Presse et médias

Nota bene : Les articles indiqués “réservé aux abonnés” sont accessibles aux usagers inscrits à la Bibliothèque Universitaire de Nantes via le catalogue Nantilus après connexion à l’espace “mon compte”

28 Décembre 2020

logo presse océan

Confinement  : « Des effets durables sur nos vies »

Décryptage. Le sociologue nantais Tristan Poullaouec s’est penché sur nos vies, nos pratiques, nos lassitudes en période de confinement. Avec des observations parfois étonnantes.

Fac similé de page de journal

Podcast

Logo podcast la bonne cage

La bonne cage

La bonne cage est un documentaire à épisodes diffusé sous forme de podcast qui avait pour projet de dresser, sur quatre saisons, le portrait du quotidien du quartier d’habitat social de la Boissière à Nantes. Puis le confinement est arrivé, remettant en cause tout ce qui avait été programmé.

Proposé par Elvire Bornand et Frédérique Letourneux, sociologues, ce Podcast associe découverte de la vie de ce quartier à travers le regard et la voix de ses habitant·e·s, entretiens avec des chercheurs et chercheuses (politistes, sociologues…) et journal de terrain pour découvrir les coulisses de la fabrication d’un documentaire dont la pandémie est venue bousculer la naissance.

Episode #1 Vous savez, moi, la politique…

Pour écouter les autres épisodes :

La bonne cage ; un quartier, 4 saisons

7 mai 2020

logo ouest france

Confinement. Comment l’avez-vous vécu : une enquête en ligne

Plusieurs chercheurs du CNRS ont établi un questionnaire pour savoir comment les Français ont précisément vécu cette période de confinement. Il est encore temps d’y répondre.

L’enquête a été lancée mi-avril par plusieurs chercheurs du CNRS. Objectif : « Comprendre les conséquences du confinement sur la vie quotidienne ». Ils ont élaboré un questionnaire qui balaie de très nombreux aspects. À la fois sur les conditions matérielles, le travail ou encore l’obéissance aux règles liées au confinement. Il s’intéresse aussi de près aux relations sociales que chacun a pu entretenir (ou non) durant ces longues semaines.

10 000 réponses déjà recueillies, mais…

« Plus de 10 000 réponses ont d’ores et déjà été obtenues sur toute la France, indique Tristan Poullaouec, maître de conférences en sociologie à l’Université de Nantes. Malheureusement, parmi les répondants, nous notons une sous-représentation des gens de l’Ouest ».

Il est donc encore temps de répondre à cette enquête (anonyme) en cliquant sur ce lien. Ce questionnaire, outre qu’il servira à ces chercheurs, a une autre vertu : il permet à chacun de faire le point sur la manière dont il a vécu « son » confinement.

Lire l’article


6 mai 2020

logo radio illage innovation

À Nantes, les sociologues décryptent la société du Covid-19

Durée : 10 minutes

Nos conditions de vie sociales et individuelles ont été terriblement affectées par le Covid-19. Des sociologues du CENS, le Centre de Nantes de Sociologie, lancent une recherche spécifique sur cette société du Covid-19. Sapience fait le point avec Tristan Poullaouec, enseignant chercheur à l’Université de Nantes.

Animé par : Jean-Louis Vinet

Invité : Tristan Poullaouec

Visiter la page


2 mai 2020

logo alternatives économiques

« Il faut retrouver l’esprit de 1945, celui du progrès par l’État »

Article réservé aux abonnés

Entretien avec Luc Rouban

Directeur de recherches au CNRS-Centre d’étude de la vie politique française (Cevipof)

Pénurie de masques, de tests, de respirateurs, misère des hôpitaux et des salaires des soignants, poids de la bureaucratie tatillonne… A l’occasion de la crise sanitaire, les Français, attachés à leurs services publics, ont constaté avec effarement l’impréparation de leur Etat. Alors que le président leur parlait de « guerre », ils se sont sentis trahis par ceux qui étaient en charge de la préparer.

D’où vient cette impéritie des pouvoirs publics au plus haut niveau ? Alternatives économiques ouvre le débat avec Luc Rouban1, directeur de recherches au CNRS et membre du Centre de recherches politiques de Sciences Po Paris. Ce spécialiste de la fonction publique et observateur reconnu des évolutions de la démocratie analyse les attentes des Français. Il juge que cette pandémie aura des implications sur la scène politique.

