Rideaux de fer

Par Shani Galand

Comme l’indiquent le site officiel du gouvernement ainsi que le décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire tout commerce ou service de proximité qui ne présenterait pas un caractère « indispensable » à la vie du pays est contraint de fermer sauf à mettre en œuvre de nouveaux moyens lui permettant de poursuivre son activité « sans contacts ».

Les vitrines des commerces et services concernés présentent des messages adressés par les propriétaires à leur clientèle qui témoignent de cette situation particulière et laissent parfois entrevoir des registres d’interprétations multiples face à ce phénomène. Les mots usités, la ponctuation utilisée, la familiarité du message ou à l’inverse la fermeté qu’il renvoie ainsi que le support sur lequel il est adressé sont autant d’éléments significatifs qui retranscrivent cette diversité.

Une première série de photos laisse entrevoir, par les points d’interrogation qui figurent sur les messages, l’incertitude, l’incompréhension et parfois même les suspicions (photo 1) qui traversent les commerçants face à cette consigne de fermeture précipitée.

Photo 1 : «  FERMÉ Coronavirus ? »

Devanture d'un bureau de tabac présenant plusieurs affichettes (française des jeux, vidéosurveillance, cartes bancaires) et et l'inscription "FERME CORONAVIRUS ?"
Bar PMU situé Boulevard Paul Bellamy (S. GALAND)

S’il est difficile d’interpréter sa signification à sa simple lecture, il semblerait que soit ici remis en cause le motif même de la fermeture de ce BAR PMU par son propriétaire comme le laisse suggérer le point d’interrogation qui précède la formule« coronavirus ».

Pour d’autres la ponctuation fait plutôt état d’une incertitude quant à la possible date de réouverture de leur commerce (photo 2 ; photo 3).

Photo 2 : « Réouverture ? »

deux photographies de devantures de magasin. la première présente une affichatte avec les mots : Fermé pour cause de coronavirus. réouverture le 12 mai ???? (j'espère). Appelez moi au 06.64.17.10.66 pour tout renseignement et pour prendre rendez-vous

Institut de beauté rue François Bruneau – Quartier Saint-Félix (S. GALAND)

Malgré l’incertitude exprimée, ce premier commerce fait mention d’une date possible de réouverture, celle du 12 Mai, soit le jour suivant la date du déconfinement prévue par le gouvernement, ce qui n’est pas le cas de ce coiffeur qui ne se risque pas à des déclarations erronées et préfère laisser un blanc à l’emplacement prévu à cet effet (photo 3).

Photo 3 : « A bientôt ? »

Photographie d'une affichette : fermé suite à la situation coronavirus. A bientôt. réouverture le ?

Salon de coiffure Boulevard Lelasseur (S. GALAND)

Une deuxième série de photos permet plutôt d’observer les formes différenciées qu’ont les commerçants d’annoncer leur fermeture à leur clientèle. Certains mobilisent un registre assez familier faisant preuve d’une proximité avec leur clientèle en accessoirisant leur message, en exprimant leur regrets et en adressant leur soutien (photo 4, photo 5), quand d’autres sont plus brefs, fermes ou encore protocolaires dans leurs annonces (photo 6, photo 7, photo 8, photo 9). Néanmoins, les uns comme les autres reprennent parfois l’argumentaire qui est celui du gouvernement pour justifier de leur fermeture, laissant apparaître différentes manières de nommer le phénomène : Coronavirus, le Virus (photo 7), Covid-19 (photo 5) etc. Rideaux déployés, grilles abaissées accompagnent, comme de manière symbolique, ces messages de fermeture.

Photo 4 : « Prenez soin de vous »

Affichette présentant le texte : Suite au dernières mesures, le salon mes beaux ciseaux ferme ses portes jusqu'à nouvel ordre. Nous vous retrouverons avec grand plaisir quand tout cela sera terminé. (emoji coeur) Prenez soin de vous et de vos proches (emoji coeur). L'équipe mes beaux ciseaux : marie, Daphnée, Vanessa et Alizée

Salon de coiffure Boulevard Robert Schuman (S. GALAND )

Photo 5 : « Je le regrette »

Affichette présentant les mots : message important,
SALON FERME JUSQU’À NOUVEL ORDRE
Cher(e) client(e)
suite à l'annonce du premier ministre, le samedi 14 mars 2020, le salon SYMPHONIE COIFFURE FERME SES PORTES et ce JUSQU’À NOUVEL ORDRE
En effet, les salons de coiffure ne sont pas indispensables à a vie du pays.
Je le regrette, mais je n'ai pas le choix.
pour les rendez vous qui ont été pris, je vous prie de m'excuser de ne pas pouvoir les respecter. Je vous tiendrai au courant de la reprise. en vous souhaitant du courage pour les évènements à suivre, il nous en faut. A très vite. L'équipe Symplony, Marjolaine et Eva
Salon de coiffure boulevard Robert Schuman (S. GALAND)

Le salon de coiffure en photo 5 utilise comme en photo 4 un registre plutôt familier en adressant ses encouragements à sa clientèle et en mentionnant les prénoms de ses employés. Cependant à l’image des photos qui suivent, des mots forts sont mentionnés en gros caractères et en majuscules pour faire part de la gravité de la situation : « Covid-19 », « Nouvel ordre ». Par ailleurs, l’argumentaire qui est celui du gouvernement sera plusieurs fois repris pour justifier de cette fermeture à caractère exceptionnel et à l’impossibilité pour le salon d’honorer ses rendez-vous : « Les salons de coiffure ne sont pas indispensables à la vie du pays ».

