurs, l’action du gouvernement pendant la crise sanitaire se résume à un sauvetage de l’économie. De fait, les projets de loi de finances rectificatives des 18 mars et 15 avril portent le déficit public à un niveau supérieur à celui de 2009 et visent principalement à renflouer les revenus perdus par les entreprises à cause du confinement. Plus précisément, l’inscription du drap de la photographie n°7, qui rime comme un slogan de manifestation, rappelle sans doute la revendication d’un effort financier pour augmenter les effectifs, rouvrir des lits et améliorer les salaires qui s’exprime à l’hôpital public depuis le printemps 2019 dans le secteur des urgences.

Affichette scotchée sur un mur : bonjour voisins et voisines, Restez vous isolé.e.s à cause fu COVID-19 ? nous pouvons vous aider
Photographie n°8 : “Ensemble, nous sommes plus résilient.e.s” (rue Monfoulon, Nantes, 10 avril 2020).

La dernière photographie relève d’une toute autre forme d’expression politique. Il s’agit d’une lettre affichée par un habitant du quartier proposant son aide à ses voisins (pour faire des courses, discuter au téléphone…). On peut imaginer son auteur plutôt jeune et progressiste, à en juger par son prénom (c’est en 2001 que Théo a été le plus souvent attribué), sa proposition d’un groupe WhatsApp, d’un site internet (www.covidentraide.gogocarto.fr) et l’usage de l’écriture inclusive dans son texte. Il ne désigne pas d’adversaire et n’exprime pas de revendication, mais espère “renforcer notre sens de la communauté”.

Bien sûr, cet album de photographies reflète aussi la vie de leur auteur pendant le confinement, profitant de ses rares sorties pour glaner les expressions politiques auxquelles il est habitué dans ce quartier. Mais ce qui frappe surtout dans ce début de collecte, c’est l’effacement du conflit contre la réforme des retraites à points, la disparition des tags dénonçant les féminicides ou encore des graffitis alertant sur les violences policières. Non pas que ces préoccupations soient aujourd’hui complètement absentes, mais tout se passe ici comme si elles étaient reléguées à l’arrière-plan, l’épidémie prenant désormais toute la place. Les panneaux électoraux des municipales sont toujours là, mais aucune inscription nouvelle ne vient défigurer les candidats pour leur rappeler leurs responsabilités face à la crise sanitaire. C’est probablement la conscience partagée de son ampleur, de sa gravité et de toutes ses implications qui suscite ces différentes prises de position : empêchés de se mobiliser autrement, de descendre dans la rue et même de se parler, certains auteurs de ces écritures publiques interpellent leurs contemporains en témoignant de la variété de leurs rapports à l’État.

Il faudrait enquêter pour vérifier cette hypothèse, qui vaut vraisemblablement pour les habitués des manifestations, mais pas forcément pour d’autres habitants du quartier exprimant leurs idées pendant cette période singulière. Certaines écritures publiques revêtent des formes assez classiques (comme le tract ou le graffiti), tandis que d’autres sont plus inédites. Des draps affichant leur soutien à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes étaient déjà apparus avant l’abandon du projet d’aéroport en 2018, mais de façon plus isolée. Que signifient ces affichages d’opinion politique aux fenêtres ? Il n’est pas impossible qu’ils se propagent aussi par l’effet d’entraînement des réseaux sociaux sur internet. Là aussi, à la frontière de l’espace public et de l’espace privé, beaucoup mettent en scène leurs prises de position. Un auteur nantais de bandes dessinées a ainsi appelé récemment à une “manif des fenêtres” sur son compte Twitter. En mars, un autre compte Twitter a été créé pour diffuser des photographies de ces “Fenêtres en Lutte“.

Indications bibliographiques :

Philippe Masson, Marie Cartier, Rémy Le Saout, Jean-Noël Retière et Marc Suteau, Sociologie de Nantes, La Découverte, 2013.

Une socio-histoire des épidémies

Par Marie Cartier

Johan Goudsblom a développé à l’université d’Amsterdam de 1968 à 1997 une sociologie attentive aux processus de longue durée et ouverte aux autres disciplines dans le sillage de Norbert Elias. Il s’est notamment intéressé avec Abram de Swaan à la socio-histoire de l’État-Providence. Son article « Les grandes épidémies et la civilisation des mœurs », traduit par Francine Muel-Dreyfus, est utile à lire aujourd’hui.

Il scrute, en s’appuyant sur les travaux des historiens, les réponses sociales à quatre maladies qui frappèrent l’Europe au fil des siècles : la lèpre (Moyen Age), la peste (du 14ème au 18ème siècle), la syphilis (du 15ème au 19ème), le choléra (au 19ème).

Un air de familiarité avec Covid 19 nous saisit : inégalités sociales face à la contamination et à l’application des consignes sanitaires, rôle du commerce à longue distance et de la mondialisation économique, effets délétères de la maladie mais aussi de la peur de la contagion, regain de la haine de l’étranger, quarantaine et confinement. Mais attention… Le socio-historien s’aidant de La Civilisation des mœurs d’Elias s’attache à débusquer l’anachronisme dans l’étude des épidémies du passé : on tend à y projeter notre préoccupation hygiéniste et sanitaire alors même que celle-ci n’a commencé à acquérir une véritable force sociale qu’à partir du 19ème siècle. Tout comme lui, évitons donc l’anachronisme et ne regardons pas le présent avec les yeux du passé. Covid 19 prend place en Europe dans des sociétés hyper médicalisées dans lesquelles le souci de la santé physique mais aussi mentale s’est répandu partout, des institutions de santé jusqu’aux individus, des classes supérieures jusqu’aux classes populaires. La mort y compris à un âge très avancé y est perçue comme inacceptable. L’autorité et les moyens de la médecine y sont devenus considérables. La définition de la maladie infectieuse en termes strictement médicaux aide à contenir l’ostracisation des contaminés. La diffusion d’informations médicales sur la nature de la maladie et son mode de contamination aide à lutter efficacement contre sa propagation mais aussi à maîtriser notre peur et ses effets délétères.