Lire l’article


29 avril 2020

logo Slate

Comment le coronavirus bouleverse notre rapport au corps

Daphnée Leportois

Les mesures de distanciation sociale comme les gestes barrière risquent d’ancrer dans la durée une expérience corporelle inédite, intime comme sociale, transformant nos représentations.

«Pour se saluer, la bise a été définitivement abolie par décret.» Ce n’est pas une nouvelle injonction réglementaire mais un trait d’esprit de l’humoriste Charline Vanhoenacker, qui, se proclamant de retour du futur (de 2025 très exactement), décrivait le 2 avril sur l’antenne de France Inter la France d’après-Covid. «Si la rentrée littéraire a bien lieu, je serai là, à ne pas vous faire des bisous et à dédicacer en gants Mapa», tweetait également l’autrice Lola Lafon le 9 avril.

Derrière les plaisanteries, un fond de vérité émerge. «L’expérience pandémique est éminemment corporelle, elle interpelle le rapport à son corps à soi et au corps de l’autre, observe Anastasia Meidani, maîtresse de conférences en sociologie et notamment autrice de l’ouvrage Les fabriques du corps. Nous ne pouvons pas faire l’économie du corps: on n’a jamais vu quelqu’un l’oublier comme on le ferait d’un trousseau de clés. Nous vivons car nous corporons.»

[…]

Lire l’article


logo blog affordance.info

16 avril 2020

L’immunité collective numérique n’existe pas.

Olivier Ertzscheid

La première fois que j’ai entendu parler d’immunité “grégaire” ou “collective” dans le cadre de la lutte contre la pandémie du Coronavirus, nous étions alors début Mars, Bojo n’avait pas encore été sauvé par le service de santé publique qu’avec d’autres il s’échinait à démanteler avant d’en découvrir les vertus dès lors qu’il en faisait littéralement les frais.

Et le même Bojo entraînait alors le Royaume-Uni dans cette stratégie également dite d’immunité “de troupeau”, recevant les foudres alarmées et alarmistes d’autres pays, d’autres spécialistes, d’autres politiques, d’autres médecins, d’autres épidémio-logiques.

L’immunité de troupeau était alors au mieux “un pari risqué” et au pire une planification cynique de l’acceptabilité de la perte de vies humaines.   

Nous sommes désormais mi-avril, nous venons d’apprendre que nous allions enquiller un mois supplémentaire de confinement à l’issue duquel c’est cette fois Emmanuel Macron qui nous embarquerait à son tour dans une “immunité collective contrôlée”.

[…]

Lire l’article


dessin humoristique ; tracking, des smartphones pour nous protégrer du covid 19 ?
N. Antheaume
Tous droits réservés

14 avril 2020

Logo One Zero

Teens Are Addicted to Socializing, Not Screens

Screenagers in the time of coronavirus

danah boyd

If you’re a parent trying to corral your children into attending “school” online, you’ve probably had the joy of witnessing a complete meltdown. Tantrums are no longer the domain of two-year-olds; 15-year-olds are also kicking and screaming. Needless to say, so are the fortysomethings. Children are begging to go outside. Teenagers desperately want to share physical space with their friends. And parents are begging their kids to go online so that they themselves can get some downtime. These are just some of the ways in which today’s reality seems upside down.

I cannot remember a period in my research when parents weren’t wringing their hands about kids’ use of screens.

I started studying teenagers’ use of social media in the early 2000s when Xanga and LiveJournal were cool. I watched as they rode the waves of MySpace and Facebook, into the realms of Snap and Instagram. My book It’s Complicated: The Social Lives of Networked Teens unpacks some of the most prevalent anxieties adults have about children’s use of technology, including the nonstop fear-inducing message that children are “addicted” to their phones, computers, and the internet. Needless to say, I never imagined how conditions might change when a global pandemic unfolded. […]

Lire l’article


10 avril 2020

logo france culture

Tous aux fourneaux ?

