Éditorial: un an déjà

Voilà maintenant un an qu’un premier cas de Covid-19 a été détecté à Wuhan et déjà 8 mois que ce carnet existe. Créé à la fin mars 2020, peu après le début du premier confinement, il a publié une quinzaine de billets consacrés au décryptage de la société transformée par l’épidémie de Covid-19, qu’il s’agisse des tensions sur l’accès aux soins d’urgence, de la réorganisation des commerces, des modalités de la « continuité pédagogique » ou encore de l’essor du fitness en ligne. Beaucoup de leurs auteurs se sont appuyés sur des photographies prises pendant leurs rares sorties autorisées, par exemple pour montrer les manifestations locales de solidarité ou de critique exprimées publiquement par les habitants d’une commune de l’estuaire de la Loire ou par ceux d’un quartier du centre-ville nantais. D’autres ont revisité des travaux sur l’histoire des épidémies (peste, choléra, grippe aviaire, etc.). Ces lectures commentées font écho à la crise sanitaire contemporaine en soulignant combien les controverses scientifiques sur leurs origines et les moyens d’y faire face sont étroitement mêlées à des débats économiques, politiques et moraux. Quelques billets ont enfin proposé des données quantitatives sous forme de graphiques illustrant la dynamique de l’épidémie ou certaines de ses répercussions économiques.

Nous avons d’abord misé sur la diversité des objets de recherche étudiés au sein du Centre Nantais de Sociologie et sur son ancrage local, préférant recueillir des traces autour de nous plutôt que d’élaborer précocement des grilles d’analyse globales. Nous souhaiterions à présent développer les comparaisons d’un territoire à l’autre, varier les échelles d’investigation et nous confronter à des questions générales face à cette pandémie : assiste-t-on à des inflexions importantes dans les manières de gouverner, dans nos rapports aux mobilités géographiques ? Le respect des consignes sanitaires est-il le signe d’une adhésion aux préceptes de la santé publique ? Les écarts indiquent-ils à l’inverse une défiance face aux pouvoirs publics ? Et comment les secteurs économiques brutalement jugés non indispensables (le tourisme, l’aéronautique, le spectacle…) vont-ils pouvoir rivaliser avec les « seigneurs » du numérique ?

Nous publions cet automne deux aperçus de la crise sanitaire en dehors de la France. En Suisse, d’abord, où les « les tendances néo-corporatistes », un temps surplombées par la « technocratie de crise », se sont réaffirmées à l’occasion de la réouverture des bars, des hôtels et des restaurants, secteurs économiques bien représentés au plan institutionnel, selon l’analyse de Céline Mavrot et Fritz Sager. En Russie, ensuite, où Konstantin Shorokhov explique comment la Croix-Rouge a maintenu ses bureaux ouverts et transformé ses activités en organisant des « patrouilles » auprès des plus jeunes et des plus âgés pour expliquer les règles de confinement et d’hygiène face à l’épidémie. Menés notamment par des étudiants, d’autres travaux sur les implications de la crise sanitaire sont en cours et donneront lieu à publication. Au sein d’un collectif regroupant des enseignants-chercheurs et leurs étudiants de Brest, Grenoble, Le Havre, Nanterre, Saint-Denis et Tours, Margot Delon et Tristan Poullaouec mènent une enquête par questionnaire sur les usages des technologies numériques parmi les étudiants, à la fois bouleversés et réorganisés par les confinements et les contraintes d’un enseignement dégradé.

Au printemps dernier, l’UFR de sociologie de l’Université de Nantes avait relayé auprès de ses étudiants la diffusion d’un autre questionnaire en ligne initié par une petite équipe de collègues (d’Aix-en-Provence, de Grenoble, de Paris et de Toulouse), adressé cette fois à toute la population adulte résidant en France pour saisir les effets du confinement sur les conditions de logement et de travail mais aussi sur la sociabilité, les relations personnelles et les rapports aux pouvoirs publics (vote aux élections municipales, respect des règles de confinement…). Grâce à la presse locale (par exemple Ouest-France, qui a signalé cette enquête VICO juste avant le déconfinement), et sans doute à l’intérêt qu’elle a suscité parmi des enquêtés plus disponibles et désireux de faire le point sur leur situation, plus de 16 000 réponses ont été recueillies et un tiers des répondants ont laissé leurs coordonnées pour être recontactés. Ces données sont actuellement exploitées par des chercheurs et des étudiants dans plusieurs universités. La richesse et l’intérêt de ces matériaux ont permis l’obtention d’un financement de l’ANR pour mener des entretiens approfondis et réaliser une deuxième vague d’enquête par questionnaire au printemps prochain.