Le texte de Goudsblom a été publié en 1987, quelques années après le début de l’épidémie du sida. À la fin de son article, il s’aventure à tirer de sa revisite de l’histoire de quelques grandes épidémies, quelques hypothèses concernant les réponses sociales à cette nouvelle épidémie du sida. Celles-ci semblent étrangement optimistes dans la bouche d’un sociologue critique : « Le pouvoir croissant de la médecine a fait que le matérialisme médical est bien près de devenir une réalité ». L’histoire ultérieure de la lutte contre le sida ne lui a-t-elle pas donné raison ?

Indications bibliographiques :

Arborio Anne-Marie, Lechien Marie-Hélène, « La bonne volonté sanitaire des classes populaires. Les ménages employés et ouvriers stables face aux médecins et aux normes de santé », Sociologie, 2019/1 (Vol. 10), p. 91-110.

Delaporte François, Le savoir de la maladie. Essai sur le choléra de 1832 à Paris, PUF, 1990.

De Swaan Abram, Sous l’aile protectrice de l’État, PUF, 1995.

“En suivant le virus de la grippe aviaire”

par baptiste viaud

En 2011, Frédérick Keck (historien de la philosophie et anthropologue – Directeur de Recherche au CNRS) et Vanessa Manceron (anthropologue de la nature – Chargée de recherche au CNRS) cherchaient à retracer l’histoire sociale et politique du virus de la grippe aviaire1. Des premiers foyers infectieux repérés à Hong Kong en 1997, à la reconnaissance par la France d’un premier cas en 2006, les auteurs reviennent sur les conditions de circulation du virus, en tant que « monstre biologique » hautement pathogène, mais aussi sur les conditions de circulation des idées (souvent des controverses) et des pratiques (ordinaires ou politiques), qui composent les réponses apportées dans divers contextes nationaux à une crise sanitaire.

Il ne s’agit pas de chercher à comparer ce qui n’est pas comparable, ni à tirer des leçons d’un passé proche. La proximité la plus immédiate entre la grippe aviaire et le coronavirus, ce sont leurs noms tout droit sortis de l’imaginaire de George Lucas. H5 N1 pour l’un, Covid 19 pour l’autre. Mais à bien y regarder, mêmes si tous deux ont été comparés à des formes de « grippes », ils sont très différents. Le virus H5N1 est hautement pathogène et possède une forte létalité (les auteurs rappellent ainsi qu’il « tue 70% des humains qu’il infecte »). Il circule chez les animaux avant d’émerger chez les humains (cela reste une hypothèse non confirmée pour le Covid-19) et surtout ne passe pas d’homme à homme. Très loin donc de la contagiosité du Covid-19 dont la transmission interhumaine est intense, mais qui, à l’inverse, reste peu mortel. Le H5 N1 a fait craindre une pandémie, qui n’est pas advenue ; le Covid-19 en est une, officiellement reconnue comme telle par l’OMS en mars 2020.

La lecture de ce texte ne vise donc pas à mener une comparaison terme à terme dans le temps court et l’histoire récente. Elle n’en reste pas moins utile pour penser la manière dont un virus produit des formes spécifiques de (dé)régulations dont il convient de prendre la mesure et de comprendre les effets. Contre l’idée de sens commun selon laquelle un virus aurait pour effet unique de détruire la vie biologique et sociale, les auteurs montrent que le virus fait aussi naître, par réaction, des réponses tout à la fois sociales, scientifiques, politiques. Le H5N1 a généré une intense activité scientifique dont l’enjeu était de comprendre, évaluer, éradiquer ; ainsi qu’une intense activité politique dont l’enjeu était d’empêcher, limiter, protéger.

La lutte contre la diffusion du virus s’est traduite par des mesures spectaculaires, en particulier d’abattage ou de confinement des volailles (« En 1997, lors de la première apparition du H5N1, le gouvernement de Hong Kong a abattu 1,5 million de volailles et a demandé aux trois cents éleveurs du territoire d’abandonner leurs activités par un Voluntary Surrender Act »). Pour autant, ces réponses politiques ont été prises dans le double jeu des cultures nationales et d’une diplomatie sanitaire dans laquelle les gouvernements sont tout autant partenaires que concurrents (s’agissant de leurs équipements scientifiques, des stocks de produits sanitaires, de la façon dont ils administrent la santé publique ; etc.). Ainsi les réponses furent-elles variées (« En France, les porcs ont continué d’évoluer dans leurs enclos, alors qu’en Indonésie, où la majorité musulmane se méfie de ces animaux impurs, les autorités sanitaires ont choisi de les abattre plutôt que de confiner les volailles »). Et cette diversité de réponses politiques s’est accompagnée de « controverses sur les causes scientifiques et la gestion politique de l’infortune ». La circulation du virus, par les conduites variées qu’il contribue à construire sur des territoires distincts, et la volonté qu’il fait naître chez tous de trouver le chemin qu’il a emprunté, participe donc d’une véritable « géographie » à partir de laquelle il devient possible de proposer une histoire du virus (et plus exactement des histoires du virus, dépendantes des intérêts nationaux, susceptibles de se concurrencer voire de se contredire).