Cuisine-t-on plus en ce moment et si oui, pourquoi ? A regarder autour de soi et sur les réseaux sociaux, on voit déjà que de plus en plus de Français font du pain maison. Or, le pain fait partie, nous dit-on, de la « core food », la nourriture essentielle. Comme les pâtes, le riz, le sucre, les oeufs et la farine, dévalisés dans les supermarchés, ces aliments qu’on peut conserver, mais qui servent aussi de matières premières pour des recettes en tous genres… Une récente enquête pour France Info montre en tout cas que la cuisine revient en force dans les foyers français : une personne interrogée sur trois la cite comme l’une de ses activités principales depuis le début du confinement. Et les plants potagers ont été qualifiés d’achats de première nécessité. Qu’est-ce que tout cela signifie ? Est-ce que cuisiner serait une valeur-refuge ? 

Nous avons posé la question au sociologue de l’alimentation Tristan Fournier, et ses réponses battent en brèche bien des idées reçues. […]

Écouter l’émission


9 Avril 2020

logo médiacités nantes

Coronavirus : comment les Nantais réinventent des solidarités pendant le confinement

Article réservé aux abonnés

Florence Pagneux  et  Antony Torzec

Un animateur de maison de retraite qui fait chanter ses résidents, des habitants qui lancent une distribution des légumes, un illustrateur qui crayonne pour les soignants, un psy qui écoute les plus fragiles… Nées des contraintes du confinement, ces actions solidaires ont toutes un point commun : l’initiative d’habitants ou d’associations. Balade dans une Nantes qui, malgré la distanciation sociale, tente de cultiver du lien.

Rendez‐vous est pris au pied des composteurs. Malgré le besoin de se raconter les dernières nouvelles et son expérience du confinement, une quinzaine d’habitantes du Clos Toreau veille à bien respecter les distances de sécurité sanitaire. Un bon mètre au moins entre chacune, elles guettent Nicolas, producteur de légumes des Sorinières, au sud de Nantes, qui vient leur apporter le panier de légumes commandé il y a trois jours. Cette relation directe du producteur au consommateur n’est pas née au temps du Covid‐19. Depuis plusieurs années, à l’initiative de l’association des centres socio‐culturels de Nantes (ACCOORD), cet agriculteur livre ses produits tous les quinze jours à la maison de quartier. Une aubaine pour bénéficier de légumes frais à moindre coût. Mais depuis le confinement, finis les marchés et les allées et venues dans la maison de quartier.

[…]

Lire l’article


Ne dites pas d'un sociologue qu'il prépare la liste des courses à faire pour la prochaine sortie. Il réalise une étude sociologique de terrain, en pleine immersion, sur les habitudes alimentaires en période de confinement.
N. Antheaume
Tous droits réservés

Face au Covid‐19, l’ARS Pays de la Loire paie la facture de 10 ans de rigueur budgétaire

Article réservé aux abonnés

Isabelle Jarjaille

Elle est censée piloter la réponse sanitaire à l’épidémie de coronavirus, assurer la coopération entre les établissements de santé et la médecine de ville, coordonner la distribution du matériel… Mais après dix ans de rigueur budgétaire et de réduction de postes, l’Agence régionale de santé (ARS) des Pays de la Loire est à l’os.

« Il y a un vrai risque de non‐respect des conditions de travail pour faire face à la crise, s’alarmait Bruno Carret, délégué syndical CGT à l’Agence Régionale de Santé (ARS) des Pays de la Loire, le 18 mars dernier. Après avoir supprimé des emplois pendant 10 ans, c’est facile de compter sur le dévouement du personnel ! » Méconnues du grand public, les Agences Régionales de Santé se retrouvent sous le feu des projecteurs avec la crise sanitaire liée à l’épidémie de coronavirus. Et pour cause : issues en 2010 du regroupement d’anciens services de l’Etat (DRASS, DDASS et certaines branches de l’Assurance Maladie), ces administration placées sous la tutelle du ministère de la Santé sont censées piloter la politique de santé publique à l’échelle régionale. Soit, très concrètement, mettre en œuvre et financer des actions de prévention (la lutte contre les addictions, par exemple) et… gérer les crises sanitaires.

[…]

Lire l’article


8 Avril 2020

logo SES ENS

Sociologie du risque et crises sanitaires : un éclairage sur la pandémie du coronavirus

Patrick Peretti-Watel
Anne Châteauneuf-Malclès

La pandémie du coronavirus témoigne de la place centrale qu’occupe le risque dans les sociétés contemporaines, à la fois en tant que préoccupation sociale et produit de leur développement. Dans cet entretien, le sociologue Patrick Peretti-Watel revient sur la manière dont la sociologie appréhende le risque et les questions sociales que soulèvent les crises sanitaires et leur gestion. Il nous explique que les représentations, les attitudes face au risque et la différenciation sociale de l’exposition au risque sont des éléments à ne pas négliger lorsqu’on cherche à prévenir un risque sanitaire.