Un ouvrage de synthèse issu de cette recherche collective coordonnée par Pierre Mercklé paraîtra dans quelques mois. Trois membres du CENS y ont contribué : Anton Perdoncin, Tristan Poullaouec et Mélodie Renvoisé ont décrit les pertes de revenu ou d’emploi, les conditions de travail des soignants et les efforts pour limiter les méfaits de la discontinuité pédagogique. En outre, Maëlys Bouyssou, étudiante de master, prépare une exploitation des données de cette enquête VICO focalisée sur la situation de la Loire-Atlantique. Comme on le sait, la crise sanitaire n’est toujours pas derrière nous et a déjà un impact durable sur la plupart des secteurs de la vie sociale. Nous souhaitons continuer à accumuler des matériaux, construire des questionnements et lire les travaux que plusieurs institutions de recherche ou services de la statistique publique commencent à recenser : à l’EHESS, à l’Ined, à l’Insee, etc. Ce carnet invite à y participer, en rédigeant des billets, en réagissant à ceux déjà publiés ou pourquoi pas en rejoignant son comité éditorial. N’hésitez pas à nous adresser vos propositions à l’adresse suivante : covid19cens@univ-nantes.fr

Une enquête de la DARES sur la situation des salariés du secteur privé au 31 mars

un signalemENT PROPOSé par Tristan Poullaouec

Activité et conditions d’emploi de la main-d’œuvre pendant la crise sanitaire Covid-19

Logo Dares

Synthèse des résultats de l’enquête flash –publiée le 17.04.20

Mise en place au lendemain de la seconde guerre mondiale pour mesurer l’évolution des salaires et notamment indexer le SMIC, l’enquête Activité et Conditions d’Emploi de la Main d’Œuvre (ACEMO) est réalisée en ligne tous les trois mois auprès des employeurs de 10 salariés ou plus du secteur privé non agricole, ce qui exclut à la fois les particuliers employeurs – d’une assistante maternelle, par exemple – et les très petites entreprises, particulièrement nombreuses dans les secteurs du commerce, des transports, de l’hébergement ou de la restauration. Par ailleurs, les stagiaires et les intérimaires ne sont pas pris en compte. Au total, 60% des 25 millions de salariés du privé de la France métropolitaine sont cependant couverts, en dehors de l’agriculture et des administrations publiques.

Bien sûr, ces enquêtes ne reflètent que le point de vue des entreprises. On peut le deviner, et cela est confirmé par d’autres enquêtes appariant des questionnaires auprès des employeurs et de leurs salariés, il n’est pas rare qu’il y ait de grands écarts de perceptions entre eux, par exemple sur l’exposition aux risques du travail. Ces écarts sont sans doute moins importants s’agissant de décrire les salaires, les qualifications et les temps de travail, sur lesquels les employeurs ont un point de vue probablement mieux informé. Voici la synthèse des résultats de l’enquête proposée par la DARES, un graphique instructif sur la situation des salariés selon les secteurs d’activité et des fichiers complémentaires à télécharger :

L’enquête ACEMO spéciale Covid a interrogé les entreprises entre le 1er et le 10 avril 2020, sur leur situation et les conditions d’emploi de la main- d’œuvre à fin mars. Elle fournit ainsi une première photographie de la situation de l’emploi à cette date, et des différences selon les tailles d’entreprises et les secteurs d’activité:

  • La moitié des salariés fin mars sont dans une entreprise dont l’activité s’est arrêtée ou a diminué de plus de moitié, plus du fait d’une perte de débouchés ou de problèmes d’approvisionnement que d’un manque de personnel pouvant travailler ;
  • Les entreprises ont toutefois peu réduit leurs effectifs, et très peu licencié ;
  • Fin mars, un quart des salariés travaillaient sur site, un quart était en chômage partiel, un quart en télétravail, les autres étant en congés, maladie ou garde d’enfants ;
  • Le recours au chômage partiel est généralisé (près de 100% des entreprises y ont recours pour une partie de leurs salariés) dans l’hébergement-restauration, la construction et la fabrication de matériel de transport, mais pour des raisons différentes ;
  • La mesure de protection la plus fréquente pour les salariés sur site est la mise en place de distances de sécurité.”
graphique présentant les résultats à la question : en moyenne au cours des la semaine du 23 mars, quelle a été la répartistion de vos salariés entre ces différentes situations ?
Source : Alban Guichard et Christine Pinel, “Résultats détaillés de l’enquête ACEMO-COVID”, DARES, 17 avril 2020.

Synthèse – Activité et conditions d’emploi de la main-d’œuvre pendant la crise (…)
Téléchargement
(2.8 Mo)
 
Résultats détaillés – Activité et conditions d’emploi de la main-d’œuvre (…)
Téléchargement
(790.2 ko)
 
Données à télécharger – Activité et conditions d’emploi de la main-d’œuvre (…)
Téléchargement
(372.9 ko)

 

Écritures publiques

Par tristan poullaouec

Toutes ces photographies ont été prises à Nantes dans le quartier Saint-Clément, qui est assez contrasté. L’Église du même nom est fréquentée par les catholiques traditionalistes du quartier, mais aussi des fidèles venant le dimanche des départements voisins. Une statue de Louis XVI trône au milieu de la place Foch, entre la cathédrale et la préfecture. Mais sous l’effet du déplacement de la richesse vers d’autres quartiers et de l’arrivée de nouvelles populations (notamment des enseignants, des médecins, des cadres du public, des professions culturelles), la morphologie du quartier s’est modifiée. Habituellement très vivante, notamment le jeudi soir, la rue du Maréchal Joffre compte plusieurs cavistes, des bars et des épiceries de nuit, des restaurants. Une rue perpendiculaire abrite le centre NOSIG, association d’accueil et de soutien des personnes LGBTQI+. Dans les bureaux de vote de l’école Sully, Emmanuel Macron et François Fillon ont obtenu des scores très proches des pourcentages moyens de suffrages exprimés en leur faveur à Nantes lors du premier tour de la dernière élection présidentielle (respectivement 30,8% et 20,2%). De son côté, Jean-Luc Mélenchon y a recueilli 27,6% des bulletins, soit 2 points de plus qu’en moyenne à Nantes.

photographie d'une ruelle, containers à poubelle en bois et nombreux graffitis : "Coro, boulot, dodo", "même en confinement, on nik la bac", "liberté, égalité, trace de ké", poulets partout, curry nulle part" et "cunni gratuite contre..."
Photographie n°1 : “Coro, boulot, dodo !” (Rue Cochard, Nantes, 17 mars 2020).

Cette première photographie a été prise le lendemain de la seconde allocution d’Emmanuel Macron décidant de “réduire nos déplacements et nos contacts au strict nécessaire”. Les graffitis et les inscriptions sur le mur et le composteur ont probablement été réalisés dans la nuit. Ils font face à un café restaurant très fréquenté dans le quartier, aussi bien par les parents d’élèves de l’école primaire publique de la rue que par des étudiants (à deux pas se trouvent une école d’arts appliqués, une résidence étudiante, et un peu plus loin, un IUT et un lycée de classes préparatoires). Sans être signés, ils ressemblent à ceux qui apparaissent le long des trajets de beaucoup de manifestations nantaises. Ces messages s’adressent manifestement à des pairs, partageant un certain sens de la dérision, une hostilité marquée envers la police, les patrons et plus largement l’ordre social : le détournement de la devise républicaine évoque ainsi un anesthésique (la kétamine) utilisé comme hallucinogène.

photographie d'une facade d'immeuble. Au deuxième étage, une banderole entre deux balcons : "préparons les luttes de demain"
Photographie n°2 : “Préparons les luttes de demain” (Rue du Maréchal Joffre, 4 avril 2020).
Photographie d'un balcon, banderole orange : #flattenthecurve, restons chez  nous
Photographie n°3 : “#Flatten the curve” (Rue du Maréchal Joffre, Nantes, 27 mars 2020).