L’autre apport de cette lecture est de montrer combien les réactions face au virus interrogent la justice sociale. Dans le cas du H5N1, les mesures d’abattement des animaux, principaux vecteurs de la maladie, faisaient suite aux expertises scientifiques qui avaient isolé le trajet le plus probable du virus (« du canard à l’homme, en passant par le poulet et le porc »). Pourtant, les gouvernements se sont diversement lancés dans ces abattages selon le rapport entretenu aux animaux par leurs populations. En France, ce sont sur les volailles que les mesures se sont concentrées et les abattages ont été massifs. Si la mesure paraît scientifiquement armée, elle soulève des enjeux politiques et sociaux très sensibles. Les auteurs évoquent ici des « violences sacrificielles » qui, parce qu’elles reposent sur des arguments scientifiques deviennent des réponses politiques légitimes. Ces mesures justifient alors diverses formes de « dommages collatéraux », dont les effets sociaux potentiellement inégalitaires sont assumés au nom de l’intérêt commun. Si les virus ne touchent pas au hasard d’un strict point de vue biologique (s’attaquant plutôt aux personnes âgées et fragiles), les effets des réponses politiques apportées ne touchent pas au hasard d’un point de vue social. S’agissant du H5N1, dans une administration publique et un régime assurantiel qui protègent mieux les éleveurs industriels que les éleveurs de basse-cour, la violence des mesures d’abattage aura été d’autant plus fortement ressentie que les positions occupées étaient fragiles. Un tel résultat rappelle combien un virus au-delà de ses effets pathogènes immédiats, porte le risque d’effets proprement sociaux dont l’expression, peu audible le temps de la crise, prend sa pleine dimension lorsque vient le temps de « faire les comptes ».

1 Keck, Frédéric, et Vanessa Manceron. « 6. En suivant le virus de la grippe aviaire, de Hong Kong à la Dombes », Sophie Houdard éd., Humains, non-humains. Comment repeupler les sciences sociales, La Découverte, 2011, pp. 65-74.

Chaque pays, en fonction de son système de soins, choisit ses morts !

Par sylvie Morel

Le 27 mars, dans l’émission de Jean-Jacques Bourdin, Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France (FHF), l’affirme : « Oui, il y des témoignages qui effectivement nous racontent que oui, parfois, il y a des patients qui sont prioritairement pris et d’autres à qui on ne peut pas offrir une prise en charge identique. Donc aujourd’hui, il y a des choix douloureux parfois qui sont faits. » Depuis quelques jours, on pouvait en effet lire sur les réseaux sociaux le témoignage de soignant.e.s qui nous alertaient de la décision qui avait été prise dans certains hôpitaux de ne pas réanimer (« sauver ») certain.e.s patient.e.s. On y apprend plus précisément que, face à la pénurie de lits de réanimation (7 000 en France contre 25 000 en Allemagne par exemple), de gel hydroalcoolique, de masques, de tests de dépistage, de surblouses, mais aussi de personnel soignant dont les effectifs, faut-il le rappeler, ont été drastiquement réduits ces dernières décennies, des médecins sont contraints de faire un choix difficile, intolérable, entre les patient.e.s pouvant accéder aux soins de réanimation et ceux qui n’y auront pas accès. Christophe Prudhomme, médecin urgentiste et porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France, s’en indigne en direct sur BFM TV le 29 mars à 19h40 : « Nous choisissons les patients aujourd’hui qu’on va mettre en réanimation », concluant,après avoir souligné l’existence d’un manque chronique de lits de réanimation, sur le caractère prévisible de la catastrophe.

L’état d’urgence sanitaire dans lequel nous sommes plongé.e.s depuis plusieurs jours invite ainsi à lire ou relire les analyses menées par le médecin et anthropologue Didier Fassin1 qui dans La Vie, mode d’emploi critique (Seuil, 2018) revient sur un paradoxe : « Jamais la vie n’a été aussi sacralisée dans nos sociétés occidentales. Mais rarement les vies n’ont paru si inégales. » Il montre que les inégalités sociales révèlent des « hiérarchies morales » qui accordent plus de valeur à certaines vies qu’à d’autres, soulignant ainsi les écarts entre « la démocratie emphatiquement proclamée et la démocratie réellement observée ». Une dimension de ces inégalités est aujourd’hui rendue visible par la crise alors qu’elle demeure généralement impensée car sans nul doute difficilement pensable pour chacun.e d’entre nous : il s’agit des inégalités sociales dans l’accès aux soins d’urgence sanitaire en France. Dans un contexte de pénurie de lits de réanimation et, depuis quelques jours, de médicaments de réanimation comme le curare qui a pour fonction de détendre les muscles pour permettre l’intubation, ces inégalités constituent l’un des problèmes centraux posés par la crise.

Les inégalités sociales d’accès aux soins d’urgence sanitaire

La visibilité nouvelle de ce problème de santé publique ne doit pas pour autant nous faire croire qu’il est nouveau voire inédit, c’est-à-dire essentiellement lié à la « guerre sanitaire ». En effet, dans les années 1990, des recherches sociologiques mettent en exergue la situation de « porte-à-faux » (Bessin, 1995) dans laquelle se trouvent les services d’urgence, communément qualifiés « d’engorgés », confrontés à une double contrainte. D’un côté, ils doivent répondre à l’obligation d’accueillir le « tout-venant » des patients dont une part croissante est constituée d’urgences dites « sociales » (Peneff, 1992 ; Camus et Dodier, 1997) ; de l’autre, ils doivent composer avec le travail de sélection des patients opéré, en aval, par les services de spécialités médicales qui, depuis le début des années 1980, segmentent et rationalisent leur activité pour répondre aux contraintes gestionnaires engendrées par le « nouveau management public » (Belorgey, 2010). Les services de réanimation médicale comptent parmi ces services de spécialité qui opèrent une sélection des patients à leur entrée comme l’a montré le travail de Christophe Andréo (Andréo, 2004). Dans la lignée de ces travaux, les analyses que j’ai menées dans le cadre d’un doctorat2 montrent qu’il existe, en matière d’urgence sanitaire en France, des pratiques de sélection sociale. Plus précisément, cette étude montre que les intérêts médicaux et ceux des établissements de soins qu’ils soient public ou privé, conduisent à produire des filières d’accès aux soins d’urgence socialement différenciées. L’enquête ethnographique (Morel 2018a, 2018b) combinée à une enquête par questionnaire menée auprès de patients de deux services d’urgence, l’un privé et l’autre public, a permis de repérer quatre filières : la première est composée de services d’urgence hébergés dans des cliniques privées à but lucratif ; une seconde est constituée de services d’urgences publics hospitaliers ; la troisième est une filière de « contournement » des services d’urgences ; la dernière enfin, réunit les structures d’assistance socio-sanitaires (Morel, 2016).