Exemple d’une annonce plus protocolaire :

Photo 6 : « En application des directives gouvernementales »

Affichette présentant le texte : Fermeture exceptionnelle. Chères clientes, chers clients
en raison des directives gouvernementales des 14 et 16 mars 2020 et afin de préserver la sécurité de tous, votre rpessing 5 à Sec sera fermé à compter de ce jour et ce jusqu'à de nouvelles indications. Nous vous avertirons de la réouverture de votre rpessins, n"h"ésitez pas à consulter notre site internet. cordialement, votre équipe 5 à sec pressing
Pressing Rond-Point-de-Vannes (S. Galand)

Exemple d’annonces plus brèves et directives :

Photo 7 : « Jusqu’à nouvel ordre »

photographie d'une devanture et détail d'une affichette : cordonnerie fermée jusqu'à nouvel ordre
Cordonnerie rue du Poitou – quartier Hauts Pavés (S. GALAND )

Photo 8 : « Le Virus »

photographie d'une devanture et détail d'une affichette : le cour est fermé pour l'instant (le virus ?)
Théâtre Boulevard Lelasseur (S. GALAND )

Photo 9 : « … »

Photographie d'une devanture, et détail d'une affichette ou les horaires d'ouverture sont masqués par un carré noir
Institut de beauté rue du Poitou (S. GALAND)

Sur cette dernière photographie, on peut même noter l’absence totale d’annonce qui est ici remplacée par un carré noir, là où figurent habituellement les horaires d’ouverture de l’institut.

Enfin, l’observation de ces messages qui viennent donner un tout autre visage à ces devantures de magasins annonce aussi parfois des formes de réorganisation entreprises par les commerçants dont l’activité le permet. C’est par exemple le cas de ce cabinet de sophrologie qui propose désormais des séances virtuelles à l’aide d’outils numériques tels que Skype (photo 10) ou encore de ces restaurateurs qui s’essaient à la livraison à l’aide de plateformes de coursiers comme Ubert Eat ou Deliveroo (photo 11). D’autres services cette fois-ci plus inattendus, tel que les garages automobiles, qui semblent adopter un mode de fonctionnement similaire. Cependant, il ne se déploie ici qu’au motif d’une urgence justifiée (photo 12).

Photo 10 : « Sophrologie à distance »

photographie d'une affichette proposant des séances de sophrologie à distance (Skype, whatsapp, facetime ou téléphone), et ardoise présentant des ateliers skype "gérer le stress", "gérer l'angoisse", améliorer le sommeil"...
Cabinet de sophrologie Boulevard Robert Schuman (S. GALAND )

Photo 11 : « Livraison uniquement »

photographie présentant deux devantures: 
sur la première des horaires d'ouverture, une affichette "UBER ICI" et les coordonnées du restaurant
sur la deuxième une affichatte "vente à emporter et livraison uniquement"
Restaurant Boulevard Schuman (S. GALAND)

Photo 12 : « Service d’urgences »

2 photographie de la devanture d'un garage Midas présentant plusieurs affichettes dont "service d'urgences sur rendez vous"
Garage automobile Boulevard Robert Schuman (S. GALAND )

Si certains commerces et services faisaient déjà l’usage de ces outils avant la crise sanitaire déclenchée par l’épidémie de coronavirus, ces alternatives se présentent aujourd’hui comme les seules options possibles à la poursuite de leur activité de travail. D’autres, quant à eux, n’en étaient pas adeptes et en font l’usage pour la première fois, étant ici aussi forcés de trouver un moyen de faire perdurer leur activité. Pour ce faire, ce cabinet de sophrologie ou encore ce garage automobile ont dû se « réinventer ». Aussi une question émerge : continueront-ils d’utiliser ces outils dans l’exercice de leur profession ? Les délaisseront-ils ? Les ajusteront-ils ?

La crise sanitaire aura certes supposé des adaptations mais aura-t-elle opéré une transformation durable de certaines professions ? Seul l’avenir, encore incertain, nous le dira.

*Toutes les photos ont été prises le même jours (20 Avril) dans les rues de Nantes (quartiers Hauts-pavés, Rond-Point-de-Rennes, Rond-Point-de-Vannes, Saint Félix)