[…]

Lire l’article

FIGARO VOX

«Non, la France ne traverse pas la plus grande crise sanitaire de son histoire»

Olivier Faure

FIGAROVOX/TRIBUNE – Il est nécessaire de s’appuyer sur l’histoire pour prendre du recul sur la période que nous vivons, considère l’historien Olivier Faure. Plutôt que de céder à la panique, il faut selon lui demeurer vigilants, notamment dans la défense de nos libertés, et se souvenir que les grandes épidémies n’ont pas toujours eu les conséquences attendues.

[…]

Lire l’article


LOGO LA VIE DES IDEES

Dossier : Les visages de la pandémie

Les règles du choix Les ressources médicales en situation de pénurie

par Daniel Szeftel

Lorsque des ressources vitales viennent à manquer, à qui réserver en priorité celles qui sont disponibles ? Faute de réflexion collective sur les critères de priorisation, les médecins se retrouvent aujourd’hui à arbitrer entre les patients.

L’épidémie de coronavirus réactualise de manière très aiguë la question de l’allocation des ressources médicales rares. À partir de la décision de confinement de la population, les témoignages des soignants se sont faits en quelques jours de plus en plus graves : « Il va falloir choisir », témoignait un médecin dans la presse ; « il est possible que les praticiens sur-sollicités dans la durée soient amenés à faire des choix difficiles et des priorisations dans l’urgence », écrivait une société savante. Ces litotes masquent une réalité difficile : il faut décider qui va vivre et qui va mourir parce que nos ressources médicales ne permettent pas de sauver tout le monde .

Lire l’article



Logo mediacités nantes

#AprèsLeConfinement – « Il serait catastrophique de construire la ville de demain autour d’un virus »

Article réservé aux abonnés

Propos recueillis par Nicolas Guillon

Créateur du Wattignies Social Club, plateforme nantaise « d’innovation autour de la fabrique urbaine », l’anthropologue Stéphane Juguet invite d’ores et déjà à penser la ville d’après confinement. Une ville qui ne doit surtout pas tomber dans l’hygiénisme à tout crin, mais apprendre à se déployer ou à se rétracter quand nécessaire. Plus qu’une transition, une métamorphose.

[…]

Lire l’article


COVID_19 : le nombre de milliardaires a fondu en quelques jours (Les Echos, 8 avril 2020)
Après la pénurie de masques... la pénurie de premiers de cordée... rien ne va plus !
N. Antheaume
Tous droits réservés

7 Avril 2020

logo Vice

Confinés au quartier

Lucas Roxo

Ils ont moins de 30 ans, habitent dans des quartiers populaires et racontent leur confinement entre logement exigu, relations tendues avec la police et importance des réseaux sociaux.

Si nous avons perçu une chose depuis le début de l’épidémie de coronavirus, c’est que la crise sanitaire que nous vivons est un immense révélateur des inégalités sociales de notre pays. La situation dans les territoires les plus précaires n’échappe malheureusement pas à la règle. De fait, dans les quartiers populaires, le confinement va souvent de pair avec les galères de logement, les tensions avec la police, et l’impression d’être invisible dans les médias traditionnels. Mais la réalité est loin d’être partout la même. De la banlieue parisienne au nord de la France, j’ai demandé à quatre jeunes de moins de 30 ans comment ils vivaient cette période compliquée, ce qui les angoissait et comment ils s’occupaient. On y découvre des quotidiens divers, et cette impression de ne pas voir dans sa télé ce qu’on observe par la fenêtre.