Dans un article publié récemment dans Social Science & Medicine (Morel, 2019), je reviens sur les mécanismes concrets de sélection des patients et je montre plus précisément, comment l’organisation des soins d’urgence sanitaire en France participe à reproduire voire aggraver les inégalités sociales de santé dont on sait d’une part, qu’elles sont parmi les plus élevées en France et d’autre part, qu’elles prennent racine essentiellement en amont du système de soins, dans les conditions d’existence des individus (Leclerc et al., 2000). L’analyse se déploie en trois parties et permet de dévoiler les ressorts du processus de production de filières d’accès aux soins d’urgence différenciées socialement ou dit autrement, d’une médecine à plusieurs vitesses sociales. L’analyse comparée de l’organisation de deux services d’urgence, l’un privé, l’autre public, révèle dans un premier temps l’existence de politiques d’accueil différentes, le service d’urgence privé sélectionnant ses patients. La clinique privée a en effet une politique de recrutement ciblée voire sélective, qui contraste avec l’ouverture et l’accessibilité du Centre hospitalier universitaire où est hébergé le service d’urgence public. Pensée comme une véritable entreprise de production de soins qui se doit d’être rentable pour ses médecins propriétaires-actionnaires (Tanti-Hardouin, 1996 : 38.), la clinique se veut attractive pour capter et fidéliser une clientèle solvable et rentable (Grévin, 2011 : 268). De fait, les spécialités considérées comme non rentables sont absentes de l’organigramme et plus particulièrement, ce qui relève du médico-social (alcoolisme, sans domicile fixe, etc.) et du médico-psychologique. Ainsi, au service d’urgence privé, les personnes atteintes de troubles psychiques, d’addiction mais aussi, les personnes âgées grabataires et/ou polypathologiques sont évitées car d’une part, elles augmentent la charge de travail des soignants des services de spécialité et d’autre part, elles restent plus longtemps dans le service surtout si leur état de santé nécessite des « soins de suite ». Ces patients sont considérés comme non-rentables au regard des contraintes financières instaurées par le système de la « durée moyenne de séjour » (DMS) issu de la tarification à l’activité (T2A) instaurée en 2003, qui codifie les délais d’hospitalisation en faisant fi de la situation socio-sanitaire des patients. Dans ce cadre, la clinique évite donc ces « mauvais » malades au profit de patients non seulement solvables mais aussi, plus « rentables » car souffrant d’un problème organique ciblé. Dans un second temps, l’analyse statistique des profils des patients permet non seulement de confirmer l’existence de pratiques de discrimination à l’entrée des urgences privées mais aussi, de suggérer l’existence de telles pratiques aux urgences hospitalières au regard de la nette sous-représentation voire de l’absence de certains profils de population dans ce service (personnes sans couverture sanitaire ou personnes bénéficiant de l’AME). L’analyse révèle que dans un contexte de restriction budgétaire, les professionnels hospitaliers sont contraints de réorienter les populations les plus précaires et notamment sans couverture sanitaire, vers une filière de soin spécifique « d’assistante socio-médicale » (Parizot, 2005). Composée de structures hospitalières (PASS) et d’associations humanitaires (Médecins du Monde, etc.), cette filière spécialisée dans la prise en charge des patients les plus précaires permet d’expliquer la quasi-absence de personnes sans assurance maladie (1,4%) et de bénéficiaires de l’AME (1,4%) parmi les patients interrogés au service d’urgences public, comparée à leur forte proportion d’une part, à l’association Médecins du monde (16,8%), située à proximité de ce service. Et d’autre part, à la PASS où, l’année de l’enquête (2007), les patients sans assurance maladie et bénéficiant de l’AME représentaient respectivement 60% et 13% des patients pris en charge. Enfin, c’est à la faveur de circonstances exceptionnelles que j’ai pu repérer l’existence d’une autre filière d’accès aux soins d’urgence sanitaire destinée à une population minoritaire.

Nous sommes à la veille du 1er novembre, le personnel du service d’urgence de la clinique privée doit refuser toute admission car les services de spécialité (d’hospitalisation) sont complets. J’ai pu alors assister, non sans surprise, à l’arrivée de patients qui, en temps normal, n’empruntent pas le circuit des urgences mais celui de l’hospitalisation programmée. Certains de ces patients n’hésitaient pas à manifester leur mécontentement, leur présence aux urgences constituant pour eux un accident dans leur parcours de soin habituel. Pour cette poignée de patients appartenant aux franges supérieures de la catégorie de cadres, le passage par ce service est difficilement envisageable : lorsqu’un problème de soin urgent survient, ils mobilisent leur réseau médical et accèdent rapidement aux services spécialisés correspondant à leur état de santé sans passer par les urgences. C’est la filière de contournement des services d’urgences qui se caractérise par un accès direct aux soins d’urgence.