Les photographies suivantes montrent deux balcons qui se font face, suggérant une réponse de l’un à l’autre. Ces draps sont apparus aux fenêtres avec les applaudissements à 20h des travailleurs du secteur de la santé. Contrairement aux précédentes, les deux inscriptions nous invitent à “rester chez nous” et donc au respect du confinement. Mais elles le justifient de manière différente : la première (photographie n°2) en considérant cette période comme une parenthèse propice à “préparer les luttes de demain”, la seconde (photographie n°3) en se référant aux leçons de l’épidémiologie qui justifient le confinement par “l’aplatissement” de la courbe des nouveaux cas de Covid-19 (to flatten, aplatir). Le recours à l’anglais et au signe typographique # affichent également une familiarité avec les réseaux sociaux.

Tract Lutte ouvrière, Nantes métropole : éboueurs en colère, 1er avril 2020
en dessous un autocollant "Entreprises, le profit ne devrait pas être une règle internationale, la RESPONSABILITÉ, si"
Photographie n°4 : “Éboueurs en colère” (Rue Cochard, Nantes, 10 avril 2020).

Cette quatrième photographie représente une expression politique beaucoup plus classique, inscrite dans le répertoire d’action des organisations trotskystes. Collé sur plusieurs poubelles, ce tract de Lutte Ouvrière daté du 1er avril évoque la mobilisation en mars des éboueurs de Nantes Métropole “pour obtenir du gel [hydroalcoolique] et des gants en latex”. Sans doute par crainte d’une nouvelle grève, leur employeur a en outre autorisé le retour du “fini-parti”. Cette pratique consiste à débaucher dès que la tournée est terminée. Son interdiction avait fait l’objet d’un long conflit social en 2017.

Photographie d'une inscription  la craie sur un sol bétonné : ÉLEVAGES INDUSTRIELS INCUBATEURS A VIRUS"
Photographie n°5 : “Élevages industriels, incubateurs à virus” (Rue Cochard, Nantes, 10 avril 2020).

La photographie n°5 a été prise non loin d’un magasin bio. Éphémère, ce message à la craie vise les habitants du quartier qui font leurs courses alimentaires dans la rue adjacente. Alors que les premiers articles de presse sur l’émergence du Covid-19 en Chine ont mis en cause les marchés de produits frais dans la transmission du virus, l’inscription sur ce trottoir dénonce l’industrie agroalimentaire, comme l’ont fait déjà à l’automne dernier les “marches pour le climat” rassemblant beaucoup de jeunes scolarisés, tout particulièrement à Nantes.

photographie d'une banderole : justice sociale et climatique : sauvons les vies, pas l'économie
Photographie n°6 : “Sauvons les vies, pas l’économie” (Rue Monfoulon, Nantes, 10 avril 2020), photographie prise par Karine Guillet.
photographie d'une banderole noire à une fenêtre : des milliards pour l’hôpital, pas pour le capital
Photographie n°7 : “Des milliards pour l’hôpital” (rue du Préfet Bonnefoy, 13 avril, Nantes), photographie prise par Marie Vourc’h.

Dans le même registre, la photographie n°6 montre une banderole qui s’en prend aux pouvoirs publics au nom de la justice sociale et climatique. Pour ses auteurs, l’action du gouvernement pendant la crise sanitaire se résume à un sauvetage de l’économie. De fait, les projets de loi de finances rectificatives des 18 mars et 15 avril portent le déficit public à un niveau supérieur à celui de 2009 et visent principalement à renflouer les revenus perdus par les entreprises à cause du confinement. Plus précisément, l’inscription du drap de la photographie n°7, qui rime comme un slogan de manifestation, rappelle sans doute la revendication d’un effort financier pour augmenter les effectifs, rouvrir des lits et améliorer les salaires qui s’exprime à l’hôpital public depuis le printemps 2019 dans le secteur des urgences.