[…]

Lire l’article


6 avril 2020

Logo La Tribune

François Dubet  : “L’épreuve du confinement révèle des inégalités qui peuvent devenir haine”

LE MONDE D’APRES. “Capacité politique collective” : de sa vitalité ou de son apathie, révélées par la gestion de la pandémie, dépendra, selon François Dubet, l’état de santé de la société française au moment où elle devra entamer sa reviviscence. Et les enjeux sont considérables. Parmi eux, gérer les “petites inégalités” que l’épreuve du confinement aura révélées et qui potentiellement peuvent s’exacerber jusqu’à “la haine”, le complotisme, l’imaginaire populiste. Redéfinir ce qui est et fait solidarité. Opposer aux inévitables traumatismes – deuils, chômage, endettement, défiance envers les responsables – une capacité d’action renouvelée, offrant de “repenser” (la justice des inégalités, la mondialisation, le rapport à la nature, etc.). Enfin, juguler la propagation du virus de la déresponsabilisation, plus dévastateur encore que le covid-19. Et c’est d’ailleurs à exercer strictement et “dans la raison” son devoir de responsabilité, que le sociologue enjoint tout citoyen. Au risque, sinon, que la société s’encalmine, pire ne se relève pas. La “capacité politique collective”, c’est-à-dire la “capacité politique de la société démocratique” qui déterminera l’avenir post-pandémie, apparaît dans ces conditions en effet plus que cardinale : vitale.

[…]

Lire l’article


Ma vie au balcon...
Ténor du barreau...
fumant un barreau...
derrière ses barreaux
N. Antheaume
Tous droits réservés

4 avril 2020

Logo Dans mon labo

Face à l’épidémie, ces graphiques qui ont (peut-être) sauvé des vies

Yann Guégan

Fin février, j’étais l’invité de Jean-Baptiste Diebold et de Philippe Couve pour leur podcast A Parte. Ces deux fins connaisseurs des médias en ligne m’ont soumis à un feu nourri de questions sur l’innovation dans les rédactions. L’une d’elles m’a un peu pris au dépourvu :

« On parle de ces questions de datajournalisme depuis une décennie, grosso modo, mais on a l’impression que ça reste toujours marginal… C’est quoi l’explication, c’est une allergie au tableur Excel de la part des journalistes, ou bien les données, c’est compliqué à utiliser, c’est pas si exploitable que ça ? »

Sur le moment, j’ai bredouillé ma réponse habituelle : le datajournalisme n’est plus vraiment à la mode, certes, mais c’est plutôt une bonne nouvelle ; ça permet à ces nouvelles pratiques de s’implanter lentement mais durablement dans les esprits. Et puis les initiatives se multiplient, on voit se multiplier les projets vraiment aboutis, la connaissance des outils, y compris les plus pointus, se répand.

[…]

Lire l’article


25 mars 2020

logo la vie des idées

Dossier : Les visages de la pandémie

Savoir et prévoir Première chronologie de l’émergence du Covid-19

Pascal Marichalar

Que pouvait-on savoir et prévoir de l’actuelle pandémie et de son arrivée sur le territoire français ? Premiers éléments de réponse à partir d’un corpus bien défini : le très réputé magazine « Science », et les déclarations de l’OMS depuis fin décembre 2019.

Depuis l’interview d’Agnès Buzyn au Monde mardi 17 mars, les critiques pleuvent de toutes parts sur le gouvernement français. La déclaration de l’ex-ministre de la santé, selon laquelle dès janvier elle aurait prévenu le Premier ministre de la gravité potentielle de l’épidémie de nouveau coronavirus – le mettant même en garde sur le fait qu’il faudrait peut-être reporter les élections municipales – a été interprétée comme un aveu terrible : la ministre de la Santé et le reste du gouvernement savaient ce qui risquait d’arriver, et pourtant ils n’auraient pas agi à la hauteur du risque. Depuis, chaque jour qui passe, avec son cortège d’informations sur la pénurie de tests de dépistage et de masque pour les personnels soignants, ne fait que renforcer le discrédit d’un pouvoir politique dont la cote de confiance était déjà largement entamée par la crise des gilets jaunes et la réforme des retraites.

[…]

Lire l’article


31 mars 2020

logo Le Monde

A l’Ehpad des Quatre-Saisons, la vie et la mort au jour le jour

FLorence Aubenas

Florence Aubenas, grande reporter au « Monde », a passé les onze premiers jours de confinement avec des personnes âgées à Bagnolet, en Seine-Saint-Denis. Face à la progression du coronavirus, le personnel tente de faire face.

[Les Quatre-Saisons, où vivent 65 résidents, fait partie des quelque 7 000 Ehpad que compte la France. Dans cette maison de retraite de Bagnolet, en banlieue proche de Paris, le quotidien a été totalement bouleversé, à partir de la mi-mars, par les mesures de protection contre le virus. Les visites étant interdites, récit de la vie confinée.]

[…]

Lire l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.