Toutefois, entre la mise au jour de l’existence de disparités sociales d’accès aux soins et l’énonciation d’une inégalité sociale dans l’accès aux soins d’urgence sanitaire, le pas doit être franchi avec prudence. Encore faut-il démontrer que la « qualité » des soins dispensés diffère d’une filière de soins d’urgence sanitaire à une autre (Lombrail, et al., 2004 : 62). Sur ce point, l’enquête ethnographique montre que l’accès aux soins de spécialité appropriés à l’état de santé du patient, ce que Pierre Lombrail nomme l’accès secondaire aux soins (Lombrail et al., 2004 ; Lombrail, 2007), sera plus rapide s’il est adressé au service d’urgence de la clinique privée. Les urgentistes exerçant au sein de ce service d’urgence sont en effet contraints de sélectionner les patient.e.s à l’entrée sur la base de critères médicaux et sociaux afin de recruter des malades ajustés aux attentes des services de spécialité. De fait, les patient.e.s qui arrivent dans ce service d’urgence accèdent rapidement aux services de spécialité contrairement à la situation qui prévaut aux urgences publiques où les professionnel.le.s ne parviennent pas à les « vendre » rapidement aux services d’hospitalisation (Camus, Dodier, 1997). Concernant la filière composée d’une minorité de patient.e.s qui savent mobiliser leur réseau médical pour contourner les services d’urgences, l’accès au service de spécialité approprié à leur état de santé (cardiologie, pneumologie, médecine interne, etc) est direct et donc rapide. Enfin, s’agissant de la filière prenant en charge les patient.e.s sans couverture sanitaire (sans domiciles fixes, migrant.e.s, etc.), l’accès aux soins de spécialité se fait au terme d’un long parcours : adressés en priorité aux structures d’assistance socio-médicale (PASS, Médecins du Monde), les patient.e.s arrivent au service d’urgence public dans un état de santé généralement dégradé avant de gagner, enfin, le service de spécialité où les médecins relèvent une proportion élevée de besoin de soins urgents (Boisguérin, Haury, 2008). Comme le souligne, un médecin infectiologue, « le problème c’est d’arriver au médecin spécialiste ». Or ces étapes qui jalonnent le parcours de soins constituent autant de « pertes de chance » pour le patient. Le temps, selon qu’il est long ou réduit, est en effet reconnu par les médecins comme un facteur aggravant ou favorisant l’état de santé d’un patient. Sur la base de ces données, il apparaît donc que les disparités sociales d’accès aux soins d’urgences repérées sont bien synonymes d’inégalités sociales. Ces résultats invitent ainsi à aller au-delà des cadres d’analyse binaires et simplistes (« médecine de riche, médecine de pauvre », « médecine à deux vitesses »), mobilisés dans les discours médiatiques pour appréhender les inégalités afin d’adopter une grille d’analyse plus fine, reflétant la complexité du monde social : il existe en France des filières d’accès aux soins (d’urgence) graduées socialement, ou, dit autrement, une médecine à plusieurs (4) vitesses sociales. En portant dans l’espace public, la question des « choix douloureux » concernant l’accès aux soins de réanimation s que doivent opérer les soignant.e.s au détriment de personnes âgées et ce, en raison d’une pénurie de lits et de médicaments dans ces services, la crise sanitaire opère aujourd’hui comme un véritable révélateur de ce problème de santé publique.

« Pourquoi de telles inégalités de traitement ? En tout cas, pas pour raisons médicales ».

Le Parisien titrait dès le 17 mars : « Coronavirus : “ Il va falloir choisir” entre les malades, admettent des soignants » et une infirmière épuisée confiait au journaliste : « Oui, on commence à trier les patients ». Il est certes précisé que ce sont des patients de 70 ans, déjà malades, qui ont été privés de soins de réanimation, mais aussi que ces choix ont été contraints par une pénurie de places. Autrement dit, ils n’ont pas été guidés par l’état de santé du patient et le principe hippocratique du primum non nocere [en premier lieu, ne pas nuire], qui peut conduire les médecins, dans certains cas, à décider collégialement et en accord avec les directives anticipées du patients et les familles, de ne pas réanimer. Parallèlement, les nombreux décès survenus ces derniers jours dans les Ehpad, mais aussi à domicile, n’ont pas été comptabilisés dans les chiffres annoncés chaque jour par Jérôme Salomon, directeur générale de la santé. De toute façon, l’absence de tests ne permet pas d’associer certains de ces décès au COVID-19. Tout ceci conduit à une invisibilisation de ces victimes et contribue à masquer le traitement sanitaire réservé à ces patient.e.s durant la pandémie. Il convient également de préciser que la stratégie du confinement total est, de l’avis des soignant.e.s, dangereuse pour ces personnes. Par exemple, le fait que les repas soient désormais pris seul.e.s dans les chambres, non seulement engendre un isolement social qui entraine une forme de « mort sociale » précipitant la « mort biologique » , mais est également source de dangers immédiats : le sous-effectif structurel et la dégradation des conditions de travail du personnel des Ephad, engendrés là aussi par des années de politiques de restriction budgétaire (Dussuet, Nirello, Puissant, 2017), ne permettent pas d’être présent.e.s auprès des personnes âgées pour intervenir en cas de « fausses-route » fréquentes et bien connues des professionnel.le.s. de santé.

Dans un article publié en 2009 sur un site d’information médicale, le Professeur Sadek Béloucif, anesthésiste-réanimateur et ancien membre du Comité d’éthique, expliquait que la stagnation voire la régression du nombre de lits de réanimation, associées à un vieillissement de la population, contraint les réanimateurs à faire de l’âge un critère de sélection à l’accès aux soins d’urgence sanitaire :

« Plus prosaïquement, s’il ne reste qu’un lit pour deux patients, le jeune a une longueur d’avance. Pourquoi de telles inégalités de traitement ? En tout cas, pas pour des raisons médicales. Tous les réanimateurs sont d’accord sur ce point : “L’âge en tant que tel ne constitue pas, à lui seul, un facteur de mauvais pronostic”, insiste le Pr Béloucif. […] Si l’admission des personnes âgées en réanimation fait débat, c’est donc bien parce que la pression économique s’accentue. »

Il semblerait donc, pour reprendre une phrase qu’on attribue généralement à Arnold Allan Lazarus, psychologue clinicien et chercheur américain, que « chaque pays, en fonction de son système de soins, choisit ses morts ». Car oui, les morts dont il est question ici procèdent moins de choix fondés sur des critères ou principes médicaux, que de choix reposant sur des principes économiques ayant conduit à « la casse du siècle » (Juven, Pierru, Vincent, 2019) dénoncée par les soignant.e.s depuis des années et, plus particulièrement durant les mois qui ont précédé le début de cette pandémie. En visibilisant les inégalités sociales d’accès aux soins d’urgence sanitaire, la crise met ainsi en lumière l’existence d’une hiérarchisation sociale des vies ou dit autrement, pour paraphraser Didier Fassin, l’existence de vies inégales. Et les personnes âgées ne sont pas les seules à occuper une mauvaise place dans cet ordre social hiérarchique, en témoigne le traitement sanitaire réservé aux personnes migrantes confinées par centaines dans des gymnases, aux personnes incarcérées ou encore aux malades psychiatriques. Le psychiatre Mathieu Bellahsen faisait d’ailleurs part de ses craintes concernant ces derniers le 21 mars : « Mes pires craintes, c’est le tri des patients. Qu’on nous dise ‘non, on ne les prend plus’. Nous n’avons aucun lit de réanimation. Les malades mentaux, comme on dit, passeront en dernier ». Il ne s’agit certes là encore que de craintes mais l’inquiétude des professionnel.le.s exerçant en psychiatrie est à prendre très au sérieux au regard de la vulnérabilité particulière des personnes souffrant de troubles psychiatriques et de la stigmatisation sociale dont elle sont souvent l’objet.