Affichette scotchée sur un mur : bonjour voisins et voisines, Restez vous isolé.e.s à cause fu COVID-19 ? nous pouvons vous aider
Photographie n°8 : “Ensemble, nous sommes plus résilient.e.s” (rue Monfoulon, Nantes, 10 avril 2020).

La dernière photographie relève d’une toute autre forme d’expression politique. Il s’agit d’une lettre affichée par un habitant du quartier proposant son aide à ses voisins (pour faire des courses, discuter au téléphone…). On peut imaginer son auteur plutôt jeune et progressiste, à en juger par son prénom (c’est en 2001 que Théo a été le plus souvent attribué), sa proposition d’un groupe WhatsApp, d’un site internet (www.covidentraide.gogocarto.fr) et l’usage de l’écriture inclusive dans son texte. Il ne désigne pas d’adversaire et n’exprime pas de revendication, mais espère “renforcer notre sens de la communauté”.

Bien sûr, cet album de photographies reflète aussi la vie de leur auteur pendant le confinement, profitant de ses rares sorties pour glaner les expressions politiques auxquelles il est habitué dans ce quartier. Mais ce qui frappe surtout dans ce début de collecte, c’est l’effacement du conflit contre la réforme des retraites à points, la disparition des tags dénonçant les féminicides ou encore des graffitis alertant sur les violences policières. Non pas que ces préoccupations soient aujourd’hui complètement absentes, mais tout se passe ici comme si elles étaient reléguées à l’arrière-plan, l’épidémie prenant désormais toute la place. Les panneaux électoraux des municipales sont toujours là, mais aucune inscription nouvelle ne vient défigurer les candidats pour leur rappeler leurs responsabilités face à la crise sanitaire. C’est probablement la conscience partagée de son ampleur, de sa gravité et de toutes ses implications qui suscite ces différentes prises de position : empêchés de se mobiliser autrement, de descendre dans la rue et même de se parler, certains auteurs de ces écritures publiques interpellent leurs contemporains en témoignant de la variété de leurs rapports à l’État.

Il faudrait enquêter pour vérifier cette hypothèse, qui vaut vraisemblablement pour les habitués des manifestations, mais pas forcément pour d’autres habitants du quartier exprimant leurs idées pendant cette période singulière. Certaines écritures publiques revêtent des formes assez classiques (comme le tract ou le graffiti), tandis que d’autres sont plus inédites. Des draps affichant leur soutien à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes étaient déjà apparus avant l’abandon du projet d’aéroport en 2018, mais de façon plus isolée. Que signifient ces affichages d’opinion politique aux fenêtres ? Il n’est pas impossible qu’ils se propagent aussi par l’effet d’entraînement des réseaux sociaux sur internet. Là aussi, à la frontière de l’espace public et de l’espace privé, beaucoup mettent en scène leurs prises de position. Un auteur nantais de bandes dessinées a ainsi appelé récemment à une “manif des fenêtres” sur son compte Twitter. En mars, un autre compte Twitter a été créé pour diffuser des photographies de ces “Fenêtres en Lutte“.

Indications bibliographiques :

Philippe Masson, Marie Cartier, Rémy Le Saout, Jean-Noël Retière et Marc Suteau, Sociologie de Nantes, La Découverte, 2013.

Quelques données sur l’épidémie de Covid-19

Par Tristan Poullaouec

Face au flot d’informations et à l’incertitude de la situation, un sociologue spécialiste de l’école et des investigations quantitatives cherche à comprendre l’épidémie de Covid-19 en se familiarisant avec les concepts de base de l’épidémiologie, discipline médicale qui étudie les maladies épidémiques, leurs modes de contagion et les moyens de les combattre et qui a beaucoup d’affinités avec la statistique.