« Sauver le capitalisme sanitaire »

Au regard de l’ampleur de la crise sanitaire, le Président de la République a semblé un instant remettre en question la politique d’austérité budgétaire en réaffirmant, dans son discours le 12 mars, l’importance de l’hôpital public, précisant même que la santé ne devait pas être un bien soumis aux lois du marché. Cependant, le 26 mars, les propos tenus par le Président devant l’hôpital militaire récemment installé à Mulhouse, laissent à penser que cette politique n’est nullement remise en question : les termes « plan massif d’investissement et de revalorisation de l’ensemble des carrières » ainsi que « prime exceptionnelle » destinée aux soignant.e.s, puisent indéniablement dans la « novlangue managériale » (Vandevelde-Rougale, 2018). Il convient de noter par ailleurs que le chef de l’État ne répond aucunement aux revendications fortes des soignant.e.s, à savoir plus de moyens matériels (la réouverture de lits notamment) et humains (recrutements pérennes de personnels médical et médico-social), ces derniers ayant été réduits au moyen d’outils gestionnaires comme la MAP, (« Mise à Plat des Effectifs »). Dans cette configuration sémantique, la promesse d’une « rupture » paraît ainsi plus que trompeuse : il s’agirait moins de sauver l’hôpital que de « sauver le capitalisme sanitaire » comme l’explique le sociologue Pierre-André Juven.

Face à cette situation que pouvons-nous faire ? Prendre de la distance avec la rhétorique guerrière et son corollaire, l’héroïsation des soignant.e.s qui, d’une part, tend implicitement à faire croire que les milliers de morts sont principalement dus à un ennemi commun invisible et, d’autre part, à rendre légitime, presque naturel, le « sacrifice » (nouvelle morale ?) des soignant.e.s et de tous les autres travailleur.euse.s. qui s’exposent au virus malgré le manque de matériel de protection. Ce faisant, cette métaphore de la « guerre sanitaire » occulte les raisons structurelles à l’origine de l’ampleur du nombre de morts, à savoir les choix économiques ayant conduit au démantèlement progressif d’un système de santé qui doit aujourd’hui « choisir ses morts ».

Remerciements :

Je remercie Delphine Moreau, Sociologue, Professeur à l’EHESP (laboratoire ARENES UMR 6051, Université Rennes 1), Anne-Cécile Hoyez, Géographe, Chargée de recherche au CNRS (laboratoire ESO UMR 6590, Université Rennes 2) et les membres du comité éditorial du carnet pour leur relecture et leurs précieux conseils.

Références

Andréo, C., « La gestion des flux de malades dans les services de réanimation », Sociétés contemporaines, 2004/2, n°54, 103-104.

Belorgey, N., 2010. L’hôpital sous pression. Enquête sur le nouveau management public, Paris. La Découverte.

Bessin, M., « Le social aux urgences hospitalières, les enjeux d’une restructuration ». Les cahiers de la sécurité intérieure, 1995, 22, 57-65.

Boisguérin, B., Haury, B., « Les bénéficiaires de l’AME en contact avec le système de soins », DREES, Etudes et résultats, 2008, n° 645

Camus, A., Dodier, N., « L’admission des malades. Histoire et pragmatique de l’accueil à l’hôpital », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 1997, 52, 4, 733-763.

Grévin, A., « Les transformations du management des établissements de santé et leur impact sur la santé au travail », Thèse Sciences de gestion, 2011, Université de Nantes.

Herzlich, C., « Types de clientèle et fonctionnement de l’institution hospitalière », Revue française de sociologie,1973  vol. 14, n°1, 1973,  p. 41-59.

Juven, P-A, Pierru, F., Vincent, F., La casse du siècle. À propos des réformes de l’hôpital public, Broché, 2019.

Leclerc, A., et al.,. Les inégalités sociales de santé, Paris, 2000, La découverte, Inserm.

Lombrail, P., et al., « Accès aux soins et inégalités sociales de santé : Que sait-on de l’accès secondaire ? », Santé, société et solidarité, 2004, 2, 61-71.

Lombrail, P., « Inégalités de santé et d’accès secondaire aux soinsHealth care and secondary access to care inequalities”, Revue d’épidémiologie et de santé publique, Vol. 55, Issue 1, 2007, 23-30.

Morel, S., « L’urgence à plusieurs “vitesses” : Fracture territoriale et inégalité sociale dans l’accès aux soins d’urgence en France. Genèse et réalité d’un sous champ sanitaire », Thèse de sociologie, 2014. Université de Nantes.

Morel, S., « La fabrique médicale des inégalités sociales dans l’accès aux soins d’urgence. Ethnographie comparée de deux services d’urgence public et privé », Agone, n°59, « Quand la santé décuple les inégalités », 2016, 73-88.

Morel, S., « De transporteurs à soigneurs ? Vers une segmentation du travail des ambulanciers privés français », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 – n° 1, 2018a, mis en ligne le 23 février 2018, URL : http://journals.openedition.org/sdt/1736 ; DOI : 10.4000/sdt.1736

Morel, S., « Se défaire du savoir savant. Réflexions autour d’un engagement ethnographique avec les ambulanciers », Genèses, 112, 2018b, 140-153.

Morel, S., « Inequalities and discriminations in access to emergency care. Ethnographies of three healthcare structures and their audiences », Social Science & Medicine, Vol. 232, Juillet 2019, 25-32,

Peneff, J., L’hôpital en urgence. Paris. Métailié, 1992.

Tanti-Hardouin, N., L’hospitalisation privée. Crise identitaires et mutation sectorielle, Paris, Editions de la Documentation française, 1996. [Voir aussi, La reproduction sociale de santé – Inégalités de santé : responsabilités individuelle ou destinée sociale ?, L’Harmattan, 2019].

Vandevelde-Rougale, A., La novlangue managériale. Emprise et résistance, Erès, 2018.

  1. Il est aussi titulaire de la chaire annuelle de santé publique (2019-2020) au collège de France. []
  2. Cette problématique se situe au cœur de mon doctorat intitulé : « L’urgence à plusieurs vitesses sociales. Fracture territoriale et inégalité sociale dans l’accès aux soins d’urgence », Université de Nantes, 2014. []

Quelques données sur l’épidémie de Covid-19

Par Tristan Poullaouec

Face au flot d’informations et à l’incertitude de la situation, un sociologue spécialiste de l’école et des investigations quantitatives cherche à comprendre l’épidémie de Covid-19 en se familiarisant avec les concepts de base de l’épidémiologie, discipline médicale qui étudie les maladies épidémiques, leurs modes de contagion et les moyens de les combattre et qui a beaucoup d’affinités avec la statistique.

Les coronavirus sont une grande famille de virus découverts dans les années 1960. Le Covid-19 se range parmi ceux qui peuvent causer des infections graves des poumons et provoquer dans les cas les plus sévères des détresses respiratoires aiguës. Apparu en décembre 2019, il fait partie des maladies infectieuses dites émergentes, contre lesquelles il n’existe par définition pas de traitement (hormis des symptômes), ni de vaccin. Sa létalité semble plus faible que celle d’autres coronavirus apparus depuis une vingtaine d’années. On estime qu’un à deux pour cent des patients ayant déclaré des symptômes et bien pris en charge en décèdent même s’ils étaient en bonne santé avant l’infection. Cette proportion a atteint dix pour cent des malades du SRAS de 2003, par exemple. Le taux de létalité du Covid-19 s’avère cependant beaucoup plus élevé que celui d’une grippe saisonnière (5 ‰). Mais sa dangerosité tient surtout à son haut niveau de contagiosité par transmission interhumaine.

graphique comparatif des taux de létalité et de contagiosité de différents virus (grippe espagnole, SARS-CoV-2), variole, peste bubonique etc
Graphique n°1: Létalité et contagiosité des maladies infectieuses
Réalisé par le journaliste Pierre Bréteau (Le Monde, 20 février 2020).

Noté R0, le nombre de personnes contaminées par une personne infectée est désigné en épidémiologie comme le taux de reproduction d’une maladie. Il est égal au produit du nombre de contacts quotidiens d’une personne infectée avec des personnes non infectées (C), de la probabilité qu’elle contamine ces personnes (P) et de la durée de sa maladie (D) :

R0 = C × P × D.

Cette probabilité de transmission d’une personne à une autre est variable et difficile à établir : elle dépend de la durée et de la distance de l’interaction de face à face, des échanges de gestes et d’objets entre les présents, etc. Mais même en la supposant faible, le taux de reproduction du Covid-19 peut facilement dépasser 1 : autrement dit, chaque personne contaminée en contamine au moins une autre, et l’épidémie se propage de proche en proche. Si P = 1 %, une personne contaminée ayant 25 contacts par jours pendant les 10 jours de sa maladie la transmettra à 2,5 personnes. C’est à peu près la première estimation du R0 du Covid-19 à laquelle ont abouti les épidémiologistes d’une équipe de l’Imperial College de Londres. Mais aujourd’hui, “toutes les données que nous avons montrent qu’en l’absence de toute mesure de santé publique, le R0 du Covid-19 est autour de 3″, selon le biologiste Samuel Alizon, directeur de recherche à l’UMR MIVEGEC à Montpellier (dans un entretien donné à Mediapart le 5 avril 2020).

La plupart des personnes contaminées guérissent de la maladie, qui frappe d’abord les plus fragiles (les plus âgées, les personnes déjà atteintes par diverses pathologies, comme l’hypertension ou d’autres maladies cardiovasculaires). Il est même très vraisemblable qu’une majorité d’entre elles ne présentent aucun de ses symptômes (les porteurs asymptomatiques) ou seulement quelques faibles symptômes peu perceptibles (les porteurs paucisymptomatiques). C’est bien là le problème, d’un point de vue collectif. Pendant la durée d’incubation (de 5 à 6 jours, selon le microbiologiste Philippe Sansonetti), les porteurs peuvent naturellement transmettre le virus avant l’apparition des symptômes les conduisant à consulter un·e médecin. La période de transmission est évidemment rallongée en l’absence de symptômes. La faible létalité au plan individuel n’empêche donc pas une forte mortalité au plan collectif. C’est tout le paradoxe de cette maladie que d’être le plus souvent bénigne à l’échelle des personnes mais aussi très grave à l’échelle d’une société. En ce sens, elle a tout du fait social tel que le définissait Durkheim. Si rien ne stoppait l’épidémie, la surmortalité dans une population de la taille de la France aurait pu atteindre plusieurs centaines de milliers de décès en quelques mois (Graphiques 2 et 3).

Graphique prsentant 2 courbes : estimation du nombre de décès delon deux hypothèses,  R0 = 3 en l'absence de confinement et R0 = 1.5 avec confinement partiel
Graphique n°2 : Estimation du nombre cumulé de décès liés au Covid-19 selon 2 hypothèses.
Source : Calculs réalisés à partir d’un modèle SIR mis en ligne par David Louapre (avec C=60, puis 30, P=0,5% et D=10).
graphique présentant 2 courbes : estimation des décès quotidiens en l'absence de confinement ou avec confinement partiel
Graphique n°3 : Estimation des décès quotidiens liés au Covid-19 selon 2 hypothèses.
Source : Calculs réalisés à partir d’un modèle SIR mis en ligne par David Louapre (avec C=60, puis 30, P=0,5% et D=10).