Les coronavirus sont une grande famille de virus découverts dans les années 1960. Le Covid-19 se range parmi ceux qui peuvent causer des infections graves des poumons et provoquer dans les cas les plus sévères des détresses respiratoires aiguës. Apparu en décembre 2019, il fait partie des maladies infectieuses dites émergentes, contre lesquelles il n’existe par définition pas de traitement (hormis des symptômes), ni de vaccin. Sa létalité semble plus faible que celle d’autres coronavirus apparus depuis une vingtaine d’années. On estime qu’un à deux pour cent des patients ayant déclaré des symptômes et bien pris en charge en décèdent même s’ils étaient en bonne santé avant l’infection. Cette proportion a atteint dix pour cent des malades du SRAS de 2003, par exemple. Le taux de létalité du Covid-19 s’avère cependant beaucoup plus élevé que celui d’une grippe saisonnière (5 ‰). Mais sa dangerosité tient surtout à son haut niveau de contagiosité par transmission interhumaine.

graphique comparatif des taux de létalité et de contagiosité de différents virus (grippe espagnole, SARS-CoV-2), variole, peste bubonique etc
Graphique n°1: Létalité et contagiosité des maladies infectieuses
Réalisé par le journaliste Pierre Bréteau (Le Monde, 20 février 2020).

Noté R0, le nombre de personnes contaminées par une personne infectée est désigné en épidémiologie comme le taux de reproduction d’une maladie. Il est égal au produit du nombre de contacts quotidiens d’une personne infectée avec des personnes non infectées (C), de la probabilité qu’elle contamine ces personnes (P) et de la durée de sa maladie (D) :

R0 = C × P × D.

Cette probabilité de transmission d’une personne à une autre est variable et difficile à établir : elle dépend de la durée et de la distance de l’interaction de face à face, des échanges de gestes et d’objets entre les présents, etc. Mais même en la supposant faible, le taux de reproduction du Covid-19 peut facilement dépasser 1 : autrement dit, chaque personne contaminée en contamine au moins une autre, et l’épidémie se propage de proche en proche. Si P = 1 %, une personne contaminée ayant 25 contacts par jours pendant les 10 jours de sa maladie la transmettra à 2,5 personnes. C’est à peu près la première estimation du R0 du Covid-19 à laquelle ont abouti les épidémiologistes d’une équipe de l’Imperial College de Londres. Mais aujourd’hui, “toutes les données que nous avons montrent qu’en l’absence de toute mesure de santé publique, le R0 du Covid-19 est autour de 3″, selon le biologiste Samuel Alizon, directeur de recherche à l’UMR MIVEGEC à Montpellier (dans un entretien donné à Mediapart le 5 avril 2020).

La plupart des personnes contaminées guérissent de la maladie, qui frappe d’abord les plus fragiles (les plus âgées, les personnes déjà atteintes par diverses pathologies, comme l’hypertension ou d’autres maladies cardiovasculaires). Il est même très vraisemblable qu’une majorité d’entre elles ne présentent aucun de ses symptômes (les porteurs asymptomatiques) ou seulement quelques faibles symptômes peu perceptibles (les porteurs paucisymptomatiques). C’est bien là le problème, d’un point de vue collectif. Pendant la durée d’incubation (de 5 à 6 jours, selon le microbiologiste Philippe Sansonetti), les porteurs peuvent naturellement transmettre le virus avant l’apparition des symptômes les conduisant à consulter un·e médecin. La période de transmission est évidemment rallongée en l’absence de symptômes. La faible létalité au plan individuel n’empêche donc pas une forte mortalité au plan collectif. C’est tout le paradoxe de cette maladie que d’être le plus souvent bénigne à l’échelle des personnes mais aussi très grave à l’échelle d’une société. En ce sens, elle a tout du fait social tel que le définissait Durkheim. Si rien ne stoppait l’épidémie, la surmortalité dans une population de la taille de la France aurait pu atteindre plusieurs centaines de milliers de décès en quelques mois (Graphiques 2 et 3).

Graphique prsentant 2 courbes : estimation du nombre de décès delon deux hypothèses,  R0 = 3 en l'absence de confinement et R0 = 1.5 avec confinement partiel
Graphique n°2 : Estimation du nombre cumulé de décès liés au Covid-19 selon 2 hypothèses.
Source : Calculs réalisés à partir d’un modèle SIR mis en ligne par David Louapre (avec C=60, puis 30, P=0,5% et D=10).
graphique présentant 2 courbes : estimation des décès quotidiens en l'absence de confinement ou avec confinement partiel
Graphique n°3 : Estimation des décès quotidiens liés au Covid-19 selon 2 hypothèses.
Source : Calculs réalisés à partir d’un modèle SIR mis en ligne par David Louapre (avec C=60, puis 30, P=0,5% et D=10).