Nécessaires, les « gestes barrières » et la « distanciation sociale » ont ainsi été jugés insuffisants par les scientifiques conseillant le gouvernement français (le plus souvent des médecins et des épidémiologistes), compte tenu de la pénurie de masques de protection et du stock de tests de dépistage dans le pays au moment où l’Organisation Mondiale de la Santé déclare la pandémie, le 12 mars. Les pouvoirs publics ont donc fini par adopter progressivement des mesures de confinement, partiel, mais de grande ampleur, considérant qu’il s’agit de la seule stratégie efficace pour atténuer l’épidémie. Des modèles épidémiologiques simples montrent en effet qu’en réduisant de 60 à 30 le nombre C de contacts quotidiens par personne, le taux de reproduction du virus chute de 3 à 1,5, ce qui épargne des centaines de milliers de vies (en supposant une durée de maladie égale à 10 jours, une létalité de 1,5 % et une probabilité de transmission de 0,5 %). Ce niveau de surmortalité due au Covid-19 resterait bien sûr encore inacceptable dans la société qui est la nôtre, dépassant de beaucoup celle des cancers (les tumeurs sont la principale cause de décès constatée en France, Graphique 4). En attendant la mise au point de traitements et de vaccins, seul l’aplatissement de la courbe des nouveaux décès par des mesures ramenant ce taux R0 au plus proche de 1 pourrait rendre le bilan de l’épidémie comparable à celui d’une grippe saisonnière. Il est peu probable qu’on y parvienne : au 7 avril, déjà plus de 10 000 décès dans les hôpitaux et les EHPAD1 sont imputés au Covid-19…

tableau présentant les causes de décès en France en 2016 (nombre en milliers)
3 accident de transport
8 suicides
10 maladies de l'appareil génito-urinaire
10 maladies infectieuses et parasitaires
20 maladies endocriniennes, nutritionnelles et métaboliques
24 maladies de l'apapreil digestif
26 troubles mentaux du comportement
26 autres causes externes
38 maladies du système nerveus et des organes des sens
41 maladies de l'appareil respiratoire
65 autres causes indéterminées
140 maladies de l'appareil circulatoire
168 Tumeurs
Graphique n°4: Mortalité annuelle selon les maladies

Sources :

Outre les sources indiquées pour chaque graphique, je m’appuie ici principalement sur la conférence du microbiologiste Philippe Sansonetti au Collège de France le 16 mars 2020, ainsi sur un billet du physicien David Louapre sur son blog (Science étonnante) le 12 mars 2020.

  1. Selon l’agence Santé publique France []

Solidarités locales

Par Jean-Noël Retière

Un spécialiste de sociologie du droit et des classes populaires donne à voir par la photographie des marques de gratitude et de reconnaissance exprimées par des habitants d’une commune de Loire-Atlantique suite au confinement de sa population.

affichette : Un super grand merci à notre boulangère et notre boulanger (emoji coeur)
Photographie n°1
Affichette : un super grand merci à nos pharmaciennes et notre pharmacien ! Merci (emji coeur)
Photographie n°2

La photographie 1 représente l’affichette collée sur la devanture de l’unique boulangerie de la commune (Indre, bourg de Basse-Indre), ouverte chaque matin de 8h à 13h30. Le même graphisme, indice d’une origine commune, se retrouve dans celle collée sur la vitrine de l’une des deux pharmacies du bourg (photographie 2). Ces deux affiches, collées dans les premiers jours du confinement, sont encore présentes sur les vitrines des commerces concernés. Je vais tenter de connaître l’identité de la personne à l’initiative, au nom des habitants (notre, nos), de ces gestes de gratitude.

Question : retrouve-t-on de semblables manifestations ailleurs, en fonction de la configuration de l’habitat, de la population, de l’histoire socio-résidentielle ? Faut-il se contenter de n’y voir que l’expression d’une initiative individuelle ou l’imputer, plus largement, à un contexte propice à la mise en scène d’une convivialité pré-existante ou virtuelle, à tout le moins plausible ? Indre connaît, depuis plusieurs années, un processus de gentrification à l’origine de sociabilités qui se déploient dans les espaces de voisinage et se re-génèrent dans divers réseaux.

Affichette : Bonjour 
suite à la pandémie du Covid 19, je me propose bénévolement pour aider les personnes âgées ou en difficulté pour effectuer leurs courses ou atres achats de première nécessité (pharmacie...). Je fais cette dmarche pour aider nos aînés et ne demande rien en retour. Si vous avez besoin d'aide et aucune solution, je suis dans le secteur. 06.50.08.38.23
Photographie n°3

Cette photographie 3 représente une offre de service collée sur la porte de la boulangerie. Le numéro de téléphone devrait permettre d’en identifier l’auteur. Le support et la formulation demeurent des indices faibles. Je vous en dirai plus prochainement…

photographie d'un coin de rue, une affichette est accrochée sur un panneau d'angle
Photographie n°4
détail de l'image précédente : une affichette présentant des coeurs et des notes de musique et remerciant les voisins appluadissant les soignants le soir à 20h
Photographie n°5

Sur un panneau accroché sur un mur de la rue Aristide Briand (photographie 4), cette affichette (photographie 5) scotchée portant la note manuscrite illustrée de notes de musique et de cœurs coloriés, signée de son auteure, renvoie aux hommages rendus, chaque soir à 20 h, par de très nombreux voisins de la rue, applaudissant à tout rompre en compagnie des enfants sur le pas de leur porte (photographies 6 et 7). Des photographies, par rue, devraient permettre de comparer la vigueur (versus l’atonie) de ces élans civils de reconnaissance.

photographie d'une rue  étroite avec de nombresues voitures garées
Photographie n°6
Photographie d'un trottoir, un petit endant marche, deux adultes sont devant une porte
Photographie n°7