Nécessaires, les « gestes barrières » et la « distanciation sociale » ont ainsi été jugés insuffisants par les scientifiques conseillant le gouvernement français (le plus souvent des médecins et des épidémiologistes), compte tenu de la pénurie de masques de protection et du stock de tests de dépistage dans le pays au moment où l’Organisation Mondiale de la Santé déclare la pandémie, le 12 mars. Les pouvoirs publics ont donc fini par adopter progressivement des mesures de confinement, partiel, mais de grande ampleur, considérant qu’il s’agit de la seule stratégie efficace pour atténuer l’épidémie. Des modèles épidémiologiques simples montrent en effet qu’en réduisant de 60 à 30 le nombre C de contacts quotidiens par personne, le taux de reproduction du virus chute de 3 à 1,5, ce qui épargne des centaines de milliers de vies (en supposant une durée de maladie égale à 10 jours, une létalité de 1,5 % et une probabilité de transmission de 0,5 %). Ce niveau de surmortalité due au Covid-19 resterait bien sûr encore inacceptable dans la société qui est la nôtre, dépassant de beaucoup celle des cancers (les tumeurs sont la principale cause de décès constatée en France, Graphique 4). En attendant la mise au point de traitements et de vaccins, seul l’aplatissement de la courbe des nouveaux décès par des mesures ramenant ce taux R0 au plus proche de 1 pourrait rendre le bilan de l’épidémie comparable à celui d’une grippe saisonnière. Il est peu probable qu’on y parvienne : au 7 avril, déjà plus de 10 000 décès dans les hôpitaux et les EHPAD1 sont imputés au Covid-19…

tableau présentant les causes de décès en France en 2016 (nombre en milliers)
3 accident de transport
8 suicides
10 maladies de l'appareil génito-urinaire
10 maladies infectieuses et parasitaires
20 maladies endocriniennes, nutritionnelles et métaboliques
24 maladies de l'apapreil digestif
26 troubles mentaux du comportement
26 autres causes externes
38 maladies du système nerveus et des organes des sens
41 maladies de l'appareil respiratoire
65 autres causes indéterminées
140 maladies de l'appareil circulatoire
168 Tumeurs
Graphique n°4: Mortalité annuelle selon les maladies

Sources :

Outre les sources indiquées pour chaque graphique, je m’appuie ici principalement sur la conférence du microbiologiste Philippe Sansonetti au Collège de France le 16 mars 2020, ainsi sur un billet du physicien David Louapre sur son blog (Science étonnante) le 12 mars 2020.

  1. Selon l’agence Santé publique France []

Décrypter la société du Covid-19

Ce carnet vise à décrypter la société transformée par l’épidémie de Covid-19. Bien que les modes d’investigation sociologique soient considérablement réduits par le confinement généralisé, il s’agit ici de commencer à documenter la vie sociale confrontée à la crise sanitaire, qu’elle soit confinée ou non. Sous la responsabilité d’un comité éditorial du Centre Nantais de Sociologie (CENS, CNRS-Université de Nantes) ce carnet a pour objectif de recueillir des traces des activités sociales maintenues, de collecter des témoignages dans notre environnement plus ou moins proche, de rassembler des données de cadrage de la situation, de donner à lire des analyses de ce qui nous arrive ou d’autres épidémies plus anciennes. Il traite de différents thèmes, en fonction des spécialités des membres du CENS : les inégalités entre travailleurs, les pratiques de consommation, l’instruction en famille, les rapports au corps et à la santé, les déviances et le contrôle social, les solidarités locales, les effets de l’action publique, etc. Il s’adresse à tous les lecteurs, y compris les non spécialistes de sciences sociales. Les étudiants y trouveront des ressources pour poursuivre leur formation intellectuelle et comprendre les implications de l’épidémie.